La grammaire est une chanson douce

ORSENNA, ERIK

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 08/01/03
LES NOTES :

à partir de
5,60 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Erik Orsenna La grammaire est une chanson douce « Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t'aime. Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps. Il me sembla qu'elle nous souriait, la petite phrase. Il me sembla qu'elle nous parlait : - Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j'ai trop travaillé. Il faut que je me repose. - Allons, allons, Je t'aime, lui répondit
Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied. Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi. Tout le monde dit et répète « Je t'aime ». Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s'usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. »
20 personnes en parlent

La grammaire est une chanson douce Je n'aime pas vraiment lire (surtout pour l'école) mais ce livre est *Formidable* Conseil: Lisez le ;)

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Voici un ouvrage qui nous entraîne, grâce à Jeanne et son frère Thomas, sur une île un peu particulière, puisque les mots y règnent en maître.Suite à un naufrage, et ayant perdu l’usage de la parole, ils découvrent un lieu magique où M. Henri, un musicien, les enjoint à une promenade dans une ville des mots pleine de poésie. La balade est une découverte de tribus de mots, où verbes, adjectifs, prépositions et autres cohabitent. Je vous propose de les suivre au cours de cette découverte, laquelle nous mènera à rencontrer des écrivains des plus célèbres. Un livre sympathique qui fait de l’orthographe, de la grammaire et du français en général, des camarades de jeu, en nous faisant passer un agréable moment. Quelque chose entre « Alice au pays des Merveilles » et « Le Petit Prince ».

Naurile
28/11/15
 

Ce livre traîne dans ma PAL depuis… des plombes. Je sais que je l’avais acheté quand j’étais encore au lycée et que je passais à la librairie de la ville en attendant le bus pour pouvoir rentrer quand je finissais plus tôt. Ouais… Ça remonte. Et pourtant, je ne l’ai jamais sorti de ma PAL. Pourquoi ? Je ne saurais vous répondre, malheureusement, mais sachez que je regrette amèrement de ne pas l’avoir lu plus tôt.Le titre m’intriguait beaucoup, tout comme la couverture que je trouve vraiment très jolie. Pour être franche, je ne me souvenais plus du tout du résumé, mais cela ne m’a pas posé de problèmes puisque je préfère souvent y aller un peu à l’aveuglette et attendre que ma mémoire de poisson rouge fasse effet, histoire de ne rien attendre dudit livre ou tout du moins, pas grand-chose.Dans ce petit livre on retrouve déjà plusieurs illustrations qui sont très jolies et représentent à merveille certains moments. Je dois dire que cela a rendu ma lecture encore plus agréable puisque cela m’a un peu facilité la visualisation des situations du petit conte, puisqu’il s’agit bien là d’un conte. Et ça ajoute toujours un petit plus d’avoir de belles illustrations par-ci par-là à regarder lors d’une lecture, vous ne pensez pas ? Au niveau du style de l’auteur je dois dire que j’ai été tout simplement charmée. Le style est travaillé et en même temps tellement naturel, riche d’une grande beauté et d’un grand amour pour la langue française et ses propres richesses. Finalement, c’est très poétique mais tout en finesse. Dès les premiers chapitres on sent que le ton est donné, on sait qu’on va savourer ce petit livre jusqu’à la fin.L’histoire est très agréable à suivre, et le frère et la sœur sont agréables à suivre, même si, bien sûr, on suit beaucoup plus la petite Jeanne qui est d’ailleurs très attachante et qui partage cette passion pour la beauté de la langue, qui aime les histoires et lire. Après avoir échoué sur une île lors d’un naufrage, les deux jeunes gens ne sont plus capables de parler et c’est Monsieur Henri, natif de l’île, qui va leur réapprendre à le faire. L’histoire est donc agréable, mais surtout très belle.On apprend pas mal de choses, et grâce à la ville des mots on apprendrait presque à, nous aussi, aimer la grammaire. En tout cas, celle-ci est expliquée d’une manière très imaginative et somme toute bien trouvée. De même que l’importance des mots que l’on n’utilise quasiment plus, ces fameux mots, très beaux, et pourtant, jamais ou presque usités tels que « Échauboulure » ou « Échinidés ». Finalement, c’est une très belle ode à la langue française, à sa richesse, à sa beauté, à son utilisation, et aussi son apprentissage et son entretien.“ En somme „Un livre qui se lit rapidement et qui est d’une beauté incroyable, à lire pour tous les amoureux de la langue française, et à conseiller pour faire tomber les autres amoureux de sa richesse. Askmetoread

