La lutte pour la reconnaissance

HONNETH A

livre la lutte pour la reconnaissance
EDITEUR : CERF
DATE DE PARUTION : 14/02/00
LES NOTES :

à partir de
41,00 €

SYNOPSIS :

La philosophie sociale moderne, depuis machiavel et hobbes, présuppose un rapport d'hostilité entre des individus désireux de s'assurer une place au soleil ou plus simplement de garantir les conditions de leur survie. La société ne serait rien d'autre qu'une collection d'individus. la fonction de l'etat, dans ce contexte, consiste à neutraliser leur antagonisme. la morale se trouve ainsi instrumentalisée. le jeune hegel se démarque de cette tradition en cherchant à comprendre les conflits humains dans la perspective d'une demande de reconnaissance. il met ainsi en lumière la dimension morale inhérente à tout affrontement et reconstruit l'évolution sociale selon une succession de luttes réelles ou symboliques, dans lesquelles l'individu ne cherche pas tant à supprimer ou à abaisser son adversaire qu'à être reconnu par lui dans son individualité.
L'amour, le droit, la solidarité offrent les cadres successifs oú s'inscrit, à mesure que s'enrichissent les rapports humains, ce lien de reconnaissance. la psychologie sociale moderne permet de reprendre cette approche pour l'enraciner dans les mécanismes de formation de la personnalité humaine (les travaux de g. h. mead et de d. winnicott en particulier). en distinguant trois formes de mépris - l'atteinte physique, l'atteinte juridique et l'atteinte à la dignité de l'individu -, correspondant aux stades de développement du rapport de reconnaissance, axel honneth se dote d'un outillage conceptuel qui lui permet d'articuler une véritable " grammaire morale des conflits sociaux ", fondée sur une théorie intégrée de l'homme et de la société. Ce faisant, il nous met aussi entre les mains un précieux instrument critique.
2 personnes en parlent

Il est indéniable que " La lutte pour la reconnaissance" est un ouvrage majeur pour qui désire renouer avec les cours de philosophie politique. En effet, il s'agit ici du résultat d'une thèse d'habilitation pour une chaire universitaire de philosophie. Axel Honneth se rattache à l'école de pensée qu'on appelle l'école de Francfort. Il suit une lignée directe qui remonte à Hegel, l'un de ses membres les plus prolifiques et les plus prestigieux en terme de production et de réactualisation d'un mode de pensée philosophique hérité des maîtres antiques et de la Renaissance. Axel Honneth tente d'aider le lecteur à comprendre le processus de pensée d'Hegel avant la publication de son fameux Phénoménologie de l'esprit. Pour cela, il scinde son travail en trois parties. La première s'intitule " Idée première de Hegel ". Il met en exergue les influences du philosophe et notamment les apports des Anciens et des Modernes tels que Hobbes ou encore Machiavel dans la structuration de sa pensée et dans l'élaboration de son concept de lutte et de conflit pour le pouvoir et la pérennisation de la structure sociale au profit de l'individu. Cette partie est un pivot central pour comprendre l'extension du projet philosophique d'Hegel dans ce qu'il a de nouveau et de novateur par rapport à la conception de la Cité ou de l'Etat préconisés par Aristote ou encore Machiavel et à sa suite Hobbes.La deuxième partie de son étude " La structure des relations de reconnaissance sociale " s'intéresse non seulement à la relation interpersonnelle et sociétale liant l'individu à l'ensemble social mais aussi à la consolidation d'une structure communautaire permettant un compromis entre l'individu et ses libertés et le groupe. L'auteur présente le concept de la reconnaissance comme le catalyseur de cette relation complexe entre l'individu et le reste de son groupe familial et par extension social. Axel Honneth appelle à des grille de lecture telles que la psychologie sociale avec les travaux de D.W. Winnicott. Il s'appuie aussi sur les études de G.H. Mead pour faire une excursion dans le domaine de l'anthropologie. La troisième partie de son travail est l'expression d'un aboutissement en terme de compréhension totale de la pensée d'Hegel dans le sens où se déploie ici une étude minutieuse de ce que Axel Honneth appelle " La morale et son rôle dans le développement de la société ". Il aborde dans cette section de sa thèse les notions de " mépris " et de " résistance ". C'est autour de ce couple de concepts que s'articulent les différents modes de conflits entre les groupes d'individus.En conclusion, cette thèse d'habilitation publiée sous le titre de "La lutte pour la reconnaissance" permet au lecteur de réfléchir sur la relation de dualité et de conflit dans les sociétés humaines. Elle peut aussi répondre à ce paradoxe qui voit le conflit comme un ébranlement perpétuel de nos sociétés modernes sans les déstabiliser pour autant. Victoire

tran
18/06/13
 

Coup de coeur Tous les individus sont en demande de reconnaissance. Le mérite d’Axel Honneth est d’analyser cette demande à l’aune de la philosophie et de la sociologie permettant ainsi de faire évoluer les tentatives d’explication données par les théoriciens qui nous ont précédés.

Format

  • Hauteur : 23.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.34 kg