Une catastrophe naturelle

DE MOOR, MARGRIET

livre une catastrophe naturelle
EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 28/01/10
LES NOTES :

à partir de
24,35 €

SYNOPSIS :

Le livre Un lundi on apprend qu'une petite dépression se déplace du Groenland en direction de l'Europe de l'Ouest. Le même jour Armanda supplie sa suur Lidy de prendre sa place pour passer le week-end avec son filleul en Zélande. En contrepartie, elle se propose de garder la fille de Lidy, âgée de deux ans, et d'accompagner son mari à une fête familiale. Cette substitution ne devrait choquer personne puisque les deux suurs se ressemblent au point de parfois les confondre. Armanda ne se doute évidemment pas une seconde que cette petite mise en scène va complètement chambouler leurs destins. Lorsque le samedi 31 janvier 1953 Lidy se rend à Zierikzee, se déchaîne cette tempête historique qui devait faire deux mille victimes et effacer de la carte le sud-ouest des Pays-Bas. Le terrifiant raz-de-marée engloutit Lidy et le petit groupe qui se trouve en sa compagnie. Depuis, Armanda vit la vie de sa suur
disparue comme si c'était la sienne. Elle aimera son mari, ils auront deux enfants et en apparence ni remords ni culpabilité n'assombrissent cette nouvelle existence. Chacun semble consentir à accepter les événements tels qu'ils se sont produits. Mais l'ombre du drame de la disparition plane sur tous les actes du quotidien. Par un artifice assez génial du récit les deux suurs restent ensemble tout en étant séparées par la mort. Alors qu'Armanda prend tranquillement son bain le lecteur assiste à la lutte pour la survie de Lidy dans les flots déchaînés. Catastrophe naturelle et catastrophe intime se répondent constamment. Et on se demande si le désir secret d'Armanda n'était pas de vivre la vie de sa suur. Laquelle des deux est victime d'un destin tragique ? " Il n' y a de la terre ferme nulle part ", écrit Magriet de Moor dans le prologue d'Une catastrophe naturelle. Son plus beau roman.
2 personnes en parlent

Lorsque Lidy décide de se rendre à cet anniversaire, elle éprouve un étrange sentiment de liberté, mais de liberté volée. Il est vrai que la proposition de sa soeur est un peu étrange et qu'elle y a tout d'abord répondu par la négative avant finalement de se laisser tenter. Pourquoi au juste, elle ne le sait pas vraiment. Elle a tout, une vie confortable, un mari qu'elle aime et qui lui rend son amour, une adorable petite fillette de deux ans. Alors pourquoi accepte-t-elleaccepte-t-elle cette idée saugrenue d'Armanda d'aller à sa place à l'anniversaire de sa filleule, de traverser le pays pour rencontrer des gens qu'elle ne connaît même pas ? Mais elle prend la route, malgré le temps peu clément, le vent qui ne cesse de forcir et la pluie battante. Elle arrive même tant bien que mal dans cette île du bout du monde, après une traversée mouvementée sur une mer déchaînée et passe finalement une excellente soirée dans cette famille qui l'accueille avec gentillesse.Et pourquoi Armanda a-t-elle donc eu cette idée étrange ? C'est vrai qu'elle et Lidy se ressemblent comme deux gouttes d'eau, on dirait des jumelles et donc il n'y a aucune problème pour que l'une se fasse passer pour l'autre. C'est qu'elle voulait aller à une autre soirée prévue, et que si sa soeur n'est pas là, elle pourra peut-être y aller avec son beau-frère, ou au moins le retrouver là-bas, ce beau-frère qu'elle avait il y a quelques années embrassé mais qui lui a ensuite préféré sa soeur...De ce voyage, Lidy ne reviendra pas. Ou bien peut-être que si.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
25/03/10
 

Une catastrophe naturelle avait sur le papier tout pour me plaire. Histoire de soeurs se ressemblant comme deux gouttes d'eau ayant pour un jour échangé leurs identités. L'une, Lidy, sera tuée lors de la fameuse catastrophe naturelle qui a frappé la Hollande dans les années 1950; l'autre, Armanda, prendra sa place de mère et d'épouse.Tout pour me plaire donc, mais à l'arrivée, un livre que j'ai péniblement lu. L'auteure alterne les chapitres sur l'après catastrophe pour Armanda sur plus de vingt ans, et chapitres sur la descriptions des dernières heures de Lidy, la lutte pour la survie. Malheureusement, aucun de ces deux personnages n'a pu attirer ma sympathie. Lidy est restée longtemps extérieure à sa propre expérience de la "super tempête" qui se déchaînait. Armanda, quant à elle, s'enfonce dans des questionnements que je n'ai toujours pas compris. Entendons nous: le questionnement sur l'après décès d'une soeur si proche, après avoir pris sa place en tant que mère, épousé son mari, etc... est totalement compréhensible. Sauf que: en lisant ces paragraphes, je n'ai tout simplement rien compris... tout comme Sjoerd, le fameux mari. Et la répétitioin des ces lignes obscures m'ont petit à petit distanciée de l'histoire.De Moor a voulu, à chaque chapitre sur Armanda, raconter un épisode marquant de ces vingt ans depuis la mort de Lidy (dont le corps ne sera - probablement- retrouvé qu' à la fin du roman), mais si on plonge quelques fois dans les pensées d'Armanda, ces plongées sont maladroites et sème la confusion dans l'esprit du lecteur. Reflet de la confusion d 'Armanda? Très probablement. Mais perdre son lecteur n'est pas forcément la meilleure façon de lui raconter une histoire...

Choupchoup
09/04/13
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.34 kg
  • Langage original : NEERLANDAIS
  • Traducteur : DANIELLE LOSMAN

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition