La famille lament

HAGEN, GEORGE

EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 21/06/05
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'arrivée tonitruante d'une nouvelle voix dans la littérature américaine ; un auteur d'ores et déjà comparé à John Irving et à Jonathan Franzen. Un roman-fleuve, épique et picaresque, porté par une écriture lumineuse, poétique et subtile. En Afrique du Sud, dans les années 50, Howard rencontre Julia, lui est chercheur dans les valves, elle est peintre sur un pont. Très vite, ils se marient ; très vite, elle est enceinte. Le destin des Lament est en marche. Suite à une série d'aventures rocambolesques, les jeunes parents perdent leur bébé. Mais en gagnent un autre : Will, orphelin au coeur fragile,
farouchement attaché à la vie et à ses nouveaux parents. La famille s'agrandit avec l'arrivée de jumeaux. Et, parce que " les Lament voyagent ", comme se plaît à le répéter Howard, toute la maisonnée part à l'aventure, rêvant de paysages somptueux et de découvertes éblouissantes. De la Rhodésie au New Jersey en passant par l'Angleterre ; de l'insouciance de l'après-guerre à l'explosion des années 70 ; de rencontres en fâcheries, d'espérances en désenchantements, d'histoires d'amour en drames, les Lament voyagent encore et toujours, en quête d'un endroit où ils auraient enfin leur place.
8 personnes en parlent

La famille Lament c'est Howard, le père, un ingénieur passionné par les vannes (pas les blagues mais le dispositif qui sert à arrêter ou modifier le débit d'un fluide) l la fougueuse Julia, la mère et enfin leurs trois enfants: Will l'ainé plus une paire de jumeaux turbulents . La naissance de Will sera le premier événement malheureux qui suivra Howard et Julia tout au long de leur vie.C'est une drôle de famille, trimballée à travers le monde par le père toujours à la recherche d'un coin où l'herbe est plus verte, d'un lieu parfait où il sera en mesure de réaliser ses rêves et de se sentir chez lui. Mais quelque soit le pays où ils s'installent , ils se sentent toujours comme des étrangers, jamais tout à fait adaptés à leur environnement et ils se déplacent d'un continent à l'autre chaque fois que les choses deviennent un peu rudes là où ils vivent.Je n'ai pas réussi à ressentir de l'intérêt pour les tribulations de cette famille dont les caractères manquent de profondeur et malgré leur excentricité, ils ne m'ont inspiré aucune sympathie. L'écriture de George Hagen n'a pas réussi, pour moi, à donner vie à ses personnages et trop d'exagération sévit dans le récit de leurs péripéties pour les rendre crédibles. Le commentaire social explicite, difficile à manquer, sur les préjugés, le racisme etc. ne m'a pas parlé non plus. Bref, un gros flop pour cette lectureinsipidequi ne m'a procurée aucun plaisir.

un flyer
29/12/14

Quatre ans après avoir découvert la plume de George Hagen avec son 2e roman "Les grandes espérances du jeune Bedlam", j'ai eu envie de revenir dans cet univers en lisant son premier roman.Encore une fois, ce fut un plaisir de se plonger dans une nouvelle saga qui s'étale sur près de 20 ans. L'auteur nous fait découvrir une famille un brin excentrique mais très attachante. Ils vont nous ballader de l'Afrique en Angleterre, jusqu'aux Etats Unis.Trois parties du roman fondamentalement différentes qui ont un point commun: Will, (le jeune héros de ce roman puisque c'est avec sa naissance particulière que le roman débute), et sa petite famille se sentiront toujours étranger que ce soit d'un pays à l'autre. (De toute façon, on est tous l'étranger de quelqu'un, n'est il pas) L'auteur nous parle alors de racisme ordinaire mais qui aura des répercussions sur notre petite famille.J'ai aimé retrouver le ton un peu humoristique et ironique et la plume matinée de poésie de George Hagen. Will est un personnage attachant qui va se dévoiler en grandissant. Un jeune garçon qui cherchera à trouver sa place dans ce monde si vaste: malheureusement, quand celui-ci réussira à se faire à son nouvel horizon, sa famille déménagera encore une fois.Ce roman renferme de l'aventure mais il est également question d'identité. Will se sentira étranger partout où sa famille ira. Will ressentira le racisme que sa condition de "globe trotter" inssufle et ne comprendra pas forcément bien cet état de fait.Pour ma part, les membres de la famille Lament ont tous été mes préférés: j'ai aimé leur esprit de liberté, leur combativité à se faire une place dans chaque pays où ils vont. Will m'a enthousiasmé et j'ai aimé vibrer à ses aventures et à marcher un bout de chemin avec lui durant ces quelques "années". Les jumeaux sont très espiègles: la frondeur de Julius et la douceur de Marcus m'ont beaucoup plu. La fin du roman m'a bouleversée: je ne pensais pas que l'auteur serait capable d'aller aussi lon dans le malheur à quelques pages de la conclusion du roman. Chapeau bas! Pourtant, c'est le coeur un peu gros que j'ai laissé Will s'envoler pour un énième voyage: j'aurai tellement aimé l'accompagner encore quelques pages.Au final, un roman, émouvant, drôle et attachant sur une famille pas comme les autres qui m'a accepté dans ses bagages pour que je puisse faire ce fabuleux voyage avec eux durant plus de 400 pages. Je vous invite à faire de même: vous verrez, vous ne serez pas déçu.

Will2106
06/03/14
 

La devise de la famille Lament est : "Un Lament voyage toujours". Howard le père en a fait son leitmotiv, il est heureux dans le changement de travail et de pays. Avec sa petite famille, il va traverser tous les continents passant de Barhein pour aller en Rhodésie puis en Angleterre pour s'installer aux Etats-Unis. Une vie de joie, de tristesse et de drames.Il y a des livres qui n'auraient jamais dû atterrir entre nos mains sans une certaine dose de hasard. C'est le cas pour celui ci. Je n'avais jamais entendu parler de ce titre ni de cet auteur, la couverture ne m'aurait jamais attiré et le résumé ne m'aurait jamais donné spécialement l'envie de le lire hormis peut-être la comparaison a John Irving. Il a fallu une promotion "deux 10/18 acheté un 10/18 offert" pour que ce livre me tombe dans les mains.Le résultat ? Un coup de coeur total et la découverte d'un auteur qui vaut bien plus que la comparaison réductrice avec John Irving. Lire "la famille Lament" c'est s'embarquer dans une aventure trépidante où les rebondissements sont légions et où l'ennuie est banni. On passe par tous les sentiments , du rire au larmes. Pas de pathos ni de lourdeur, au contraire une grande légèreté de ton et une vision ironique de la vie. Les thèmes comme la mort, l'adoption, l'adolescence, la réussite professionnelle, le rêve américain, le racisme, le couple, etc..., sont traités avec une grande finesse et les personnages sont d'une rare densité. C'est avec un pincement au coeur, qu'une fois le livre achevé, l'on doit quitter cette famille rendue attachante par les joies mais aussi les épreuves qu'elle a du traverser.Un coup de coeur total pour ce formidable premier roman d'un auteur a suivre.

Zembla
09/10/13
 

Dans La famille Lament , je demande...Le père, fourmillant d'idées, toujours prêt à repartir pour accomplir ce qu'il estime être la destinée familiale: le voyage;La mère qui défend ses convictions non racisteWill, le fils aîné,un peu tiraillé entre le couple de ses parents et celui des jumeaux, Julius et Marcus, et qui peine un peu à trouver sa place dans la constellation familiale...Mine de rien, sous couvert d'un roman très agréable et distrayant (j'ai hoqueté de rire en lisant le récit de la mauvaise farce faite à Ajax, le molosse aussi obtus que son maître...), George Hagen traite de thèmes plus graves: l'intolérance, la résilience, l'intégration (et ce que l'on est prêt à perdre pour l'obtenir...Il désamorce tout pathos et construit le roman d'une manière légère: le lecteur partage d'emblée un secret qui ne sera révélé que tardivement à l'un des personnages. Les rebondissements s'enchaînent, alternant moments graves et joyeux et c'est avec regrets que l'on quitte cette famille si sympathique. cathulu

cathulu
19/01/13
 

Grand voyage initiatique...en famille ! Les tribulations géographiques et psychologiques de la famille Lament à travers l’Afrique, l’Angleterre, les Etats-Unis…… ou comment participer à un grand voyage initiatique tout en mêlant l’humour, l’amour, une dose d’esprit politique et philosophique. Une écriture drôle et fine, des situations inédites et bien vues. Avis aux explorateurs et amateurs de littérature !

Voici encore un beau livre, depuis des mois sur mon étagère, je ne sais plus qui me l’a conseillé mais je me suis régalée.Une famille comme beaucoup d’autres avec les accidents de la vie. Des moments très douloureux, , le vol de leur bébé à la maternité que l’on remplace aussitôt par un autre, le silence autour de cet enfant qui grandira en se demandant pourquoi il est si différent des autres membres de la famille.Une famille globe trotteuse, qui va d’un pays à l’autre dès que les circonstances deviennent difficiles ils partent vers une autre destination. Les parents se déchirent, mais l’amour est toujours présent et l’enfant adopté réconforte, s’occupe des uns et des autres, il est le tampon entre tous.Très bien écrit, un ton lucide mais plein d’espoir.A découvrir Nena

nena1
18/07/12
 

Une maternité en Rhodésie du Sud. Des parents qui ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le prénom de l'enfant qui vient de naître.Dans une autre chambre, une mère vient d'accoucher d'un enfant prématuré qu'elle n'accepte pas tant il est fragile. Pour qu'elle y parvienne, l'obstétricien commun aux deux femmes a une idée : il propose à la mère de l'enfant sans nom d'autoriser la mère du prématuré à allaiter son enfant en attendant que le prématuré reprenne des forces.C'est à partir de là que tout bascule comme dans "la vie est un long fleuve tranquille". La suite est bien différente. C'est l'histoire d'une famille qui déménage sans cesse ne se sentant bien nul part, victime notamment du racisme. C'est l'histoire d'un enfant qui se sent différent, qui se sent étranger même au sein de sa famille.Bouquin que j'ai lu cet été alors mes impressions ne sont plus très fraiches. Dans mon souvenirs certaines longueurs, parfois trop de passages consacrées aux enfants à mon goût. Un bon moment de lecture tout de même. ** et 1/2 (je note sur 4 je le rappelle et ne me demandez pas pourquoi pas sur 5...)

lucie38
29/04/11
 

Ouvrage bien sympathique et qui se lit très facilement. D'ailleurs, sympathique n'est sans doute pas le mot : l'auteur semble avoir une facilité déconcertante à dérouler une série de drames sans pathos ni jugement moral. On s'attache rapidement aux personnages de cette famille un peu perdue, en exil permament. On se reconnait tous un peu dans les différents personnages : la mère et sa soif de reconnaissance, le père qui semble penser que le soleil brille toujours plus ailleurs, les jumeaux, toujours prêts à égayer le récit par leur optimisme, et enfin le fils aîné, fil conducteur du récit, qui subit ces pérégrinations tout en s'interrogeant sur sa place dans cette famille atypique. Finalement ce livre n'est pas du tout léger... Il interroge sur la tendance à la fuite permanente tout en restant hymne à la famille. Enfin le livre se conclut sur ce qui nous est apparu en filigranne depuis le début du livre: La dure réalité d'avoir en face de soi un destin broyé par avance ..... Après tout le choix n'est pas de la partie ... un Lament voyagent, ils ont toujours fait cela !!

Maruch
12/03/10
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.52 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition