La mort du roi tsongor

GAUDE, LAURENT

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 25/01/06
LES NOTES :

à partir de
6,10 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Laurent Gaudé La Mort du roi Tsongor Dans une Antiquité imaginaire, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d'un empire immense, s'apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c'est Troie assiégée, c'est Thèbes livrée à la haine. Le monarque s'éteint ; son plus jeune fils s'en va parcourir le continent pour édifier sept tombeaux

à l'image de ce que fut le vénéré - et aussi le haïssable - roi Tsongor. Roman des origines, récit épique et initiatique, le livre de Laurent Gaudé déploie dans une langue enivrante les étendards de la bravoure, la flamboyante beauté des héros, mais aussi l'insidieuse révélation, en eux, de la défaite. Car en chacun doit s'accomplir, de quelque manière, l'apprentissage de la honte.

23 personnes en parlent

Un texte superbement écrit. J’apprécie beaucoup le style de Laurent Gaudé découvert il y a peu dans Pour seul cortège.Dans ce récit, le roi Tsongor a conscience de ce qui va se jouer lors du mariage de sa fille. Les conséquences vont être désastreuses. Il décide de tout, donne des missions et pense changer le cours de l’histoire en se donnant la mort. Mais entre clairvoyance et le souhait de maitrise ce n’est pas si évident. Un déchirement sans fin va s’abattre sur son peuple.Dans le même temps, son plus jeune fils sera contraint à l’exil pour construire les sept tombeaux qui pourront accueillir son père.Une histoire cruelle où honte, solitude, fidélité, tristesse, gloire, choix et destins sont liés. Un livre où le monde des morts côtoie celui des vivants, témoignant de la dévastation en train de se produire. J’ai hâte de découvrir d’autres livres de cet auteur.

Metaphore
25/05/13
 

C'est le jour de la mort du roi Tsongor, Katabolonga l'a senti, lui à qui Tsongor a tout pris autrefois et à qui il doit sa mort ! Mais c'est aussi le jour où il doit marier sa fille Samilia promise à Kouame, prince de la terre de sel.Mais c'est aussi le jour où Sango Kerim après des années d'errance revient pour rappeler à Samilia la promesse qu'il lui avait faite de se marier avec lui ! Tout cela ne peut finir que dans le sang comme avait commencé le règne de Tsongor...Un très beau roman épique, qui fait un peu penser à "pour seul cortège" d'ailleurs dans les paysages, la mort qui est personnifiée et les destins fantastiques et légendaires des personnages.c'est très beau et très pur. Une très belle écriture avec des mots choisis.Magnifique !

saomalgar
20/06/13
 

On est pris dans l’histoire comme dans un conte « oriental ». Un père qui demande à son jeune fils une quête symbolique. On retrouve les éléments d’une tragédie Grecque.La seule femme que l’on voit beaucoup, c’est Samilia qui involontairement va déclencher la guerre.Les personnages féminins sont forts, je ne sais pas si c’est une constante chez Laurent Gaudé. Les femmes sont déterminées, elles font face à leur destin. Une reine (ancienne guerrière) va défendre sa place. Nous avons même la mère de Kouame qui est une reine guerrière et son armée est constituée d’amazones.Nous avons une scène qui semble un effet miroir d’une scène de « le soleil des Scorta » : un homme vient s’enivrer de l’odeur d’une femme. Dans les deux cas les femmes sont prêtes… les conséquences sont différentes.J’ai beaucoup aimé le rôle de Souba. Il construit pendant que ses frères détruisent, il reste pur pendant que ses frères connaissaient la jalousie et la soif de pouvoir. Il écoute les femmes au lieu de devoir les affronter. Il est la raison, ses frères la passion.Souba retourne sur les pas de son père. Il va mettre des images sur les histoires qu’il a entendues, il est à l’écoute des autres. Il va découvrir des facettes de son père qu’il ignorait.J’ai beaucoup aimé le côté « surnaturel » des conversations entre la dépouille du roi Tsongor et de Katabolonga, ainsi que toute ce qu’il vit.[...]Mon exploration de l'oeuvre de Laurent Gaudé continue... http://ramettes.canalblog

ramettes
03/06/13
 

Ce roman se découpe en 6 chapitres. Le premier explique comment le roi Tsongor a bâti son royaume fuyant celui de son père qui ne souhaitait rien lui léguer, avec l’envie rageuse de pouvoir faire quelque chose de bien plus grand et beau que lui. Pour y arriver il partira dans des conquêtes pendant 20 ans et le sang coulera à flots dans des guerres successives. C’est à son dernier combat « aux confins du monde » qu’il rencontrera Katabolonga, celui qui scellera son destin. Cet homme deviendra le porteur du tabouret d’or, ce qui signifie qu’il sera désormais l’ombre du roi, allant partout où il irait. Il détient le pouvoir de vie et de mort sur le roi, ce que ce dernier a accepté le jour où il a détruit le peuple de Katabolonga. Fatigué de toutes ses conquêtes, désormais il vit à Massaba, les guerres sont derrière lui et il règne sur son royaume « sa quiétude en dépendait ».Il doit marier sa fille Samilia à Kaoume. Mais rien ne se passe comme il aurait fallu. Sango Kerim, son fils adoptif parti à l’âge de 15 ans de Massaba, arrive pour prendre son dû lors « du début de la cérémonie nuptiale, la journée des présents », dû légitime de par le serment fait entre Samilia et lui. C’est alors que le roi mourut. Au deuxième chapitre, on suit son fils Souba, dont il l’a chargé de partir parcourir le royaume afin d’ériger sept tombeaux à l’image de son défunt père, et de choisir ensuite celui qui lui serait destiné et où il pourrait enfin reposer en paix. Ainsi il le protège de ce qui va inévitablement arriver. En attendant le roi erre comme une âme en peine dans son royaume et va être témoin de la guerre qui va éclater. C’est le troisième chapitre qui en parlera. Une guerre sans merci, que Samilia aurait pu empêcher et qui va entraîner les autres fils du roi Tsongor, Sako, Liboko et Danga. En parallèle nous suivons Souba, qui porte le voile du deuil évocateur de la mort du roi Tsongor. Je vous laisse découvrir les autres chapitres.Cette histoire est riche, riche d’enseignement. A travers ce récit Laurent Gaudé nous parle de l’homme, l’homme aveuglé par son orgueil et son égo, qui le pousse à la folie guerrière. Il nous amène cette hystérie et cette démence petit à petit dans ce roman. Il nous raconte d’abord la fidélité, la loyauté, la famille, l’amour secret, puis le déchirement, la guerre, la prétention, la haine, l’horreur meurtrière, la lâcheté, la vanité et la désolation. C’est d’une extrême intensité avec une écriture superbe, qui vous saisit dès les premières lignes. Laurent Gaudé est un conteur merveilleux, qu’on lit avec gourmandise. Et à côté de cette violence et de cette tourmente, il y a la quête de Souba, qui parcourt lentement le royaume, dans le calme, la solitude et le silence. Ce qui ne l’empêchera pas d’être envahi d’un grand nombre d’incertitudes et de questionnements, ainsi que de la honte.Ce roman soulève aussi le questionnement sur la réalité de nos liens, liens qui nous unissent à notre famille, et de ce que l’on reçoit de cette famille. Un héritage qui est au-delà du matériel, il s’agit de notre loyauté, notre fidélité, notre devoir. Mais au final quelle valeur a-t’il ? A quoi nous soumet-il ? Et pouvons-nous le contourner, le refuser ? Et dans quelle propension nous dirige-t-il ? Comment vivre avec un poids lourd qu’on ne peut éviter ?Deux hommes qui veulent la même femme, une femme qui n’a pas su dire non, des hommes qui veulent le pouvoir, des hommes corrompus dans leur coeur et leur âme par cette envie dévastatrice et honteuse de conquérir terre, femme et peuple, ce goût du sang. Une femme qui porte tout le poids du malheur sur elle. Un père qui voit tout ce qu’il aimait s’effondrer. Un homme qui sera toujours là, même au-delà de la mort par loyauté et amitié. Des hommes qui ont oublié qu’ils s’aimaient. Un homme écrasé par le poids d’un héritage de honte. Un énorme coup de coeur pour ce roman qui en dit long sur la nature humaine.Je remercie infiniment ma douce Asphodèle qui m’a offert ce livre, accompagné d’une magnifique carte, d’un carnet et d’un marque-page. MERCI j’ai été très touchée ! Je vous recommande bien sûr ce roman époustouflant !

