La mort en dedicace

DAENINCKX, DIDIER

livre la mort en dedicace
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 08/01/09
LES NOTES :

à partir de
5,40 €

SYNOPSIS :

Venu sur les côtes de Bretagne pour y retrouver le souvenir de sa compagne disparue, le narrateur est témoin d'une scène étrange qui va l'inciter à en savoir davantage : au cours d'une fête dans une auberge, un vieux marin est empêché de chanter en breton sur l'air d'une complainte traditionnelle. Le lendemain, il est retrouvé mort. Le récit dévoilera qu'un complot de septuagénaires protège le secret de la cargaison du « dundee de Bob ». Sur un mode cher à Daeninckx, les bribes d'une histoire s'ajustent jusqu'à faire resurgir une page d'Histoire oubliée. De la seconde nouvelle, on ne donnera que les mots de la dédicace qui, par deux fois, est l'envoi qui précède la mort : « À Fiona, qui sait qu'il ne faut chercher aucune excuse, qu'il faut préférer faire face
à son destin en acceptant d'en payer le prix. » Deux longues nouvelles sur le même thème, celui des objets maléfiques. Dans la première, « La complainte oubliée », c'est un caméscope qui porte la mort : ceux qu'il emprisonne dans sa mémoire numérique ne tardent pas à perdre la vie. Son propriétaire voit disparaître la femme qu'il aime, et qui lui a offert la caméra pour son anniversaire. Puis c'est au tour d'un vieux marin breton d'être happé par le destin. Dans la seconde, c'est un livre qui sème la désolation ou plutôt la dédicace que l'auteur a portée sur la page de garde. Ceux qui entrent en contact avec l'ouvrage, « L'instinct de mort » passent vite sous le linceul. Cette nouvelle donne son titre au recueil : « La mort en dédicace ». Didier Daeninckx
1 personne en parle

Revenu en Bretagne, en souvenir d’un amour perdu, le narrateur va se retrouver un soir être le témoin d’un évènement sans importance, dans le bar de la petite commune de Plestin, un ivrogne est éjecté alors qu’il chante une complainte en Breton. Rien qui vaille la peine de s’intéresser à l’incident, sauf que le lendemain le pauvre bonhomme est retrouvé sans vie sur la plage.Bien que tout laisse présager une mort naturelle le narrateur cherchera à déchiffrer les paroles chantées par le vieil homme et Il se retrouvera embarqué bien malgré lui dans une aventure dont il ne sortira pas indemne.Un texte très court, une soixantaine de pages faciles à lire, pourquoi pas sur une plage Bretonne tant il est imprégné d’odeurs iodées. On ferme les yeux et on entend le chant des mouettes et le vent sur les dunes.

isabelleisapure
27/07/14
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.09 kg

Dans la même catégorie