La patience de mauricette

SUEL, LUCIEN

EDITEUR : TABLE RONDE
DATE DE PARUTION : 03/09/09
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
nos libraires ont adoré la patience de mauricette
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

J'ai écrit beaucoup de pages, mais je n'arrive pas à suivre. Je sais trop de choses. Je ferme comme un robinet devant mes yeux. Trop de choses effroyables. J'ai fait du mal. Je dois raccorder mes nerfs. La Lys me suit après Haverskerque Armentières à travers Comines pour aller dans la mer. l'eau revient dans les nuages. Mon petit Emile tombe dans la pluie. Ici c'est
ma peine. Je l'accomplis. " Mauricette Beaussart, soixante-quinze ans, a disparu de l'hôpital où l'on soigne sa santé mentale. Son ami Christophe Moreel entreprend de la retrouver. Au fil de sa quête, le passé et le présent de Mauricette s'entrecroisent, tissant peu à peu le portrait d'une femme riche de ses grandes souffrances et de ses petits bonheurs.
Quelle douceur émane de ce très beau roman, portrait d'une femme attachante, malmenée, avec l'âge, par une profonde dépression, qui met à mal sa santé mentale. Mauricette a 75 ans, un fabuleux sens des mots, une soif inextinguible d'apprendre et des amitiés fidèles. Mais un drame la hante, ressurgissant par bribes de souvenirs décousus, fragments de mémoire luttant pour sortir de la nuit... Le regard bienveillant que lui porte l'auteur, la reconnaissance du rôle essentiel d'un accompagnement psychiatrique dans une unité d'Armentières, le rôle de l'écriture comme exutoire: autant d'éléments qui portent ce roman touchant et plein d'humanité du côté de la lumière.

marie-sophie (lille)
6 personnes en parlent

Un cahier jaune où elle écrit pour sa thérapeute.Un panier vert dans lequel elle trimballe de drôles de trésors. La tentation serait grande de résumer Mauricette à ces deux objets. Mais quand elle disparaît de l'hôpital où on soigne sa santé mentale, son ami Christophe Moreel va prendre conscience de la richesse de la personnalité de cette femme de soixante quinze ans, beaucoup moins ordinaire qu'il n'y paraît à première vue...Entrecroisant passé et présent, Lucien Suel brosse le portrait d'une personne, marquée par la souffrance dès l'enfance mais qui trouve refuge dans les mots et dans la poésie en particulier. Débusquant les alexandrins dans les phrases de la vie quotidienne, jouant avec les mots, les triturant, les faisant rouler dans sa bouche, tout comme son "noyau de souffrance. Je le suce et le roule entre les gencives depuis des années. Quelquefois je le prends dans ma main et je la referme. Il est caché dans ma paume je regarde les taches de vieillesse sur le dos de ma main et je remets le noyau dans ma bouche." ,Mauricette recèle bien des trésors et des originalités littéraires...Ses mots partent parfois en roue libre, comme ses pensées, mais l'humour n'en n'est jamais absent : "Le mou des veaux, les mots de vous" et ce n'est certainement pas un hasard si Mauricette avait entrepris une anthologie regroupant les phrases où apparaît le mot "veau" comme un écho au livre de Lucien Suel et Patrick Roy Têtes de porcs moues de veaux (merci, Cath!). L'émotion est aussi au rendez-vous avec cette personnalité aux multiples facettes, qui "se conduisait dans l'univers moderne comme une femme des cavernes. Une femme d'avant l'invention des horloges et des tranquillisants ."Je marche avec les yeux au plafond.""et qui s'estime elle même être son pire tribunal...Ce pourrait être lourd et étouffant, c'est poignant, lumineux et plein de joyeuses surprises car l'écriture de Mauricette est d'une richesse poétique inouïe Un livre aux très nombreuses pages cornées, bien sûr. Un livre qui résonne longtemps en nous et qu'à peine fini on a envie de rouvrir pour mieux le savourer, plus lentement cette fois. Un gros gros coup de cœur ! cathulu

cathulu
11/07/12
 

Lu en 2011, ce livre m'a émue comme tout ce qui touche à la maladie mentale ou la folie; cette vieille dame qui fugue, sur les traces de son lourd passé, écrit dans un cahier jaune pour sa thérapeute. Lucien Suel a été en résidence à l'Hôpital psychiatrique d'Armentières, il a observé les patients mais Mauricette est un personnage de fiction; je ne sais pas pourquoi cela m'a déçue berthe

afbf
15/06/13
 

Mauricette est âgée, elle perd un peu la tête. L'histoire se passe de nos jours mais la narration nous entraîne dans les vagues souvenirs de l'enfance de Mauricette en 1938 dans la région d’Armentières et Comines en Flandres, près de Lille.En août 2008, Mauricette Beaussart, 75 ans, est admise pour cause de troubles mentaux à la «Clinique» faisant partie d’un EPSM (Etablissement publique de santé mentale). Elle va s'enfuir pour voir la mer avec son amie .Son ami Christophe Moreel, inquiet, part à la quête de Mauricette. Les chapitres se succèdent tantôt la parole est donnée à Christophe, tantôt les pages du journal de Mauricette nous sont donnés à lire. Mauricette souffre de crises de mélancolie profonde, cette femme passionnée de poésie exerçait le métier de professeur de lettres. Ses propos sont décousus, mais ces petites parenthèses de "tempête sous un crâne" sont belles. On apprend beaucoup dans ce tourbillon de pensées, même si les confidences de Mauricette nécessitent parfois la relecture! Son cabas vert renferme quelques trésors, comme l'illustration de ses pensées dispersées.Elle joue avec les mots: «Je broute mes médicaments», «Je suis ta soignée», avec des chapitres de narration pure qui relate l’histoire de Mauricette jalonnée de quelques grands malheurs familiaux (touchant sa mère, son père, son petit frère Emile).C'est lors d'un séjour à l'EPSM que Lucien Suel (originaire des Flandres artésiennes où il est né en 1948) a écrit son roman.La Patience de Mauricette offre un très beau parcours de vie, d'une femme aimant la poésie et qui se joue des mots.

Mirontaine
07/03/12
 

Dans le cadre d'un projet " culture à l' hôpital "Lucien Suel a répondu à l' idée de produire une oeuvre littéraire qui parle de la douleur mentale et de l'histoire du lieu . Pour ce faire il a été accueilli en résidence d'artiste à l'EPSM d' Armentières, a rencontré les patients et les soignants et s'est immergé pendant six mois dans l'univers psychiatrique . Ainsi est né son roman « La patience de Mauricette » .Cette vielle dame " petite fille de longue date " nous dévoile petit à petit son passé , les raisons de la douleur qui lui embrouille parfois la tête . L' intrigue est assez plate : Mauricette disparaît , son ami la recherche .... C'est au travers de cette recherche et surtout des pages du cahier de Mauricette que l'auteur nous brosse le portrait d'une femme pas banale et terriblement attachante . Il reste suffisamment mystérieux sur certains détails de sa vie pour piquer la curiosité et donner l'envie d'en savoir plus . Ne reste donc plus qu'à imaginer car nous n'en saurons pas plus ... molly_moon

un flyer
15/06/13

Romans, si vous saviez... Comme parfois on est injuste, comme quelquefois on est absent, pressé, l'esprit occupé, à tort, évidemment, toujours à tort. Toi, Mauricette Beaussart, tu dois être quatre fois dans ma bibliothèque, cachée dans le désordre des triples rangées dans un sens et dans l'autre. Tu m'as été prêtée, offerte, je t'ai achetée aussi, je t'ai même achetée deux fois, en broché et en poche (sans me souvenir l'avoir déjà fait, naturellement, toujours tu me tentais, tu vois). Et à chaque fois, je t'ai abandonnée, rebutée après quelques pages, me souvenant vaguement de ton Christophe et me fermant à ta prose sautillante, décrétant un "ce n'est pas pour moi" arbitraire. Pas le temps, pas le temps de le prendre.Mon temps retrouvé, regagné, je suis tombée amoureuse de toi. Tu as soixante-quinze ans, tu as eu une vie horriblement injuste, tu luttes pour lâcher enfin ce sac de malheurs qui t'englue, tu perds la boule, tu ratiocines, tu plaisantes, tu m'enchantes. "Je suis dans mon innocence, une petite fille de longue date." Quand tu suggères à ta copine Alfonsina un poème sur l'Eternit, les plaques ondulées en fibrociment, pour faire pendant à Rimbaud, tu m'éclates. Quand tu dis : "J'ai eu plus que mon compte. Beaucoup. Je n'ai pas mérité ces responsabilités. Et sans compensation juste dans les livres. Les mots couchés qui se lèvent devant mes yeux en tournant la page.", tu me touches. "Moi je suis prise en charge tout de suite à cent pour sans."...Et puis l'univers dans lequel tu te débats me plaît infinement, aussi. Pas l'asile, évidemment, mais le Pas-de-Calais, Mémère Beaussart et son patois, les fillettes avec des chiennes, les plages de Berck et Merlimont, ton Christophe traducteur de romances au kilomètre, votre belle, si belle amitié née dans un cours d'informatique, tu avais déjà cinquante-cinq ans, lui ouvrait la quarantaine.Et ta force, Mauricette. L'incroyable puissance que tu dégages, ton charme absolu malgré les entraves de la dépression et de la démence, ton amour des mots et de la poésie, ta malice, ta grâce (ton mot final, "C'est peut-être la grâce.")...Coup de coeur total. Très, très bon roman. Sylvie Sagnes

SagnesSy
17/08/12
 

Livre un peu trop emmellé pour moi....trop de retour en arrière ! Livre conseillé par ma bibliothèque , je ne le ferais pas ....Je vais tente de lire un autre livre de cet auteur !

GRANY
13/11/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition