Fin des temps (la)

MURAKAMI, HARUKI

livre fin des temps (la)
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 24/09/09
LES NOTES :

à partir de
25,40 €

SYNOPSIS :

Le narrateur, un informaticien de très haut niveau, apporte un jour sa collaboration à un vieux savant dont le laboratoire se situe dans les sous-sols obscurs d'un immeuble. Mission dangereuse, car des êtres maléfiques, les ténébrides, règnent désormais sur la vie souterraine de Tokyo. En guise de remerciement, le héros intrépide reçoit le crâne d'un animal intrépide, unicorne. Dès lors, il est entraîné dans une aventure terrifiante, en compagnie d'une adolescente plutôt ronde, mais charmante. Il découvre le rôle qu'il joue dans une colossale guerre informatique, mais il apprend aussi qu'il est engagé dans une entreprise sans retour. Ce récit en croise un autre, chapitres
alternés : le narrateur est prisonnier d'une ville onirique, peuplée de licornes au pelage doré, et habitée par des hommes privés de mémoire et dépossédés de leur âme. Séparé de son ombre par les autorités de la ville, l'anti-héros est chargé de lire les rêves contenus dans les crânes des animaux morts entreposés à la Bibliothèque, où siège une jeune fille plutôt mince, mais charmante. Malgré les objurgations de son ombre, il choisira un exil sans retour. De même que son personnage flirte avec d'anodines jeunes filles, Haruki Murakami courtise le mythe - ce qui nous vaut une fable d'une prennante étrangeté. Ce roman a obtenu au Japon le prix Tanizaki.
3 personnes en parlent

Haruki Murakami est un auteur passionnant qui développe un univers extrêmement personnel tout en restant parfaitement abordable par le lecteur.Ainsi, dans "La fin des temps" suit-on deux intrigues parallèles qui semblent longtemps n'avoir aucun rapport et qui pourtant se rejoindront finalement.Dans "Pays des merveilles sans merci", le narrateur, informaticien doué, va se mettre au service d'un vieux bonhomme pour le moins bizarre.Et dans "Fin du monde", on se situe dans un univers clos proche du rêve et peuplé de licornes.Ceux qui auraient lu "La course au mouton sauvage", ne seront pas étonnés de retrouver la même finesse et un ton décalé, empreint d'humour, qui laisse perplexe au départ mais charme rapidement.Une expérience de lecture peu commune. Maltese

Maltese
22/10/09
 

Un Japon déconcertant Deux narrations distinctes qui se succèdent tout au long des chapitres; les pairs, ce sont les tribulations d'un informaticien high-tech, dans un Tokyo relativement normal, les impairs celles d'un liseur de rêves anciens dans un monde clos, peuplé de licornes et d'habitants hors-normes...On découvre peu à peu les choses, simultanément avec ces deux narrations, on les relie par tâtonnements, jusqu'à l'explication. On s'identifie énormément et on savoure au passage toutes les étrangetés et les inventions de ce beau roman, si décalé.L'écriture de Murakami est formidable, tellement précise et pleine d'humour. J'ai été souvent désarçonnée par le contraste entre les évènements et les dialogues, cette façon de nommer les gens, et les observations pleines de finesse.C'est surprenant et touchant, installant des atmosphères très différentes, mais toutes passionnantes.Oui, vraiment, une magie se dégage de cet auteur, on ne peut qu'avoir envie de le lire à nouveau."... En général, je suis quelqu'un de plutôt sincère. Quand je comprends, je le dis clairement et, quand je ne comprends pas, je le dis aussi. Je ne laisse planer aucune ambiguïté. Je pense que la plupart des gens dans le monde où nous vivons, qui s'expriment de façon ambiguë, cherchent des ennuis inconsciemment, au fond d'eux-mêmes. Je ne peux pas penser autrement..." Sylvie Sagnes

SagnesSy
23/07/12
 

C'est un roman difficile à la construction labyrinthique dans lequel deux récits bien distincts au départ se rejoignent pour formuler une conclusion commune. Le narrateur, programmeur dans une grosse société informatique, découvre qu'il est devenu le cobaye d'un savant un peu fou menant des recherches sur les capacités conscientes et inconscientes du cerveau. Or, l'expérience a capoté, si bien que notre héros se retrouve condamné à devoir vivre dans l'ertsatz de vie que son noyau inconscient a bâti. Ainsi, il devient "liseur de rêves" dans la cité idéale qu'il s'est inventé, privé de son ombre et de ses souvenirs, gardé prisonnier par une muraille sans faille, et des licornes qui le privent de toute émotion et de tout égo. Expliqué comme cela, j'avoue que l'ensemble semble un peu déroutant. Simplement Murakami réussit à rendre le tout cohérent, jonglant entre la temporalité du corps et l'intemporalité de l'esprit, en partant du concept que "le monde change selon la connaissance que nous en avons". Au détour d'une page, il réussit même à citer des personnages de ses autres romans (p.189, la course au mouton sauvage). Comme d'habitude, on retrouve les thèmes chers à l'auteur: les femmes sont des guides vers la vérité, quelques scènes rappellent la culture classique et mythologique de l'auteur; enfin, le jazz est perçu comme une musique de fond douce et apaisante..."Le pays des merveilles sans merci" ressemble étrangement au nôtre: les jours s'écoulent, les souvenirs s'imprègnent, mais petit à petit la part onirique du narrateur grignote la réalité au profit du monde fantasmé de "la cité de la fin du monde" , où "le temps n'existe pas, ni la vie, ni la mort, ni le sens des valeurs au sens exact du terme, ni l'égo. Dans ce monde là, ce sont des animaux qui contrôlent l'ego des gens". Si vous ne connaissez pas l'auteur, ce n'est peut être pas le premier roman qu'il faut lire, mais il symbolise à lui seul tout l'univers inventif et fantasmagorique de Murakami. vivi

vivicroqueusedelivres
11/02/12
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.60 kg
  • Langage original : JAPONAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition