La musique d'une vie

MAKINE, ANDREI

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 12/12/11
LES NOTES :

à partir de
5,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

C'est un roman bref et vigoureux, tout l'opposé des amples orchestrations des livres précédents. Un Makine nouveau, en quelque sorte. Qui a su resserrer son style et son inspiration autour d'un message intellectuel. Tout commence par un extraordinaire tableau, lourd de significations : celui d'une gare perdue dans le fouillis blanc de la tempête, au milieu de l'Oural. Des dizaines de voyageurs crottés de neige, résignés, blottis contre les radiateurs, attendent depuis on ne sait quand un train pour Moscou. Apparaît alors un vieux pianiste, Alexeï Berg, émanation de cette foule obscure dont il révélera l'intériorité. Alexeï
Berg qui, pour sauver sa vie et son âme, a dû prendre le nom d'un autre, celui d'un soldat mort, et qui de bout en bout a su rester fidèle à une certaine musique intérieure, car ce " roman-destin " est un éloge de l'indomptable force de l'esprit. Et par conséquent une réhabilitation toute en nuances de l'homme russe, de sa capacité de résistance mentale. Et c'est aussi une histoire pleine d'un charme très profond, qu'on lira et relira, un vrai joyau. Plus que jamais, l'auteur se situe dans le fil de la grande tradition russe. On pense aux romans courts de Tolstoï, La Mort d'Ivan Illitch, Maîtres et serviteurs.
4 personnes en parlent

Musique de la mémoire 1941, Alexei Berg jeune pianiste juif (reconnu par la police de Staline comme « ennemi du peuple ») est obligé de fuir en Ukraine et de rentrer dans la clandestinité, il traverse alors une partie de l’Europe de l’Est en prenant l’identité d’un soldat mort, ballotté par les secousses souvent incompréhensibles de L’Histoire. C’est cette histoire qu’il raconte bien des années plus dans l’intimité dans de nuit au jeune narrateur : que reste-t-il de ce qu’il était alors et de sa passion pour la musique ?

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Deux personnages dans une gare en plein hiver russe...ils attendent un train qui a déjà 6 heures de retard. L'un est pianiste..Échange sur le vie dans le wagon qui finalement arrive.La vie d'un musicien, qui aurait pu faire une carrière de concertiste si les purges staliniennes en 1941, ne l'avaient pas contraint à quitter Moscou et à changer d'identité, front russe, avancée allemande, et finalement une petite planque de chauffeur de général. La vie d'un russe comme un autre, une vie de peur, peur de partir à tout moment dans les camps, camps qui subsisteront bien après le décès du "petit père des peuples", peur que sa supercherie, son changement d'identité soit découvert.Tout ça on le sait, on l'a lu déjà des dizaines de fois. Mais quand c'est Makine qui écrit, la noirceur de cette époque devient un grand plaisir de lecture. JPV

JPV11
11/10/13
 

Musique de la mémoire 1941, Alexei Berg jeune pianiste juif (reconnu par la police de Staline comme « ennemi du peuple ») est obligé de fuir en Ukraine et de rentrer dans la clandestinité, il traverse alors une partie de l’Europe de l’Est en prenant l’identité d’un soldat mort, ballotté par les secousses souvent incompréhensibles de L’Histoire. C’est cette histoire qu’il raconte bien des années plus dans l’intimité dans de nuit au jeune narrateur : que reste-t-il de ce qu’il était alors et de sa passion pour la musique ?

Très belle histoire très bien écrite, un style "raffiné".Un homme dont la guerre va bouleverser la vie, jusqu'à en perdre sa propre identité...

bibchrys
04/02/09
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition