La dame aux camelias

DUMAS FILS, ALEXANDRE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 06/12/75
LES NOTES :

à partir de
3,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Trop de faveur nuit : écrite en 1848, devenue aussitôt et définitivement un mythe, La Dame aux Camélias a été si souvent transposée, adaptée, filmée que Verdi et Greta Garbo ont fait un peu oublier l'oeuvre elle-même. Une oeuvre qui est un document social. Mais surtout un très grand livre, écrit dans la langue la plus forte, avec d'admirables dialogues et un portrait de femme si émouvant, étrange
et déconcertant de candeur perverse que Marguerite Gautier est déjà la soeur des héroïnes d'Ibsen et de Dostoïevski. Les pièces et les ouvrages postérieurs de Dumas fils sont peut-être, comme disait Jules Renard, un peu trop bien « dumaficelés ». Mais La Dame aux Camélias permet de comprendre pourquoi Maupassant et Tolstoï ont vu en lui un des plus grands romanciers de leur temps.
6 personnes en parlent

La Traviata étant mon opéra préféré, je souhaitais lire depuis longtemps La dame aux camélias. Pour connaître le texte qui avait inspiré l’œuvre de Verdi. J’avais tenté une première fois, il y a quelques années, et arrêté avant même l’apparition de Marguerite. En lisant ce livre, j’attendais de pied ferme l’apparition de ce personnage.C’est une lecture prenante, mais non, ça n’a pas précisément été une révélation pour moi. Si l’on peut apprécier le fait que les descriptions soient courtes, pour ma part, de ce fait, je suis souvent restée un peu sur ma faim. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles je n’ai pas adhéré au style de Dumas fils. Sans doute y a-t-il d’autres raisons pour lesquelles je préfère le style d’autres auteurs. Peut-être celui-ci n’est-il pas assez poétique pour moi ? Quand j’ai voulu écrire mon article, après la lecture, alors que j’étais en panne totale d’écriture, je n’avais déjà pas pu cerner toutes les raisons, à un an de distance, c’est encore plus difficile. Il est en tous cas certain que n’ayant pas particulièrement apprécié le style de l’auteur, mon avis sur cet ouvrage s’en ressent. C’est même sans doute la principale raison pour laquelle je n’ai pas autant apprécié le livre de Dumas fils que l’opéra de Verdi.Concernant les personnages, je pourrais dire qu’au bout du compte aucun ne m’a totalement convaincue, non pas par manque de cohérence (même si je ne les comprends pas forcément, question de personnalité), mais ce n’est habituellement pas un critère qui entre en ligne de compte pour me faire un avis sur un texte. Et comme je l’ai écrit plus haut, une fois Marguerite entrée en scène, la lecture est devenue prenante. Ne pas aimer certains personnages, ne pas les comprendre, les condamner même ou encore, être énervée par leurs comportements ne m’a pas empêchée de m’intéresser au sort d’Armand et Marguerite.Leur histoire d’amour, les obstacles à surmonter étaient autant de thèmes susceptibles de me toucher et ça a été le cas.Je suis contente d’avoir pu cette fois-ci mener ma lecture jusqu’au bout, même si ce livre est loin d’être l’un de mes préférés.

Ninochka
03/05/15

Le personnage principale est complètement autocentré: les autres personnages sont comme des figurants qui lui permettent de mieux se mettre en avant. Dumas fils n'a absolument rien à voir avec Alexandre Dumas père, qui est à mon humble avis un écrivain d'une toute autre envergure. C'est d'ailleurs d'avantage la polémique qu'à engendré le livre à l'époque de l'auteur, puis l'inspiration qu'on en a eu pour créer d'autres oeuvres parfois considérées comme plus connues qui ont participé à la renommée du livre, plutôt que le véritable talent de Dumas fils.

Alides2
29/11/13
 

Je n’avais jamais eu l’occasion de lire une œuvre d’Alexandre Dumas fils.La dame aux camélias, histoire d’un jeune homme qui tombe fou amoureux d’une courtisane. Il souhaite la sortir de son milieu afin qu’ils puissent vivre leur amour pleinement, qu’elle rentre dans le droit chemin et préserve sa santé fragile.Quel choix prendre quand toute sa fortune et donc sa capacité à vivre repose entièrement sur sa beauté et sur son corps lorsque l’amour se présente à soi ? Voilà la question à laquelle essaie de répondre Alexandre Dumas fils. Mais la vie n’est jamais si simple, cette histoire reste ce qu’elle ne peut qu’être: passionnée et dramatique.Dans ce récit autobiographique, l’amour est présenté avec tous les ingrédients : l’attirance, la jalousie, l’exclusivité, l’attente, l’espérance, la tromperie, l’envie, le chagrin, la susceptibilité, la joie, le désir charnel, les calculs, le trouble, le ridicule…Une histoire touchante, pas mièvre pour un sou, de ce jeune homme tiraillé entre la réalité tragique et l’envie de changer un chemin de vie.

Metaphore
25/05/13
 

Autant le dire tout de suite, l'histoire n'a rien de novatrice et on connait le destin des personnages dès les premiers chapitres, mais le roman n'en est que plus intéressant. En effet, on se concentre donc plus sur la psychologie des personnages et c'est vraiment agréable.Pour être honnête, dès le début j'ai détesté Marguerite, je la trouvais méchante, égoïste, capricieuse, bref, son personnage ne m'était pas du tout sympathique. Quant à Armand, au contraire, je l'aimais beaucoup. J'ai cru un moment que son côté pathétique allait finir par m'agacer et m'ennuyer mais pas du tout. Au final, j'ai quand même fini par apprécier le personnage de Marguerite. Au fil des pages, Dumas nous montre à voir au delà des apparences, à gratter la surface des personnages pour voir ce qui se cache derrière leur façade. Et pour Marguerite, on découvre sa personnalité fragile, romantique et fataliste. En bref, deux personnages auxquels on s'attache forcement et du coup on a un peu du mal à refermer le livre.Par ailleurs, je dois avouer qu'au début, j'avais peur que ce livre soit assez compliqué à lire, mais en réalité l'écriture de Dumas fils, qui fut une découverte pour moi, est fluide, simple et très agréable. Le tout se lit très rapidement et j'ai aussi beaucoup aimé les petites notes de l'auteur parsemées le long du roman, qui s'adressent aux lecteurs, j'ai trouvé cela très spirituel.L'auteur, grâce à l'intégration de plusieurs point de vue : le narrateur, Armand, Marguerite (à travers ses lettres), a su nous montrer toutes les facettes de ce récit et vraiment je ne regrette pas du tout de l'avoir lu au contraire ! D'ailleurs, ce roman m'a donné envie de me plonger un peu plus dans l'univers de Dumas fils, et je pense lire très prochainement la pièce de théâtre La Dame aux Camélias (du même auteur), ainsi que ses autres ouvrages.Enfin, il est important de rappeler que cette histoire a donné lieu de nombreuses adaptations cinématographique (on citera par exemple le très beau Moulin Rouge), un classique à lire et à relire donc !Tout ça pour dire que ce classique m'a beaucoup touché. J'ai aimé les personnages qui sont attachants et qui ont une personnalité complexe, l'écriture agréable et spirituelle de Dumas et surtout la très belle description de la socièté du XIXè siècle.

Evy26
25/11/12
 

Dumas-fils, un homme encore qui a poussé dans l’ombre de son père, d’une société bourgeoise. Voici l’homme d’un chef d’œuvre, que ce soit un roman ou une pièce de théâtre, d’une passion. Marie (Duplessis pour notre Dumas), Marguerite (dans son œuvre) ou Violetta (pour la Traviata de Verdi) toujours aussi cette femme. La courtisane au cœur fou, à la santé fragile celle dont les charmes envouteront pour des générations. Car la dame aux camélias bien plus qu’un récit est une figure qu’on ne se laisse pas de « pardonner » pour ses amours. Du roman il reste alors peu à dire ; sa modernité, sa sobriété son style même suffisent à donner du relief aux personnages. Voici simplement une histoire d’amour, la vie d’une femme simple, d’un « cœur habitué au malheur ». Virgule,...

Meandnothim
02/10/11
 

La Dame aux camélias est un roman d’Alexandre Dumas fils publié en 1848, inspiré par son amour pour la courtisane Marie Duplessis, puis adapté de l'opéra de Verdi, La Traviata.La Dame aux camélias a pour thème une histoire d’amour entre une courtisane atteinte de phtisie, Marguerite Gautier, et un jeune bourgeois, Armand Duval. Amoureux de Marguerite, Armand devient son amant et obtient que Marguerite renonce à sa vie de courtisane pour habiter avec lui à la campagne. La mort de Marguerite, victime de la « phtisie », est décrite comme une agonie sans fin, où Marguerite, abandonnée par tous, ne peut que regretter ce qui aurait pu être. cet amour touche le lecteur qui ne peut rester insensible à la souffrance réciproque des deux amants, contraints à se ranger du côté de la norme.un chef d'oeuvre

indiana69
23/12/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.19 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie