La lecon d'allemand

LENZ, SIEGFRIED

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 26/03/09
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
10,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le chef-d'oeuvre qui a propulsé Siegfried Lenz au rang des plus grands écrivains allemands contemporains. Enfermé dans une prison pour jeunes délinquants située sur une île au large de Hambourg, Siggi Jepsen est puni pour avoir rendu copie blanche à une rédaction sur " les joies du devoir ". Ce n'est pas qu'il n'ait rien à dire, bien au contraire. mais il doit tirer le passé de son sommeil. Une fois l'effort accompli, il se met à écrire sans relâche et il lui faudra un an pour mettre en ordre le flot de ses souvenirs d'enfance, et se remémorer la manière dont son père, policier, accomplissait avec soin son devoir. Siggi revient à ce jour de 1943 lorsque son père, alors officier de police de Rugbüll à la frontière danoise, dut apporter à son ancien ami le peintre Max Ludwig Nansen - considéré comme dégénéré par le régime - une lettre lui stipulant l'interdiction formelle de peindre. Au fil de sa rédaction-confession, le jeune garçon va tenter de comprendre pourquoi son père s'est ainsi acharné pendant et après la guerre
sur son vieil ami, et comment lui, à sa manière, a résisté à l'autorité paternelle en prenant le parti du peintre. Sous la plume délicate et métaphorique de Siegfried Lenz, le gris du ciel a une multitude de nuances et la mer est noire comme elle sait l'être en hiver. L'écrivain et le peintre se confondent dans cette toile vivante où le vent du Nord fait se courber les hommes. La Leçon d'allemand, évocation de la manière dont le nazisme pénétra les esprits, a fait de Siegrfied Lenz l'un des auteurs les plus lus de la littérature allemande. -Alors que paraît en "Pavillons" Une Minute de silence, "Pavillons Poche" publie La Leçon d'allemand, le chef d'oeuvre de Siegfried Lenz, trente huit ans après sa première publication française. -Siegfried Lenz acquiert la notoriété avec La Leçon d'allemand, qui paraît en Allemagne en 1968, et devient dès lors l'écrivain le plus célèbre et le plus lu dans son pays. -Cette figure des lettres germaniques offre une réflexion sensible sur l'exclusion, un de ses thèmes les plus chers.
1 personne en parle

C'est l'été, les vacances. Je me suis installée sur une chaise longue, sans grande conviction, juste pour lire un peu et occuper une soirée avant que la nuit n'arrive... Mais ce n'est pas un livre que l'on peut lire "un peu"... On s'y plonge, on n'en sort plus. Les paysages du nord de l'Allemagne qui ploient sous les assauts du vent, la mer qui gronde, les fossés emplis de tourbe, la pluie qui fouette les digues, les arbres qui se courbent, les ruines d'un vieux moulin que la violence des éléments ébranlent, un avion dont les bombes soudain embrasent le ciel... Il fait chaud et bleu dans mon été, il fait froid et gris dans mon livre... Et le jeune homme s'est mis à écrire et sa rédaction n'en finit plus. Il va sans cesse chercher les souvenirs dans son passé, il retourne dans son hier, il appelle un personnage, deux, puis trois, les replace dans leur histoire, dans sa propre histoire, il évoque une couleur sur l'horizon, elle appelle une multitude de couleurs, il remodèle un visage trait par trait pour le reconstituer… Un détail, un petit fil et la scène se met en place... Dans le décor : la vie. Ce livre est immense, beau, fort… D’une beauté qui pénètre. Le père est un homme de « devoir »… Mais qu’est ce que le devoir face à l’amitié, dans ces circonstances si particulières que sont celles de l’Allemagne nazie. Et après, quand la guerre est finie, que chacun essaie de vivre encore, quel comportement adopter ? Oui, beauté et force sont les noms qui me viendraient sans avoir besoin de réfléchir si je devais parler de ce livre-là en deux mots. Je ne connaissais pas Siegfried Lenz qui est pourtant un grand écrivain allemand contemporain. Je le découvre avec La leçon d’allemand et je suis conquise.J'ai aimé la manière dont l'auteur aborde ce sujet et cette époque. La guerre, on l'entend à peine gronder, on la voit parfois dans les couleurs fauves qui illuminent le ciel mais elle reste au second plan... Pourtant, cette force qui se dégage des êtres, leur rudesse, leur raideur aussi, leurs refus, contribuent à créer une atmosphère très particulière qui nous prend comme le passé à pris Siggi... nous fait mal et nous garde pourtant... Siggi refuse de sortir de la cellule où il a été puni, il écrit, souffre, écrit sans relâche... cela devient son propre "devoir" et nous, lecteurs, refusons de sortir de ses pages, pris dans ses mots comme il est pris dans son passé. Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
28/10/08

Format

  • Hauteur : 18.30 cm
  • Largeur : 12.40 cm
  • Poids : 0.37 kg
  • Langage original : ALLEMAND
  • Traducteur : BERNARD KREISS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition