La philosophie dans le boudoir

SADE, DONATIEN-ALPHONSE-FRANCOIS DE

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 10/01/07
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Sept dialogues mettant en scène trois débauchés : la voluptueuse Sainte-Ange, l'ardente Eugénie et le cynique Dolmancé. Sade détourne la forme du dialogue philosophique en vogue au XVIIIe siècle,
au profit du libertinage. Il en profite également pour développer sa conception du gouvernement républicain qu'il estime incompatible avec la religion et avec toute forme de législation pénale.
1 personne en parle

La Philosophie dans le boudoir se présente comme un texte théâtral, sous la forme de sept dialogues retraçant l’éducation de la jeune Eugénie. Cette initiation à la fois sexuelle et morale se fait grâce à deux libertins : Mme de Saint-Ange et Dolmancé, avec l’aide de quelques auxiliaires masculins : le frère de la libertine, son jardinier et un de ses valets. En alternant théorie et pratique, ils enseigneront à leur docile élève les plaisirs de la chair : comment les recevoir, en donner, se protéger des effets indésirables (maladies et grossesses), etc. Dans la préface de l’édition de Folio classique, Yvon Belaval attire l’attention du lecteur sur le caractère très textuel des scènes érotiques chez le marquis de Sade : il s’agit selon lui davantage de mots que d’actions, on entend plus qu’on ne voit et les personnages pourraient tout aussi bien ne rien faire. Il s’agit d’un plaisir littéraire plutôt que charnel, de papier plutôt que de chair. Si je n’ai personnellement pas toujours été d’accord avec ce point de vue lors de ma lecture, il me semble intéressant malgré tout de le prendre en compte.Au-delà de ces scènes, ce qui occupe une place non moins importante, c’est l’éducation morale d’Eugénie, dans le but d’en faire une citoyenne libre et responsable (c’est là que le contexte historique et le moment de la rédaction posent leur empreinte explicitement sur le texte). Tout au long des discussions et plus encore dans l’essai Français, encore un effort si vous voulez être républicains… inséré dans le cinquième dialogue, Dolmancé développe une philosophie qu’il dit républicaine et qui m’a semblé particulièrement rousseauiste lors de ma dernière lecture : il prône en effet un retour à la nature, mais Sade la perçoit de façon très différente que son prédécesseur. Tandis que le premier la disait bonne, le second en fait le lieu de la loi du plus fort et de la cruauté : il s’ensuit toute une série de préceptes, comme la nécessité de la fausseté dans la société et la supériorité du vice sur la vertu, notamment. La liberté est également extrêmement importante dans ces passages : il est nécessaire de se libérer des carcans qui enferment l’Homme (d’où le retour à l’état de nature), c’est-à-dire la religion, les lois morales et toutes les lois en général. Tout en sachant qu’un système politique est nécessaire, Sade prône donc une grande liberté pour chaque individu, qu’il soit homme ou femme.Ce « résumé » est tout à fait incomplet (et malheureusement certainement réducteur), je ne peux donc que vous inviter à lire cette œuvre si vous souhaitez en savoir plus sur la pensée du Marquis de Sade et connaître le très bon dénouement de ce récit : il constitue selon moi l’apothéose de l’enseignement dispensé par les libertins à Eugénie.

AmandineMM
16/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie