La maison du retour

KAUFFMANN, JEAN-PAUL

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/05/08
LES NOTES :

à partir de
8,20 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Au retour de trois années de captivité au Liban, dans un état second, le narrateur découvre Les Tilleuls, une maison perdue au coeur de la forêt landaise. Il décide d'acheter cette propriété pour dissiper le souvenir de l'enfermement. Un étrange lien de dépendance va se créer avec cette demeure qui symbolise le retour dans le monde des vivants. Dans une fusion totale, presque païenne, avec la nature dont il a tant été privé, le narrateur campe au milieu des travaux. Il se délecte de cette atmosphère transitoire propre à la convalescence, cet entre-deux qui sépare confusément la fin
de l'épreuve du retour chez les humains. Défile une série de personnages inégalement pittoresques : deux ouvriers taciturnes et énigmatiques, l'indéfinissable agent immobilier, un architecte toujours pressé... Cette maison sera-t-elle le lieu de la résurrection ? Vingt ans après, Jean-Paul Kauffmann évoque sa captivité. Allusivement. Avec élégance il a choisi de se garder le plus souvent de l'esprit de sérieux. Jamais complaisant ou victimaire, c'est au contraire un jubilant témoignage sur le bonheur d'être vivant, sur le refus de la fatalité qui résiste à toutes les épreuves.
4 personnes en parlent

Personne n’a oublié cette image : la descente d’avion, sur le tarmac de Villacoublay, d’un homme perdu qui a de la peine à reconnaitre les siens. C’est le retour de Jean-Paul Kauffmann, otage au Liban pendant 3 ans de 1985 à 1988. Son retour à la vie normale sera difficile. C’est dans une maison perdue au milieu des Landes qu’il va essayer de se reconstruire quelques mois après son retour. Cette maison, il l’appelle La maison du retour, mais il n’en parlera que vingt après, en 2006.Pendant tout ce temps, il cherche la solitude, mais pas l’isolement nous dit-il.Paradoxe pour cet amateur de littérature, il lui est devenu impossible de lire. Pendant des mois il va s’investir dans la rénovation de cette maison et la contemplation de la forêt landaise, des différentes essences d’arbres autour de la maison, des oiseaux, des chevreuils qui viennent manger ses roses. Petit à petit, il va renaître à la vie. C’est dans cette maison que le journaliste va devenir écrivain et écrire Le Bordeaux retrouvé, le vin de Bordeaux sa passion avec les Havanes, car cet homme est un épicurien.En même temps qu’à la reconstruction de la maison, on assiste à la reconstruction d’un homme. Tout est écrit avec beaucoup de pudeur et de simplicité, sans aucune affectation. On peut dire que cette maison va jouer le rôle du caisson de décompression pour les plongeurs, elle va lui servir de sas pour le retour à la vie.

Ludeca
21/09/14
 

Bien que présentant des qualités indéniables, cet ouvrage m'a assez déçue. Des longueurs, des répétitions tellement nombreuses que l'on finit par n'en plus pouvoir des mouvements des tilleuls dans le vent ! Pourtant, ce livre nous montre bien le processus de remise en route de Kauffmann et combien cette maison dans la clairière a constitué un sas entre la captivité et le monde libre. Son besoin de solitude, cette nécessité de renouer avec les choses essentielles comme la nature mais aussi le goût (et en particulier celui du vin), de ne pas se brusquer, de vivre à son rythme. Il explique également très bien, par petites touches, les conséquences de sa détention : ce qui lui a manqué, ce qui a été détraqué en lui. J'ai ressenti une grande empathie à son égard. Il revient plusieurs fois sur l'aide que lui ont apportée les mots à travers les quelques livres qu'il a pu avoir entre les mains de sa cellule mais aussi sur les livres lus avant son enlèvement et dont les souvenirs l'ont aidé à garder une certaine santé mentale. Cette rééducation au milieu de la nature m'a semblé saine. En revanche, ses envolées lyriques sont parfois consternantes. Le journaliste ne réussit pas à devenir romancier et il manque quelque chose pour faire de ce livre un témoignage captivant.

mycupoftea
19/09/12
 

Le livre de Jean-Paul Kauffmann ,la maison du retour, s'inscrit dans la série de livres consacrés aux maisons à laquelle ont déjà participé Catherine Clément, Philippe Delerm, Didier Decoin.Il s'agit pas ici d'une maison familiale mais d'une maison "sas de décompression" entre une captivité de plusieurs années et un retour à une vie "normale " ou du moins pacifiée.Perdue au milieu des pins,cette maison est abîmée tant par son abandon de plusieurs années que par son lourd passé: elle a abrité durant la seconde guerre mondiale un bordel destiné aux officiers allemands. C'est pourtant elle qui sera choisie et sa rénovation par deux artisans quasi muets mais surprenants accompagnera la reconstruction de Kauffmann.L'auteur évoque très peu sa détention sauf pour souligner l'importance qu'avait prise là-bas la lecture mais paradoxalement,de retour en France cette boulimie a disparu et dorénavant il semble leur préférer les arbres, à la fois enracinés et tendus vers le ciel...Des arbres aux livres et réciproquement...De très belles pages,un récit émouvant mais non dénué d'humour (voir le portrait de ses voisins), un des livres que j'ai préféré cet été. cathulu

cathulu
17/07/12
 

Qui n'a jamais entendu parler de Jean-Paul Kauffmann ? Son visage est apparu tous les soirs au journal télévisé au côté de celui de ses compagnons de captivité, pendant trois années. Trois longues années à peine évoquées dans cette oeuvre, sinon pour rappeler que les livres et les lectures, même les plus triviales, ont sauvé l'auteur du désespoir total et de la folie sans retour.Son livre est étrange... il ne s'y passe rien, ou presque, pourtant l'auteur réussit à nous captiver avec trois fois rien : une maison au milieu de nulle part, un air d'opéra, une cafetière italienne, quelques vers de Virgile... ces petits détails insignifiants pour tout un chacun sont pour lui comme des petits cailloux blancs qu'il suit pour retourner vers la lumière, vers la vie, au milieu d'une nature omniprésente et exubérante.Un livre attachant qui nous fait aimer la vie et les hommes, malgré tout.

Valsette
26/03/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition