La madone des enterrements

WICKHAM, MADELEINE

EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 19/03/08
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La quarantaine resplendissante, Fleur Daxeny a une spécialité : séduire les riches veufs, vivre un moment à leurs crochets avant de disparaître en emportant leurs cartes de crédit et un maximum de cash. Sa technique ? Repérage des cibles potentielles dans la rubrique nécrologique du Times, première approche le jour même de l'enterrement de l'épouse, au moment où Monsieur
est le plus vulnérable... Le charme et l'aplomb extraordinaires de la jeune femme font le reste. Quand Fleur jette son dévolu sur l'austère Richard Favour, elle ne doute pas d'arriver très vite à ses fins. Mais c'est compter sans l'encombrante famille de son promis... et un rival de poids dans la course aux millions ! Les arnaqueurs ne sont pas forcément ceux qu'on croit...
6 personnes en parlent

Fleur a la quarantaine et un but dans la vie : devenir riche. Extrêmement riche. Pour cela, elle ne compte pas travailler mais elle escroque les veufs. Ce n’est pas très compliqué : repérer l’enterrement de l’épouse d’un homme très riche, y assister, faire connaissance avec le jeune veuf et y aller franchement. Puis, il faut gagner sa confiance, obtenir une carte de crédit lié à son compte et disparaître après avoir retiré une somme rondelette. Puis passer au suivant.Seulement, quand elle jette son dévolu sur Richard Favour, son beau plan tombe un peu à l’eau. D’abord, elle n’a pas la seule à lorgner sur la fortune de l’homme, si fortune il y a. Elle s’installe chez lui, avec son fils et sa belle-soeur. Bientôt, sa propre fille débarque, à l’improviste, et elle se retrouve à devoir jongler de mensonge en mensonge avec une seule question : à quel point Richard est-il riche ?La madone des enterrements est un roman étonnant. L’héroïne est franchement antipathique, à profiter de la faiblesse et de la misère d’hommes qui viennent de perdre leur épouse pour leur voler leur argent. Pourtant, le rôle qu’elle se donne va avoir un impact surprenant sur la famille Favour. Car la défunte épouse est toujours présente et est un personnage à part entière du roman. Peu à peu, elle dévoile un visage peu commode et on s’aperçoit de l’impact négatif qu’elle a eu sur sa famille et comment elle a, d’une manière ou d’une autre, ruiné ses enfants et sa propre soeur. L’arrivée de Fleur et de sa fille Zara va leur permettre de guérir, sans qu’ils ne se rendent vraiment compte qu’ils le devaient.Je craignais une fin à la conte de fée, avec un “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants” mais heureusement, l’auteure a choisi une fin ouverte qui correspond parfaitement à la personnalité de Fleur et laisse le lecteur libre de décider de ce que cette étrange petit groupe va devenir. Ladilae

Ladilae
08/03/14
 

Je viens de finir ce livre c’était le premier que je lisais de l'auteur.Le style d’écriture est très agréable a lire .Au niveau de l’histoire, je m'attendais a ce que l'aspect croqueuse de veufs soit plus poussé voir même, a l’extrême. Quoi qu'il en soit ça reste un livre facile a lire sans se prendre la tète ça fait du bien de temps en temps.

swircz
23/03/13
 

Après plusieurs essais concluant avec Sophie Kinsella (la saga de l’Accro du shopping complète ; 6 tomes ; et 2 autres romans), je continue ma découverte de l’auteur. Et pour une fois, je me lance dans un de ses premiers livres, écrit sous son vrai nom, Madeleine Wickham ; avant qu’elle choisisse le pseudonyme qu’on lui connaît.Dans ce roman, nous rencontrons Fleur, une femme épanouie, sûre d’elle, qui a une technique de drague bien particulière puisqu’elle écume les enterrements pour mettre le grappin sur des veufs éplorés… et riches bien entendu. Quel serait l’intérêt sinon ?C’est ainsi qu’elle entre en relation avec Richard Favour et sa famille. Combien de temps l’idylle est censée durer ? Fleur ne le sait jamais. Cela dépend essentiellement de la fortune de l’intéressé et des moyens mis à la disposition de l’héroïne pour en récupérer une bonne partie.Autant vous le dire tout de suite, bien que ce livre s’est lu rapidement, sans accrocs, j’ai toutefois eu un peu de mal avec l’histoire. Et cela tient surtout au fait que Fleur, notre protagoniste, est loin d’être attachante. Elle ne se révèle qu’à la fin du roman et encore, sous la contrainte dirait-on. C’est une personnalité noire, très égoïste, qui ne voit pas la souffrance autour d’elle.Lorsque sa fille, Zara, apparaît dans l’histoire et se prend d’affection pour cette famille de substitution dans laquelle elle trouve un confident et un amoureux, j’ai été très peiné par son vécu et ce que sa mère lui fait subir. J’ai vraiment assimilé cela à de la maltraitance et cela m’a empêché de correctement apprécier ce récit.En conclusion, vous comprendrez que cette lecture ne fut pas vraiment concluante car dérangeante au niveau du caractère de l’héroïne. Mais je retenterai l’expérience avec un Madeleine Wickham. Marylin

marylinm
19/03/13
 

Assez peu fan de chick-lit en général car les thèmes abordés sont toujours les mêmes, les héroïnes souvent quasi-identiques et l’intrigue sans grand intérêt, je me suis laissée aller à la facilité et ai choisis ce roman pour un court moment de détente. Le sujet m’intriguait, une jeune femme qui court après de veufs riches n’est pas l’héroïne type de la chick-lit, de plus les thèmes avaient l’air assez sombres, il est quand même question de décès dans la plus grande partie du livre. J’avais déjà lu « Confessions d’une accro du shopping » de la même auteur et j’avais plutôt apprécié, surtout grâce à son humour et à la personnalité de son personnage principal.Au final, ce roman n’a pas grand chose à voir avec « Confessions d’une accro du shopping », l’humour n’est pas tellement présent, le ton est plus sérieux et les thèmes plus lourds.Vous l’aurez compris grâce au résumé : nous avons affaire à une croqueuse de diamants. Fleur est une jeune femme très manipulatrice qui se pointe aux enterrements de femmes aux maris très riches et séduit ces derniers. Pas très fut-fut les veufs en question car, elle s’installe dans leurs vies, ils lui donnent une carte de crédit, elle prend autant d’argent qu’elle le peut et disparait, tout simplement dans la nature, sans qu’ils aient le temps de comprendre ce qui leur arrive. Sauf qu’un jour, Fleur séduit Richard, veuf d’Emily Favour. On lui avait promis qu’il était plein aux as mais, plus elle reste chez lui, plus elle en doute. L’intrigue n’est pas entièrement centrée sur Fleur, nous avons une panoplie de personnages plutôt intéressants même si particulièrement caricaturaux. Ils sont assez simples, peu creusés mais, ce qui m’a assez plu c’est que l’auteur nous donne les raisons de leur comportement actuel par quelques flash-back, pour nous apprendre leurs histoires personnelles.J’aimais beaucoup le côté sombre de Fleur au début, dans ce genre de roman, on s’attend à ce qu’elle flanche, à ce qu’elle évolue et dévoile de vrais sentiments au lieu de ceux qu’elle se fabrique et qu’on puisse découvrir un coeur en or mais, plus ma lecture avançait, plus elle m’agaçait. Finalement elle n’est qu’une manipulatrice égocentrique et elle m’a déçue plusieurs fois, on se demande si elle a vraiment un coeur au final. Le point positif est qu’elle se sert des gens en les aidant, pas toujours néanmoins. Elle réussit à leur insuffler une joie de vivre bénéfique.Je ne vous parlerai ni de Richard, ni de son fils Antony, je les ai trouvé fades et insipides. Aucun intérêt donc. Des pots de fleurs auraient pu faire l’affaire.On découvre également Philippa (quel nom abominable, soit dit en passant…), la fille de Richard. Une tête à claque de première classe. Insupportable mais c’est la seule qui a réussi à me toucher. Parfois. La plupart du temps, j’avais juste envie de la noyer. Elle passe son temps à lire des romans à l’eau de rose et à se faire des films. Elle ne vit que dans sa tête pour échapper à la réalité qui se place à des milliers de kilomètres de son romantisme écoeurant. Au lieu d’un homme aimant et attentionné, elle a malheureusement récolté un homme méprisant et méprisable qui n’en veut qu’à son argent.On parle pas mal d’Emily, la défunte femme de Richard. On nous la présente comme une femme irréprochable et aimante mais, au fil des pages, grâce aux réflexions de son veuf et aux révélations de plusieurs personnages, on se rend compte qu’elle était froide, manipulatrice, égoïste et méchante.A croire que Sophie Kinsella n’a trouvé que ce type de portrait de personnages… Soit ils servent de tapisserie, soit ils sont trop méchant-méchant. Peu mieux faire. Ce fut une lecture agréable mais, le bilan est très mitigé. Malgré des personnages peu recherchés, l’auteur a quand même réussi à nous épargner la niaiserie insupportable de la chick-lit. Ce qui fait remonter ce roman dans mon estime (pas trop quand même, faut pas pousser) c’est l’éloignement assez notable des clichés chick-lit habituels et les thèmes abordés.En bref, ce n’est pas le roman de l’année mais, ça se laisse lire.

IvyRead
14/02/13
 

Après quelques lectures difficiles, j'ai eu envie d'une lecture légère et divertissante et naturellement, je me suis tournée vers cette auteure de romans Chick-lit, qui me fait toujours rire et passer un agréable moment. Avec ce livre-ci, je découvrais l'univers de Sophie Kinsella avant qu'elle ne publie ses romans sous son pseudonyme.Fleur Daxeny a quarante ans passé mais reste toujours aussi resplendissante. La dame n'a, en effet pas d'autre choix que de prendre soin d'elle, car son corps et son esprit sont un peu son capital "professionnel". En effet, le hobby (et moyen de subsistance) de Fleur est de séduire de jeunes veufs aux funérailles de leur femme et de profiter ensuite de leur grande générosité. Mais tout va changer quand elle décide de séduire Richard...Je l'ai dis en préambule, je n'avais encore jamais lu aucun des romans de cette auteure publiés sous son vrai nom : Madeleine Wickham et je dois dire que je suis quand même ressortie très déçue par ma lecture. D'autant plus déçue d'ailleurs, que jamais je n'avais ressenti ces émotions lors de ma lecture d'un roman de Sophie Kinsella : ennuie, gêne et mal-aise.Je pense que ce qui m'a le plus dérangé, c'est vraiment le manque total d'humour du récit et sa noirceur. Alors certes, le ton était donné dès la lecture de la 4ème de couverture, mais connaissant la plume de Sophie Kinsella, je m'attendais au moins à un peu d'ironie, d'humour noir et là rien du tout. De plus, j'ai vraiment trouvé l'histoire assez plombante et franchement très longue. Je me suis ennuyée presque du début à la fin et j'ai trouvé fort dommage que finalement le récit s'arrête au moment qui m'a semblé le plus intéressant. Beaucoup de longueurs donc et pas de véritable suspense quant à l'histoire globale.Autre déception, j'ai eu beaucoup de mal avec les personnages. Les hommes du récit m'ont paru fades et ternes (en particulier Richard et son fils, apathiques au possible, mon Dieu que j'avais envie de les secouer), sauf le beau-fils, qui lui est absolument détestable. Les personnages féminins ne sont pas mieux. Fleur et sa fille sont haïssables d'égoïsme et franchement une bonne claque leur aurait fait le plus grand bien. Le seul personnage qui tire un peu son épingle du jeu, c'est la fille de Richard, qui, vilain petit canard complétement soumis à son tortionnaire de mari, a su me toucher. Mais c'est bien la seule personne de tout le roman que je n'ai pas eu envie de baffer, c'est vous dire à quel point, je n'ai pas aimé la caractérisation des personnages; personnages qui sont pour moi tellement peu attachants que, associés à un récit trop long et peu captivant, ils ont terminé par me convaincre que La madone des enterrements n'était vraiment pas un livre pour moi.Enfin quelques notes rapides sur la plume de l'auteure. Comme toujours, j'ai aimé la fluidité et la petite pointe British que je retrouve dans le style de Sophie Kinsella. Mais là encore, comme je l'ai déjà dis, je n'ai pas retrouvé l'humour de l'auteure et j'ai trouvé l'ensemble trop noir et l'atmosphère trop malsaine pour vraiment apprécier l'histoire proposée par cette romancière anglaise.La madone des enterrements fut une grande déception pour moi. Je n'ai aimé ni l'histoire, ni les personnages et je me suis vraiment ennuyée lors de ma lecture. Ce fut une déception d'autant plus importante pour moi car j'ai toujours plus qu'adoré les romans de Sophie Kinsella. Ce livre ne m'a vraiment pas donné envie de me plonger dans les romans qu'elle a publié sous son vrai nom...

Evy26
20/11/12
 

Fleur est une femme qui semble n'avoir peur de rien et aucun remord, elle se rend aux services funèbres d'épouses d'hommes riches afin de profiter de la situation.Au début du livre je l'ai trouvée sans coeur, mais on comprend vite qu'elle n'a pas dû avoir la vie facile. J'ai beaucoup aimé ce roman, les personnages sont attachants, à la fois Zara (la fille de Fleur) mais également Richard (l'homme tant convoité), ses enfants : Philippa et Antony, sont gendre Lambert et enfin Gillian sa belle-soeur qui a passé une grande partie de sa vie au chevet de sa soeur décédée Emily.On se demande jusqu'à la fin du roman si Fleur va profiter une fois de plus de la situation. Bref un bon Madeleine Wickham que je vous conseille vivement !!

Bookinwoman
18/07/12
 

Format

  • Hauteur : 20.60 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.37 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : JULIE SIBONY