lauredanse
03/03/13
 

Un roman magnifique, qui emprunte à la fois à la tragédie antique et au conte africain, rédigé dans une langue et un style flamboyants. Sublime, vraiment.

fashiongeronimo
12/08/12
 

Un des meilleurs bouquins que j'ai jamais lus... Un conte Africain qui vous emporte. Un mythe coloré qui vous fait voyager. Magnifique ! A lire d'urgence !

Gaz0line
13/04/10
 

Mythique...Décidément, le Goncourt des lycéens distingue des chefs-d’œuvres ! Cette plongée au cœur du continent africain est rendue magistrale grâce au style épique de Laurent Gaudé. Les événements s'y déroulent comme dans toute saga mythologique, en développant des actions, des coups de théâtre et une bonne dose de sagesse de contes africains. Ce roman sera sans doute encore lu dans un siècle ! Extraordinaire et captivant ! NickCarraway, bibliothécaire à Halluin

NickCarraway
10/12/14
 

Imaginez-vous sous un arbre grand et majestueux.Un arbre à palabres, pourquoi pas... Imaginez un homme vieux et digne assis sous cet arbre...Ce vieillard vous raconterait d'une voix teintée de sagesse la légende du Roi Tsongor et de la merveilleuse cité de Massaba que la violence des hommes a réduite à néant pour l'amour de la belle Samilia d'abord, par goût du sang ensuite... Ce vieillard vous raconterait la folie des hommes mais la sagesse aussi...Ce vieillard, ce pourrait être vous lisant "La Mort du Roi Tsongor" de Laurent Gaudé.Une petite perle, ce roman hors du temps de quelques 200 pages. L'art de conter de Gaudé y est fabuleux .

Caesonia
24/10/14
 

Je poursuis tranquillou l'oeuvre de Gaudé...Au menu , ce coup-ci , La Mort du Roi Tsongor .Homérien en diable dans sa trame , ce récit épique épique et colégram me conforte dans l'idée que ce Gaudé s'affirme réellement comme étant un magistral conteur ! Le vieux Tsongor , roi incontesté et incontestable de Massaba , s'apprete à marier sa fille Samilia . Sonnez hautbois , résonnez musettes ! Le récit s'annonce festif et jovial , n'était ce leger contre-temps en la personne de Sango Karim qui , fort d'une promesse lointaine échangée avec la belle , s'en revient alors , en ce jour de bombance et de ripaille , quémander sa main ! Léger hic , le prince Kouamé , nouveau prétendant attitré , ne l'entend absolument pas de cette oreille – ni de l'autre d'ailleurs . De là à dire que Kouamé n'est pas préteur , il n'y a qu'un pas...Oula , oula , m'est avis que le festin annoncé pourrait tres vite se transformer en rivalité larvée . Il y a désormais quelque chose de pourri au royaume de Massaba ! Aussi avisé que les rois Arthur et Dagobert ;) réunis , le sagace souverain décide alors de se donner la mort pensant alors annihiler toute vélléité guerriere ! Ouiinn ! Fatale erreur votre Majesté puisque les deux promis , habités par un orgueil et un égo aussi démesurés , décident finalement de conquérir Miss Maisjvousaimetouslesdeux à coups de combats et de massacres récidivants ! Tsongor , à la veille de pousser son dernier soupir , fait mander son plus jeune fils , Souba , afin de lui exprimer ses dernieres volontés ! De tes oripeaux princiers tu te dévetiras , sept tombeaux inégalables tu construiras , chacun portant l'empreinte de ce que fut ton pere pour toi...Le sauvant ainsi lucidement d'une mort certaine...C'est ainsi qu'incognito , Souba missionné par son défunt pere , quitta le royaume de Massaba appelé à ne devenir que ruine et désolation . Vint donc le temps de la solitude opposé à celui du chaos . I'm pooor lonesome fils de roi qui doit le dire à persoooonne...Gaudé oppose une quete mystique au bruit et à la fureur ! Deux récits concomitants de force et d'impact bien distincts . Car si l'on suit le jeune Souma avec grand plaisir dans sa recherche de vérité et de spiritualité , les combats incessants venant se fracasser telles les vagues sur la greve peuvent constituer un leger bémol , voire un petit fa diese à la longue ! La plume est toujours aussi évocatrice et immersive seulement , les affrontements se succédant inlassablement pour , au final , laisser les deux bélligérants sur leurs positions , peuvent susciter à la longue un brin de lassitude lassante . Absolument rien de rédhibitoire tant l'intensité des batailles transpire à chaque page ! Véritable cours magistral de stratégie guérriere , Gaudé inscrit son récit sur la longueur en prenant le parti de compter par le menu ce suicide collectif sur plusieurs années . Un roman dévastateur n'épargnant rien ni personne si ce n'est l'humain borné incapable de transiger avec son moi profond , n'hésitant pas à sacrifier toutes ces vies au profit d'un idéal personnel qui n'a d'autre limite que son triste égo démesuré...Pour toutes ces raisons et bien plus encore , je déclare Gaudé comme étant mon chouchou - sans oublier les 3 suisses , bien sur – 2012 ! Le Roi est mort , vive le Roi !

TurnThePage
31/10/13
 

On ne présente plus le Roi Tsongor, et si vous ne l’avez pas lu, shame on you, précipitez vous sur cette petite merveille !Le vieux roi de Massaba règne sur un immense empire construit au fil de guerres et conquêtes toute sa vie durant. Il s’apprête à marier sa fille au fils d’une province amie quand surgit un deuxième prétendant, Sango Kerim, fils adoptif qui a été élevé avec les enfants de Tsongor, parti de la ville quand il avait 15 ans et que tous avaient oublié. Le jeune homme brandit la promesse faite des années plus tôt par Samilia qui avait promis de l’épouser. Ce qui n’était que jeu d’enfant est devenu son obsession et il est prêt à se battre jusqu’à la mort pour prendre son dû. La guerre éclate, bien sûr. Tsongor meurt de tristesse et Samilia ne peut au départ se résoudre choisir l’un ou l’autre de ses prétendants, qui vont se livrer une guerre sans merci, laissant le pays exsangue. C’est le fidèle Katabolonga, un guerrier vaincu devenu serviteur de Tsongor qui pleurera le plus son roi pendant que les autres se partagent le royaume et se battent, alors que Souba, le plus jeune d’entre eux, marche à travers le royaume à la demande de son père pour y construire des mausolées à sa mémoire.Fierté, orgueil, fidélité, mort, famille… La haine côtoie l’amour dans ce récit qui est d’une intensité rare et que j’ai écouté avec un plaisir immense en livre audio après l’avoir lu il y a quelques années. La voix de Jean-François Garet met parfaitement en valeur ce texte à la fois violent et extrêmement poétique, triste et attachant, en fait ressortir la beauté et le souffle tragique. Une véritable merveille à lire et relire et à écouter ! Liliba

liliba
06/10/13
 

Laurent Gaudé est un auteur merveilleux! Jamais déçue par la lecture de ses romans ou nouvelles, je me suis plongée avec délectation dans cette histoire qui m'a tellement fait penser aux grandes tragédies de Racine... Eh oui! Pas moins que cela!

viwa
19/08/13
 

Je me suis imaginée cette histoire en Afrique (influencée par la couverture), mais en fait c’est un royaume imaginaire. C’est peut-être pour ça que ça m’a plu, il y a une petite ambiance fantastique, magique, dans ce conte. En tout cas c’est une belle découverte, pleine de poésie et au rythme du phrasé entrainant. La fin est parfaite mais malgré l’écriture très belle et une histoire bien menée, les personnages ne m’ont pas plus emballé que ça… (mis à part Souba) Jae_Lou - Rêve GénéralOn n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature - George Orwell (1984)

JaeLou
15/06/13
 

Ce roman tient à la fois du conte, de l’épopée mythologique, et du roman d’apprentissage. Situé à une époque plus qu’évasive, à une époque indéterminée, il a pourtant une forte connotation actuelle dans les thèmes qu’il aborde, notamment en ce qui concerne la course au pouvoir, et la violence mise en jeu pour l’obtenir, et le conserver.De Laurent Gaudé j’ai le souvenir d’Eldorado qui ‘avait donné envie d’aller plus loin tant l’écriture m’avait séduite. Ouragan, bien que le thème m’attire fortement, m’avait un tantinet laissée sur ma faim.Je retrouve donc une troisième fois Laurent Gaudé. Son écriture est toujours aussi belle et poétique. Mais, car il y a un mais…le scénario m’a laissée sur le bas-côté de la route. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
01/03/13
 

A Massaba le roi Tsongor prépare le mariage de sa fille Samalia.Ce matin là son serviteur Katabolonga sent qu'il va tuer le roi respectant ainsi la promesse qu'il avait fait 20 ans plus tôtCe jour là voit aussi surgir Sango Kerim, compagnon de jeux de ses enfants, qui , très jeune, avait quitté le royaume pour parcourir le monde et vient réclamer la main de Samalia au nom d'un serment d'enfants.Ce soir là est aussi le moment que choisit le roi Tsongor pour confier une mission à son fils Souba. A la mort du roi, Souba devra quitter la ville pour aller construire sept tombeaux dans le monde, en choisir un et y déposer le cadavre de son père. Dernier espoir du roi de sauver l'un des siens en le lançant dans cette quête initiatique.C'est cette nuit là que le roi Tsongor meurt en contemplant le visage de son ami. Ce jour là voit aussi surgir Sango Kerim, compagnon de jeux de ses enfants, qui a 15 ans avait quitté le royaume pour parcourir le monde et qui vient réclamer la main de Samalia au nom d'un serment d'enfants.Ce soir là est aussi le moment que choisit le roi Tsongor pour confier une mission à son fils Souba. A la mort du roi, Souba devra quitter la ville pour aller construire sept tombeaux dans le monde, en choisir un et y déposer le cadavre de son père. Dernier espoir du roi de sauver l'un des siens en le lançant dans cette quête initiatique.C'est cette nuit là que le roi Tsongor meurt en contemplant le visage de son ami.Laurent Gaudé nous décrit ici un monde légendaire, sans apporter de références particulières. On a l'impression d'être reparti des millénaires en arrière, à une époque où la force et le combat sont des moyens tout à fait légitimes de s'approprier des biens, ou des femmes.Une superbe écriture, classique, flamboyante qui nous renvoie aux grands mythes classiques.

dvan
11/01/13
 

J'ai beaucoup aimé et depuis j'essaie de lire tous les livres de Gaudé dont j'aime l'écriture que ce soit un roman ou du théâtre. Son succès ne l'a pas changé, il est modeste et à l'écoute. berthe

afbf
11/01/13
 

Entre les romans de Laurent Gaudé et moi, on peut dire que le courant ne passe pas vraiment. On le sait tous, il y a des auteurs talentueux auquel on n'est pas sensible. Je n'ai pas aimé Le Soleil des Scorta que vous aimez tous, et si j'ai été un peu sensible à Ouragan, ce ne fut pas non plus une lecture totalement enthousiasmante pour moi. Mais on me pressait de découvrir ce titre qui reçut Le prix Goncourt des lycéens et quand Enna l'a proposé en livre voyageur et en version audio, je me suis dit que j'étais prête à retenter l'aventure, une dernière fois peut-être.Tsongor est un vieil homme mais c'est avant tout le roi de Massaba, celui qui a conquis une immense royaume. Le jour des fiançailles de sa fille, un homme qu'il a élevé puis qui était parti prendre son envol ailleurs, vient réclamer celle qui, enfant, lui avait fait la promesse de l'épouser. Tsongor se suicide et mais ne veut reposer en paix que lorsque la guerre qui menace sera finie, et sa famille sortie des ennuis.Dans ce roman dépaysant qui nous emmène dans de lointaines contrées africaines, Laurent Gaudé déplore la soif de guerre des hommes, dont le déclencheur est ici une femme mais qui est causée par l'excessive fierté des hommes, pas par l'amour qu'il ressentent pour cette belle femme. Très vite, la cause est oubliée au profit du désir de vengeance, thème doublement présent à travers les liens qui unissent le roi à son serviteur Katabolonga.Ce roman est indéniablement fait pour être raconté et par Pierre-François Garel, c'est tout juste parfait. J'ai aimé ce dépaysement, les phrases sont belles, le ton utilisé par Pierre-François Garel toujours juste. Par contre, c'est vrai, je me suis un peu ennuyée au fil du récit car il me semblait qu'on tournait un peu en rond. Mais les thèmes abordés et la parcours de Souba, le jeune fils de Tsongor m'ont plu. http://vallit.canalblog.com/archives/2012/07/25/24675519.html#comments

cocalight
06/12/12
 

Le roman situe l’action dans une Afrique indéterminée, le Royaume de Massaba, qui vit encore selon des règles ancestrales, guerrières et traditionnelles.Le roi Tsongor va marier sa fille aujourd’hui avec Kouame, roi des terres du sel et le royaume entier retient son souffle, silencieux et désert cette nuit-là, car le fiancé fait livrer tous les trésors qu’il possède, il va venir en personne après avoir fait déposer aux pieds du vénérable vieillard une fiole pleine de son sang et une poignée de sa terre. Tsongor se réjouit lors de cette ultime nuit et ne comprend pas les paroles de son porteur de tabouret d’or: ce sera pour aujourd’hui. Le noble guerrier vaincu autrefois et à qui il a fait grâce lui annonce qu’il va le tuer, comme il en a été convenu lors de cette dernière guerre, Tsongor lui a “ donné sa mort ” pour venger celle des siens, quand il voudra. Et ce sera la nuit prochaine.Pourquoi? Qu’est-ce qui va pousser le souverain, aimé et haï à la fois, à se trancher les veines et à pousser son serviteur à l’achever d’un coup e poignard?La réponse est dans une amulette portée au cou d’un fils adoptif dont le retour sème d’abord la joie puis l’horreur: Sango Kérim, parti il y a des années et de retour pour exiger son dû, ce qui a été juré et écrit sur l’amulette qu’il porte au cou: le serment qu’ils se sont fait lui et la jeune fiancée d’être l’un à l’autre, à jamais.La guerre est inévitable, le suicide de Tsongor n’a rien résolu et la décision de la jeune fille de rejoindre son premier amour non plus.Trahison, sens de l’honneur, courage, amours interdites, réflexion sur le pouvoir et sur la guerre, sur la honte que chacun doit connaître et dépasser, valeurs ancestrales de l’Afrique et , en arrière-plan, évocation des grandes tragédies antiques, les thèmes abordés sont multiples et riches. L’écriture apporte un souffle épique au roman dont l’intérêt reste vif jusqu’à la dernière ligne. Hebelin

hebelin
27/10/12
 

J'ai aimé mais ce n'est pas un coup de coeur. Trop de guerres, trop de rage pour moi. Cela dit, la plume est belle et le fond du roman intéressant. Il manquait quelque chose pour m'embarquer totalement.Je relirai certainement cet auteur, sur un autre thème parce que c'est quand même une belle plume mais que de souffrance dans ce livre-ci !

mycupoftea
08/09/12
 

Ce devait être un jour de liesse que celui du mariage de la princesse Samilia avec le prince des terres du sel. Or, dès son réveil, Katabolonga, le porteur du tabouret d’or du roi Tsongor, le sait : c’est le jour où il doit tuer le roi. Il le lui annonce, mais Tsongor ne comprend pas sa phrase, dans un premier temps. Puis viendra Sango Kerim, détenteur d’une promesse ancienne : Samilia est à lui. Que faire ? Puisqu’il est écrit qu’il doit mourir, le roi se faufile dans cette solution « de facilité » : mourons, puisque nous ne pouvons trancher. Mais ça ne changera rien, la guerre va éclater, durer, l’un après l’autre chaque protagoniste va mourir, tous, sauf deux... C’est une lecture apaisante, paradoxalement. On y côtoie pourtant de nombreuses scènes d’horreur, l’accomplissement de tragédies, de destins individuels stériles, mais dans une langue si simple et dépouillée qu’on a l’impression d’écouter. On est assis au coin du feu, et le conteur nous achemine doucement et lentement vers la fin de son histoire, moment à partir duquel il nous appartiendra de l’intégrer et d’en extraire le sens. Pendant ces deux cent pages, on retient son souffle, on ne pense à rien d’autre, et c’est une respiration dont on a bien besoin. ↓ Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Dans un pays d'Afrique imaginaire, un roi va marier sa fille Samilla. Pendant que les préparatifs se font et que ses fils sont de la fête, un homme élevé par Tsongor revient mettre en cause ce mariage qui lui était promis.Alors, le roi choisit la mort au dur choix qui lui incombe et qu'il laisse aux siens, alors une guerre va s'ensuivre...Un très beau roman historique. On a l'impression de lire un conte.Comme dans le soleil des Scorta ou Ouragan, Gaudé arrive à nous imprégner de l'ambiance qu'il arrive à recréer. Sandrine

Sandrinelou
30/07/12
 

Un très beau roman. J'avais entendu beaucoup de bien de cet auteur, et cette première lecture fut un réel ravissement!On a l'impression de lire une tragédie grecque se déroulant dans un pays imaginaire. L'histoire commence de manière assez douce pour ensuite confronter le lecteur à une série de drame que l'on comprend inévitables. De par les descriptions de tous les sentiments humains et les personnages aux destins si emprunts de fatalité, on est plongé dans ce livre sans aucune envie de le lâcher. Un véritable coup de cœur!

seriephile
05/01/12
 

Première lecture de Laurent Gaudé, ce livre m’a étonné et ravi ! La guerre est merveilleusement racontée, Laurent Gaudé rivalise d’imagination pour trouver de nouvelles troupes, plus bizarres les unes que les autres, venues des quatre coins du monde. On se laisse emporter par cette tragédie « romantique », on suit avec attention tout le long de la lecture les nombreuses péripéties et rebondissements que subit la trame. Une très bonne suprise.

Loach
13/06/11
 

Alors que tout Massaba est en joie à l'idée de célébrer les fiançailles de Samilia, la fille du roi Tsongor, et de Kouame, prince du royaume du sel, une ombre plane sur la cité. En effet, Sango Kerim, l'ami d'enfance de Samilia, est venu avec son armée réclamer celle qui lui a fait la promesse, plus jeune, de s'unir à lui. Embarrassé par ce deuxième prétendant qu'il juge tout aussi légitime que le premier, le roi Tsongor ne voit pas comment prendre une décision sans déclencher une guerre. Il décide donc de mettre fin à ses jours, espérant ainsi apaiser les deux camps et les faire renoncer à sa fille, accablée par le deuil. Mais il n'en est rien, et la guerre éclate malgré tout, une guerre sans merci, qui détruira tout sur son passage...Laurent Gaudé nous offre avec "La mort du roi Tsongor" une fable épique qui fait écho aux grandes tragédies grecques par sa poésie et sa cruelle fatalité et qui nous permet par là même de découvrir un écrivain talentueux. Un régal!

Mokona
03/05/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Dans la même catégorie