La maison assassinee

MAGNAN P

livre la maison assassinee
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 13/02/84
LES NOTES :

à partir de
19,15 €

SYNOPSIS :

Au début du siècle, cinq personnes sont massacrées à coups de couteau dans une auberge de haute-provence. En 1920, un survivant croit découvrir les coupables, mais deux d'entre eux, un nouveau riche et le propriétaire
d'un moulin à huile, sont assassinés à leur tour avant que séraphin monge ait pu accomplir sa vengeance. Le justicier monge entreprend alors de démolir la maison maudite de fond en comble...
3 personnes en parlent

Le 29 septembre 1896 en Haute-Provence, par une nuit d'orage, toute la famille Monge est massacrée, égorgée. Séraphin, bébé de trois semaines, est le seul survivant... Les années passent. Après la Première Guerre mondiale, Séraphin revient au pays. Surgi du passé, Séraphin dérange les villageois, leur fait peur, les fascine aussi. Car il est bien étrange ce jeune homme beau tel un archange, puissant, placide et silencieux, toujours les poings serrés, qui entreprend de démolir, pierre à pierre, la maison du drame, comme pour l'effacer ou peut-être pour découvrir dans ses entrailles les réponses à ses questions. Car, hanté par l'image de sa mère morte, Séraphin n'aspire qu'à découvrir la vérité sur la mort des siens, et se venger. Or cela, tout l'indiffère : l'opinion publique, l'amitié que lui offre une "gueule cassée", l'amour des femmes... rien ne semble l'atteindre. De rencontres en révélations, il se lance en silence sur la trace des coupables. Mais à grande surprise, un inconnu le devance sur le chemin de sa vengeance.Pierre Magnan a écrit là un remarquable roman dont l'intrigue policière touche à la tragédie. Mais avant tout ce livre est un roman d'atmosphère, qui mêle le mystère au réalisme paysan. Pierre Magnan parvient à saisir de manière réaliste l'ambiance étouffante faite de non-dits qui règne dans le village, mais aussi ce quotidien accablant que les habitants rehaussent de on-dit et de racontars. Les notables du village (Didon Sépulcre, propriétaire du moulin à huile, Célestat Dormeur le boulanger, et Gaspard Dupin, enrichi grâce à la guerre) paraissent vite bien louches mais on ne comprendra que très tard la véritable teneur de leur implication dans l'intrigue. Les personnages féminins ne sont pas en reste, surtout le trio principal formé par Rose Sépulcre, Marie Dormeur et Charmaine Dupin (les filles respectives des trois hommes suscités). Et bien qu'au début le fait qu'elles se jettent toutes trois à la tête de Séraphin puisse paraître passablement artificiel, il faut leur reconnaître du caractère et de l'éclat, rehaussé d'un brin de perversité et d'une liberté de ton et d'action inattendue mais salutaire vu l'époque du récit. Quant à Séraphin, pris par son obsession macabre qui le poursuit sans répit et sa vengeance qui le dépasse, il paraît presque extérieur aux évènements alors qu'il en est le centre de gravité et le déclencheur.Le décor rude et sauvage, les personnages forts et bien campés, le style précis, l'intrigue sinueuse : le tout forme un roman noir et poisseux, parfois quelque peu dérangeant, et assurément prenant.

Kara
14/01/09
 

En 1919, Sébastien Monge, démobilisé de la guerre, revient dans son pays natal en Haute Provence près de Forcalquier et de Lurs (village de l’affaire Dominici) pour apprendre que toute sa famille a été assassinée en 1896. Bébé de quelques semaines au moment du crime, il est le seul survivant et a été élevé dans un orphelinat. Trois rodeurs ont vite été accusés de ce crime et exécutés. Mais Séraphin apprendra qu’ils ne sont pas les vrais coupables. Pour effacer toute trace de ce crime, il entreprend de détruire sa maison pour retrouver la paix, tout en cherchant à identifier les vrais meurtriers pour venger sa mère dont l’image le hante.Séraphin est en face d’un puzzle qu’il essaie de reconstituer pièce par pièce, mais rien ne se passe comme il l’envisageait. En effet, cette histoire de vengeance est pleine de fausses pistes, des éléments nouveaux apparaissent à chaque chapitre, on va de rebondissement en rebondissement dans un suspens qui devient de plus en plus prenant au fil des pages.Pierre Magnan, dans un style simple et fluide, n’hésitant pas à utiliser des termes locaux, nous livre un beau roman régional où de belles descriptions de la nature magnifique de cette région sont très présentes.A noter que ce roman a été adapté au cinéma par Georges Lautner 1988

Ludeca
13/07/14
 

Une intrigue originale, des personnages attachants, une ambiance pesante et lourde, une écriture fine et légère. Tels sont les ingrédients de ce livre que l'on ne peut lire que d'une traite tant le suspens reste entier au fil des pages. clodette

clodette
27/08/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.32 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition