La petite fille de monsieur linh

CLAUDEL, PHILIPPE

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 23/08/05
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Monsieur Linh est un vieil homme. Il a quitté son village dévasté par la guerre, n'emportant avec lui qu'une petite valise contenant quelques vêtements usagés, une photo jaunie, une poignée de terre de son pays. Dans ses bras, repose un nouveau-né. Les parents de l'enfant sont morts et Monsieur Linh a décidé de partir avec Sang diû, sa petite fille. Après un long voyage en bateau, ils débarquent dans une ville froide et grise, avec des centaines de réfugiés. Monsieur Linh a tout perdu. Il partage désormais un dortoir avec d'autres exilés qui se moquent
de sa maladresse. Dans cette ville inconnue où les gens s'ignorent, il va pourtant se faire un ami, Monsieur Bark, un gros homme solitaire. Ils ne parlent pas la même langue, mais ils comprennent la musique des mots et la pudeur des gestes. Monsieur Linh est un coeur simple, brisé par les guerres et les deuils, qui ne vit plus que pour sa petite fille. Philippe Claudel accompagne ses personnages avec respect et délicatesse. Il célèbre les thèmes universels de l'amitié et de la compassion. Ce roman possède la grâce et la limpidité des grands classiques.
9 personnes en parlent

Un livre court, écrit tout en simplicité, et pourtant si puissant. Un récit poignant, hypnotisant, poétique. Il se lit tout seul et nous raconte l'histoire d'un vieil homme, Monsieur Linh, qui a fui son pays en guerre et qui, après si semaines de voyage en bateau, débarque enfin, avec des centaines d'autres, dans un pays "gris et sans odeur" dont il ne comprend pas les pratiques et ne parle pas la langue. Il ne lui reste rien d'autre que sa petite valise et sa petite fille d'un mois et demi. Le récit est teinté de sa solitude, de son exil, de sa tristesse, de sa nostalgie. Les mots nous embarquent, tout doucement, et on a envie de prendre son temps pour lire ce livre et savourer son atmosphère particulière. Il laisse un goût doux-amer et la révélation finale remet en perspective tout le livre. Quand on referme le livre, on n'a pas envie de se précipiter sur un nouveau roman mais on a plutôt envie de se poser, calmement, et de savourer les mots qu'on vient de lire, si légers et pourtant si émouvants.

Ladilae
30/10/10
 

La petite fille de Monsieur Lihn Ce conte philosophique sur la solitude, le déracinement d'un homme m'a profondément touché. La fin du roman est à la fois surprenante et magnifique.

La petite fille de Monsieur Linh Le drame vécu par ce pauvre vieil homme, arraché à sa modeste vie, fuyant son pays dévasté par la guerre, avec un seul but : sauver sa petite fille, est fortement émouvant. Je sentais que ce récit réservait bien des émotions et les dernières pages m'ont remplie d'une immense compassion. Un rayon de soleil a éclairé cette histoire déchirante : l’amitié affectueuse entre deux êtres heureux de passer un moment, même dans le silence créé par le mur de la langue. L’important est leur présence à tous les deux. Je n’aurai plus désormais le même regard sur un exilé après cette lecture.

beraud@archimed.fr
13/12/15
 

J'avais déjà lu Parfums de Philippe Claudel, je me suis donc lancé dans ce roman devenu très populaire. L'auteur parvient en quelques pages à nous transporter dans un univers paisible et poétique, loin des univers anxiogènes que l'on nous propose à la pelle dans nos librairies. Les personnages sont doux et font preuve d'une chaleur humaine qui fait défaut à de nombreux romans contemporains. Il est peu probable que l'on rencontre dans la vraie vie des personnes aussi sympathiques, mais cela fait du bien un peu d'espoir de temps en temps...

Shirayukihime
13/10/13
 

« Quand il contemple la ville, Monsieur Linh ne cesse de penser à son ami, le gros homme. Et quand il regarde la mer, il ne cesse de penser à son pays perdu. Aussi la vue de la mer et de celle de la ville le rendent-elles pareillement triste. Le temps passe et creuse en lui un vide douloureux. Bien sûr il y a la petite, et pour elle il faut être fort, faire bonne figure, lui chanter la chanson comme si de rien n’était. Il faut être gai pour elle, lui sourire, la faire manger, veiller à ce qu’elle dorme bien, à ce qu’elle grandisse, à ce qu’elle devienne une belle enfant. Mais le temps est là, qui blesse l’âme du vieil homme, ronge son cœur et abrège son souffle.» Hors de tout repère temporel et spécial, nous n’avons que notre vieil homme qui porte avec délicatesse contre lui une petite fille, et un homme accablé par le chagrin. De ce dépouillement va pouvoir éclore l’amitié, la tendresse, l’amour, la délicatesse, et infinies petites choses indéfinissables. Philippe Claudel, parvient, avec des mots simples, de courtes phrases, à toucher au cœur, à faire du tendre avec du douloureux, à rester délicat et sobre dans l’intime. Il parvient à surprendre le lecteur jusqu’aux dernières lignes sans tomber dans le grotesque.Comme quelques-uns des cents regrets, mais dans un registre différent, ce livre est une caresse accueillie avec d’autant de bonheur que ces caresses littéraires sont rares en ce moment. Un livre précieux… et comme Philippe Claudel me l’écrit en dédicace « à prendre contre soi ». Merci, tout simplement. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
15/07/12
 

Une petite perle à savourer... Monsieur Linh est contraint de fuir son pays, pour sauver sa petite fille, il s'exile dans un pays inconnu. Un pays lointain , aux odeurs étranges pour monsieur Linh qui ne parle même pas la langue de cette nouvelle terre.Un bijou littéraire, une belle histoire d'amour et d'amitié... C'est beau, c'est tendre, poétique, touchant, à lire et relire....

dibou
18/05/12
 

Les lecteurs ont tous été touchés, à quelques nuances près, par ce court et bouleversant roman aux allures de conte, qui fait passer du sourire aux larmes. La tristesse, elle est du côté de M.Linh qui a perdu sa famille, son pays et fait l'expérience douloureuse de l'exil et de la nécessité de devoir vivre dans des lieux étrangers à sa culture, en proie à une poignante nostalgie. Elle est aussi du côté de Monsieur Bark qui a perdu sa femme. Le sourire, c'est cette amitié extraordinaire, immédiate et solide, qui fait fi des mots, qui repose sur une autre communication que le langage, celle des âmes et des coeurs. Bien sûr, on pourrait faire un peu la moue devant ces « bons sentiments », cette intrigue quelque peu conventionnelle, mais il est parfois agréable de se laisser emporter par des flots de tristesse qui charrient de vraies pépites de bonheur, d'espoir et de vie triomphant de l'adversité. L'intensité des relations entre les deux hommes parvient même à supplanter l'étrange lien entre M. Linh et sa petite fille, pourtant vrai ressort de l'histoire, que quelques lecteurs affûtés (ou moins « naïfs », au sens noble du terme) ont (trop) rapidement démonté... - Retrouvez tous les titres du comité d'octobre 2005 Comité romans adultes, bibliothèque municipale de Brest

A travers les volutes de fumée d'une cigarette mentholée, une très forte amitié se noue.Sur le banc d'une grande ville, deux vies se côtoient et s'apprivoisent. Monsieur Linh, un vieil homme, a fuit son pays en proie à une guerre absurde avec pour seule richesse, sa petite fille Sang Diu. Monsieur Bark, un homme solitaire, ne se remet pas de la perte de sa femme.Ce n'est pourtant pas la langue qui les réunit mais les gestes, les attentions, la solitude et leur destin tragique.Portrait tout en douceur de ces hommes forts et fragiles à la fois.Malgré nombre de malheurs, une lueur d'humanité persiste!

Zhayah
19/07/11
 

La petite fille de Monsieur Linh Le drame vécu par ce pauvre vieil homme, arraché à sa modeste vie, fuyant son pays dévasté par la guerre, avec un seul but : sauver sa petite fille, est fortement émouvant. Je sentais que ce récit réservait bien des émotions et les dernières pages m'ont remplie d'une immense compassion. Un rayon de soleil a éclairé cette histoire déchirante : l’amitié affectueuse entre deux êtres heureux de passer un moment, même dans le silence créé par le mur de la langue. L’important est leur présence à tous les deux. Je n’aurai plus désormais le même regard sur un exilé après cette lecture.

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.22 kg