La note sensible

GOBY, VALENTINE

livre la note sensible
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 06/05/04
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

«Je n'ai jamais connu de vous qu'un univers sonore, où dominaient Mozart et votre violoncelle. Vous jouiez. Les voix chantaient. J'écrivais. Votre musique est dans ce manuscrit. À vous entendre, j'ai eu peur de vous aimer. Je vous ai fui. J'ai écrit ce qui aurait pu être notre histoire. Ne me demandez
pas pourquoi. Je ne vous demande pas pourquoi vous avez joué pour moi du violoncelle, chaque soir, pendant des mois. Quand vous aurez terminé votre lecture, je serai nue devant vous, et pourtant moins vulnérable qu'au soir du 15 octobre. Je n'aurai plus rien à dissimuler, pas même de l'amour.»
5 personnes en parlent

Le titre du roman dit presque tout : les deux personnages principaux sont bien la musique et la sensibilité. Mozart, le violoncelle, cet univers du son qui avance au travers des cloisons mal isolées d'un petit appartement parisien... l'oreille qui entend puis qui écoute, à fleur d'émotion, puis le coeur qui attend... avant que l'oeil ne puisse voir. La magie a déjà opéré, touché la corde sensible. La jeune femme semble un peu "en décalage", juste au bord de la réalité, elle danse, elle effleure la vie comme une caresse légère. Elle se retire, elle se protège, elle est dans son appartement parisien toujours "à l'écoute" des airs qui viennent parfois alimenter ses rêves. Consultez le commentaire complet sur http://www.mondalire.com

un flyer
19/12/08

Pas simple de fantasmer sur son voisin, un violoncelliste qui a l'art de vous réveiller la nuit par la répétition de ses gammes, ancien ténor de renom, Italien ( forever) per sempre. Les affinités s'accomplissent au détour d'un apéro improvisé, d'un bouquet d’œillets rouges, d'une invitation spectaculaire, de la dénomination de ragazza ou du réconfort après un deuil. Inès découvre Vendello et Mozart, en même temps que Paris et son boulot d'enseignante d'anglais dans un conservatoire, l'attente et l'espoir d'un amour accompli, elle dont l'antre familial ressemble à un gynécée. Et si, au détour d'une lettre ou d'une confidence, tout n'était que mirage ?Ce premier roman de Valentine Goby est indéniablement une réussite. À ce jour, La note sensible me semble son livre le plus accessible. La prose est alerte, la lecture s'effectue aisément, la narration délicate, emplie de non-dits et de faits discrets du quotidien déroule une histoire d'instants intimes (entre ragazza et Vendello ; entre Inès, ses sœurs et leur mère) et d'images sublimes (des petits coups sur un mur), une rencontre faite au détour d'une cage d'escalier. Des deux héros principaux, on ne saura rien (ni leur passé, ni leur avenir) à part La note sensible, ce moment fugace où tout peut arriver.

Cave
15/05/13
 

La narratrice s'invente une vie avec son voisin violoncelliste. C'est tellement bien amené que même si l'histoire en elle-même n'a rien de révolutionnaire, on se régale à chaque page. La jolie plume de Valentine Goby sait, avec simplicité, nous entraîner dans l'univers ordinaire de son héroïne pour le parer d'un éclat particulier. La tendresse entre Vendello et la narratrice est touchante. Charme, tendresse et sensibilité caractérisent ce premier roman de l'auteur.

mycupoftea
24/10/12
 

Je me disais en lisant que j'étais vraiment contente de lire Valentine Goby dans une écriture bien plus fluide, souple, que ses derniers romans (Des corps en silence, Banquises). Si l'effet recherché semble toujours le même dans ces derniers ouvrages, ici on est au plus près de l'émotion, dans une écriture à fleur de peau qui accompagne les hésitations, les timidités, les blocages secrets de l'héroïne, celle dont on peut deviner dans la signature du début qu'elle s'appelle Inès. Et pourtant son prénom n'apparaîtra plus jamais par la suite. Vendello, son voisin, dont c'est d'abord le jeu au violoncelle qui la séduit, l'appelle "Ragazza".Elle est montée à Paris, on ne sait trop pourquoi, elle n'a quasiment meublé son séjour que de plantes vertes, elle donne des cours au Conservatoire, mais c'est dans son appartement qu'elle goûte le mieux (et le plus douloureusement) la musique, à travers la cloison qui sépare son appartement de celui du mystérieux Vendello. Ils communiquent par de petits coups dans le mur, des petits mots glissés sous la porte, elle est malhabile à reconnaître et à exprimer ce qui se passe dans son coeur. Lui a l'air de traverser la vie comme en dansant sur les cordes de son violoncelle. Pourquoi ne chante-t-il plus à l'Opéra, pourquoi a-t-il renoncé à sa carrière de ténor ? Nous ne le saurons pas.C'est à la fois la richesse et la limite de ce roman : une écriture tout en sensibilité, des personnages fragiles, qui traversent quatre saisons à Paris en partageant les notes de musique et les malentendus de l'incommunicabilité entre les êtres, une autre façon de définir ici "la note sensible"et on a envie de percer un peu leur mystère, de lever le voile sur l'origine de leurs failles, mais nous devrons rester sur notre faim. Valentine Goby reste dans le non-dit, dans un certain brouillard qui m'a laissée un peu sur ma faim.Mais quand je sais que c'est son premier roman, je le trouve assez réussi et intéressant pour un premier ! Anne

Anne7500
17/09/12
 

La note sensible est un roman qui se lit rapidement. En une soirée sous la couette, j'avais achevé cette histoire, cette fiction dans la fiction, oscillant entre l'affection et l'agacement pour cette jeune femme dont on ne connaît que peu de chose, qui se dévoile entre les lignes, que l'on devine timide et solitaire.Côté intrigue, il faut bien le dire, ce roman est plutôt convenu, prévisible, et n'a pas l'ampleur de L'échappée ou de Qui touche à mon corps je le tue, largement plus violent et intense, quoi que j'ai pu en penser à l'époque ! En revanche, et c'est ce que j'ai apprécié dans ce roman, j'ai pu retrouver cette touche rythmique et musicale qui m'avait tant plu dans L'échappée, cette capacité à moduler les phrases, les mots, pour faire d'une histoire relativement simple une partition à l'image des morceaux qu'Ines découvre à travers sa cloison, iques mais marquants.Avec son premier roman, Valentine Goby nous propose une histoire d'amour contrariée, tout en musique et en émotions, écrite d'une plume qui me semble s'être affûtée dans ses romans suivants.

MissAlfie
11/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition