Glace noire (la)

CONNELLY, MICHAEL

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 08/06/95
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le sergent Cal Moore est retrouvé mort dans un motel de Los Angeles. Officiellement il s'agit d'un suicide. Mais l'inspecteur Bosch comprend vite que Moore était lié à un trafic de black ice, une drogue
nouvelle qui fait des ravages en Californie. Plus troublant encore, il découvre dans la voiture de Moore un mot à son attention : ce dialogue d'outre-tombe suffira-t-il à enrayer l'hécatombe ?
6 personnes en parlent

Harry Bosch opus 2.Calexico Moore, flic à la brigade des stupéfiants, est retrouvé mort dans la chambre d'un motel de Los Angeles. La hiérarchie compte rapidement classer l'affaire et conclure au suicide. Mais c'est sans compter sur la ténacité et la perspicacité de Harry Bosch, qui remonte la piste jusqu'à la frontière mexicaine, sur les traces du trafic d'une nouvelle drogue, la "glace noire".Une nouvelle fois, Harry Bosch va enquêter en solitaire et contre l'avis de ses supérieurs.L'inspecteur va remonter dans le passé de Moore et découvrir une histoire de faux frères des plus tragiques, qui va l'amener à affronter la mafia mexicaine.Intéressante mise en parallèle des méthodes et de l'efficacité des polices américaines et mexicaines. La corruption touche les deux côtés de la frontière.Le flic mexicain est un personnage touchant, qui pense avant tout à nourrir sa famille en tentant de pratiquer au mieux son travail.Plaisant sans être révolutionnaire. Maltese

Maltese
09/03/09
 

Nous retrouvons Harry Bosch, le héros solitaire qui va encore démêlé les fils soigneusement embrouillés par Michaël Connelly.Ce dernier, sait distiller les indices aux comptes gouttes sans qu'on y prennent attention mais également donner le rythme à son histoire. Je n'ai pas pu lâcher le dernier quart du livre avant de connaître la fin qui a été pour moi une surprise de taille.

bbpoussy
25/11/16
 

Cette lecture a été décevante. Je crois que je suis peut-être devenue un peu exigeante en ce qui concerne les polars. Difficile de retrouver la même intensité que dans les récits de Nick Stone et de James Ellroy.L'avantage de ne pas être totalement happée par l'intrigue est de laisser aller la réflexion vers des zones qui seraient sinon peut-être restées inexplorées.La découverte faite dans ce livre est l'existence de deux villes :Calexico et Mexicali. Si, si, ça existe, j'ai vérifié. Je pensais que peut-être cela était sorti de l'imagination de l'auteur, mais non, ce sont de véritables villes qui sont situées, comme vous l'avez compris, de part et d'autre de la frontière entre le Mexique et les États-Unis.Tout au long de ma lecture, j'ai donc souvent penser à cela : les frontières. Certaines revêtent un caractère symbolique, d'autres beaucoup moins. Tout est question ici de perception, bien sûr.J'ai alors réalisé que la maison d'Austin ne se trouvait qu'à une trentaine de kilomètres de la frontière avec les États-Unis. Cette frontière-là, on ne la sent pas. Pas seulement nous, JJ, Théo et moi. Personne ici.Pourquoi ? Est-ce parce que son histoire est différente et qu'elle n'a pas eu à être défendue ? Ce désintérêt pour cette « limite » vient-il des habitants eux-mêmes ? Et finalement, d'une pensée à une autre... pourquoi les frontières ?Autour de notre terrain, il n'y a aucune barrière, aucune frontière. Certains en posent, parfois hautes, parfois opaques. Pourquoi cette différence ?Parce que les pensées vont parfois très loin, j'ai aussi envisagé les autres frontières, celles qui sont dans nos esprits, celles que l'on s'impose, que l'on impose, que l'on aime dépasser ou que l'on est incapable de franchir...Et je me suis souvenue que parler de frontières, c'est aussi très souvent parler de liberté et j'ai pensé à Éluard.Finalement, il n'était pas si mauvais ce livre s'il a permis toutes ces réflexions !!! Marion

marionduquebec
19/12/13
 

'est le second roman de Connelly que je lis et je passe toujours un bon moment.Comme la première fois, il y a quelques moments un peu longuets par leur précision, des informations superflues qui ralentissent parfois l'action, mais dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé.Je ne connaissais pas Harry Bosch, simplement de passage dans Darling Lilly, et je l'ai découvert avec une curiosité entretenue par l'auteur.Cet homme solitaire dont le passé mystérieux menace de le rattraper est construit avec patience par Connelly, il est travaillé en profondeur et se forme progressivement face au lecteur. Comme Darling Lilly, le roman est efficace, l’écriture est nette, sans aspérité.J’ai tourné les pages avec plaisir.Cet écrivain sait tenir son lecteur sans utiliser de grosses machines.Tout se fait légèrement, mais efficacement.

evalea
05/07/13
 

C’est le second roman de Connelly que je lis et je passe toujours un bon moment.Comme la première fois, il y a quelques moments un peu longuets par leur précision, des informations superflues qui ralentissent parfois l’action, mais dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé.Je ne connaissais pas Harry Bosch, simplement de passage dans Darling Lilly, et je l’ai découvert avec une curiosité entretenue par l’auteur.Cet homme solitaire dont le passé mystérieux menace de le rattraper est construit avec patience par Connelly, il est travaillé en profondeur et se forme progressivement face au lecteur.Évidemment, on a les qualités de ses défauts, et l’écueil du deuxième épisode n’est pas évité.On sent parfois que l’auteur a fait davantage attention à cette construction plutôt qu’à l’avancée de l’intrigue.Ce n’est toutefois pas très important, tant il est aussi agréable de bien connaître un personnage, surtout lorsqu’il est récurrent.C’est donc davantage un encouragement à lire le premier épisode, qu’un frein à la lecture.

Estellecalim
27/01/13
 

"La glace noire" est le deuxième roman de Michael Connelly qui met en scène l'inspecteur Harry Bosch, mais le premier que je découvre. Et avant d'aller plus loin, il convient de rappeler qu'il a été publié aux USA en 1993. Petite précision qui permettra de comprendre que les enquêteurs n'utilisent ni portables ni internet pour mener leur enquête entre L.A. et le Mexique...Ce détail passé, j'ai également le sentiment que la thématique principale du bouquin, à savoir le trafic de drogue (car oui, derrière les meurtres suscités, on parle de trafic de drogue) colle à l'époque... 1993, j'étais certes bien jeune, mais j'ai le sentiment que les problèmes de drogue et de trafic notamment étaient beaucoup plus présent dans les médias et les différents discours qu'aujourd'hui. Aujourd'hui, on parle d'insécurité, d'attaques à main armée et de fraudes fiscales, mais peu de drogue, si ce n'est quand les douanes saisissent d'importantes quantités aux frontières...Ceci dit, même si le sujet ne me passionne a priori pas (j'aime autant les tueurs en série un peu fada dans leur tête quand même !), c'est une première rencontre plutôt concluante avec Harry Bosch et Michael Connelly. Je sais que l'auteur a également écrit des romans sans cet inspecteur, et qu'il n'est pas exclu que je les lise un jour, mais j'ai déjà envie de mieux connaitre cet homme mystérieux, propriétaire d'une belle maison, appréciant la cuisine et le jazz mais vivant seul et au passé qui semble le hanter... Et quand je lis dans certaines critiques qu'en plus, ce n'est pas son meilleur, cela conforte mon idée !!!

MissAlfie
22/02/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.40 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition