La fille du train

HAWKINS, PAULA

EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 08/09/16
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne
la trompe, avant qu'il ne la quitte. Jusqu'à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu...
25 personnes en parlent
J'ai lu ce livre et l'ai beaucoup apprécié. L'écriture est agréable , il s'agit d'une intrigue palpitante . Au point de départ, Rachel observe au loin 2 fois par jour sur son trajet une maison à travers la fenêtre du train, en s'imaginant un tas de choses uniquement en observant les gens à travers la vitre . Elle imagine leurs histoirs et donne même un nom à ses occupants. Au final, elle va être mêlée de près à cette maison . En tant que lecteur, nous sommes au premières loges afin de suivre les aventures de Rachel . La fille qu'elle observe lui ressemble-t-elle? Que peut unir ces 2 femmes ?Il s'agit d'un thriller psycholgique exceptionnel qui a ensuite été adapté au cinéma. Je vous laisser découvrir ce livre afin que vous en jugiez par vous même .
Del59170
La fille du train est un magnifique thriller doublé d'une histoire d'amour passionnée et passionnante. On reste en haleine jusqu'à la fin du livre et on y passe la nuit bien volontiers .... Ce livre est à conseiller sans hésitation
Vero43
Lecture d'il y a quelques mois déjà, je n'avais pas encore posté de critiques au sujet de ce livre. Après quelques mois, les souvenirs s'estompent, mais ce roman m'a laissé une belle empreinte dans ma mémoire, une belle histoire, intrigante, cependant je me rappelle de certaines longueurs qui m'ont un peu dérangé.. Je préfère un style d'écriture plus vifs, plus agressifs avec plus de rebondissements. A lire, mais pas un coup de coeur.
ClairMazo Mme

Je ne sais plus quel chroniqueur du Masque et La Plume définissait récemment le travail d’un « vrai » auteur par les fragments; il disait (ce ne sont pas les termes exacts) quelque chose comme on s’en fout, au fond, de l’histoire, ce qui compte c’est la voix, les détails, les miettes au détour des phrases. L’idée n’est pas neuve mais elle est pénétrante, et elle s’applique, à mon sens, à ce roman de Paula Hawkins. La narration est assurée par trois femmes, l’une d’elles, qui débute le roman, a tout perdu : son mari, sa maison, son boulot, et surtout, sa dignité. En pleine spirale destructrice, elle feint de se rendre chaque jour au travail et contemple, avec une avidité toute morbide, son ancienne maison depuis le train qui passe devant. Ce faisant, elle affabule sur de nouveaux voisins dont elle scrute la vie depuis ce bref point de vue ferroviaire. Elle saisira évidemment l’occasion de s’immiscer dans ce quartier (son ancien) lorsqu’un drame surviendra. Mais rien n’était en réalité ce qu’elle s’en imaginait… Un roman qui commence très lentement, prend « sens » vers sa moitié et nous laisse deviner sa clef trop rapidement (je me disais que c’était « ça » depuis pratiquement le début !) : pour moi, le suspens est non seulement ténu mais encore pas super bien ficelé quant au dénouement : trop vite, trop fort et sans grande vraisemblance psychologique. Pourtant, la manière dont la narratrice principale m’a tapé sur le système est – selon moi toujours – la preuve que ça fonctionne tout de même. Sa façon de toucher le fond à répétition tout en mobilisant inlassablement ses fermes nouvelles résolutions (la définition même de la promesse d’ivrogne :)), le côté brumeux de son récit, les toutes petites choses qui font qu’on ne peut s’empêcher de s’identifier à l’une ou à l’autre parfois, tout ça est accrocheur, et fait passer bien des choses. Une fois la dernière page tournée, je suis mitigée, mais j’ai tout lu quasi d’une traite quand même. http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
23/05/15
 

Comme de nombreuses personnes, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller de sa banlieue à Londres et y revenir. Elle a ses habitudes, elle aime s'assoir dans le même wagon, à le même place et surtout son plaisir est lors d'un arrêt à un feu de signalisation de regarder une maison en contrebas de la voie ferrée où habite un couple. A force, elle leur a donné des prénoms Jason et Jess, leur a imaginé un travail, et surtout un bonheur parfait. Comme ce qu'elle vivait il y encore quelques années dans sa maison dans le même quartier. Mais voilà, Tom son ancien mari l'a quittée pour Anna. Ils habitent dans son ancienne maison avec leur bébé. Devenue sérieusement alcoolique, ayant perdu son travail (chose que sa colocataire ne sait pas), elle continue à faire comme si elle avait toujours son emploi. Mais un matin, Rachel voit Jess embrasser un autre homme et quelques jours plus tard, elle apprend que Jess qui se prénomme en réalité Megan a disparu.A travers les trois voix des femmes, on découvre petit à petit certaines informations mais très peu. Et c'est principalement Rachel qui a la parole. Sauf qu'elle a eu tendance à m'agacer avec son comportement d'apitoiement assez pathétique et ses réflexions sur l'alcool "La vie devait être tellement plus simple pour les alcooliques jaloux avant les e-mails, les textos et les téléphones portables, avant l'ère de l'électronique et toutes les traces que cela laisse", comme ses maintes résolutions pour arrêter de boire et qu'elle ne tient pas. Rachel se sent obligée d'aider et de dire à la police ce qu'elle a vu. Mais ce n'est pas un témoin fiable, Anna a déjà porté plainte contre elle pour harcèlement car Rachel n'admet pas le bonheur de son ancien mari. Et quand Rachel boit, sa mémoire devient une passoire. Comme dans tout bon thriller, l'auteure nous oriente sur des pistes qui on le devine ne sont pas les bonnes. Ce qui est intéressant c'est qu'au fil des pages, les masques de Megan et d'Anna tombent et que Rachel en mettant les pieds dans le plat à sa façon va se poser des questions. Je n'ai pas deviné qui était le coupable mais selon moi, la fin arrive un peu trop vite et est trop vite "expédiée".Un thriller avec des qualités mais aussi des défauts. http://claraetlesmots.blogspot.com/

clarac
18/05/15
 

Par la fenêtre de son train de banlieue du matin, ou du soir, Rachel observe les habitants d'une maison située en bord de voie. Un couple idéal à ses yeux, une vie parfaite qui s'offre comme un contrepoint à celle qu'elle connaît.Mais un jour, une scène vient troubler la belle harmonie et Rachel apprend quelques jours plus tard que la si jolie jeune femme de la maison a disparu. Elle décide alors de s'immiscer dans cet univers qui fut naguère le sien...C'est sur la foi d'une critique de Telerama (qui en disait beaucoup moins que la quatrième de couv') que j'ai commencé la lecture de ce thriller psychologique. J'ai aussitôt été happée et par les personnages (trois femmes prennent la parole ) et par le récit qui opère un virage à 180° dans le dernier tiers. Les informations sur la narratrice principale sont distillées au compte-gouttes , estompant ainsi le côté pathétique de sa situation.Ce voyeurisme banal, qui n'a pas saisi au vol des scènes de vie au cours d'un voyage en train ?, est exploitée pleinement par Paula Hawkins qui ferre d'emblée son lecteur et ne le lâche plus ! Voilà longtemps que je n'avais dévoré un thriller avec autant d'appétit ! cathulu

cathulu
09/05/15
 

Paula Hawkins réussit à construire une histoire complexe comme je les aime. Partant d’un point de départ plutôt banal (la disparition de femme mariée dans une gentille banlieue londonienne), elle apporte de multiples ramifications qui enrichissent l’histoire et pousse à la lecture. Impossible de m’arrêter, j’ai été captivée par le rapport entre les personnages qui varient de la colère et passion. Vous dire que le dénouement est un totale surprise serait exagéré, car à mesure que l’on progresse on finit par cerner certains des protagonistes, se faire une idée d’eux et envisager un ou une coupable. Néanmoins, du début à la fin, les rebondissements sont bien présents et l’incertitude reste de mise................. Stéphanie Plaisir de Lire

La fille du train Très bon livre avec beaucoup de suspens. On s'accroche très vite aux personnages et à l'intrigue.J'ai vraiment adoré ce livre! Dévoré en moins d'une semaine.

beraud@archimed.fr
23/02/17
 

Rachel connait la période la plus faste de sa prometteuse existence.Larguée par son mec, alcoolique, elle tente de surnager en squattant lamentablement chez une copine.De ses trajets journaliers en train, elle n'attend plus qu'une seule chose, apercevoir un tout jeune couple qu'elle a idéalisé au point de s'imaginer frayer avec lui car Jess et Jason sont désormais ses nouveaux potes fictifs à l'insu de leur plein gré.Stupeur et tremblement le jour où notre chimérique héroïne soupçonne Jess de se complaire dans une vile relation adultérine. Une Jess infidèle que l'on ne tardera pas à signaler disparue, tragédie alimentant un peu plus la parano galopante de sa meilleure amie imaginaire.Rachel avait une vie merdique mais ça, c'était avant.En plus de ses quelques déconvenues personnelles, il convient désormais d'ajouter un nouveau contexte enclin à la conduire aux confins d'une aliénation sans retour.Chapeau Paula, pour un premier roman, c'est presque un coup de maître(sse).Je dis presque car si le propos est original et mérite cent fois que l'on s'y attarde, il n'est pas sans éclipser les moult redites qui parsèment ce récit. Notamment cette fille toujours accro à son mec qui l'a quittée pour une autre et qui s'accroche comme une triste moule énamourée à son rocher.Passé ce très léger désagrément, le constat est là, implacable, cette Fille du Train est d'une construction diabolique, originale, à la limite de l'obsessionnel.Peu de personnages à se mettre sous la dent mais une interaction relationnelle tellement labyrinthique qu'Icare lui-même s'y serait perdu.Quelques longueurs, certes, mais une tension habilement maîtrisée et une parano savamment dosée font de cette Fille Du Train un compagnon de voyage très agréable.J'aurais adoré me prendre un TGV lancé pleine bourre, je me contenterai d'un confortable Corail et c'est déjà pas si mal !3.5/5

TurnThePage
29/01/16
 

J'ai passé avec La fille du train un bon moment de lecture. Ce sympathique thriller a de nombreux points positifs et, malheureusement, un gros point négatif.Commençons par le point négatif : je n'ai ressenti aucune empathie envers les personnages, je ne les ai trouvé ni sympathiques ni attachants, bref ils m'ont laissée de marbre. C'est dommage, car si j'avais pu m'identifier ne serait-ce qu'un petit peu à l'un ou à l'autre, j'aurai trouvé ce thriller excellent.... Et c'est d'autant plus dommage que les principaux personnages sont plutôt réalistes et ancrés dans la vie quotidienne, des "monsieur et madame tout le monde" comme on peut en côtoyer tous les jours.Concernant les points positifs, il y a le style de l'auteur, simple et direct, agréable à lire ; le découpage du roman en courts chapitres qui crée un rythme de lecture rapide ; les narrateurs multiples qui permettent une multiplication des points de vue et une meilleure compréhension des tenants et aboutissants de l'intrigue ; l'intervention de la victime qui s'intègre en décalage chronologique avec les faits relatés et nous dévoile peu à peu l'enchaînement des décisions qui a conduit au drame. Ce qui m'a le plus plu dans La fille du train, c'est d'avoir une héroïne alcoolique qui mène l'enquête, une héroïne qui souffre de trous de mémoire à chaque fois qu'elle boit trop (ce qui lui arrive - malheureusement pour elle - très souvent), ce qui donne une ambiance où chaque souvenir est sujet à caution, où tout le monde devient suspect, elle y compris.. une multiplication de fausses pistes très bien gérée qui permet de ne pas découvrir le coupable trop tôt.La fille du train est le premier roman de Paula Hawkins, et c'est plutôt une réussite. Je suis curieuse de voir ce que donneront ses prochains titres...

AndreeLaPapivore
11/01/16
 

Suivre Rachel dans ses allers retours quotidien en train a été un régal. Le polar psychologique est vraiment une lecture très agréable par la plume de l'auteur mais aussi très prenante par l'histoir equi se mèle et se démèle au fil des pages. J'ai juste trouvé qu'une partie du livre était un peu redondant e donc lassant mais J'ai dévoré les 150 dernières pages d'une traite. Les personnages sont bien travaillés. Je le recommande sans problème.

Emma7
21/12/15
 

Hh, le têtes de gondole, les gros titres, les articles-qui-vantent-les mérites-d’un-livre haut et fort, vous avez surement été comme moi : victime.Non ? Allez, me la faites pas !Je suis sure que vous n’avez pas pu passer à côté de ce livre dont on a pas mal parlé ces derniers mois.Il a eu de la chance !Tout juste en période estivale, il ne manquait pas d’atouts pour gagner sa place en haut du podium.Number One. Et bien, oui, lire c’est aussi se faire prendre au jeu piège du commercial.En bibliothèque, il est sur-réservé. Demandé, lu, adulé.Alors, bon, pourquoi ne pas tenter ? Et puis, je voulais voir de mes yeux voir l’histoire !Oui, oui dès les premières pages, on entre dans l’intrigue. On fait la connaissance de Rachel, une jeune femme qui prend le train tous les jours à la même heure et observe les mêmes choses; les hommes et les femmes qui vivent au petit matin les premières heures de leur journée.Quand une femme d’un des quartiers qu’elle traverse tous les jours disparaît, c’est presque une mission pour elle : il est vital d’enquêter et de savoir ce qui s’est passé.Les pages défilent, s’enchaînent. On veut savoir ! L’histoire se coud détail après détail, mettant sur pied un décor dans lequel on est facilement transporté (pour peu que vous preniez les transports et qu’il vous est arrivé de regarder par la fenêtre) et on échafaude des plans pour deviner ce qu’il a bien pu arriver à cette jeune femme….Un thriller qui promettait une belle intrigue mais qui pourtant m’a déçue. Les trois quarts du livre imposent un rythme qui ajoute et superpose des détails qui empêchent à l’histoire de se développer et de « partir » enfin.Tout s’enchaîne à la fin pour que le dénouement puisse convenir aux lecteurs.Je suis entrée dans l’histoire car le style y est agréable, on lit sans trop se poser de questions mais je me suis ennuyée… Heureusement, les personnages y sont bien campés, on adhère à chacune des narrations qui réussissent un tour de force épatant.Les thèmes abordés comme la féminité, le couple, l’infertilité et le voyeurisme y sont intéressants mais trop superficiellement traités.En effet, à la lecture de chacun des chapitres, on change de narrateur et on se croirait entièrement à leur place.A lire si vous avez un peu de temps devant vous pour passer un moment simple de lecture.Filez lire l’avis nettement plus positif de Blablayablog.

deedoux
17/12/15
 

Rachel prend le train matins et soirs. Pendant ses trajets, elle regarde souvent par la fenêtre et imagine la vie des habitants qu'elle observe. Plus particulièrement, elle s'intéresse à un couple qu'elle a rebaptisé Jess et Jason. Ils semblent être un couple parfait et elle aurait tendance à les envier. Mais un jour, Rachel apprend que Megan (alias Jess) est portée disparue. Rachel ne pourra s'empêcher de se mêler de l'histoire. Mais les policiers vont-ils la croire ? Il me tardait de découvrir le dernier best-seller, le livre dont tous le monde parle ! De plus, moi qui prend le train tous les jours, ce titre ne pouvait que me parler ! Je dois dire que j'ai eu parfois du mal avec le personnage de Rachel. Elle n'est pas dans une situation facile et n'a pas forcément une vie très agréable : elle a été trompé par son mari, il vit avec sa nouvelle femme dans leur maison, ils ont eu une petite fille ensemble alors que Rachel n'a jamais réussit à avoir d'enfants. A cause de tout ça, elle est devenu alcoolique et a perdu son emploi. Pas très reluisant comme portrait, mais au moins, l'auteur nous affiche la couleur dès le départ ! Rachel n'est pas la seule narratrice de ce roman. L'auteur donne également la parole à Megan (avant que celle-ci ne disparaisse) et à Anna (la nouvelle femme de l'ex-mari de Rachel). Le fait de changer de narratrice assez régulièrement donne pas mal de rythme à l'histoire. De plus, il nous est plus facile, à nous lecteurs, de se faire plusieurs hypothèses. Mais attention, il y a du coup, pas mal de retour en arrière, ce qui peut paraitre déstabilisant au début, mais on s'y fait assez rapidement. Le début m'a paru un peu long à démarrer, mais une fois qu'on est dedans, on a terriblement envie de connaitre le fin mot de l'histoire. Plusieurs hypothèses se sont formées dans mon esprit et je dois dire que je ne suis pas déçue de ce final... même si j'avais un peu deviné quelques élements. Bref, un bon polar psychologique qui a su me tenir en haleine jusqu'à la fin !

lizou59
09/11/15
 

J'ai un avis mitigé pour cette lecture, certes,nous avons là, un thriller, tout en finesse psychologique, sans enquêteur mais sous le regard de Rachel, la fille dans le train, celle qui invente la vie du couple qu'elle observe chaque matin , dans la petite maison aux bords des voies...Rachel, très seule et très paumée, attachante en diable mais aussi Megan, la fille vue du train, sans oublier Anna, la voisine de Megan.Trois portraits de femmes tissés serrés pour une intrigue qui se laisse lire avec plaisir mais pour ma part, je n'en garderai pas un grand souvenir.J'ai trouvé que ce récit manquait d'originalité et le dénouement fut sans surprise.

isabelleisapure
20/09/15
 

Je suis probablement passée à côté de ce livre, car, une fois cette lecture finie, je ne comprends vraiment pas l'emballement médiatique dont il a bénéficié. Côté écriture, rien d'exceptionnel. Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, bien au contraire, je les ai tous trouvé antipathiques. Le début du roman et la mise en place de l'intrigue sont à mon goût laborieux. Les pages sont bien trop souvent difficiles à tourner. Une lecture douloureuse, qui ne mérite pas que je m'attarde plus longuement à en parler ici. http://blogaelle.wordpress.com/

GaL7
04/09/15
 

Ce premier roman au suspens prenant, envoûte le lecteur, passager d’un train littéraire époustouflant. L’histoire de Rachel au bovarysme fou, fait la part belle de l’intrigue. Cette dernière imagine si fortement les possibles vies qu’elle entrevoit par la fenêtre du train, toujours aux mêmes heures et au même endroit, qu’elle bouscule les faits fictifs vers une réalité abyssale. Rachel écorchée vive, meurtrie de par sa vie amoureuse et professionnelle, instable, se prend au jeu de l’intrusion malsaine, et sera le pion majeur de cette intrigue formidable grâce à la plume douée de Paula Hawkins. Les protagonistes, dans ce roman un peu chorale posent les pièces du puzzle de cette histoire sombre, construite avec habilité. Pas de longueurs, ni de parties trop denses, le lecteur captif et haletant enchaîne les pages une à une à allure folle, celle d’un train lancé à toute vitesse, où il ne cèderait pour rien au monde son siège d’observateur curieux et attentif, au jeu de l’auteur. Le lecteur saisit de fièvre palpitante, referme le livre, après le point final qui tourbillonne encore, tant il ne s’attendait pas à cette fin captivante et surprenante et formidablement réussie.A lire en priorité dans un train de banlieue. Evlyne

Evlyne
01/09/15
 

Ma chronique:http://www.leslecturesdelily.com/2015/08/la-fille-du-train-ecrit-par-paula.html#moreExtrait de mon avis:La fille du train est l'un des meilleurs thrillers que j'ai lus.Qui n'a jamais pris le train et regardé par la fenêtre ? Qui n'a jamais observé les maisons, les gens lorsque l'ennui l'emporte sur le reste ?C'est exactement ce que notre personnage principal fait chaque jour. Elle observe un couple, leur invente une vie, des noms, des habitudes... Mais Rachel apprend que Megan, la femme qu'elle a épiée durant plusieurs mois a été kidnappée.Ce qui perturbe Rachel, c'est que le soir où Megan a disparu, elle était à Londres et il est fort possible qu'elle a vu ou qu'elle ait un lien avec cette mystérieuse disparition, mais comment le savoir ? Elle ne se rappelle de rien sauf qu'elle s'est réveillée le lendemain avec des contusions et du sang sur elle.Pour la police Rachel n'est pas crédible, pour son ex-mari Rachel est instable, pour Rachel, elle est alcoolique, mais une chose est sûre, elle n'est pas folle.Paula Hawkins nous offre un thriller sombre où suspense et tension sont au rendez-vous. Une fois le livre en main, impossible de le lâcher.Vous êtes en gare, montez dans le train et laissez vous tenter par ce thriller inoubliable !Les lectures de Lily http://leslecturesdelily.com

LeslecturesdeLily
28/08/15
 

Chaque jour de la semaine, Rachel prend le train direction Londres. Et passe devant son ancien quartier, là où elle résidait avec son ex-mari, Tom. Mais ce qui l’intéresse en ce moment, c’est d’observer le beau couple qui habite quelques maisons en amont. Rachel les envie beaucoup et leur invente une vie, une identité, faite de petits moments qu’elle surprend au passage du train. Mais voilà qu’un jour, elle tombe des nues en voyant que la femme embrasse un autre homme. Non pas qu’elle veuille se mêler de ce qui ne la regarde pas, mais elle est très en colère de voir que sa vision idyllique du couple n’était finalement que du pipeau. Mais peut-on réellement croire qu’on connaît vraiment des gens qu’on entr’aperçoit l’espace d’un instant ? Toujours est-il que quand la jeune femme est portée disparue, Rachel va mettre un pied dans quelque chose qui va la dépasser.Le scénario de départ m’a d’emblée séduite. Trois personnages prennent tour à tour la parole, ce qui amène beaucoup de rythme, et forcément de suspense à l’intrigue : c’est ce que j’ai le plus apprécié dans cette lecture. Par contre, le personnage de Rachel m’a parfois agacée. C’est une alcoolique qui touche le fond et qui invente beaucoup de bobards : ce qui fait qu’elle n’est pas souvent prise au sérieux. Cependant, cela ne la gène pas plus que ça puisqu’elle n’essaie pas de se prendre en main et de sortir la tête de l’eau, d’oublier un peu son passé douloureux.

Bibeli
17/08/15
 

Rachel n'est pas amnésique, mais ça revient au même. Ce qu'elle fait quand elle est ivre s'efface de sa mémoire, elle n'en garde que de vagues impressions et la honte de s'être laissée aller, une fois de plus, et d'avoir perdu sa dignité et toute maîtrise de ses actes. Or Rachel boit de plus en plus. Voilà deux ans qu'on lui a volé sa vie, elle était mariée, heureuse, mais une autre femme a pris sa place dans le coeur de Tom et dans leur maison, et l'équilibre précaire de Rachel s'est écroulé. Il lui est d'autant plus difficile de tirer un trait sur Tom qu'elle passe devant chez lui chaque jour, en train. Elle passe également devant chez "Jason et Jess", un petit couple tout mignon dont le bonheur apparent la fait rêver, jusqu'à ce que...Ce thriller psychologique à trois voix est d'autant plus stressant qu'il met en scène des gens ordinaires, des femmes auxquelles on peut aisément s'identifier. On s'y attache, en tout cas, notamment à Rachel. Une rupture amoureuse lui a fait perdre les pédales, et le chagrin, la solitude et la jalousie lui font faire n'importe quoi. L'atmosphère du roman m'a rappelé celle de 'Avant d'aller dormir' (SJ Watson) : Rachel est souvent à la recherche de repères, de souvenirs, elle redégringole à chaque fois qu'elle se remet à boire et doit presque repartir de zéro (et le lecteur recule de quelques pas, lui aussi). L'auteur montre bien la façon dont sont considérés les alcooliques/dépressifs par ceux qui sont "du bon côté" de la santé mentale et de l'autorité (les policiers, en particulier) - ils font pitié, sont infantilisés, pas pris au sérieux, méprisés et vite priés d'aller faire leur cinéma ailleurs. Ils sont aussi une proie idéale... Un très bon roman noir étourdissant et riche en suspense, où les rebondissements sont savamment dosés et restent crédibles. Canel

Canel
16/08/15
 

Rachel prend le train tous les jours et elle passe devant son ancienne maison où vit désormais son ex-mari avec sa nouvelle femme Anna et leur petite fille. Rachel a de gros problème d'alcool et a également perdu son emploi. Elle vit en co-location chez une amie. En passant devant le n°15 de son ancien quartier, Rachel, imagine la vie de ce couple qu'elle voit régulièrement et qu'elle appelle Jess et Jason et qu'elle idéalise. En réalité Jess s'appelle Megan et un jour elle va disparaître. Rachel va tout mettre en oeuvre pour savoir ce qu'elle est devenue.Le roman est raconté du point de vue de Rachel, d'Anna et de Megan. Avec des retours en arrière à chaque fois. Rachel étant alcoolique et ne pouvant se fier à sa mémoire, il est un peu difficile de savoir à quoi sans tenir, puis finalement tout se met en place.

bbpoussy
13/08/15
 

Pour la narration, Paula Hawkins a pris le partie d'un triptyque : Rachel, Anna la nouvelle épouse et Megan la voisine disparue. Ces trois voix se relaye pour raconter passé et présent. Chacune dispose d'atouts et de failles, mais la plus présente reste évidemment Rachel, le personnage phare de l'intrigue. Rachel, qui a lentement sombré depuis plusieurs années dans une sombre dépression accompagnée d'alcool, qui doit faire avec les trous récurrents dans sa mémoire. Des failles au cœur de l'intrigue puisque Rachel pourrait bien savoir ce qui s'est passé la nuit de la disparition de Megan...Pour "croquer" ces trois femmes, Paula Hawkins fait preuve de beaucoup de psychologie. Leurs profils sont loin d'être simples, mais j'ai beaucoup apprécié le portrait de Rachel qui traduit assez bien la spirale ans fond et tellement compliquée à inverser de la dépression et de l'alcoolisme. Megan aussi apparaît comme un personnage ambigu, et j'aurai presque apprécié que l'auteur pousse un peu plus cette complexité...L'ensemble offre au lecteur un thriller extrêmement bien ficelé, au cours duquel j'ai élaboré plusieurs hypothèses dont l'une était la bonne. Mais sans avoir la sensation d'une intrigue téléphonée et cousue de fil blanc. Bien au contraire. Le voile se lève d'un coup, et là encore la psychologie joue un rôle majeur... Bref, un roman à ajouter dans les valises des vacances, à lire de préférence dans un train évidemment ! Miss Alfie

MissAlfie
05/08/15
 

Policier psy très classique dont les annonces (on trouve des affiches pour le vendre dans les gares) sont assez trompeuses car le coté train n’est pas si prépondérant que ça. Mais d’entrée de jeu, Paula Hawkins dit qu’elle s’est bien amusée à l’écrire et c’est vrai que c’est plaisant à lire. Le parfait roman de gare à lire dans le train comme je l’ai fait (sourire). Je crois que c’est plutôt un roman pour les filles genre Harlequin policier.

dgressy
30/07/15
 

Rachel, une femme qui prend chaque jour le train, est obsédée par un couple qu'elle aperçoit de son siège, à travers les fenêtres de son wagon. Elle n'arrête pas de penser à Jason et Jess dont elle discerne des bribes de vie qui lui donnent le sentiment qu'il s'agit là d'un couple parfait...., Paula Hawkins nous entraîne dans son récit avec une plume efficace où chacun se révèle être différent de ce qu'il espère être et où les soupçons du lecteur changent à mesure que l'histoire avance. ShL

sariahlit
17/07/15
 

J'ai adoré lire ce formidable "page-turner book".L'auteure répond facilement via son compte TwitterLe livre alterne entre les points de vue de différentes femmes : Rachel, la protagoniste principale, Megan, la jeune fille qui a disparu, et Anna, la nouvelle compagne de l’ex de Rachel. Trois points de vues différents, trois pyschologies totalement différentes, mais toutes faisant partie d’une seule et même histoire. Ce balancement entre les différents point de vue permet de marquer le rythme de l’histoire de façon assez agréable, et de mieux creuser la psychologie de chaque personnage, tant du point de vue intérieure que par le jugement d’autrui. Pour au final se rendre compte que les apparences sont souvent trompeuses…

med59950
17/07/15
 

La curiosité Une scène banale saisie au vol par une voyageuse à travers la vitre d'un train...voici le point de départ d'une intrigue complexe portée par les voix de 3 femmes, qui apportent chacune des bribes d'indices quand au dénouement final.Rachel, divorcée, dépressive et alcoolique, guette chaque jour depuis la fenêtre du train qui l'emmène à Londres les images du bonheur d'un couple dont la maison jouxte les voies ferrées. Mais si cette apparence de plénitude conjugale n'était qu'un leurre ? C'est ce que semblent suggérer les deux autres narratrices de ce thriller remarquablement bien construit, malgré une fin un peu abrupte, et dont la morale pourrait être : la curiosité est un vilain défaut... mais qui peut être salvateur.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.24 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : CORINNE DANIELLOT