La dent du bouddha

COTTERILL-C

livre la dent du bouddha
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 29/08/07
LES NOTES :

à partir de
20,20 €

SYNOPSIS :

Par l'auteur du Déjeuner du coroner, Prix SNCF du Polar Européen, une nouvelle enquête du Dr. Siri. Cette fois, le Dr. Siri, " Super Esprit-Toubib ", voyage jusqu'à Luang Prabang, où il converse avec le roi déchu qui croit avoir perdu son royaume parce que la communication avec l'au-delà s'est interrompue. Le roi s'est résigné à son sort, conforme à la prédiction ancestrale. Le Dr. Siri assiste aussi à une
conférence de chamans convoqués par le gouvernement qui donne alors cet ultimatum aux esprits : se plier aux directives du nouveau régime ou s'exiler... Pendant ce temps, des événements violents se déroulent à Vientiane. Des cadavres mutilés atterrissent à la morgue de Siri, mais c'est seulement lorsque son infirmière sera menacée que le vieux coroner pourra découvrir ce qui se cache derrière ces crimes.
2 personnes en parlent

En voyage au Laos, j'ai décidé de mettre dans ma valise ce roman policier. et cela a été une bonne idée, j'ai lu ce livre, en naviguant sur le Mékong. Il y a pire comme lieu de lecture. L'auteur mêle la vie quotidienne actuelle du Laos et les légendes et cela m'a permis de mieux apprhendé ce pays et ses mythes qui peuplent les nombreux temples bouddhistes. Un roman policier qui donne la part belle à de beaux personnages, comme ce vieux médecin légiste, cette jeune infirmière qui enquête et qui essaie de comprendre les légendes. Un bon moment de lecture.

catherine
23/01/12
 

Mettons nous d’accord tout de suite. Ce roman est classé dans les policiers mais ce n’est pas l’intrigue qui tient le plus de place. C’est plutôt la toile de fond, le décor, le Laos des années 70 avec ses contrastes, ses communistes qui y croient et ceux qui font comme si, ses croyances particulières dont celles du Coroner, notre vieux héros, qui communique avec l’au-delà.« Etre le coroner national ne servait à rien quand il s’agissait de pousser le vieil autobus bureaucratique jusqu’au nirvana socialiste. »Le voilà Siri Paiboun, confronté à deux enquêtes. Il s’en passe des choses et des très bizarres. Une vieille ourse fatiguée et sans force s’est enfuie de sa cage et s’attaquerait aux femmes à coups de griffes pour les exterminer….. Parallèlement à cela, d’autres morts à bicyclette, et un coffre mystérieux …..L’écriture est teintée d’humour de bon aloi, agrémentée de références au régime politique et au positionnement des uns et des autres. C’est sans doute à cause de son âge que Siri ose tenir tête lorsqu’ cela ne lui convient pas. Il est capable de donner des ordres à des supérieurs pour arriver à ses fins et les dialogues en deviennent savoureux.« - Toutes ces années à attendre, ça endort. On se demande quand le rêve poursuivi se rélaisera. Et puis-paf !- on se retrouve à la tête du pays. Le Pathet Lao est arrivé au pouvoir ici sur le dos du terrible dragon nord-vietnamien.- Vous êtes encore accrochés à sa queue. »Il fait chaud au Laos et une certaine lenteur s’installe, rendant tout le monde un peu plus mou, un peu moins réactif. L’écriture est à cette image, calme, calculée, peut-être pas assez vive par instants. Mais ne serait-ce que pour le style, assez drôle, ce roman vaut le détour.

Cassiopea
26/10/15
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.41 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : VALERIE MALFOY