La faculte des reves

STRIDSBERG-S

livre la faculte des reves
EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 26/08/09
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
22,90 €
nos libraires ont adoré la faculte des reves

SYNOPSIS :

L'écrivain Sara Stridsberg rouvre le dossier de Valerie Solanas, cette féministe radicale qui a tenté d'assassiner Andy Warhol en 1968, juste après avoir écrit le SCUM manifeste, un texte dans lequel elle prône la destruction du genre masculin. Dès le début du roman, on entend la voix déterminée de Solanas et on plonge avec elle dans son passé. Sous la forme de souvenirs obsédants apparaissent des conversations avec quelques personnages clés: sa mère, ambiguë et destructrice, le directeur de l'université de psychologie à laquelle elle est admise,

Andy Warhol lui-même et son désir obstiné de faire d'elle une matière pour son art, ou encore la psychiatre chargée de son cas après la tentative d'assassinat. Et surtout l'amour fou pour Cosmogirl. Dans une langue tour à tour poétique et familière, provocante et rassurante, drôle et tragique, Sara Stridsberg accomplit la prouesse de nous plonger dans les méandres de cet esprit tourmenté qui nous poursuivra longtemps après la lecture. Et l'on se surprend à souhaiter tout au long du roman pouvoir arrêter la machine implacable du destin...

Attention : âmes sensibles, s'abstenir (ou pas du tout) !
Un peu comme J.C. Oates avec sa Marilyn Monroe (dans "Blonde"), Sara Stridsberg a imaginé sa biographie fictive, certes plus vraie que nature, autour d'une autre personnalité féminine américaine : Valerie Jean Solanas (1936-1988). Cette intellectuelle féministe radicale est connue pour avoir tenté d'assassiner Andy Warhol et, surtout, pour avoir publié son célèbre pamphlet "SCUM Manifesto" (pour Society for Cutting Up Men, soit : association pour mettre les hommes en pièces ! Texte disponible en France aux éditions Mille et une nuits).
Le point commun entre la "belle princesse" et la "pute intellectuelle" ? La fascination des deux auteurs pour deux destins hors norme ! "Petite fille en colère" aux yeux embués de sa mère Dorothy ou "petite enfant épouvantée et déprimée" selon la psychiatre Ruth Cooper, "abomination ambulante" aux yeux des proches de Warhol ou encore "gouverneuse de l'Univers et première pute intellectuelle de l'Amérique" selon sa compagne Cosmogirl : le portrait sauvage et désespéré de Valerie Solanas s'inscrit en profondeur dans le texte et dans votre mémoire.
Dès lors, quelle forme romanesque l'auteur pouvait-elle donner à autant de détresse, autant d'"underground", de drogue et de sexe ? Après 3 années de réflexion, d'hésitation, Sara Stridsberg ne choisit pas la facilité : elle bouscule la linéarité du récit à coups d'extraits du "SCUM Manifesto", de dialogues et de souvenirs fantasmés ou encore de versions documentaires. "Par cette déstructuration, je voulais détruire le roman et le narrateur traditionnels", risque-t-elle. Sacré pari, sacrée figure et sacrée réussite !
Un moment très fort de la rentrée 2009.

erik (lens)
Attention : âmes sensibles, s'abstenir (ou pas du tout) !
Un peu comme J.C. Oates avec sa Marilyn Monroe (dans "Blonde"), Sara Stridsberg a imaginé sa biographie fictive, certes plus vraie que nature, autour d'une autre personnalité féminine américaine : Valerie Jean Solanas (1936-1988). Cette intellectuelle féministe radicale est connue pour avoir tenté d'assassiner Andy Warhol et, surtout, pour avoir publié son célèbre pamphlet "SCUM Manifesto" (pour Society for Cutting Up Men, soit : association pour mettre les hommes en pièces ! Texte disponible en France aux éditions Mille et une nuits).
Le point commun entre la "belle princesse" et la "pute intellectuelle" ? La fascination des deux auteurs pour deux destins hors norme ! "Petite fille en colère" aux yeux embués de sa mère Dorothy ou "petite enfant épouvantée et déprimée" selon la psychiatre Ruth Cooper, "abomination ambulante" aux yeux des proches de Warhol ou encore "gouverneuse de l'Univers et première pute intellectuelle de l'Amérique" selon sa compagne Cosmogirl : le portrait sauvage et désespéré de Valerie Solanas s'inscrit en profondeur dans le texte et dans votre mémoire.
Dès lors, quelle forme romanesque l'auteur pouvait-elle donner à autant de détresse, autant d'"underground", de drogue et de sexe ? Après 3 années de réflexion, d'hésitation, Sara Stridsberg ne choisit pas la facilité : elle bouscule la linéarité du récit à coups d'extraits du "SCUM Manifesto", de dialogues et de souvenirs fantasmés ou encore de versions documentaires. "Par cette déstructuration, je voulais détruire le roman et le narrateur traditionnels", risque-t-elle. Sacré pari, sacrée figure et sacrée réussite !
Un moment très fort de la rentrée 2009.
Erik ,
Librairie
(C.cial V2)
1 personne en parle

La faculté des rêves est une expérience littéraire. « La narration est éclatée, totalement électrique, sublime de poésie et de tension. » Sarah Strieberg, jeune auteur norvégien, revient sur la vie de Valérie Solanas, première ‘pute intellectuelle d’Amérique‘, connue pour avoir tenté d’assassiner Andy Warhol. Une féministe à qui sa mère disait que les femmes peuvent tout et qui toute sa vie a lutté pour oublier ‘les outrages d’une société fondée sur le viol’ Un manifeste vécu et écrit. Le récit vous conduit dans une pulsation quasi animale. Chaque ligne pourrait être mise en exergue, à l’image de celle qui clôture le livre : ‘Les femmes savent instinctivement que le seul mal est de nuire aux autres et que le sens de la vie est l’amour.’« Ce livre m’a vraiment sidérée » Consultez la critique sur le site Lectrices.fr

Lectrices
06/11/09

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.49 kg
  • Langage original : SUEDOIS
  • Traducteur : JEAN-BAPTISTE COURSAUD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition