La noce d'anna

APPANAH, NATHACHA

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/08/05
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Sur le mur, la robe est accrochée comme un tableau de chasse. Elle est belle, sans doute un peu sage mais, qu'importe, c'est le jour d'Anna. Aujourd'hui, 21 avril, je marie ma fille, je laisserai de côté mes pensées de vieille folle, je serai comme elle aime que je sois : digne, bien coiffée, bien maquillée, souriante, prête à des conversations que je suivrai avec un enthousiasme feint et qui ne me laisseront aucun souvenir, parée pour butiner d'invité en invitée, mère parfaite que je serai aujourd'hui. Je me cacherai pour inhaler mes Fumer Tue. Je marie ma fille, aujourd'hui. Cette phrase bondit dans ma tête tandis que je la regarde dormir. J'ai quarante-deux ans et je marie ma
fille aujourd'hui. J'ai soudain l'impression d'être sortie de mon corps, de flotter au-dessus d'Anna endormie et de moi-même, de regarder tout cela comme on regarde un film, de me dire que cela ne peut pas m'arriver, pas à moi. J'aurais souhaité être sage le jour du mariage de ma fille... » Pendant la noce d'Anna, sa mère se souvient. De la jeune femme qu'elle a été, si différente de sa fille aujourd'hui, de ses rêves, de ses espoirs, de ses envies ; parce qu'elle en a encore, des envies, cette femme célibataire qui marie sa fille... Pendant la noce, l'enfance d'Anna resurgit avec le souvenir du père, de l'absent, de l'inconnu... Et un autre bonheur pointe son nez dans la nuit.
6 personnes en parlent

« Vois-tu maman, je ne suis pas si différente de toi, au fond » Une mère marie sa fille. Elle se souvient, elle remet en question, elle regrette, elle juge en silence. Rien ne doit troubler la fête, c'est le jour d'Anna. En regardant sa fille devenir adulte, ce qui la différencie de sa mère devient pour cette dernière un fossé qui semble sans fond de jour en jour.Anna aime les chiffres, les agendas, l'organisation minutée. Elle se marie avec un huissier et aspire à un bonheur conjugal de princesse. Sa mère vient d'une île, elle a le goût du vent et accueille la vie comme elle vient, avec ses bonnes et ses mauvaises surprises.Un livre doux qui interroge sur les relations piquantes entre mères et filles : jusqu'où peut-on s'effacer pour rendre heureux les gens que l'on aime ? Comment ceux qui ont germé en nous, grandi au sein de notre nid peuvent-ils aspirer à tout ce que l'on exècre ?Au milieu de la lecture, l'auteure nous propose un joli twist qui est venu au moment même où je commençais à me dire qu'il ne se passait pas grand chose. Simple et beau.

Theoma
25/09/09
 

- Pépite !Deux femmes : Anna, 23 ans, qui se marie, et sa mère Sonia, 42 ans, qui fait le point, se souvient. La première est très organisée, conventionnelle, (trop) sage. La seconde est écrivain, bohème, indépendante, libre ; elle a choisi d'élever sa fille seule. Elle réprouve secrètement ce mariage qu'elle estime prématuré dans la vie d'Anna, elle n'apprécie pas non plus l'époux choisi, trop sage à ses yeux... mais elle doute aussi de ses propres choix, aux antipodes de ceux de sa fille, elle aimerait avoir su retenir un homme... On assiste au mariage avec la crainte sourde que Sonia finisse par fuir cette organisation implacable qui l'effraie...Ce roman m'a happée dès les premières pages. Grâce à l'écriture fine, précise, fluide, je me suis immédiatement immergée dedans, je n'ai pas décroché une seule fois, mon esprit n'a pas vagabondé, chaque mot m'étant ici précieux. C'est superbe, ça foisonne de jolies phrases sur l'amour maternel, sur les relations mère-fille (on peut s'identifier alternativement à l'une et à l'autre), sur les sentiments ambivalents d'une maman face aux choix (professionnels et conjugaux) de sa progéniture, sur le vieillissement et la solitude qui l'accompagne parfois... A lire... et relire quand les enfants quittent le nid !! Canel

Canel
31/01/16
 

'ai fini ce livre il y a quelques jours et je ne me suis toujours pas remise de ma lecture. Il y avait bien longtemps qu'un livre ne m'avais pas emporté aussi loin. C'est un des mystère de l'écriture et un des désespoir de la lecture. Comment un livre si simple si petit peut-il être aussi captivant et prenant ? Comment peut-on être emmené dans un monde à la fois si loin et si proche de son quotidien ? Comment peut-on appréhender ce sentiment de flottement si proche de la tristesse et si lointain à la fois que l'on éprouve refermant ce livre ? J'ai été touché par la délicatesse émanant de l'écriture, j'ai été touché par le destin de Sonia qui voit partir sa fille unique. C'est un roman qui m'a tout simplement bouleversé et que j'ai bien l'intention d' offrir à mère dans quelques années.

Lacazavent
19/04/13
 

Sonia, la narratrice de ce court récit paru en 2005, est romancière et journaliste ; c’est une femme un peu fantaisiste, pas conformiste pour deux sous et qui marie sa fille, Anna. Celle-ci, 23 ans est à l’opposé de sa mère, beaucoup plus conventionnelle, rangée, consciencieuse. Sonia regrette qu’elles se ressemblent si peu, qu’elles ne partagent pas le même idéal de vie, et en effet le mariage de sa fille la réjouit peu, elle aurait préféré qu’Anna soit un peu moins sérieuse, qu’elle profite davantage de sa jeunesse avant de s’engager avec un huissier de justice qui d'ailleurs ne lui plaît pas beaucoup...La perspective de cette noce c’est un peu l’heure du bilan pour Sonia, l’occasion de repenser le passé : son amour avec le père d’Anna, son métier d’écrivain, sa vie en Europe et surtout sa relation avec sa fille qu’elle aime tant et qu’hélas, elle sent si lointaine. Ce roman dit aussi la peur de l’avenir, de la solitude après le départ d’Anna. Sonia cherche des réponses en fouillant ses souvenirs. Un petit livre attachant, intimiste, plein de tendresse et qui échappe au pathétique ou à la nostalgie à outrance ; c’est aussi un beau portrait de femme. Un récit a un petit quelque chose de langoureux et se lit avec plaisir tranquille.

fabula
19/05/12
 

Nous sommes le matin des noces d’Anna. L’espace d’une journée, toute une vie se bouscule, en désordre dans les pensées de sa mère.Avec une infinie tendresse, avec à la fois la réserve et un naturel désarmant, elle livre ses angoisses, ses regrets de n’avoir pas fait, ou pas assez. Sous le mode de la confidence nous apprenons ses émois de jeunes filles dont Anna est issue. Elle ne se ménage pas, et se donne tout entier au lecteur dans une confession courte, mais si intense.Il m’est difficile d’en dire plus, parce que ce texte se ressent, et se vit plus qu’il ne se raconte. Très souvent, quand c’est Beau, il faut le dire, tout simplement, sans rien ajouter…si ce n’est que de vous encourager à savourer ce texte magnifiquement écrit. « C’est si difficile d’être une mère, je ne sais pas comment font ces autres à qui tout réussit. »« Jamais je n’ai vu d’enfant si sage si vite, si lisse parfois, si consciente de ses responsabilités envers moi, sa mère. Comme si très tôt, elle avait su que je l’avais mise au monde pour me recadrer, pour faire de moi une grande personne, une adulte aux yeux des autres et une ombre aussi pour me réfugier. »

mimipinson
28/05/11
 

Sonia, 42 ans, marie sa fille unique Anna. Sur une journée, Sonia plonge dans ses souvenirs. Elle nous raconte sa liaison avec Matthew, son amour de jeunesse, puis la naissance d’Anna, ses peurs, sa vie de mère-célibataire, ses doutes et ses envies. Ne vous arrêtez à ces deux lignes sommaire de résumé car ce livre est un coup de coeur ! J’y ai trouvé tellement d’échos, je me suis si souvent identifiée à Sonia que j’ai terminé ce livre avec des grosses larmes qui coulaient sur les joues. Sonia est une mère libre dans le sens où elle n’aime pas les conventions. Hors Anna a prévu un grand mariage où rien n’est laissé au hasard, tout ce que Sonia n’aime pas. Elle se sent souvent différente et surtout en sa qualité de mère. L’impression de ne n’avoir pas été une maman parfaite : topo de la maman qui prépare des bon gâteaux, qui est à 5h00 pétantes devant les grille de l’école et qui sait comment toujours comment élever ses enfants. Anna est l'opposé de sa amère : elle aime l’ordre, l’organisation et souvent elle endosse le rôle de mère : « ne fais pas ci, ça fait désordre ou habits toi comme ça ». Sonia n’est pas fantasque mais elle possède un côté « je vis pour moi et pas pour les apparences ou pour les autres ». A travers Sonia et ses questionnements, je me suis reconnue. Car lors du mariage d’Anne, toutes ses interrogations remontent à la surface mais jamais sans aigreur ou amertume. Sonia possède de d’humour, un franc-parler et sous sa carapace, elle est très sensible. Sonia évoque un jour où un vigile de sécurité ne croyait pas qu’Anna était sa fille et la douleur qu’elle a ressentie. Sonia a la peau matte, des cheveux noirs et Anna petite était blonde et possédait un teint de porcelaine. Je l’ai vécu cette situation plusieurs fois avec Fifille Ado. Mais la première fois m’est restée gravée à jamais et je connais ce mal qui donne envie d’hurler. Au fil de la journée qui s’égrène, Sonia va se rendre compte qu’Anna lui ressemble même si ses choix sont différents des siens.Le tout est écrit avec finesse et d'une manière très juste .... A travers Sonia, on retrouve les relations mères-filles et des questions que l’on se pose un jour ou l’autre…Un gros coup de cœur sincère, rempli d’émotions et de sensibilité ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 

Format

  • Hauteur : 25.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.20 kg