La fille americaine

FAGERHOLM-M

livre la fille americaine
EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 22/08/07
LES NOTES :

à partir de
24,35 €

SYNOPSIS :

1969, une presqu'île de Finlande. Surgit de Coney Island une jeune fille américaine, Eddie de Wire, venue rendre visite à sa tante, installée dans la Maison de Verre. Deux garçons tombent éperdument amoureux d'elle et, lorsqu'elle disparaît si vite et sans raison, on retrouve le corps de l'un d'eux pendu dans une grange. C'est le début du « mystère de la Fille américaine » qui va hanter la vie des habitants du lieu. Ainsi, Doris et Sandra, encore enfants à l'époque du drame, qui éprouvent chacune la même fascination pour cette affaire, se lient d'une amitié exclusive. Partageant l'univers clos de leurs rêves et de leurs jeux, elles trouvent ensemble la force d'encaisser les secousses venues du monde des adultes, leurs mensonges, leur folie. Mais d'autres mystères affleurent : qu'est devenue Lorelei, la mère de Sandra ? Est-elle partie avec un amant
? Est-elle morte, assassinée ? Un jour, le corps de la jeune fille américaine remonte à la surface du marais de Bule. Mais s'agit-il bien d'elle ? Monika Fagerholm restitue de façon troublante les angoisses de la fin de l'enfance, l'éveil à la sexualité et la brutalité de l'adolescence. Tout en auscultant la part intime des êtres, elle évoque avec passion l'état des relations entre dominants et dominés. Se côtoient dans le roman la haute société scandinave, des estivants richissimes propriétaires de villas et les « gens du Coin » qui travaillent pour eux. La musique est très présente car l'auteur s'approprie des extraits de chanson des années 1960-1970, créant un refrain envoûtant, auquel s'ajoutent des réminiscences littéraires. On se demande enfin quel aurait été le destin de ces personnages si la musique punk n'était pas née.
7 personnes en parlent

[...]Mais non, ça n’a pas collé. L’écriture, je pense, trop heurtée, trop descriptive, pas assez dans l’action à mon goût. Je me suis ennuyée à la lecture, en fait, et c’est rédhibitoire.[...]

Readingintherain
07/05/11
 

Les voix de l'enfance. Sous un calme apparent, Monika Fagerholm instaure un malaise de plus en plus palpable. Elle a le don de manipuler ses lecteurs et ses personnages ! L’écriture a beaucoup de style, sensible et empreinte de poèsie mais le rythme est lent, très lent. Cette grande dame de la littérature scandinave s’affirme comme une des voix essentielles de notre temps.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

En bref, un thriller qui aurait pu être une bonne lecture si le style de l'auteure avait été plus simple pour fluidifier une lecture et une histoire déjà difficile et compliquée...

RizDeuxZzZ
16/07/12
 

La Fille Américaine entrelace les récits de jeunes filles fascinées par l'histoire d'une américaine morte sur leur petite île finlandaise. Le style est étrange, peut-être poétique, moi je dirais emberlificoté et ces jeunes filles ne m'ont jamais touchée. Toutes malheureuses, elles ont en commun de ne pas avoir une vie familiale stable.Bref, je suis vraiment passée à côté de ce roman

cocalight
02/09/11
 

Un livre difficile d'accès car entremêlant personnages et intrigues sans forcément donner les repères pour démêler le tout. Cependant, j'ai été mystérieusement happée par tous ces mystères, par l'ambiance créé par l'auteur. Je me suis vraiment prise au jeu de découvrir où était le vrai et le faux dans ces intrigues. Un roman qui ne se livre pas aisément et dont il faut aller chercher la clef dans le repli des pages...

Asiled
28/10/10
 

Monika Fagerholm est un écrivain finlandais d'expression suédoise. La fille américaine est la première partie d'un diptyque en cours d'écriture ; le deuxième tome s'intitulera La fin sur la scène à paillettes. L'histoire se déroule dans le Coin (une partie de l'immense territoire finlandais) entre la Première Pointe, le marais de Bule et la Deuxième Pointe. Des maisons luxueuses où séjournent principalement en période estivale de riches propriétaires : Eddie de Wire habite la Maison de Verre chez la Baronne, sa tante. Bientôt rejointe par ses deux soeurs, Kenny de Wire et Inget Herrman. Dans le marais, il y a la mère des cousins qui élève Bengt (celui qui connaît le mieux le Coin et ses environs), Björn (le petit ami « officiel » d'Eddie), Doris (une fille intelligente qui fut recueillie dans cette famille pour cause de maltraitance de la part de ses parents biologiques), et enfin Rita et Solveig, les jumelles. Dans une des maisons de la Deuxième Pointe s'installe Sandra, une fille timide avec un bec-de-lièvre, qui n'arrive pas à trouver sa place entre ses parents « jet-setters » ; Lorelei Lindberg et son mari surnommé l'Alandais. Les principaux personnages ont fait leur entrée sur scène : l'auteure peut désormais tisser les fils de l'histoire...Un récit protéiforme, parfois ardu, dans lequel vont cohabiter deux meurtres mystérieux, deux suicides énigmatiques, des liens multiples - et à différents niveaux - entre tous les personnages. Malgré un démarrage assez longuet, le schéma narratif est plaisant car à l'image d'un puzzle, le lecteur reconstitue pièce par pièce les éléments de l'intrigue. A travers les « jeux policiers » de Sandra et Doris dans lesquels elles inventent des situations fictives à partir d'événements réels, la frontière est alors ténue entre jeu et réalité, les ressemblances et coïncidences se font troublantes. Jaillissent également les nombreux secrets de famille qui seront élucidés au fil du roman. Au lecteur patient de tout démêler ! Jalousie, âge plus ou moins tendre de l'enfance puis de l'adolescence, éveil à la sexualité, lutte des classes, recherche infructeuse du « Moi », sévérité mêlée à l'opacité du monde des adultes, Monika Fagerholm nous offre à lire une oeuvre puissante, où la reminescence des souvenirs de chaque personnage fournit une clé pour appréhender globalement l'intrigue du livre.

SophieC
09/03/10
 

Les voix de l'enfance. Sous un calme apparent, Monika Fagerholm instaure un malaise de plus en plus palpable. Elle a le don de manipuler ses lecteurs et ses personnages ! L’écriture a beaucoup de style, sensible et empreinte de poèsie mais le rythme est lent, très lent. Cette grande dame de la littérature scandinave s’affirme comme une des voix essentielles de notre temps.

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.60 kg
  • Langage original : SUEDOIS