La fille de l'irlandais

FLETCHER, SUSAN

livre la fille de l'irlandais
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 17/03/08
LES NOTES :

à partir de
6,90 €

SYNOPSIS :

Eve, petite fille rousse et délurée, est recueillie par ses grands-parents à la mort soudaine de sa mère, dans un village au coeur du pays de Galles. À cause de sa chevelure rousse indomptable, elle doit faire face au mépris et à la méfiance. Mais lorsqu'une enfant disparaît mystérieusement, la vie
des villageois bascule : enquête, soupçons et mensonges deviennent le quotidien. Au milieu de cette effervescence, Eve, perdue, tente de percer les secrets de sa vie et de sa naissance. Dans ce roman, les pièces du puzzle s'imbriquent progressivement pour former un magnifique conte d'innocence perdue.
10 personnes en parlent

Eve a 8 ans est devient orpheline, elle est recueillie par ses grands-parents, au fin fond du Pays de Galles. Elle va aimer sa vie, une vie de sauvageonne, de liberté, de courses et de balades en plein nature balayés par le vent qui emmêle ses cheveux, ses beaux cheveux roux qui rappellent quelqu’un, un homme son père.Pourquoi ne lui parle-t-on pas de lui ? Elle ne le connaît pas. Elle sent une tension autour d’elle, découvrira t’elle le mystère qui l’entoure ? Un bon premier livre, pleine de poésie, j’ai aimé ces étendues vides de vies humaines, ce vent, ce froid, le soleil du printemps. Un bon moment. Nena

nena1
09/06/15
 

Cette fois-ci, j'ai réussi à me laisser bercer par la prose de l'auteure.Ses changements de temporalité intempestifs ne m'ont pas dérangés (un peu tout de même, mais pas au point de me faire lâcher ma lecture).J'ai tout de même trouvé dommage que l'auteure ait été obligé, dans un dernier chapitre, de clore son histoire en remettant les événements en ordre.Et puis trop de détails restent en suspend. J'aime bien que les choses soient claires, alors qu'en refermant le roman, énormément de doutes subsistent.Finalement, je m'aperçois que le déroulement de la narration qu'adopte l'auteure ne me convient pas, même si les histoires qu'elle raconte sont belles.L'image que je retiendrai :Celle des patins à roulettes de Rosie. Alex-Mot-à-Motshttp://motamots.canalblog.com

AlexMotaMots
24/03/14
 

Pas simple de se construire pour une petite fille de huit ans, de père pas si inconnu que cela et orpheline de mère trop vite. Pourtant c'est qu'entreprend l'intrépide Evangeline Green, débordante d'énergie et assoiffée de vérité, auprès de ses grand-parents maternels et de compagnons de route plus âgés que représentent Billy et Daniel ou bien de classe comme Gerry. En avant pour une virée campagnarde !La fille de l'Irlandais est un récit assez diffus, mêlant souvenirs maternels, présent et passé d'Evangeline. Si le texte reste plaisant à lire -indéniablement, Susan Fletcher écrit bien et sait décrire les ambiances de suspicion d'un village gallois- il n'empêche que l'intrigue aurait bien mérité un peu de ménage : trop de broderies, de l'éparpillement et finalement peu d'anecdotes. Cette écrivaine associe son texte à la pensée d'une jeune enfant. Elle n'échappe pas à la vision d'une boucle : l'intrigue tourne en rond avec des répétitions et des atermoiements inutiles. Bien sûr, les secrets sont distillés avec parcimonie et les événements effroyables narrés au compte-gouttes. Cependant il manque une pesanteur au contenu et l'empathie à l'égard des personnages. Visiblement, Susan Fletcher a su rectifier le tir avec son magnifique Avis de tempête, plus abouti, mieux bâti, juste parfait !Malgré ses menus défauts, ce premier jet doté de deux prix britanniques mérite l'attention : la présence d'Evangeline demeure sympathique et les décors bien exposés. A travers ce premier exercice, il n'est pas difficile de déceler une vraie plume littéraire, qui marque les esprits comme celle d'une autre citoyenne d'Irlande, Claire Keegan pour ne pas la citer ! Susan Fletcher témoigne d'un talent certain dans la description de l'état d'enfance, d'une femme en gestation, des réactions face à une disparition sordide, des premiers émois amoureux, de la recherche d'une filiation (et d'une certaine façon, de la quête d'une identité) par l'intermédiaire de souvenirs des uns ou de boîte à secrets d'une autre, d'une situation d'ostracisme (Evangeline d'une part, Billy de l'autre). Elle effleure via Mrs Maddox, une certaine philosophie de la vie : certains événements ne se maîtrisent pas et lâcher prise paraît le cheminement le plus sain.Dernière chose : je regrette la traduction du titre original brillant Eve Green en La fille de l'Irlandais (moche et assez réducteur). Outre le patronyme de l'héroïne (Eve comme diminutif d'Evangeline), Eve Green suggère la première femme des trois principales religions monothéistes mais également la couleur de la ruralité galloise, un élément majeur de l'intrigue : deux notions qui disparaissent complètement dans cette dénomination française. Ennuyeux !

Cave
01/05/13
 

Eve Green, huit ans, de père inconnu, sa mère subitement morte, se trouve renvoyée chez ses grands-parents dans un petit village du beau et sauvage pays de Galles. Un univers dur, où les mesquineries et le mépris jalonnent sa vie d'écolière. Un jour, la plus jolie fille de la classe disparaît, et le microcosme villageois se met en ébullition: enquête, soupçons, mensonges, faux témoignages, vengeance, culpabilité. A huit ans, c'est une drôle d'initiation à la vie qui lui tombe dessus. Seuls deux amis réussissent à gagner sa confiance, jusqu'au jour où l'un d'eux disparaît à son tour...Vingt ans plus tard, enceinte de son premier enfant, Eve remet en place, dans la sérénnité et dans l'amour, le puzzle de sa vie.Voici le troisième roman de Susan Fletcher que je lis. Les pièces du puzzle s'imbriquent au fur et à mesure. Ce roman pourrait être seulement une histoire sombre et larmoyante mais il reflète plutôt un magnifique conte d'innocence perdue. Bien évidemment, j'ai apprécié la description des paysages sauvages. La nature est sublimée par la plume de Fletcher.Je reproche cependant trop d'allées et venues dans la narration, parfois je me suis perdue dans cette vision kaléïdoscopique. J'aime beaucoup les romans de Susan Fletcher mais je préfère de loin Un Bûcher sous la neige.

Mirontaine
13/12/12
 

Lecture commune avec Mirontaine , Titou le matou, Sandrine , Philisine Cave , et Solenn. Quand Evangeline perd sa maman, elle est recueillie par ses grands-parents qu’elle ne connait pas et se retrouve isolée dans une ferme perdue au cœur du pays de Galles. Du haut de ses 8 ans, elle doit faire face à sa peine, mais aussi aux regards des gens, ces regards qui la transpercent de leur mépris, la jaugent, la jugent. Est-ce à cause de sa chevelure rousse indomptable, de ses taches de rousseur, de son innocence juvénile, ou bien pour quelque autre secret que l’enfant ne comprend pas ? Car les gens parfois lancent des piques, et parlent de son père. Un père qu’elle ne connait pas, qu’elle n’a jamais vu, mais auquel il parait qu’elle ressemble énormément. Un père qui a quitté sa mère, et qui a laissé dans le village un souvenir bien négatif… Un père qu’elle aimerait tant aimer. C’est la femme mûre qui raconte son enfance, une Eve en attente d’un enfant, heureuse, mais qui pourtant ne peut se départir d’une forme de nostalgie face au temps d’avant, et aussi de regrets et de remords. Car le passé pèse encore sur son âme, comme une chape. Elle se remémore sa rencontre avec ses deux seuls amis, un qu’elle perdra en cours de route, et l’autre qu’elle gardera, s’en étonnant encore des années plus tard. Caressant son ventre rond, Evangeline repart dans le passé, redevient la petite Eve sauvage et effrontée d'autrefois. Billy le bizarre ne lui fait pas peur, ou si, peut-être un peu, mais elle tente pourtant par tous les moyens de s’en approcher et leur relation, bien que ne pouvant être qualifiée vraiment d’amitié, se teinte malgré tout d’un sentiment d’attachement. Billy ne parle pas, ou si peu, mais il voit, il sait, il comprend beaucoup de ce qu’il se passe dans les environs et la fillette aimerait pouvoir accéder à ses secrets, elle aimerait qu’il lui raconte… Daniel quant à lui veille sur elle, la regarde grandir, la protège de loin. Eve se souvient aussi de la jeune voisine disparue, qu’on n’a jamais retrouvée, des soupçons qui ont alors pesé sur tout le village, de l’enquête. Ses grands-parents sont aimants et l’élèvent du mieux qu’ils peuvent. Mais eux aussi ont leurs soucis, leurs peines qu’ils tentent de cacher, et des secrets, comme tous. Ils parlent peu de la maman d’Eve, et encore moins de ce qui s’est passé 9 ans plus tôt. La petite fille tente désespérément de percer tous les mystères qui entourent sa mère et son arrivée à elle, de découvrir ce que veut dire le mystérieux K gravé dans le bois. Elle veut comprendre et remettre en place les pièces du puzzle qui s’imbriquent tant bien que mal pour reconstituer le passé. C’est un réel bonheur de retrouver la plume de Susan Fletcher, une auteur qui décidément me plait de plus en plus ! Après Un bûcher sous la neige et Avis de tempête, elle nous embarque dans une histoire où à nouveau le passé des protagonistes leur remonte en mémoire, où il pèse sur leur vie actuelle. Une histoire où l’enfance est décrite avec une sensibilité vraiment exceptionnelle, où la violence se mêle à la douceur. Les personnages sont comme dans ses autres romans peints avec une réelle délicatesse, et sa plume permet une vraie introspection, une descente au cœur des gens pour tenter de les comprendre, et bien, sûr, pour arriver à les aimer. L’auteur excelle également à décrire la campagne environnante, le vent, la pluie ou le soleil, les teintes du ciel et l’immensité, la beauté de la nature. Tout à la fois roman intimiste et œuvre lyrique dans ses descriptions du pays, La fille de l’Irlandais laisse un goût de trop peu : c’est si beau qu’on en voudrait encore ! Liliba

liliba
02/11/12
 

" c'est ça une cicatrice : la preuve qu'on a vécu un événement qui mérite un récit."Éve (Evie ou Evangéline suivant l'âge) en a des cicatrices, corporelle et morale.Si dès le départ, on connaît le récent drame de sa vie qu'est la mort prématurée de sa mère et son départ obligé à 7 ans la ville de Birmingham au Pays de Galles, l'auteur distille ensuite les autres fêlures.En alternant les narrations de la jeune Evangéline de 7 ans, puis celle de la femme Ève de 29 ans, le mystère perdure. Seuls des indices sont révélés et maintiennent le suspense.Ainsi l'auteur crée un récit assez riche puisqu'il y a à la fois une intrigue sur le mystérieux père de la petite fille, sur une jeune enfant disparue et sur un incendie et en même l'évolution d'Evangéline dans cette difficile contrée du Pays de Galles.Moi qui avait tant aimé Un bûcher sous la neige, j'ai retrouvé ici, en moins maîtrisé (mais il a été écrit avant) un personnage fort en la présence de la rousse Evangéline, un pays difficile très présent, et des relations à la fois simples et intenses entre les personnages.C'est toujours agréable de se glisser dans les pensées d'une enfant, d'autant plus que celle-ci est un peu rebelle. Après sa vie en ville, elle découvre à Pencarreg les climats rudes, la vie avec les animaux, les promenades dans la lande. Elle rencontre deux personnages essentiels à son évolution. Tout d'abord Daniel, un ouvrier de ses grands-parents est toujours présent pour la consoler et Billy, un solitaire défiguré par une ruade et mis à l'écart par tout le village.Les évènements, la recherche de ses racines et la recherche d'une stabilité pour sa future vie de maman au cœur d'un village où tout le monde se connaît font de ce livre un roman dense et passionnant qui m'incite à continuer sans hésitation la lecture de cette auteure.

jostein
01/10/12
 

"Et donc, une petite fille de huit ans peut-elle être amoureuse ? C'est une vraie question. Qui peut le dire ? à cet âge-là, l'amour est un petit mot si simple. On l'a sur le bout de la langue. On n'a aucune idée de son pouvoir, de ses aspérités, ou du prix à payer. Il est facile de se moquer d'une petite fille qui déclare être amoureuse- et pourtant je le déclarais." Celle qui parle ainsi c'est Eve. Recueillie par ses grands-parents après la mort soudaine de sa mère, la petite fille rousse doit affronter la méfiance des enfants du village Gallois et tenter de retrouver le fil de ses origines. En parallèle, la disparition d'une fillette vient semer la suspicion et jeter le trouble parmi les villageois. , 51i7eGIpxxLcouronné par deux prix littéraires en Grande-Bretagne , alterne la voix d'Eve enfant et d' Eve adulte.Sur une trame assez classique, recherche des origines,affrontement de l'hostilité d'un groupe par un individu isolé mais non sans ressources (plus d'une personne en feront les frais !), la disparition d'un enfant vient jeter une ombre . J'avoue être un peu restée sur ma faim car le superbe style de Susan Fletcher que j'avais admiré dans Avis de tempête ne trouve pas ici sa pleine mesure. Un bon moment de lecture néanmoins. cathulu

cathulu
21/07/12
 

Eve Green a huit ans lorsque sa mère meurt subitement. Ses grands-parents l'accueillent chez eux dans leur ferme d'un petit village du Pays de Galles. Eve tente bien que mal de continuer à vivre entourée de l'amour de ses grands-parents. Intrépide et effrontée, elle préfère sillonner les chemins plutôt que de s'asseoir sur les bancs de l'école.Mais un jour, la plus jolie fille de la classe disparait. Cela faisait quelques temps qu'elle rôdait près de la ferme. Le doute s'installe... Eve va alors partir à la quête d'indices sur la disparition de la fillette mais également sur son propre passé.C'est un très beau roman sur la perte de l'innocence que nous propose Susan Fletcher, agrémenté d'une héroïne pétillante et pleine de vie malgré le lourd fardeau qu'elle doit porter.

Elfe912
06/06/12

Avant même d'ouvrir ce livre, j'en ai aimé le titre et surtout j'en ai aimé la couverture, le regard perdu dans le vague de cette petite fille rousse, ce regard où la tendresse se mêle à l'attente, à un brin de tristesse ou de nostalgie. Une photo de couverture du à Julien Chatelin. Après avoir lu quelques critiques élogieuses ou non d'ailleurs, je me suis décidée. Je devais me faire ma propre opinion. Dès les premières pages, je me suis retrouvée emporté dans un univers où tout m' a subjugué et pourtant les thèmes abordés sont nombreux rendant le début passablement long. J'ai aimé cette écriture toute en demi teinte qui forge par le biais de description intense, un roman magnifique sur l'acceptation de soi et des autres. J' y ai trouvé les promesses suggérées par l'image; elle a su recréer une atmosphère subtile mais extrêmement présente. On fait à la lecture le plein de sensation, c'est avant tout un livre de ressenti. Peu à peu les mots s' assemblent pour nous plonger dans un texte construit à la manière d'un roman policier. Nous sommes tenu en haleine par la recherche des origines C'est un livre magnifique écrit dans une langue qui allie complexité et simplicité, je le referme avec un sentiment de tristesse...

Lacazavent
09/08/11
 

Evangeline Green a huit ans et vit seule avec sa mère, une jolie trentenaire solitaire. Précocement orpheline, Eve est confiée à ses grands-parents résidant dans un petit village isolé du Pays de Galles, loin de Birmingham d'où elle est originaire. Dans la bourgade tous se côtoient et Evangeline suscite la méfiance voire le mépris de certains villageois. En effet, la petite fille a une indomptable crinière rousse, une peau de poupée en porcelaine, elle est frêle et seule. Lorsqu'une camarade de classe disparaît tous les soupçons se portent sur Eve.La mort de sa mère demeure suspecte, son père a fui lâchement à sa naissance, se pourrait-il qu'elle soit maudite?Après Avis de tempête, j'étais impatiente de découvrir le premier livre de Susan Fletcher. Son style est toujours tout en finesse, tout en précision. La nature demeure omniprésente et le huis-clos familial permet de cerner l'intimité imposée face au deuil. J'avais relevé un sublime passage décrivant une poire avec tant de justesse et de drôlerie que cela m'avait fait sourire. Ma mère a malheureusement subtilisé le livre aussitôt après ma lecture. NeutralCe livre pose le problème de l'acceptation de soi et des autres lorsqu'ils sont différents. Les enfants ne sont pas toujours très tendres entre eux et j'ai apprécié la plume alerte de Fletcher.J'attends le troisième roman avec impatience.Un bon point pour ce livre en comparaison d'Avis de tempête : le livre est en poche donc à moindre coût pour les paniers percés que nous pouvons être. "Aux âme bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années" (Rabelais)

Melopee
04/06/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie