La jalousie

ROBBE-GRILLET A

EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 01/07/58
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le narrateur de ce récit - un mari qui surveille sa femme - est au centre de l'intrigue. Il reste d'ailleurs en scène de la première phrase à la dernière, quelquefois légèrement à l'écart d'un côté ou de l'autre, mais toujours au premier plan. Souvent même il s'y trouve seul. Ce personnage n'a pas de nom, pas de visage. Il est un vide au coeur du monde, un creux au milieu des objets. Mais, comme toute ligne part de lui ou s'y termine, ce creux finit par être lui-même aussi concret, aussi solide, sinon
plus. L'autre point de résistance, c'est la femme du narrateur, A., celle dont les yeux font se détourner le regard. Elle constitue l'autre pôle de l'aimant. La jalousie est une sorte de contrevent qui permet de regarder au dehors et, pour certaines inclinaisons, du dehors vers l'intérieur ; mais, lorsque les lames sont closes, on ne voit plus rien, dans aucun sens. La jalousie est une passion pour qui rien jamais ne s'efface : chaque vision, même la plus innocente, y demeure inscrite une fois pour toutes.
1 personne en parle

Alain Robbe-Grillet est plutôt connu dans les milieux universitaires pour son appartenance au mouvement du « Nouveau Roman ».« La jalousie » a été écrit en 1957 et c’est son quatrième livre.A la lecture du titre, on pense qu’on va retrouver les « classiques » d’un livre sur la jalousie.D’ailleurs dès le début, on sent qu’il y aura le mari, la femme, l’amant …Oui, mais voilà, jamais le narrateur ne se nommera, jamais il n’écrira « je » et pourtant il sera toujours là.Il épie, décortique, observe et nous livre des bribes qui ne s’expliqueront que bien plus loin dans le livre (exemple, la tâche du mille-pattes écrasé évoquée page 27 est expliquée page 63 (là, la bestiole est tuée) puis de nouveau signalée page 112). Nous n’avons que son point de vue. Il se déplace dans la maison, analyse et nous décrit les faits comme s’il n’y participait pas, pourtant, il y a bien, par exemple, un troisième verre sur la table alors qu’il ne nomme que deux personnes …La construction est comme un patchwork, (un puzzle s’emboîte et les couleurs s’harmonisent) où tout est posé en vrac avant de devenir un tout.Cet homme est névrosé, il cherche des indices, des preuves où parfois il n’y en a pas. On a coutume de dire qu’une personne peut souffrir d’une jalousie maladive, pour lui, on est loin du compte !La femme est A…., une initiale, dans quel but ? La dépersonnaliser ? La réduire à néant car elle le fait souffrir ? On la suit, elle aussi, en plusieurs fois, écrivant une lettre, souvent évoquée.On ne sait rien du lieu (si ce n’est que l’on parle de boy et de bananiers … l’Afrique ?), sur le temps qui passe (mais la position du soleil est parfois signalée).Les phrases sont parfois bizarrement construites, parfois longues, remplies de descriptions précises, trop précises où tout est scrupuleusement « photographié » jusqu’à la moindre éraflure sur une plinthe, tout cela vient d’un esprit tourmenté qui ne veut rien laisser au hasard.C’est un livre particulier, qui peut dérouter, il n’est pas du tout linéaire.Mais je pense que c’est un genre qu’il faut rencontrer au moins une fois, pour connaître et découvrir autre chose.Deux autres livres de Monsieur Robbe-Grillet m’attendent, je les lirai volontiers …

Cassiopea
23/09/11
 

Format

  • Hauteur : 18.10 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.22 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition