La faim

HAMSUN, KNUT

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 16/05/89
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Knut Hamsun La Faim La seule chose qui me gênât un peu, c'était, malgré mon dégoût de la nourriture, la faim quand même. Je commençais à me sentir de nouveau un appétit scandaleux, une profonde et féroce envie de manger qui croissait et croissait sans cesse. Elle me rongeait impitoyablement la poitrine ; un travail silencieux, étrange, se
faisait là-dedans. Knut Hamsun. On tourne les feuillets de ce livre étrange. Au bout de peu de temps on a des larmes et du sang plein les doigts, plein le coeur. [.] La faim est le sujet même du livre avec tous les troubles intellectuels qu'entraîne une inanition prolongée. C'est moins un héros de roman qu'un cas de clinique. André Gide.
3 personnes en parlent

Un père spirituel pour tous les écrivains maudits, affamés et pathétiques, tels Henry Miller. A lire absolument, quels que soient les discours nationalistes de l'homme à la fin de sa vie.

xavierdes
06/02/09

La Faim raconte l’histoire d’un homme qui crève littéralement de faim. Un homme qui, au moment où le texte commence, est chassé de la chambre de bonne qu’il ne peut plus payer. Cet homme parvient de temps en temps à placer un article dans le journal pour gagner quelques couronnes. Survient alors un court moment d’espoir, une nuit à l’abri et quelques repas. Mais très vite la misère et la faim reviennent. Comme un leitmotiv, une douleur sourde qui vous dévore physiquement et surtout moralement. Orgueilleux et solitaire, l’homme refuse toute aide et n’accable en rien la société. Résigné, il réserve ses protestations à Dieu. La faim n’est donc pas un roman social. C’est un roman purement psychologique proposant une analyse minutieuse des effets du manque de nourriture sur l’organisme. Seul résultat possible, la folie. Le lecteur, devant une telle description clinique, pourrait sortir du livre aussi accablé que le héros mais il est au contraire tenu en haleine par la succession de moments d’espoir et d’abattement. L’écriture d’Hamsun y est pour beaucoup, notamment grâce à l’alternance entre des passages lyriques et d’autres plus mélancoliques.Roman de l’exploration du subconscient, La Faim montre un homme seul dont la raison ne parvient plus à contrôler les mouvements de l’âme. Publié une première fois en France en 1895, le texte est réédité dans une version définitive en 1926 avec une introduction d’Octave Mirbeau et une préface d’André Gide. Entre temps, Knut Hamsun aura obtenu le prix Nobel de littérature en 1920 pour L’éveil de la glèbe.

jerome60
16/09/12
 

Un court livre surprenant plein d'allant, le narrateur unique a un entrain vraiment communicatif et ce malgré l'omniprésence de la misère et de la faim qui le torture. Et pourtant dans sa misère, le peu d' argent qu' il réussit à gagner lui file entre les doigts. C'est un homme étonnant, je me suis surprise à m'attacher à lui. L'histoire progresse à cent à l'heure, il n'y a pas de pose et même les descriptions qui d'ordinaire ralentissent le rythme passe à une vitesse incroyable sans pour autant perdre en intensité. J'ai trouvé le style et l' écriture absolument sublime me faisant presque oublié l'intrigue, un quasi absente. Un très belle lecture

Lacazavent
30/10/11
 

Format

  • Hauteur : 16.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition