La memoire d'un peuple : ethno-histoire des mitsogho, ethnie du gabon central

GOLLNHOFER, OTTO

livre la memoire d'un peuple : ethno-histoire des mitsogho, ethnie du gabon central
EDITEUR : PRESENCE AFRICAINE
DATE DE PARUTION : 08/03/03
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
27,90 €

SYNOPSIS :

Ce n'est que vers le milieu du XIXe siècle que l'explorateur Paul Belloni du Chaillu, en parcourant le Gabon central, nous fit connaître l'existence des Mitsogho dont André Raponda-Walker, en 1907, fut le premier à apprendre leur langue et leurs coutumes. D'après ce qu'il avait écrit avec Roger Sillans, dans Rites et Croyances des peuples du Gabon, la richesse culturelle de cette ethnie pouvait se laisser entrevoir, ce qui n'avait pas manqué d'attirer l'attention de Otto Gollnhofer. Et, dès 1963, les Mitsogho commencèrent à dévoiler leur très important patrimoine ésotérique contenu dans quelque douze sociétés et corporations initiatiques masculines et féminines y compris diverses pratiques religieuses. Mis à part le récit des origines de l'Humanité exprimé selon la symbolique ghetsogho et qui est d'une très grande richesse, la société initiatique qui semble avoir frappé le plus ceux qui l'ont contactée est le Bwiti. Cet Ordre initiatique est intimement lié à l'iboga, le bois sacré des Gabonais dont le lieu de prédilection
est précisément le pays des Mitsogho. C'est, en effet, la mastication de l'écorce de cette plante, exigée pour les rites de passage, qui déclenche des visions hallucinatoires dont le symbolisme est initiatiquement représenté et expliqué aux néophytes. On ne cesse jamais d'être frappé de ce concentré de gnose que les Mitsogho détiennent dans leur conception, toute théosophique, qu'ils ont de la vie terrestre c'est-à-dire de la naissance et de la mort. Cette dualité dont ils se préoccupent n'est, en effet, pas un antagonisme mais une dualité de complémentarité que l'on retrouve dans toutes les sociétés initiatiques et pratiques religieuses. La vie physique et la vie supraphysique ne posent pas de problème chez les Mitsogho. II y a chez eux, une interprétation constante de la vie terrestre et de l'Au-delà si l'on veut employer les expressions des gnostiques Blancs. Kombé, le soleil, est le reflet de l'Être Suprême dont son éclat, de l'Est à l'Ouest, traduit l'éternité du cycle de la naissance et de la mort.
0 personne en parle

Format

  • Poids : 0.60 kg