La planete des singes

BOULLE, PIERRE

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 01/08/01
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse : on y aperçoit des villes, des routes curieusement
semblables à celle de notre terre. Après s'y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s'emparent d'Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité...
11 personnes en parlent
Livre passionnant, fait voyager, mais peut aussi provoquer des remises en question sur soi-même, sur le monde extérieur, sur l'étranger, l'égalité, la conscience et la capacité à en avoir une, et beaucoup d'autres sujets philosophiques ou non.
Anais Mlle

Ce livre, j'en entend parler depuis très très longtemps, mais jusqu'à présent je n'avais pas eu l'occasion de le découvrir.. Je ne suis pas du tout déçue par La planète des singes, au contraire, ce livre est magnifique ! Il nous emmène très loin dans le temps, mais aussi moralement.En effet, il est assez difficile de se mettre à la place de ces singes qui ne comprennent pas qui est Ulysse, j'ai eu le réflexe "Nous, on s'en serait aperçu tout de suite !", mais ,après tou,t ça m'étonnerait bien : on ne voit que ce qu'on a envie de croire, alors quelque chose d'aussi fantastique qu'un singe doté d'une conscience "humaine", j'aurais beau l'avoir en face, tant qu'il ne parlera pas ma langue, je ne le croirais pas... Je suis plutôt terrifiée à cette idée, déjà que moi, les animaux c'est pas mon truc (*a peur*) alors en plus si ils ont des capacités de réflexion et d'action aussi développées que possible, je m'enfuis en hurlant !J'aime beaucoup la façon dont les différents personnages sont décrits : d'une façon très "scientifique" et "sérieuse" qui caractérise bien ce qu'ils sont au final. On a presque l'impression de lire le compte rendu d'une étude : Pierre Boulle nous parle de tout ça comme si c'était possible, et c'est ça qui rend La planète des singes assez inquiétant comme livre (et si c'était vrai ?).Ulysse, est le personnage principal, c'est lui qui nous raconte l'histoire à travers une sorte de journal de bord. On s'identifie beaucoup à lui, car c'est le seul qui nous ressemble à la fois physiquement et moralement dans La planète des singes. Pour autant, je ne l'ai pas trouvé attachant, il est assez lointain, froid... ce qui est surement du au côté "scientifique" du livre.Zira est vraiment le personnage que j'ai préféré, je crois bien que malgré son statut de singe, elle est la plus "humaine" de tout ce livre : elle est curieuse, se pose des questions... C'est aussi la seule qui laisse deviner ses sentiments. Par contre je ne sais pas comment elle fait pour être fiancée avec Cornelius, il m'a quelque peu tapé sur les nerfs.La planète des singes est une réelle bonne découverte. Je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt !

MademoiselleLuna
06/06/12
 

Si vous avez regardé les adaptations cinéma, oubliez-les. Vous devez impérativement lire ce bouquin pour connaître la véritable histoire à l’origine de ces reproductions hollywoodiennes mises à l’écran. Je dois avouer que je n’ai visionné que la production : « La planète des singes, les origines », mais déjà ce film n’a rien à voir avec la trame du récit original.L’auteur nous emmène à assister Ulysse Mérou, un journaliste terrien qui voyage dans l’espace en compagnie du professeur Antelle. Ils sont les premiers à réussir l’exploit de se déplacer à la vitesse de la lumière (ou presque), ce qui leur permet de visiter les alentours du soleil Bételgeuse.Nous le suivons donc lors de l’exploration d’une planète identique à la nôtre en tout point. Il y a même des humains! Nous apprendrons ainsi à découvrir cette race qui semble des plus primitives. Sur ce corps céleste, ce sont les singes qui sont civilisés et pensants. Imaginez un instant que nous sommes à la place de ces primates en laboratoire, qu’on passe sur nous tous ces tests et expérimentations. Ulysse tente de leur faire comprendre qu’il est quelqu’un doté d’un esprit intelligent et qu’il n’est pas qu’un animal de foire.Ces rôles inversés m’ont plu. En fait, j’irai jusqu’à dire, au-delà de l’aspect science-fiction, que ce bouquin est une critique virulente contre notre société. En lisant entre les lignes, on y découvre une comparaison plus ou moins cachée avec notre monde et de notre propre stupidité. En outrepassant le premier degré, j’ai l’impression que l’auteur a désiré donner un coup de gueule aux humains et ça m’a plus intensément.L’écriture est simple et efficace. Il n’y a qu’environ 200 pages et c’est suffisant. Il possède beaucoup de parties narratives, mais ceci n’est pas encombrant, au contraire. On voit par les yeux du héros et nous découvrons le monde en même temps que lui.Que dire de la fin! De la double finale, devrais-je dire. Il y a deux points de chute. Sans vous les dévoiler, la première est relativement facile à cerner quelques paragraphes avant l’aboutissement. C’est d’ailleurs l’unique élément faible du livre. Par chance, le dernier chapitre qui ne contient qu’une seule page nous fait encore réaliser certaines choses. C’est bien réussi!RésuméC’est à lire absolument. Ce n’est pas un coup de coeur, mais il n’en fallut que de peu! Je le note d’un 9 sur 10 pour ce bouquin que je vous conseille fortement. Le seul bémol est cette anticipation de la première finale, sinon, ça y était!

leonards
29/03/12
 

Ce livre originel , pere de bon nombres d'adaptations cinématographiques et télévisuelles ( comment ne pas penser à Charlton Heston et Tim Burton ) m'a plutot déçu et ce malgré une idée de départ incroyablement intéréssante !L'homme descend du singe ( merci m'sieur Darwin ) alors imaginons désormais l'inverse . Imaginons que quelques lointains explorateurs decouvrent une planete , Soror , ou les roles seraient inversés , le singe y regnerait en maitre esclavagiste et l'humain , encore au stade embryonnaire de l'évolution , n'y serait qu'un sujet d'experience ! Le choc ! Il y aurait de quoi développer et c'est là que le bat blesse car Boulle , à partir d'une idée des plus originales , ne fait que survoler le sujet alors que la matiere ne demandait ici qu'à etre travaillée. Si j'osais , je dirai que Boulle loupe son coup... Pourtant , les trouvailles sont là ! Une société simiesque dirigées par 3 races distinctes mais égales en pouvoir : les rares orang-outans sont la science incarnée , les chimpanzés l'intelligence et les gorilles la force et l'action . L'on accompagne ce pauvre Ulysse Mérou ( sic...nom soulignant son regard ravageur j'imagine..ou clin d'oeil à Homere ) dans sa quete identitaire , sa volonté de s'affirmer comme étant different de tous ces humains encore à l'état sauvage et dans sa decouverte et son acceptation de l'autre , l'etre doué de raison : le singe ! Mais le compte n'y est pas et il y a comme un sentiment d'inachevé ! Potentiel énorme , résultat bon mais décevant au regard du sujet et de ce qu'il en ressort .Ce bouquin est à lire ne serait-ce que pour les questions qu'il suscite . Car en effet , il est , parait-il , avéré que l'etre humain serait le maillon fort ( et là je vois Laurence Boccolini applaudir à tout rompre en faisant des sauts perilleux dans tous les coins ) de la chaine de l'évolution . Pas faux ! En effet , l'etre humain doit etre le seul à avoir cette propension à entuber ,asservir , éradiquer ses congénères et en cela , il a effectivement largement mérité ce titre , si convoité , de maitre de l'univers autoproclamé...Mais sommes nous si évolués que cela...Meritons nous ce statut d'etre superieur doué de raison ?La planete des sin

TurnThePage
11/11/13
 

Wow. Quelle surprise ! Quelle claque ! Ce roman, qui date quand même de 1963, m’a bouleversé. Je connaissais bien sûr un peu l’histoire grâce aux films, mais le livre est beaucoup plus poignant et il m’a beaucoup fait réfléchir. Première surprise, ce livre qui a inspiré tant de blockbusters est français !Grâce au manuscrit trouvé par ce couple dans l’espace, on suit l’histoire d’Ulysse Mérou, un journaliste français parti dans une expédition avec deux autres hommes. Leur but : explorer une planète qui a les mêmes conditions de vie que sur Terre. Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils se rendent compte que cette planète, qu’ils baptisent Soror, est peuplée par des êtres humains ! Mais autre surprise, les êtres humains sont à l’état sauvage et ce sont les singes qui dominent la planète et sont la race « pensante ». Pierre Boulle s’est inspirée de la théorie de l’évolution de Darwin et part de cette hypothèse : et si ça avait été les singes qui avaient évolué en tant que race dominante et que les êtres humains étaient restés à l’état « sauvage » ?J’ai trouvé le livre extrêmement intéressant et bien pensé. J’ai bien sûr quelques questions qui me trottent encore dans la tête et il y a beaucoup de choses qui ne sont pas réalistes, mais cette question de l’humanité est vraiment bien abordée. On suit donc Ulysse, qui, enfermé dans une cage comme un animal, doit prouver aux singes qu’il sait penser comme eux. Mais comment prouver son intelligence et se distinguer des animaux ? Ce n’est au final pas si facile et il y a de quoi devenir fou. Imaginez qu’un singe se mettait tout à coup à parler et à être capable d’écrire, penseriez-vous que c’est vous qui imaginez des choses ou que ce singe est vraiment intelligent et plus qu’intelligent, qu’il est humain ?Le livre est court mais très intense. La société des singes est bien pensée, on y distingue les chimpanzés, les orangs outans et les gorilles. Chaque espèce a ses propres caractéristiques et sa place dans la société. En même temps, cette société des singes est une race jeune mais que j’ai trouvé déjà bien évoluée.Vous l’aurez compris, j’ai adoré. Ce fut une formidable découverte, une lecture inattendue et un retour à la version originale de cette histoire pourtant si connue par les films !

Latetedansleslivres
23/10/13
 

Lecture rapide, après 2 «monstres», le livre ayant moins de 200 pages.Comme tout le monde, je connais le film, avec Charlton Heston et Roddy McDowall, ainsi que la suite donnée et qui voit l'arrivée de Cornélius/Roddy McDowall sur la planète Terre …La fin, dans ce livre, est quelque peu différente des différents films adaptés, mais n'en reste pas moins interrogative : qu'arriverait-il si la planète était gérée par des singes et que devenions, nous humains, leurs esclaves ? Accrobiblio

un flyer
07/08/13

Un excellent roman de science-fiction, sinon d’anticipation, construit un peu comme une nouvelle ou un conte philosophique et, de fait, très différent du reste de la production du reste de l’auteur et surtout de ses différentes versions cinématographiques. Un roman passionnant et surprenant à lire sans hésitation. http://ericdarsan.blogspot.fr

Darsan
05/02/13
 

Je suis fan de l'univers de la Planète des Singes : j'ai vu tous les films (y compris celui de Burton et le dernier, les Origines) au moins trois fois (mon préféré restant naturellement le premier) et j'ai lu de nombreux comics traitant du sujet. Cependant, je n'avais encore jamais lu le livre de Pierre Boulle à l'origine de cette frénésie. C'est relativement court, et c'est un des meilleurs romans de science-fiction que l'humanité ait jamais porté. La Planète des Singes nous permet de nous questionner à propos de ce qui rend un être intelligent ou non. Les singes sont persuadés qu'Ulysse Mérou n'est pas intelligent, mais seulement un animal savant bien dressé. La question qu'ils se posent tous : qui a imité l'autre ? L'autre interrogation de ce roman est plutôt dérangeante, puisqu'elle traite du traitement cruel et immoral des animaux (pour nous ce sont les singes) sous prétexte de recherches scientifiques. La fin du roman est tout simplement époustouflante - même si je l'ai un peu vue venir, grâce au film de Burton - et on referme le livre la tête emplie de questions. L'oeuvre de Pierre Boulle m'a plue car les réalisateurs américains ont choisi de ne pas suivre l'histoire à la lettre, ce qui m'a permis d'apprécier pleinement une intrigue que je ne connaissais pas. Un must-read de la science-fiction (et écrit par un Français, en plus !) http://blue-imaginarium.eklablog.com/

Shirayukihime
21/11/12
 

Ulysse Mérou, le professeur Antelle et son second, Arthur Levain, forment l'expédition envoyée explorer le système de l'étoile Bételgeuse.A la surface d'une des planètes de ce système, nommée Soror, ils découvrent des traces de civilisations récentes.Débarqués sur cette planète au moyen d'une "nacelle", ils remarquent que la planète est peuplé d'humains, semblable à eux, mais sous-évolués et ne possédant pas de langage.Ceux-ci, dans un accès de rage, détruisirent la nacelle leur permettant de rejoindre leur vaisseau et leur arrachèrent tout vêtements, les réduisant à la même nudité qu'eux même.Autre surprise de taille, la planète est dirigé par des singes (gorilles, orang-outangs et chimpanzés) maitrisant la technologie et le langage.Sur cette planète, les singes sont l'espèce dominante (remarquez, on s'en doutait un peu en voyant le titre !!) et se servent de l'espèce humaine pour des travaux subalternes ne nécessitant pas d'intellect, en tant que cobaye pour la recherche scientifique ou pour la chasse (en tant que gibier).C'est lors de l'une de ces chasse que les trois terriens rencontrèrent pour la premières fois les singes.Tandis qu'Arthur Levain est tué par un gorille armé d'un fusil, Ulysse et le professeur sont séparés.Le professeur fut envoyé dans un zoo, mais Ulysse rejoignit le laboratoire où travaillait Zira, une chimpanzé femelle scientifique.Passant avec brio tout les tests d'aptitudes (En même temps, les tests sont du même acabit que ceux qui sont donné aux chimpanzés dans la réalité), il tente de faire comprendre à l'équipe de recherche, dirigée par un orang-outang, qu'il est un être pensant au moins aussi évolué qu'eux.Cela, seule Zira l'admet et lui enseigne, en cachette, le « langage simiesque » et apprend elle même le français.Cet apprentissage doit, en effet, se faire dans le plus grand secret, car la découverte que l'homme est un animal pensant remettrait en question toute leurs croyances et la structure de leur société.Le roman est très court (180 pages) et est très agréable à lire.Le style est épuré au maximum (peut être même un peu trop), voir aseptisé et nous entraine directement au cœur de l'intrigue.Ce livre pourrait être vu comme un énième roman de science-fiction dont les héros, des terriens, visitent d'autres galaxies, mais il laisse transparaitre bien plus que cela.L'auteur critique notre propre société au travers de cette société simiesque, notamment le regard des humains sur les espèces "inférieures".L'épilogue clos le récit avec une note assez cynique, presque amusante.

SkarnSha
04/03/12
 

J’appréhendais beaucoup cette lecture. Pour quelle(s) raison(s) ? Mystère ! Je pense que j’ai toujours un peu peur de me lancer dans des textes classés en Anticipation / Science-fiction, ce qui est, il faut l’avouer, particulièrement stupide, surtout quand on sait que je n’ai jamais été déçue par mes précédentes lectures du genre. Je me suis finalement décidée à ouvrir ce petit livre car il appartient à plusieurs de mes challenges : le Challenge ABC 2010 et le Baby Challenge Science-Fiction. Et finalement ?… Et bien, tenez-vous bien, je fais de cette découverte un gros coup de cœur ! Je comprends maintenant la raison de la notoriété qu’a connue Pierre Boulle grâce à ce titre et c’est, à mon avis, amplement mérité ! Zoom sur mes impressions…Ulysse Mérou - un journaliste - embarque dans un vaisseau au côté du professeur Antelle, de son second Arthur Levain et d’un chimpanzé nommé Hector. Après deux ans de voyage et des milliers d’années lumière parcourues, ils débarquent sur une planète nouvelle. Ils découvrent alors des êtres humains comme eux (notamment une « femelle » que le journaliste baptise « Nova »), à la différence que ces derniers sont de vrais sauvages : ils n’ont pas de langage, vivent nus et n’ont pas l’étincelle de l’âme au fond des yeux… de vrais animaux ! Alors que les drôles d’habitants de la planète font « connaissance » avec les trois explorateurs, tout ce petit monde doit s’enfuir à travers la jungle pour échapper à des coups de feu tirés par des… gorilles habillés ! Ulysse perd ses deux compagnons de voyage de vue dans cette fuite et se fait capturer aux côtés de Nova et de sa tribu. Après un « tri », le voilà enfermé dans une cage dans un laboratoire, comme un cobaye. Il comprend vite que dans ce monde, les singes sont les créatures « sensées » et les hommes les animaux ; tout est inversé ! Ulysse n’a alors plus qu’une idée en tête, faire comprendre à ses geôliers (et notamment à la gentille Zira), qu’il n’est pas un homme ordinaire mais un homme doué de raison, venant d’une autre planète…Le texte est très court (191 pages dans mon édition) et donc très vite lu (à peine quelques heures seulement). Les chapitres sont brefs et sous la forme d’un « journal de bord » donc à la première personne du singulier. On suit donc les pensées d’Ulysse comme si on était dans sa tête, à sa place. On vit et découvre les choses avec lui, en même temps que lui : c’est d’autant plus prenant, d’autant plus intense ! En feuilletant le livre, je me rends compte qu’il y a finalement « peu » de dialogues rapportés. Il y en a - pas de panique ! -, mais les descriptions sont plus nombreuses. Les paragraphes descriptifs restent néanmoins courts, et finalement, l’ensemble est très simple et très agréable à parcourir. C’est, à mon avis, un très bon texte pour ceux qui ont envie de commencer avec l’anticipation / science-fiction.En fait, le texte s’ouvre sur la présentation d’un couple (Jinn et Phyllis) qui voyagent dans l’espace et trouvent un document dans une bouteille. Il s’agit en fait du « journal de bord » rédigé par Ulysse. On découvre donc son histoire lorsque le couple d’amoureux entame sa lecture… Les aventures de ce journal s’étendent sur plusieurs mois, aux alentours de 2500. Le narrateur (Ulysse) est sur une planète à des milliers d’années lumière de la Terre, mais sa planète d’accueil possède les mêmes caractéristiques (à quelques détails près) que sa planète d’origine (qui également la notre, nous autres lecteurs terriens) : composition de l’air pour pouvoir respirer librement, des forêts, de l’eau pure et potable,… Le seul point de différence -et non des moindres - entre la Terre et cette planète réside dans la nature des têtes pensantes. Les choses sont complètement inversées ! Les singes sont à la tête du pays (il existe une hiérarchie entre les races : les orangs-outangs, les chimpanzés et les gorilles) et les hommes sont les souris de laboratoire ! Les théories de l’évolution sont donc, par la même occasion, inversées : le singe serait un lointain descendant de l’homme (la découverte de vestiges archéologiques viennent mettre à mal cette hypothèses)…J’ai aimé cette transposition des choses et la prise de conscience de Ulysse (et donc de l’être humain, du lecteur) de nombreuses choses : notre relation, notre façon d’agir avec les êtres vivants que l’on juge « inférieurs », ici, évidemment, les singes ! C’est le genre d’histoire d’anticipation / science fiction qui me plaît car, même si c’est surprenant, tout reste possible ! Et si une "autre" planète était habitée, non pas par des petits hommes verts, mais par des singes « civilisés » ? Et si, une espèce pouvait copier nos faits et gestes pour ensuite prendre le pouvoir et nous contrôler ? Pourquoi pas, après tout ?!Ulysse est le genre de personnages narrateurs avec lesquels on découvre les choses, avec lesquels on ouvre les yeux et donc, pour qui on se lie d’amitié. Par extension, comme on voit tout à travers ses yeux, on apprécie les protagonistes qu’il apprécie et on a plus de réserves envers ceux dont il se méfie. On retiendra donc les figures de Nova - l’humaine de la planète qui devient la compagne du journaliste -, Zira - la guenon très « humaine », notamment en ce qui concerne ses sentiments - et Cornélius - le fiancé de cette dernière, qui n’apparaît que dans la dernière partie, tout entier à ses recherches scientifiques -. La palette des personnages n’est pas particulièrement importante, mais elle est largement suffisante pour servir les différentes aventures du narrateur.Quant à la fin, aux toutes dernières lignes du texte, je pense qu’on peut s’en douter quelques pages à l’avance, mais ça reste assez fort et surprenant ! J’adore !Il ne me reste donc plus qu’à voir (ou revoir) les différentes adaptations pour comparer tout ça ! Et je commencerai sans doute par revoir le film de Tim Burton (assez peu apprécié des fans du réalisateur) qui trône d’ores et déjà dans ma DVDthèque !

DameMeli
14/10/10
 

Un roman qui prend des allures de fable, dans lequel Pierre Boulle fait preuve de talent tant il va à l'essentiel dans un style limpide et à disposition de tous.Cette histoire, on la connaît essentiellement grâce au film de Schaffner, même s'il existe entre le livre et celui-ci de nombreuses variantes.Cette société des singes est le parfait calque de la civilisation humaine; ainsi Pierre Boulle nous renvoie-t-il en pleine face ce que l'humanité a pu commettre en matière de génocides ou éprouver avec toute sa morgue à l'égard de sociétés ou de "races" dites inférieures. Maltese

Maltese
26/10/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition