La maison des lumieres

VAN CAUWELAERT, DIDIER

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 04/03/09
LES NOTES :

à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

A vingt-cinq ans, jérémie rex, boulanger à arcachon, est entré dans un tableau de magritte. Lâ, il a retrouvé pendant quatre
minutes trente la femme de sa vie, au temps oú elle l'aimait encore. mais comment recréer le bonheur dans la réalité ?.
4 personnes en parlent

"Jérémie Rex, boulanger à Arcachon est entré dans un tableau de Magritte. Là, il a retrouvé pendant quatre minutes trente la femme de sa vie, au temps où elle l'aimait encore." Reprenant connaissance, sa seule envie est de retourner dans ce tableau, pour "recréer le bonheur".Il y a très longtemps que je n'avais pas lu de livre de Didier Van Cauwelaert. J'en avais gardé le souvenir d'un livre flirtant avec le surnaturel, l'expérience extra-corporelle. Et bien, dans celui-ci, c'est pareil. Oserais-je dire que c'est le fond de commerce de l'auteur ? Pour ce que j'en connais, oui ! Malgré tout, cette histoire n'est pas déplaisante, loin de là. L'idée d'entrer dans un tableau, d'y trouver des réponses à ses questionnements est plutôt bien vue. Pour qui ne lit pas Van Cauwelaert tous les jours -comme moi-, je trouve que c'est une lecture distayante et bien menée -j'avoue même avoir eu une forte envie d'arriver au bout. Las, c'est dit !Finalement, parti avec un léger a priori, je ressors de cette lecture plutôt satisfait, pas enthousiaste, mais ça m'a bien plu. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Ce roman court de Didier Van Cauwelaert m’a séduit malgré quelques longueurs.Lors d’un voyage à Venise et de la visite du musée Guggenheim, Jérémie est projetté dans le tableau L’Empire des Lumières de Magritte, oeuvre que son ex-fiancée, Candice, porte aux nues. Ce phénoméne dure un peu plus de quatre minutes mais en réalité, il a subi une expérience aux frontières de la mort. Lors de son entrée dans le tableau, il a pu revivre les bons moments qu’il a eu avec Candice grâce à l’aide de Martha, personnage de l’oeuvre de Magritte.La première partie de ce roman est rythmée, haute en couleur. Le lecteur revit les moments heureux du couple Jérémie/Candice lors de la plongée dans le tableau, leur séparation qui a laissé le héros dans une impasse mais aussi sa jeunesse « d’enfant star de série » et rencontre sa mère qui, il faut bien le dire, se soucie plus de la notoriété de son petit frère que de la santé de son aîné. Jérémie n’aura de cesse de vouloir retourner dans le tableau pour retrouver son amour perdu par tous les moyens. Et c’est à ce moment là que l’auteur décide de transformer le héros en cobaye pour que les chercheurs puissent comprendre ce qu’il s’est passé en l’aidant à entrer de nouveau dans L’Empire des Lumières. Son retour dans le tableau n’aura malheureusement pas l’effet espéré… Cette deuxième partie est plus lente même si elle reste intéressante. Le lecteur tourne les pages pour savoir si Jérémie parviendra à reconquérir le coeur de Candice et par quel moyen…Quelques surprises l’attendront.L’écriture de Didier Van Cauwelaert est précise, distrayante et avec beaucoup de traits d’humour. On prend plaisir à lire La Maison des lumières et à connaître un peu plus Magritte, son oeuvre et ses inspirations. J’aurais seulement aimé qu’il y ait un peu moins d’expériences et que l’auteur aille un peu plus loin dans la découverte du tableau et le développement de l’histoire…

AlteaAitana
21/03/13
 

En partant du postulat qu'un tableau peut profondément marquer celui qui l'observe, DVC propose un récit honnête à la première personne dans lequel le héros du livre raconte son étrange aventure. En effet, durant un laps de temps très court, il s'est retrouvé dans le tableau de Magritte, "l'Empire des Lumières" alors qu'il était en train de l'observer...Ce phénomène lui permet de revivre des événements heureux passés avec sa fiancée, d'où ensuite sa quête inexorable pour revivre ce voyage. Même si l'auteur flirte avec le fantastique de bon marché, l'histoire ne sombre jamais dans le ridicule ou le vulgaire. Le style est simple, les personnages, peut-être parfois un peu trop stéréotypés à mon goût, servent un récit agréable à lire. Ainsi, ce roman de deux cents pages remplit son contrat: lecture plaisir avec une histoire tout à fait convenable. vivi

vivicroqueusedelivres
23/02/12
 

Aucun intérêt. Un charabia mystico-scientifique, pas d'empathie pour les personnages. Didier van Cauwelaert se laisse aller... Cette histoire de plongée dans un tableau n'a ni queue ni tête. Les personnages n'ont pas d'épaisseur et sont à peine effleurés: on ne s'y intéresse donc absolument pas!Pourtant Didier Van Cauwelaert sait raconter des histoires, mais cela demande du travail et une histoire qui tienne la route.Paco Rabanne sort de ce corps...

pwall59
18/11/10

Format

  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition