La faiseuse d'anges

LACKBERG, CAMILLA

EDITEUR : ACTES SUD
DATE DE PARUTION : 01/03/17
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
9,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Pâques 1974. Sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l'exception de la fillette d'un an et demi, Ebba. Sont-ils victimes d'un
crime ou sont-ils tous partis de leur plein gré ? L'énigme ne sera jamais résolue. Des années plus tard, Ebba revient sur l'île et s'installe dans la maison familiale avec son mari. Les vieux secrets de la propriété ne vont pas tarder à resurgir...
6 personnes en parlent

Voilà, je retrouve mon héroïne Erica et son mari Patrick dans une intrigue palpitante encore une fois. J'avais été déçue par le volume précédent mais là j'ai retrouvé tous mes repères, ouf !On retrouve donc Erica et Anna sa sœur après l'accident de voiture, elles sont en vie ! Mais le bébé qu'attendait Anna est mort.Cet épisode tourne justement autour de la mort d'enfants et du rôle des mères dans cela... C'est assez dur, notamment l'histoire qui se joue dans le passé (celle en italique comme d'hab) mais elle fait échos à l'actualité !Ebba et son mari Melker reviennent sur l'île de Valo, dans la maison de ses parents biologiques, qui a été le lieu d'un étrange et tragique évènement dans le passé. En effet, toute la famille (son père, sa mère et ses 3 demi-frères et soeur) ont disparu le jour de Pâques laissant Ebba, âgée alors d'un an, seule...Une énigme qu'Erica creuse depuis longtemps.Et là, alors qu'Ebba et son mari sont en train de retaper la maison, un mystérieux incendie se déclare et manque les faire brûler vifs.Beaucoup de mystères et de liens entre les protagonistes dans cette histoire tragique, liée encore une fois à la guerre et aux nazis.J'ai vraiment dévoré ce livre, tout comme les premiers, ça fait du bien.

saomalgar
03/03/15
 

Cette grande maison blanche sur l'île de Valö est en train de reprendre vie. Ses propriétaires la restaurent pour en faire un gîte avec chambre d'hôtes. C'est un couple, Ebba et Melker qui s'installent là où, autrefois, a vécu la petite Ebba. Jusqu'au jour où, sans aucune explication, sa famille a intégralement disparu, laissant la table du repas pascal servie dans la salle à manger.Des incidents viennent à nouveau perturber ce site enchanteur : incendie volontaire, coups de feu : qui veut du mal à ce couple déjà attristé par la mort de son fils ? L'enquête est confiée à nouveau au commissariat de Tanum où officie l'équipe de Patrick Hedström dont l'épouseErika, auteure pleine d'imagination, va évidemment prouver une fois encore qu'elle est utile.L'originalité de ce roman tient au fait que l'idée d'un attentat sur une île scandinave est mise en œuvre, peu avant la très réelle et dramatique tuerie sur l'île d'Utoya et la bombe à Oslo. Hebelín

hebelin
13/01/15
 

Après le décès accidentel de leur fils, Ebba et son mari prennent la décision de revenir à la maison natale d’Ebba, sur l’île de Valö. On apprend qu’un jour de Pâques 1974, toute sa famille s’est volatilisée et que la petite Ebba a été placée dans une famille. Qu’est-il arrivé à son père, sa mère et ses trois frères et sœur, personne ne le sait et le mystère reste entier. Oui mais ça, c’était avant que Patrick et Erica ne s’intéressent au sujet, suite à un incident sur l’île…Enfin je retrouve les ingrédients qui m’ont plus chez C.L?-ckberg ! Là encore on fait des allers-retours entre le présent et le passé et le suspense est garanti, d’autant plus que l’intrigue est bien ficelée.

Bibeli
04/08/14
 

Après un Gardien de phare un peu raté, Camilla L?-ckberg nous revient en pleine forme avec La faiseuse d’anges. Il ne détrônera pas L’enfant allemand pour le titre de roman préféré de l’auteure, mais il mérite une bonne place de second dans ce classement. Nouveau gros coup de cœur pour un roman de Camilla L?-ckberg qui est sans aucun doute mon auteure préférée.L’île de Valö, ancien internat pour adolescents difficiles, est connue pour l’étrange évènement qui s’y est produit trente ans plus tôt : une famille entière s’est volatilisée durant le repas de Pâques. Tout le monde à l’exception d’Ebba, une fillette de un an. Trente ans plus tard, cette même Ebba, désormais adulte, revient s’installer à Valö. Mais son retour déplait à quelqu’un, visiblement, puisque le soir même de son arrivée, on met le feu à sa maison. Intriguée depuis toujours par ce mystère mais encore plus depuis le retour d’Ebba et l’incendie criminel dont elle est victime, Erica mène l’enquête à l’insu de Patrik, son mari policier.Une nouvelle fois, cette intrigue alterne et s’articule avec une autre, située beaucoup plus tôt dans le passé, dans laquelle nous découvrons le destin de Dagmar, la fille d’une faiseuse d’anges à Fj?-llbacka au début du XXe siècle. Un schéma très classique pour Camilla L?-ckberg, mais qui réussit tout de même à nous captiver et à nous surprendre. Si l’intrigue policière évolue tout doucement au départ, elle s’accélère brutalement par la suite pour nous livrer un dernier tiers vraiment haletant. Comme j’ai tremblé pour nos personnages ! L’auteure fait évoluer un grand nombre de personnages et (sadique qu’elle est !) change de point de vue toujours aux moments cruciaux. C’est terriblement frustrant, mais ça rend le roman tellement addictif !Et puis le mystère autour de la disparition de la famille en 1974 m’a également tenue en haleine. On veut savoir, que s’est-il réellement passé ? J’ai échafaudé tout un tas de plans au cours de ma lecture, que l’auteure a évidemment pris un malin plaisir à démolir avec ses nouvelles révélations, et même si j’avais trouvé certaines choses, le dénouement a quand même réussi à me surprendre.Comme à son habitude, Camilla L?-ckberg fait évoluer son intrigue policière très lentement au départ pour mieux se consacrer aux petites histoires autour de nos personnages fétiches : Erica, Patrick, Anna, Mellberg... C’est qu’après huit livres, on commence à bien connaître tout ce monde ! (et à beaucoup s’y attacher, aussi, mais pour ça il ne m’a suffi que d’un seul livre !). Les personnages ont vraiment tous leur propre histoire et leur propre évolution au fil des romans, c’est pourquoi je vous conseille fortement de les lire dans l’ordre bien que les intrigues soient indépendantes les unes des autres. Encore une fois, j’ai énormément apprécié de les suivre. J’ai eu les larmes aux yeux à cause de ce qui arrive à Martin, et j’ai beaucoup aimé le fait que La faiseuse d’anges s’attarde un peu plus sur le personnage de Gösta, ce vieux policier un peu blasé qui ne m’avait pas particulièrement plu au tout début, mais que j’ai appris à beaucoup apprécier au fil des tomes.Que dire de plus, si ce n’est de foncer découvrir ces romans si ce n’est pas encore fait ? Pour moi Camilla L?-ckberg est la reine incontestable du polar scandinave, et j’ai déjà très très hâte de lire son prochain roman !

Tari
27/06/14
 

Voilà un an que j’attendais patiemment la sortie de ce roman, j’avais tellement hâte de retrouver Patrick, Erica et leur petite famille, ainsi que les différents personnages du commissariat, tel que Martin ou Paula ou Gost?-. Même l’agaçant Melkberg m’a manqué. Il faut dire qu’il a réussi à se bonifier au fur et à mesure de ma lecture des différents tomes.Ebba et Melker viennent d’emménager sur la petite île de Valö au large de Fjallbacka. Il retape la maison qui fait parti de l’héritage familial d’Ebba. On comprend très vite que ce couple est en sursis. En effet, ils ont tout plaqué suite à un horrible drame familial qui a conduit à la disparition de leur jeune fils. Mais voilà il se passe rapidement des choses étranges, un incendie criminel, des traces de sang sous le plancher de la salle à manger… Ebba et Melker sont en danger, et ne sont pas les bienvenues. Est ce lié au mystérieux passé d’Ebba ?En effet, on apprend très rapidement, que dans les années soixante-dix, toute la famille d’Ebba qui habitait cette maison a mystérieusement disparu, sans laisser aucune trace. Seule la petite Ebba alors âgée de un an déambulée en pleurant dans la maison. L’enquête n’a jamais été résolue.Le roman s’articule entre passé et présent. L’histoire commence bien avant l’année de la mystérieuse disparition, puisque c’est en 1908 à Fjallbacka que Camilla L?-ckberg nous emmène. On va traverser toute la première moitié du vingtième siècle. Dans les chapitres se passant au présent, Erica ne peut pas s’empêcher de fouiner et d’enquêter contre l’avis de Patrick quitte à se mettre en danger. Anna sa sœur qui est toujours en train du lutter pour ne pas retomber dans la dépression va être elle aussi au cœur de l’histoire.Dans le premier tiers du roman, l’enquête avance peu, mais par contre le roman est alors essentiellement tourné vers nos personnages fétiches. J’ai vraiment été émue et triste pour ce qui arrive à Martin. Puis peu à peu le rythme s’accélère pour prendre les allures d’un vrai polar. Je dois dire que je m’attendais assez au dénouement, et au coupable, je n’ai pas été très surprise mais ça ne m’a pas dérangé du tout.J’ai eu plaisir à retrouver ici, ce qui fait la force des romans de Camilla L?-ckberg, à savoir une galerie de personnages très attachants, des enquêtes intéressantes et touchant souvent au patrimoine familial, des allers-retours dans le passé. Je vous conseille donc absolument ce roman, mais si vous ne connaissez pas Camilla L?-ckberg, il vaut mieux commencer par La Princesse des Glaces, le tout premier tome de cette saga.La faiseuses d’anges est disponible depuis le 4 juin 2014 dans votre librairie aux Editions Actes sud dans la collection Actes noirs.

KarineSimon
18/06/14
 

Coup de coeur Un nouvel opus des aventures d'Erica et de sa petite tribu, toujours aussi bien mené par Camilla Lackberg. On ne s'ennuie jamais !

Format

  • Hauteur : 17.60 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.38 kg
  • Langage original : SUEDOIS
  • Traducteur : LENA GRUMBACH