La fee carabine

PENNAC, DANIEL

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 03/10/97
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits-enfants, et si on prétend que tout ça c'est ma faute, moi, je pose la question : où va-t-on ? » Ainsi s'interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser
nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, coeur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d'un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l'innocence même (« l'innocence m'aime ») et pourtant... pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale.
11 personnes en parlent

« «Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits-enfants, et si on prétend que tout ça c’est ma faute, moi, je pose la question : où va-t-on ?»Ainsi s’interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, cœur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d’un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l’innocence même («l’innocence m’aime») et pourtant… pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale. » (synopsis éditeur).–Ce bon Julius a gardé des séquelles de sa crise d’épilepsie (voir « Au bonheur des ogres »). Il se trimballe désormais la langue pendante, mais toujours avec sa sale odeur de cabot. « Cataclop, cataclop, il s’amène. Il pue tellement, ce chien, que son odeur refuse de le suivre : elle le précède ».Nouvelle enquête policière dans laquelle Benjamin Malaussène se retrouve impliqué malgré lui et sans même le savoir. Principal suspect de la Police, Malaussène agit pourtant sans s’inquiéter le moins du monde de ses agissements et pour cause… il ne sait pas que tous les éléments convergent et jouent en sa défaveur. Du grand Malaussène que nous propose une nouvelle fois Daniel Pennac ! Mo'

Mobd
01/05/15

Rien ne va plus à Belleville. Les mémés se font égorger, les pépés se shootent aux pilules magiques, et un flic s'est fait buter en pleine rue. Evidemment, la police renifle vite un coupable : Benjamin Malaussène, bouc émissaire à son travail comme à la ville. Alors que Benjamin a d'autres chats à fouetter : sa Julie a disparu, sa mère enceinte jusqu'au cou va accoucher, et son chien a fait une nouvelle crise d'épilepsie...Le résumé devrait déjà vous mettre sur la voie : ce roman est bourré de fantaisie, et il faut être un minimum loufdingue pour l'apprécier. Les esprits 100% cartésiens auront sans doute un peu de mal à rentrer dans cet univers unique. Pour ma part, j'adore, et j'ai même encore plus aimé que le premier tome, Au bonheur des ogres. C'est plus long, plus abouti, on connaît mieux les personnages et l'intrigue policière est plus prenante. La famille Malaussène et leurs amis me sont devenus familiers, j'ai l'impression de bien les connaître, ce qui rend encore plus accro à leurs aventures. Surtout que ce sont des personnages hauts en couleurs, donc inoubliables. J'ai aussi plus ri que dans le premier tome, et je me suis noté des tas de passages croustillants et drôles. Donc évidemment, je n'ai qu'une envie : me jeter sur le tome suivant, La petite marchande de prose... Lili Miaou

lilimarylene
14/06/14
 

J'avais lu le premier tome de la saga Malaussène il y a plus de deux et j'en garde un souvenir plutôt bon, mais j'avais toujours mieux a lire, du coup, je n'avais pas pris la peine d'emprunter la suite à la bibliothèque. Du coup, c'est encore une fois grâce au mois blanc du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah et à mon baby-challenge Contemporain que je me suis enfin décidée à découvrir la suite d'Au bonheur des ogres.J'ai passé un bon moment avec La fée carabine. Cette série à vraiment un petit truc en plus que beaucoup de livres n'ont pas, un petit truc difficile à expliquer ou à nommer... Je trouve qu'elle sent bon la France avec ses côtés très chouettes et ses réalités nettement moins sympa. J'aime cette idée du métissage moderne que l'on retrouve dans ce livre, avec ses préjugés qui ne demandent qu'à être démentis. Tout comme j'aime cette ironie de la vie qui nous surprend à chaque instant, dans le mauvais sens comme dans le bon.L'histoire de ce tome m'a tout particulièrement plu, elle m'a beaucoup amusée. Je trouve que Daniel Pennac est allé assez loin dans ce tome en nous proposant une intrigue vraiment farfelue et pourtant très plausible. J'aurais du mal à croire une telle histoire si elle passait dans les faits divers d'un journal, mais là, j'y ai vraiment cru. C'était drôle, c'est plutôt frais et c'est surtout très ironique !J'ai été très heureuse de retrouver Benjamin et toute sa famille : ils sont étranges, un peu inquiétant et pourtant je trouve que l'on se sent tout particulièrement bien au milieu de cette joyeuse bande. Bon, la vie est plutôt dure avec eux, mais ils sont débrouillards, alors Daniel Pennac le leur rend bien !D'ailleurs, j'ai, encore une fois, beaucoup apprécié l'écriture de celui-ci et tout particulièrement le ton qu'il emploie. Même si son histoire est loin d'être rose, je trouve qu'on positive très facilement en lisant cette histoire. Sans compter que j'apprécie beaucoup son humour décidément très ironique.La fée carabine est un très bon second tome !

MademoiselleLuna
27/09/13
 

Ce roman fait suite à l'excellent 'Au Bonheur Des Ogres', que j'ai redécouvert récemment. Je l'avais déjà lu, et adoré, en 1992.A Paris, depuis quelques semaines, des vieillards sont égorgés. L'hypothèse d'un tueur en série semble d'abord la plus probable. La population et la police s'organisent chacune de son côté pour assurer la défense de potentielles victimes et tenter de mettre fin au massacre. Mais le(s) coupable(s) n'est/ne sont pas celui/ceux au(x)quel(s) on pourrait s'attendre ! Pour la police, Benjamin Malaussène devient en tout cas le suspect idéal, ce qui semble plutôt naturel pour le "bouc émissaire" professionnel qu'il est resté...Résumé ainsi, ce roman semble n'être qu'un roman policier banal, ce qui n'est pas le cas. En effet, l'originalité et la complexité de l'intrigue imaginée par Daniel Pennac, ainsi que son sens de l'humour, sont en permanence la source de surprises pour le lecteur (même après avoir déjà lu le livre - il y a 20 ans déjà, il est vrai).Ce roman peut se lire soit comme un excellent roman policier, soit comme une grande parodie du genre ! Peu importe ce qu'il est, dès lors que le plaisir est au rendez-vous (malgré un style fait de phrases souvent concises, qui parfois suffit a priori à me faire reposer un livre).La suite : relire "La petite marchande de prose", qui m'a aussi laissé un excellent souvenir (même si j'en ai oublié l'intrigue). Apikrus

Apikrus
24/05/13

Tout est lié. La mort de Vanini, l’agression de Julie, les vieilles qui calanchent, les infirmières qui bourrent de médocs les vieux désespérés… tout est lié vous dis-je ! C’est dans ce climat apocalyptique que la tribu Malaussène « vit ». Ils rencontrent des mourants, frôlent eux-mêmes la mort et final, ils l’emm****nt la mort ! Langage un peu cavalier je sais. Mais comment parler de La fée carabine autrement ? Encore une fois, Daniel Pennac a allié humour et noirceur avec une habileté déconcertante. Cependant, dans ce second tome des aventures des Malaussène, l’enquête policière prend un tournant différent. En effet, tandis que dans Au bonheur des ogres la police n’apparaissaient qu’en second plan, ici, la police occupe la place centrale. On rencontre ainsi Pastor et Van Thian, deux policiers justes et honnêtes en quête de vérités. On retrouve aussi le divisionnaire Coudrier (cf tome 1). Ils vont tout mettre en œuvre pour résoudre les nombreux mystères présents dans ce tome qui mêlent les infirmières de la mairie, les vieilles amies de Stojil et Julie. Au milieu de ce capharnaüm, les délicieux membres de la famille Malaussène nous réjouissent encore davantage. Les lunettes roses du Petit. Jérémy, toujours aussi drôle et inventif. Maman qui pond encore… Et les sœurs (Clara, Louna et Thérèse), un peu barrées mais très dévouées à leur frère Benjamin. Ah Benjamin… Le bouc émissaire pas excellence, voué à être le coupable à fouetter à chaque enquête criminelle. Et il va en connaître des malheurs notre Benjamin national. Et oui, vous l’aurez deviné : des morts, des mortes, des mourants et des mourantes ! Ajoutons à ces personnages, une autre volée de personnages : les vieux drogués. Ils font leur apparition dès le début du roman. On les découvre en désintoxication de médocs. Ils sont attachants et pleins d’un savoir sans faille. Risson, Verdun, Rognon, Semelle et Merlan. Enfin, je ne peux achever l’écriture de cet avis sans vous parler de la fascinante veuve Hô. Mystique et presque surréaliste, elle traverse le roman dans ses socques en bois et chaussettes de laine. Elle occupe une des places centrales du récit, et paraît si fragile, si gentille, si… Elle fait une entrée en matière des plus attendrissantes avec son magistral « pouôtédger » (= protéger), mais qui est-elle vraiment ? Petit bémol tout de même qui vient assombrir le tableau : par moment, c’est un peu longuet… En bref : Toujours autant d’humour. Toujours cette verve simpliste qui claque à l’oreille comme un élastique. Ça languit, ça berce… Du Pennac tout cracher ! Un régal, toujours.

SEcriture
18/09/12
 

Il était un proverbe Taoïste... 2° opus de la Saga Malaussène, nous voici un an après le bonheur des ogres. Benjamin est toujours bouc émissaire littéraire, toujours amoureux de Julia, mais en ce moment il ne bosse pas, trop occupé à la maison avec sa nombreuse famille de sang et de coeur, et Julia est sur un papier dangereux, silence de son côté. Dans Belleville, c'est le délire, une mémé a flingué un flic... Devinez qui va encore être accusé de tous les maux de la terre ?...Une vraie magie opère décidemment avec Daniel Pennac. Encore une fois j'ai eu du mal au départ avec son style argotique, ses anglicismes francisés ( le blouze, le spitche ...) et puis boum, on entre dans l'histoire et tout ça devient plaisant...Une vraie détente, une mine de trouvailles, un bon moment, quoi. Sylvie Sagnes

SagnesSy
23/07/12
 

Pour la troisième fois que je lis ce livre, je le trouve toujours aussi bien. Les vieilles ne sont plus ce qu'elles sont, tous les personnages sont liés, c'est une histoire dans le présent qui contient du passé. Et puis Pastor, ce personnage si étrange est vraiment intéressant. Malaussène reste toujours aussi génial, mais justement, le regret que j'ai eut eut, est qu'on ne le voit pas assez. Ce tome est plus centré sur les policiers... Et ca c'est un regret que j'ai.

yuukichanbaka
13/12/11
 

Premier tome de la "Saga Malaussène", la Fée Carabine de Pennac est un parfait exemple de ce que seront les autres volumes, et expriment bien le talent de l'auteur. Bien qu'il ne soit pas mon préféré de la série, j'ai quand même pris un très intense plaisir à lire ce livre à l'écriture à la fois subtile et facile - Pennac est ce genre d'auteur qui peut vous donner envie de lire du matin au soir jusqu'à ce que vos yeux n'en peuvent plus sans que vous soyez un seul instant "gavé". Les personnages sont irrésistibles, l'humour parfois caustique et parfois même légèrement naïf mais toujours inattendu, et tout au long de l'histoire semble se construire une intrigue,un suspense dont on ne prend conscience qu'à la fin quand toutes les clés nous sont enfin données, éclaircissant tout, arrachant au lecteur des "Oh?" et des "Ah!" et laissant à la fois intensément satisfait, et avide de plus! Il n'y a pas d'ami plus fidèle qu'une livre. (Hemingway)

Serendipity
19/05/11
 

Ayant apprécié le premier volet de La Saga Malaussène : Au bonheur des ogres, je n’ai pas hésité longtemps avant d’acquérir ce second tome des aventures offertes par Daniel Pennac. Sans compter que La Fée carabine a rapidement rejoint mon Challenge ABC 2010 et que ce titre fait également partie du Challenge Livraddict 2010. Ayant entendu tant d’éloges (le livre semble faire l’unanimité auprès des lecteurs), j’attendais beaucoup de cette lecture et je plaçais la barre très haut. Et bien, je dois l’avouer, c’est une petite déception. Certes, j’ai passé un très bon moment en suivant les aventures de la famille Malaussène et j’ai été ravie de cheminer avec Daniel Pennac pour élucider l’enquête… mais voilà, il m’a manqué le petit truc en plus qui aurait pu faire une lecture coup de cœur. Je lisais quelques pages sans problème, à tout moment de la journée, mais je n’avais pas cette envie, ce besoin insurmontable de connaître la suite (sentiment rencontré assez rarement finalement, mais qui, heureusement, est apparu lors de ma lecture suivante… je ne vous en dis pas plus !). Je pense tout de même continuer ma découverte de la saga de Daniel Pennac (en 7 tomes, au total), car c’est plaisant à lire et distrayant… quant à savoir quand… il ne me reste plus qu’à trouver les tomes suivants d’occasion ! Pour l’heure, faisons un point plus détaillé de ce qui m’a plu, déplu ou déçue…

DameMeli
14/10/10
 

Si dans le premier tome, on oubliait presque la dimension "policière" du roman, ici elle est au coeur de l'intrigue, avec des chapitres du point de vue des forces de l'ordre, ce qui nous permet d'en savoir plus que le héros. Le lecteur, ici, a plus de pouvoir que les personnages, et observe, impuissant, les évènements alors que lui a toutes les clefs en main. Toutes, vraiment? Pennac sait nous surprendre. A la fin, on s'étonne de la virtuosité de l'intrigue, de la fluidité avec laquelle tout se noue, tout s'éclaire. L'intrigue, complexe, est même résumée par un des flics, pour ceux qui auraient raté un épisode. Bonne initiative de Pennac. Et toujours ce style vif, simple, plaisant. Une bonne surprise donc.

wellreadkid
07/08/10

L'écriture de Daniel Pennac est un vrai régal.Roman drôle et attachant.

Ninie
21/11/08
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.19 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie