La foret des manes

GRANGE, JEAN-CHRISTOPHE

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 02/09/09
LES NOTES :

à partir de
23,20 €

SYNOPSIS :

A Paris, Jeanne Korowa, brillante juge d'instruction à la vie affective désastreuse enquête avec François Taine sur une série de meurtres particulièrement sauvages : démembrements, cannibalisme, et mises en scène macabres. Trois plantureuses Vénus atrocement dévorées, trois tableaux sanglants entre rituel et folie. Abusant de son autorité, Jeanne fait installer des micros dans le cabinet d'Antoine Féraud, le psychanalyste qui

reçoit chaque semaine son ex petit ami, et tombe par hasard sur une séance étrange où un père révèle les pulsions sanguinaires de son fils autiste et son passage à l'acte. Autisme, fécondité, préhistoire : trois pistes qui mèneront Jeanne, au Nicaragua, au Guatemala, puis dans les marais argentins. Au terme de sa quête, dans la forêt des Mânes, elle découvrira une vérité qu'on aurait préféré ne jamais connaître.

17 personnes en parlent

Très bon... une fois passé les histoires de fesses du début... Je l'ai même nettement préféré aux deux derniers. Un mélange de surréalisme /hyperréalisme/mysticisme/bain de sang...Sinon, on plonge dans l'évolution, la préhistoire, vraiment très intéressant tout cela. Je pense que la fin (j'en suis à la page 325) devrait me plaire également... Les références au passé politique du Nicaraga sont vraiment très intéressantes. Je connais mal, donc je vais me renseigner sur le sandinisme.Puis il aborde les Mayas... En fait plus que le thriller, ce sont ces thèmes abordés qui me plaisent le mieux. Et qui vont me donner l'occasion de recherches pour me rafraichir la mémoire et découvrir ce que je connais peu. Une vraie mine.

mazel
14/09/09
 

Un Grangé que j'ai trouvé plutôt moyen. Malgré une écriture toujours aussi efficace l'intrigue linéaire, certaines incohérences et facilités et une fin mal travaillée gâche la lecture.

BlackWolf
06/02/11
 

Une enquête absolument captivante sur fond de psychanalyse, autisme, préhistoire, à travers Paris et l'Amérique centrale.Un thriller savoureux (malgré les scènes de cannibalisme) : une héroïne sympathique, superwoman mais pas trop, une intrigue haletante, et surtout des thèmes passionnants. J'ai ainsi renoué avec Jean-Christophe Grangé, que j'avais "abandonné" depuis quelques livres. Il glisse subtilement quelques indices ici et là pour nous faire subodorer la clef de l'énigme. Une petite réserve cependant sur la fin que j'ai trouvée bien longue, impatiente que j'étais de connaître le fin mot de l'histoire : le périple à travers les pays n'en finit plus, les témoins se multiplient... Canel

Canel
31/01/16
 

Loup y es-tu ? Si j'étais psychiatre, Jean-Christophe Grangé serait un des auteurs que j'aimerais avoir en analyse. Que se passe-t-il dans ce cerveau qui associe diaboliquement un enfant loup, des schizophrènes aux multiples personnalités et autres cannibales dans des lieux étouffants. Encore !!!

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

. L'auteur nous emmène dans les profondeurs de la jungle du Nicaragua,on est vite intrigué par le personnage central un peu névrosé en apparence mais qui finalement va se retrouver face aux monstres enfouis dans l'âme humaine. Attention les apparences sont plus que trompeuses dans ce roman parfaitement orchestré....Il faut aussi avoir le coeur bien accroché car l'auteur va loin dans les détails et touche à notre sensibilité d'être humain Je n'ai compris qu'a la fin du livre ce que signifiait le résumé : et c'est terrifiant!

CarpeDiem1981
14/09/14
 

Ce fut mon premier Grangé, et je doute que ce soit le dernier. Parce que, je n'ai pas été déçue du tout. J'ai même beaucoup aimé. On nous plonge dans une enquête (et ce même si on sait rapidement qui est le tueur) mêlant préhistoire, autisme et enfant sauvage. Si j'ai deviné quelques trucs (dont une chose grâce à mes cours d'histoire de l'art (j'étais trop fière)), j'ai été surprise pour beaucoup de choses. Surtout pour la fin qui m'a laissé toute étonnée de ce que je lisais.J'ai tourné les pages avec entrain, pressée de savoir ce qui allait se passer. De savoir tous les secrets cachés derrière cette forêt, derrière ce tueur étrange. Suivant pas à pas les traces de Jeanne et son enquête jusqu'au bout du monde. C'était vraiment sympathique, et l'héroïne ne m'a pas ennuyé du tout, bien qu'elle n'avait pas grand chose de particulier. Dès le début j'ai apprécié les moments avant l'enquête ou on découvre ses affaires de juge d'instruction, et j'ai souvent continué à lire à cause du début des chapitres qui souvent m'attirait.L'écriture est donc en soit assez addictive, et m'a fait accroché au lire, qui malgré son nombre de pages se lit rapidement. De plus, l'histoire est parsemé d'informations culturel que je connaissais parfois et qu'à d'autres moments je découvrait. J'ai été très intéressée, et je ne me suis ennuyée qu'à quelques passages vers la fin, pressée de savoir ce qui allait enfin se passer.Je dois avouer qu'on se fait vraiment avoir, et que cette histoire fait vraiment réelle et à la fois "fantastique". J'ai d'ailleurs eut peur, que vu que ce livre est en soit un thriller, qu'on nous livre une histoire surnaturelle comme le livre précédent que j'ai fini, mais non pas du tout, et j'en suis ravie.Je ressors donc contente de cette lecture, et si ma soeur souhaite me conseiller d'autres Grangé, je pense les lire (sauf peut-être la ligne noire, vu qu'elle m'a un peu tout racontée même si j'ai oublié quelques trucs)

yuukichanbaka
02/12/12
 

Je suis tombée dans Grangé quand j’étais adolescente avec la Ligne noire (mon préféré de l’auteur) et grâce à ma grande soeur (qui est responsable de beaucoup de mes lectures d’enfances et d’adolescences), et bref j’ai eu un purée de coup de foudre pour cet auteur et je me suis dévorée en très peu de temps la grande majorité de ses livres. Cela faisait quelques temps que je ne m’y étais pas remise, aussi quand The Hat a tiré la forêt des Mânes, j’étais plutôt contente. Et en même temps j’appréhendais, allais-je retrouver dans ce livre l’auteur que j’aimais tant?L’histoire commence avec Jeanne, juge d’instruction, une femme qui sort de dépression et qui n’est pas franchement intéressante. Elle ne fait que se plaindre et cherche le grand amour à tout prix (en tombant sur des abrutis de premières dont elle s’entiche bêtement). Dès les premières pages, je me suis dis “okay toi je t’aime pas”. L’histoire paraît longue à démarrer mais ce n’est pas dérangeant car elle permet de bien poser les bases afin que l’on ne soit pas perdue après. Je pense que le personnage est très plat sur le début mais que c’est fait exprès, afin qu’on se rende compte de son évolution. Car très vite l’histoire prend un tournant que l’on imaginait pas et Jeanne se retrouve en Amérique du Sud à la poursuite du tueur. Un peu par vengeance, un peu par amour, elle se retrouve loin de chez elle et commence son enquête seule (et un peu envers et contre tous).J’ai peu à peu été séduite par cette femme qui enfin s’affirme, et évolue. Tout à coup j’étais à fond avec elle sur son périple et je me demandais jusqu’où elle allait comme ça et si elle s’en sortirait. La fin est brutale, elle tombe comme ça, sans autres explications mais y en a-t-il vraiment besoin? Dans le fond, la boucle est bouclée. Du coup je ne l’ai que plus apprécié, car je l’ai trouvé maligne. Bon autant dire que certains passages sont bien gores (mais moi j’adore ça), et la violence humaine est présente tout au long du bouquin, j’ai été vraiment dégoûté par certains hommes qui finalement relayait le serial killer au second plan (il paraissait presque moins horribles dans ses actes face à la cruauté des autres). Comme souvent avec Grangé et c’est ce que j’aime le plus on est balladée et puis la vérité tombe et on comprends qu’on s’est fourvoyé. J’aime beaucoup.Ce livre parle également d’autisme (un sujet qui m’intéresse énormément) et de paléontologie (c’était très intéressant même si j’y connais que dalle). De l’histoire de l’Amérique du sud (et de pleins de trucs gores et horribles). On est vite plongée dedans.Un détail que j’ai beaucoup aimé c’est l’histoire des hôtels, je ne peux pas en dire trop pour ne pas spoiler, mais je trouve que cela montre petit à petit la descente aux enfers ainsi que l’évolution de Jeanne qui se détâche peu à peu de sa vie d’avant.Donc voilà, je ne suis pas déçue par ce livre et j’aurais aimé le lire plus vite.

lasurvolte
28/09/12
 

Tout avait si bien commencé entre nous... Un rythme soutenu, un départ prenant et patatra... Des longueurs superflues sont apparues et ont commencé à rendre ma lecture un peu moins agréable.Jeanne est un personnage borné, têtu, et c'est une femme qui en a dans le pantalon, un peu trop par moments, du coup elle fait prétentieuse et c'est agaçant.La structure est étrangement similaire à son roman Le serment des limbes, en effet nos deux personnages principaux se lancent tête baissée dans une enquête qui ne leur ai pas confiée. Ils trangressent les lois, parcourent beaucoup de kilomètres afin de mettre leurs indices bout à bout et connaître le fin mot de l'histoire.La structure des deux livres se ressemble également de par le découpage en parties.On découvre des grands traits d'histoire de l'Amérique du Sud, c'est certes intéressant à petite dose mais j'ai trouvé que cela prenait de trop grandes proportions et que cela allourdissait la lecture.Le dénouement est surprenant, je ne m'attendais pas du tout à ces révélations sur le coupable. C'était une bonne idée mais plus j'y réfléchis et plus je me dis que j'aurai pu deviner son identité même si Grangé nous mène fort bien en bateau.La fin est trop rapide après toutes les descriptions traversées...Un thriller sans plus.

bookworm02
18/09/12
 

Tout est là pour faire de ce roman un coup de coeur : un personnage principal avec ses défauts et ses soucis, à fleur de peau, des meurtres horribles et gores comme je les aime, un fond historique très intéressant et surtout bien fouillé par l'auteur, le suspense croissant au fil des pages et un coupable impossible à deviner... Du Grangé comme on a l'habitude d'en lire ou du moins d'en entendre parler !Cependant, j'ai trouvé que les 2 parties du roman étaient un peu trop distinctes l'une de l'autre : on part de Paris, du quotidien d'une juge pour atterrir en Amérique du Sud... Certes on est dépaysé mais un peu trop à mon goût, et même si ce voyage est réellement nécessaire au déroulement du roman, je pense que l'atterrissage aurait pu être un peu moins direct.

RizDeuxZzZ
10/02/12
 

Une série de meurtres anthropophages ébranlent la ville de Paris. Alors que François Taine, le juge chargé de l'enquête, est sur le point de trouver le meurtrier et de comprendre ses motivations, il est tué. Accident ou assassinat? La question trouve rapidement sa réponse et Jeanne Korowa, amie et collègue de François, se lance à la poursuite du dangereux tueur. De découvertes en découvertes, elle nous emmènera en voyage de Paris au Guatemala, en passant par l'Argentine... au péril de sa vie. Mais qu'a-t-elle à perdre, elle, l'éternelle célibataire incapable de garder un homme? Une histoire à 300 à l'heure, qui ne nous laisse ni le temps de s'ennuyer ni le temps de respirer. Mais qui, à la suite des autres romans de l'auteur, nous fait monter encore un cran à l'échelle de la cruauté. Ses livres sont de plus en plus durs et crus, à croire qu'il étudie les manifestations du mal chez l'être humain. Vraiment terrifiant... Vous souhaitez lire un extrait de ce roman? Rendez-vous sur mon blog! Paola

Carnetdelecture
27/01/12
 

Une plongée dans la préhistoire avec l'héroïne à laquelle on s'identifie facilement. Réussite professionnelle mais désert affectif...L'intrigue est alambiquée, les meurtres gores mais pas trop... moi qui suis habituée à Grangé (vol des cigognes, miserere, concile de pierre..)....j'ai trouvé qu'il y avait un effort réel dans la construction de l'histoire, même si au milieu du livre, cela patine un peu (partie en amérique latine).L'issue est intéressante mais on s'y attend et cela a un côté à peine crédible.Pour autant, on se laisse happé par l'histoire et l'ambiance.Une bonne réussite globalement mais pas le meilleur de Grangé selon moi...

choubie
18/08/11
 

Bon j'avoue, je découvre cet auteur.J'ignorais qui avait écrit "les rivières pourpres" (dont l'adaptation cinématographique a eu comme décor un village du département dans lequel je vis) et le très connu "Concile de Pierre" (dont on me dit de lire le livre plutôt que de regarder le film...).Et bien c'était lui : Jean Christophe Grangé !! C'est grâce à mon homme, qui m'a offert " la forêt des Mânes", pavé de 508 pages, que je découvre cet auteur ! Et c'est une bien belle découverte !! Ce roman a accompagné mes soirées de septembre. J'ai un peu de mal à quitter cette histoire. Très prenante.Jeanne Korowa est juge d'instruction au TGI de Nanterre et va pourtant se retrouver au fin fond d'une forêt équatoriale en Argentine. Tout commence d'une façon pourtant bien ordinaire : Une femme, Jeanne, qui boît du thé vert et regarde Grey's Anatomy, attend désespérement qu'un homme l'appelle. Et il ne l'appelle pas (oui je sais, ça nous rappelle toutes quelque chose). Saisie d'une affaire politico financière qui l'amène à mettre du monde sur écoute, elle rajoute à la liste, en toute illégalité, le psy de cet homme qui ne l'appelle pas.Pendant ce temps là dans Paris des meurtres cannibales sont commis et Jeanne en prend connaissance avec son collègue qu'elle accompagne sur les lieux des crimes alors même qu'elle n'est pas saisie de ces dossiers. Elle, qui rêve d'instruire ce genre d'affaire, finit par mener sa propre enquête doublant la police. Cette enquête va l'amener à s'interesser à l'autisme, à la préhistoire et au trafic de sang et pour tenter de comprendre le lien entre les 3, elle va retourner dans l' Amérique du Sud qu'elle affectionne tant, nous permettant de découvrir des pays profondément marqués par la violence des dictatures qu'ils ont subis. Dénouement inattendu, récit haletant ! Pour moi c'est un coup de coeur !!!Pages 304 : " Ces contacs répétés avec la mort comportaient un avantage. Ils redoraient le blason de chaque seconde. Renforcaient la saveur de chaque minute. Jeanne sentait un fourmillement précieux dans ses artères. Chaque sensation lui parraissait merveilleuse. Inestimable. "

lucie38
19/03/11
 

Et voilà encore un roman qui se dévore littéralement ! Le suspens va crescendo jusqu'aux dernières lignes du roman ! On est vraiment embarqué avec le personnage principale dans cette chasse à l'homme, toujours contre la montre.

bnj15
16/02/11
 

Jeanne Korowa est juge d’instruction en région parisienne. Son existence est tranquille, sa vie sentimentale un échec. Jusqu’au jour où son ami François Taine, qui est également juge, lui propose de le suivre sur une scène de crime où un meurtre particulièrement atroce a eu lieu : une jeune femme a été tuée, démembrée et en partie… mangée. Le meurtrier a fait œuvre de cannibalisme avec une rare sauvagerie. Puis très vite, un deuxième puis un troisième meurtre, sur le même mode, se produisent. Le juge penche pour l’hypothèse d’un tueur en série, mais quel mobile anime ce dernier ? Comment le tueur choisit-il ses victimes ? Les connaissait-il ? Un trio causal se fait jour, au fil de l’enquête, qui mène les juges vers le volet suivant : autisme, génétique, préhistoire. L’enquête ne fait que commencer qui emmènera notre héroïne vers des pays d’Amérique latine jusqu’à la forêt des Mânes où elle se confrontera à son destin…Ce livre a été pour moi un vrai coup de cœur, d’un bout à l’autre des pages. Mon meilleur Grangé jusqu’ici. L’histoire est captivante, les descriptions sont précises et campent l’action. J’ai apprécié le voyage de l’héroïne dans divers pays d’Amérique latine, entraînant le lecteur dans un complet dépaysement. J’ai aimé l’action sans relâche, le suspens au fil des pages. A la fin, le lecteur se rend compte que l’auteur l’a mené en bateau : le rebondissement est de taille et très surprenant ; il donne un tout nouveau tour à l’histoire qu’on peut relire de bout en bout. La vérité est complexe, mais captivante. Tout au long de l’œuvre, l’auteur convoque des explications psychologiques, en évoquant notamment le livre de Freud : « Totem et tabou ». Le livre est riche de références par rapport au trio causal que j’évoquais dans le résumé : l’auteur livre des explications sur l’autisme, la génétique et la préhistoire. L’exposé n’est pas lourd, il s’avère compréhensible et utile à l’histoire. Petits bémols néanmoins : le côté prévisible de certains points (concernant notamment la structure du roman – je commence à bien connaître l’auteur) ; et surtout le côté glauque des meurtres : pourquoi l’auteur se complaît-il dans l’exposé, par le détail, des atrocités subies par les victimes ? Une bonne dose d’hémoglobine et d’horreurs attend notre lecteur. Malgré cela, le livre est passionnant de bout en bout. A découvrir !

Seraphita
27/08/10
 

En tant qu'amatrice de thriller et de Jean-Christophe Grangé, cette lecture m'a beaucoup plu, encore une fois.J'ai aimé :- un début où le thriller en lui-même ne démarre pas tout de suite, et qui permet de poser le personnage de Jeanne, son psychisme, sa vie professionnelle et privée. L'auteur se met dans la peau d'un personnage très féminin et c'est très réussi.- Le fond de l'histoire sur la thématique de la préhistoire.- Le déroulement de l'intrigue parfaitement orchestré, comme d'habitude, pas de temps mort, on est tout le temps en alerte, sans cesse surpris.- La fin de l'histoire, quand on croit avoir tout compris et que la chute nous laisse complètement coi !Je conseille vivement cette lecture aux amateurs du genre.Marylin

marylinm
12/06/10
 

Loup y es-tu ? Si j'étais psychiatre, Jean-Christophe Grangé serait un des auteurs que j'aimerais avoir en analyse. Que se passe-t-il dans ce cerveau qui associe diaboliquement un enfant loup, des schizophrènes aux multiples personnalités et autres cannibales dans des lieux étouffants. Encore !!!

Malgré quelques facilités ou parfois légères maladresses que je pardonne bien volontiers, l'intrigue se tient bien et j’ajouterai même qu’elle est menée tambour battant. Le rythme ne laisse aucun répit au lecteur. J’adore car la lecture n’est donc jamais pesante. On est pris dans un tourbillon et nous voilà au cœur de l’action.Un livre au suspens haletant et aux rebondissements successifs qui ne laissent pas de place même pour une courte pause donc. C’est agréable à lire surtout si on est fan du genre, les thrillers. C’est tellement bien de nous faire lire 508 pages d’une traite sans même qu’on en est conscience. Le pavé est tout sauf indigeste ! Le style est fluide, les chapitres courts offrent également un confort de lecture que j’apprécie. On peut lire quelques pages sans se perdre, juste là quand on a 3 minutes devant soi. Je l’avoue, je l’ai fait bien des fois en faisant la cuisine tellement je voulais lire la suite de cette intrigue. Je m’étais laissée piéger et je ne me suis pas vraiment débattue. Jeanne, l’héroïne, j’ai le même âge qu’elle ou presque. J’aurai pu être elle, même si je n’ai pas étudié le droit car j’avais choisi l’Histoire. Je n’étais sans doute pas aussi brillante dans mes études qu’elle, mais quand même. Ce qu’elle a traversé et ce qu’elle traverse encore me parle. J’ai quand même envie de la bousculer un peu, mais je sais que cela serait peine perdue car elle est vraiment dépressive. Seul un spécialiste peut vraiment l’aider et elle a déjà entrepris cette démarche. Je me demande aussi dans quelle mesure le personnage de Jeanne ne serait pas une critique de la vie parisienne, de la vie moderne, de ses exigences et de ses sacrifices pour ces femmes qui veulent au départ pouvoir tout mener de front. Les autres personnages sont également bien décris. Ils assument toutes leurs fonctions et l’on regrette la disparition de certains même si cela sert une nouvelle fois le récit. Un final qui me convient parfaitement et qui nous rappelle que l'aventure, c'est certes excitant sur le papier, mais que la réalité peut être autrement plus dangereuse, voir même fatale.C’est complet, parfois un peu rapide, mais comme dans un bon film d’action, on se sent porté par l’histoire. C’est un second roman de Jean-Christophe Grangé pour moi et je sais que je vais en lire un troisième très vite. Cependant, je crois que je vais rester une aventurière de salon. Il m'arrive bien assez de péripéties comme cela sans en chercher de nouvelles. http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
12/01/10
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.68 kg