askmetoread
30/06/14
 

Je l’avoue tout de suite, si j’avais appris la grammaire comme on peut l’apprendre dans ce livre, j’aurais vraiment adoré mes cours de grammaire. C’est un livre où Jeanne et son frère Thomas vont perdre leurs mots à la suite d’une tempête et vont échouer sur une île où ils vont réapprendre à parler. D’une bien drôle de manière, car sur cette île les mots ont une ville (interdite pour les humains), les noms, les adjectifs, les adverbes, les pronoms, y vivent dans une drôle de communauté. Les mots prennent vie dans ce livre est c’est beau. La musique et les rimes sont aussi très présents, une autre façon d’utiliser les mots et de leur donner un sens. On se délecte de ce livre, on voit les mots d’une autre manière, la grammaire n’est plus aussi compliqué, elle est presque comme un jeu, on assemble les mots pour faire des phrases et c’est vraiment génial.L’histoire contient également une critique, une critique de la manière parfois rébarbative d’apprendre la grammaire, de la destruction de la langue en allant au plus simple, de la disparition de mots (pourtant très beau et presque magique), de la disparition de langues également.Dans ce livre on sent l’amour de la langue française, des mots, des phrases et de la grammaire, et cet amour nous est communiqué. L’écriture est très prenante, presque poétique, on est comme dans une ballade, un style très beau, travaillé et réfléchis, une histoire malicieuse, j’ai adoré.La fin est belle comme tout aussi, j’adore les petites morales disséminées tout au long du livre, et la dernière est vraiment très touchante.Au niveau des personnages j’ai adoré Jeanne et son frère, leur relation entre l’amour et la haine, et comment chacun d’eux va trouver une stratégie différente pour réapprendre à parler. J’ai aussi beaucoup aimé la prof de Jeanne, Laurencin. Son amour pour La Fontaine, sa façon d’en parler, m’a donné envie de me replonger dans les fables. J’ai aussi adoré le fait qu’elle n’hésite pas à utiliser tous les mots de la langue française, même les « gros mots ».Ce livre c’était donc que du bonheur, j’ai hâte de savoir ce que nous réserves la suite !

lasurvolte
27/06/14
 

Certains considèrent qu’Orsenna se disperse, sans doute mais sa trilogie sur la grammaire vaut le coup. Facile à lire et sans prétention. La grammaire est une chanson douce est le premier volume de la trilogie qui est un conte pour enfants et adultes où les mots sont vivants. Les aventures de Jeanne, petite fille de dix ans sont prétexte à nous expliquer le fonctionnement de notre belle langue française. C’est aussi un bel hommage à Henri Salvador, Monsieur Henri dans le livre. Trilogie que je vais lire dans le désordre puisqu’après avoir lu le dernier volume (La fabrique des mots), et le premier, je vais lire le second (Les Chevaliers du subjonctif). Ludeca

Ludeca
09/04/14
 

Lorsque l'on m'a parlé de ce petit livre (150 pages) je trouvais l'idée intéressante mais j'étais très septique. Après quelques pages, je me suis immergée dans ses mots grâce au style d'écriture de l'auteur.L'auteur nous raconte l'histoire de 2 jeunes enfants tout en étudiant la grammaire sans que l'on ne s'en rende compte.La narration est faite par une fillette d'une 10ène d'année (l'un des personnages principaux) à la 1ère personne, façon parlée "enfant" mais pas simpliste. On a l'impression qu'elle nous raconte son histoire. Par moment, elle nous inclut dans la conversation en utilisant le "vous", du coup on s'implique d'avantage dans l'histoire. On est pris par les personnages et par ce texte bien tourné qui se lit facilement malgré un vocabulaire recherché. Les chapitres ne sont pas très long et on tourne les pages sans y prêter attention. Le récit s'est révélée bien plus recherché que ce à quoi je m'attendais en lisant le titre du livre. Il y a de l'humour et du piquant. Tout au long de la lecture, on apprend des choses sur les mots, des expressions... Il y a également de jolis clins d'oeil, de belles phrases et agréablement, on redécouvre l'utilisation de la grammaire française. Ce fût une agréable surprise. Il cible très bien son publique. Si ce livre n'est pas un coup de cœur, c'est uniquement car c'est "une fin ouverte" et ce n'est pas ce que je préfère. Elle est le début d'une autre histoire. Le point positif est que je ne m'attendais pas une telle chute.Je le conseille à tous (enfant, ado, adulte) qui souhaite passer un bon moment aux pays des mots. Très bonne lecture de plage. "Peu importe l'auteur pourvu qu'on me raconte une histoire"Mon blog : http://langue-deliee.blogspot.fr

languedeliee
21/11/13
 

Comment faire aimer la grammaire ?résumé du livreJeanne et son frère Thomas ont des parents séparés qui vivent chacun d'un côté de l'Océan Atlantique. Lors d'un voyage mémorable en bateau, ils affrontent une tempête et échouent sur une île inconnue: l'archipel des mots.CritiqueUne amie à moi professeur de français utilise ce roman avec pour objectifs de faire "prendre conscience de la richesse de notre langue, comprendre l'importance de la communication et savoir que les mots sont des outils de communication ou encore pour aborder les classes grammaticales de façon ludique." Vaste programme ! Et assez rébarbatif dit comme ça pour des élèves de 6ème !Mais c'est sans compter sur le talent d'Erik Orsenna qui joue avec les mots et avec la narration.J'ai pris énormément de plaisir à suivre les aventures de cette petite Jeanne dans cet univers spécialement crée pour aimer notre langue. Sophie

lamamandelena
22/08/13
 

Ce livre est adorablement mignon et tout doux. J'adore ce genre de livre doux, où les mots coulent tout seuls, et où cette fois ils vont s'avérer bien plus vivants qu'on ne le crois. L'histoire se passe sur une ile où les mots sont loués, sont bénis, et surtout sont tellement mignons que ça m'a tout retourné l'esprit. Tout en y glissant des leçons de grammaire, ça m'a énormément plu. J'étais plongée dans cette histoire d'accords, de noms se mariant avec des adjectifs, de ces boutiques de mots, de tout ça. C'était magnifique.Jeanne et Thomas étaient intéressants aussi. Leur façon de réapprendre à parler.Les illustrations, étaient merveilleuses et tout aussi douces que le reste, j'en suis restée ébahie. Ce livre est tout simplement génial ! Il faut le lire et le conseiller comme manuels aux enfants. Il y a pleins de révélations, de phrases qui restent, aux mots qui s'ancrent dans notre tête. C'est joli, ça donne le sourire, ça rend triste aussi un peu. C'est une fabuleuse aventure qui se trouve avoir une suite que je pense acheter dans peu de temps. C'est tellement beau.

yuukichanbaka
11/05/13
 

Ce roman empreint poésie nous fait voyager au pays des mots. Des mots doux, d'autres durs qui s'accordent, se disputent ou se marrient, voilà ce qui vous attend à la lecture de ce joli roman. Orsenna laisse divaguer son imagination pour nous offrir une trame très originale et recherchée. Les mots vivent, cohabitent et Judith, la jeune héroïne de cette histoire en est témoin. Après un naufrage, Judith débarque, avec son frère, sur une île pour le moins étrange. Tous deux ont perdu la parole mais sont vite pris en charge par Monsieur Henri (dont j'ai compris la référence plus tard). Il les accueille et leur (ré)apprend la langue française. Pour cela, Monsieur Henri les emmène dans une ville remplie de mots de toute sorte.J'ai beaucoup apprécié l'humour tout en finesse de l'auteur. Il manie les mots avec beaucoup d'aisance et nous offre de belles figures de style (comparaisons, métaphores ou énumérations). Cette écriture efficace permet une lecture rapide et très plaisante.Ce roman (que l'on pourrait aussi qualifier de conte) est un véritable hymne à la langue française et à tout ce qui en découle (chansons populaires, fables, formules, écrivains). Il serait vraiment dommage de passer à côté !

beroune
25/12/12
 

Ce livre aux allures de conte est un véritable petit bonbon. Pour commencer, le livre en tant qu’objet mérite toute notre attention. Ce sont 136 pages de phrases, de mots et d’images qui se côtoient. Le texte est écrit en caractère relativement gros, donnant un aspect très fluide à la lecture.Alors certes, ces 136 pages, j’aurais pu facilement les lire en 1 heure. Mais non. J’ai eu envie de prendre mon temps, un peu comme une histoire qu’on raconte au coin du feu. Comme les histoires que ma maman me racontait le soir, avant de dormir. Plus qu’elle ne se lit, cette histoire-là ce raconte, se découvre.La langue française est belle, riche, variée. Il faut en prendre soin. Mais la langue française n’est pas une science exacte, elle n’est pas figée. Elle évolue avec le temps, et nous avec. Surtout, elle est suffisamment belle pour qu’on puisse l’apprendre, découvrir ses subtilités grammaticales tout en douceur, et toujours avec plaisir. Elle évolue, et nous avec. Voilà en somme ce que Erik Orsenna tient à faire passer comme message. Ne vous y trompez pas, il n’est pas question d’apprendre la grammaire (quoique, des fois, au hasard d’une phrase…), cette histoire a d’abord pour vocation de nous faire voyager. Un voyage au pays des mots. Des mots qui s’accordent et se lient, se séparent et se disputent. Des mots qui vivent et qui méritent d’être découverts, admirés. Comme on admirerait un édifice ou le tableau d’un grand maître. Erik Orsenna nous offre une histoire émouvante, poétique, drôle… Il y aurait beaucoup de choses à dire encore…Je ne peux que vous conseiller de le lire.

Nelcie
16/06/12
 

Après "La révolte des accents" et "Les chevaliers du subjonctif", il était normal que je lise (enfin) le premier de la série.L'histoire met du temps à se mettre en place. Oui, c'est une île bien belle et bien originale, mais bon sang, on lit pour en savoir plus sur la grammaire, comme son titre l'indique.Métropolitaine que je suis, il m'a fallu du temps pour retrouver le rythme si particulier des îles. J'ai fini par me laisser bercer par les mots. Et même si je n'en ai pas appris plus sur la grammaire (au grand damne de ma maman), j'ai passé un bon moment.L'image que je retiendrai :Celle du neveu sublime de Monsieur Henri. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
17/04/12
 

C’est un livre très court qui nous transporte dans un monde où les mots sont bien vivants, habitent dans des villages différents selon leur nature grammaticale (j’ai l’impression de revenir en primaire.), sont susceptibles mais précieux pour tous. Ces cent cinquante pages sont un hymne à la langue française et à toutes ses complexités qu’on en vient à apprécier au fil des pages. A faire lire à tous ! (Je l’ai d’ailleurs conseillé à mon frère de 12 ans qui a beaucoup aimé.)

Elinor
28/02/12
 

Ce livre, je ne l’ai pas acheté de moi-même. Le prof de communication nous a demandé de le lire. Au début, je me demandais un peu comment on pouvait faire une histoire sur la grammaire. Je l’ai donc acheté assez vite parce que j’étais curieuse de savoir ce qu’il racontait. Quand je l’ai vu, la couverture m’a directement attirée. Très rapidement, je me suis donc décidée à le lire et je viens même de le relire une deuxième fois.Finalement, je pense que je dois dire merci à mon prof de communication parce que sans sa demande je n’aurais jamais acheté cette petite merveille qui est très facile à lire.Cette histoire est un vrai conte poétique qui nous rappelle les fables de Jean de Lafontaine et l’histoire du Petit Prince.J’aime beaucoup l’histoire, la façon dont elle est écrite, cette manière de réapprendre la grammaire et la façon dont l’auteur joue avec les mots : il explique leur nature de façon très claire et nous fait découvrir combien ils sont importants. Si on avait appris la grammaire comme Erik Orsenna nous la fait voir, en chantant, en jouant avec les mots, on se rendrait vraiment compte de la magie des mots.J’ai été aussi très attirée par les images que l’on peut découvrir au fil du livre. Elles sont très bien faites et nous permettent de nous plonger encore plus dans le livre.La grammaire est une chanson douce me donne vraiment envie de découvrir Erik Orsenna entre autre dans la révolte des accents et les chevaliers du subjonctif. Ce livre m’a aussi donné l’envie de relire Le Petit Prince. Isa

isa1977
26/10/11
 

Rien que le titre m’a enchantée… je le trouvais… agréable, attirant, … Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est à des moments ponctuels, la narratrice, à savoir Jeanne, Petite gamine de dix ans, s’adresse au lecteur, pour l’impliquer dans l’histoire, lui donner l’occasion de se sentir concerné et donc, de bien suivre le fil du récit.Le langage, était adapté pour des enfants d’une douzaine d’année, est simple, agréable à la lecture, et terriblement imagé. c’est ce qui fait la beauté de ce livre… l’imagination en prend plein les yeux…L’histoire est à la fois « folle » de par son déroulement, et instructif de par ce que le lecteur découvre, à savoir, une autre manière bien moins scolaire d’appréhender la grammaire. J’ai aimé les références à Henri Salvador, Jean de La Fontaine, Antoine de Saint-Exupéry,… elles amènent d’une part un point d’ancrage avec la réalité (étant des auteurs existants), et d’autre part, amènent une part de rêve dans ce que l’on pense savoir de ces auteurs… L’oeuvre est également gratifiée de merveilleux dessins, qui permettent au lecteur de se poser quelques instants et de laisser voguer son imagination au pays des mots et des merveilles de la langue française… Hylyirio

hylyirio
14/10/11
 

Ce livre est absolument magnifique, je trouve. Déjà, parce que c'est un livre qui permet de comprendre la grammaire française comme jamais aucun professeur ne l'expliquera. Ensuite, les mots, les phrases, les images, les idées... tout est magnifique ! Ce livre, c'est l'amour des mots, l'amour de la langue française dans toute sa splendeur. Chaque enfant devrait lire ce livre. Il donne envie de découvrir les mots, la langue, les phrases... tout ! Je ne sais pas quoi dire d'autre à part que c'est un livre absolument sublime que chaque enfant français devrait avoir lu.Et je me demande si c'est pas grâce à ce livre lu en 6e que j'ai des facilités concernant la grammaire française. En tout cas, on ne peut pas ne pas aimer ce livre qui est un bijou à lui tout seul.

Chaaw
06/09/11
 

La grammaire est une chanson douce Je n'aime pas vraiment lire (surtout pour l'école) mais ce livre est *Formidable* Conseil: Lisez le ;)

"la grammaire est une chanson douce..."...que me chantait ma maman." Avec ce livre, Erik Orsenna fait un clin d'oeil à Henri Salvador.Cela commence par une scène : une prof de sixième se fait entendre dire qu'elle ne sait pas enseigner le français parce qu'elle ne respecte pas les consignes du ministères à savoir enseigner les notions de continuité textuelle, progression thématique,etc. La voilà envoyée en stage de remise à niveau.Puis ce sont les vacances et Jeanne, 10 ans, traverse l'Atlantique en bateau avec son frère. Une terrible tempête les fait échouer sur une île. La tempête les a rendu muets. Aucun mot ne sort plus de leurs bouches.Monsieur Henri les accueille et propose de les aider à retrouver la parole. Un tour au marché aux mots, une visite chez la nommeuse (qui redonne vie aux mots rares), la découverte de la ville des mots, de l'hopital des mots, tous les moyens sont bons.Selon Nécropole, le gouverneur de l'ïle, les habitants perdent trop de temps dans leur passion des mots et perdent le sens du travail. Il a un affreux projet : réduire le nombre de mots. Il fait brûler des bibliothèques au lance flammes (arrggh !!!!!)Il fait enlever Jeanne pour lui faire suivre un stage pour retrouver la parole. En fait, il s'agit de découper la langue en morceaux, la déssécher...Heureusement Monsieur Henri la sauve et l'emmène à l'usine. Là, elle peut piocher dans la volière des noms, dans le magasins des adjectifs, dans le distributeur de préposition et coucher tous ces mots sur une feuille. Elle peut conjuguer les verbes grâce aux horloges : celle qui est à l'heure (le présent) celle qui avance (le futur) celle qui retarde (le passé) et celle dont le balancier est devenu fou (le conditionnel). C'est là qu'elle retrouve la parole.Ma note : 9.5/10C'est un joli conte ayant pour thème la grammaire, la langue française. c'est poétique, imagé. Erik Orsenna donne vie aux mots, les personnifie. Il aborde également le thème de la disparition des langues et des mots rares. Un livre à lire et à relire, à lire ou à faire lire à vos enfants. J'ai beaucoup aimé. Mon exemplaire est illustré de dessins de Bigre ! très sympas."Je suis coiffé de toi. - Ce qui veut dire ? - L'obsession que j'ai de toi s'est enfoncée sur ma tête comme un chapeau trop grand. Je suis coiffée de toi. je ne vois plus que toi.""Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement les mots s'usent.Et parfois, il est trop tard pour les sauver."L'archipel d'Erik Orsenna c'est ICI. Il explique que c'est la colère qui l'a poussé à écrire : il ne comprenait plus les questions qui étaient posées en classe de français à ses enfants. Que de complications au lieu de simplement leur apprendre à aimer les mots et leur langue !!!

lucie38
06/04/11
 

S’il avait été notre professeur de français pendant toute notre scolarité, à n’en pas douter, la grammaire française, on l’aurait tous aimée. Qui n’a jamais hésité devant un adjectif à accorder ? Repoussé une règle grammaticale trop compliquée ?...

Vivonscurieux
16/03/11
 

C'est un petit livre tout simple qui rend hommage aux grands hommes qui écrivaient de belles phrases et de belles histoires comme Jean de La Fontaine, Marcel Proust, Antoine de Saint-Exupéry ou Henri Salvador.Erik Orsenna montre ici le décalage entre les enseignements des manuels scolaires ou les arbitraires ridicules des inspecteurs scolaires (même si c'est ici très caricatural) et la poésie des mots, la simplicité des phrases. Apprendre en s'amusant, en rêvant, en sachant écouter la musique est plus efficace qu'une définition imbuvable d'un livre de grammaire.Je trouve tout de même la méthode très simpliste. si elle peut illustrer la grammaire à l'école primaire, je doute qu'elle soit suffisante pour des élèves de 11 à 12 ans.Mais comme il est bon de voyager dans l'imaginaire avec notamment cette vieille dame qui ressuscite les mots ou avec ce dynamique guide, Henri.

jostein
10/12/10
 

Un petit bijou de poésie et d'amour de la langue française, à lire et relire, et offrir autour de vous ! Liliba

liliba
29/01/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : ITALIEN