La planete des singes

BOULLE, PIERRE

EDITEUR : POCKET JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 08/01/04
LES NOTES :

à partir de
5,40 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse : on y aperçoit des villes, des routes curieusement
semblables à celle de notre terre. Après s'y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s'emparent d'Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité...
2 personnes en parlent

Wow. Quelle surprise ! Quelle claque ! Ce roman, qui date quand même de 1963, m’a bouleversé. Je connaissais bien sûr un peu l’histoire grâce aux films, mais le livre est beaucoup plus poignant et il m’a beaucoup fait réfléchir. Première surprise, ce livre qui a inspiré tant de blockbusters est français !Grâce au manuscrit trouvé par ce couple dans l’espace, on suit l’histoire d’Ulysse Mérou, un journaliste français parti dans une expédition avec deux autres hommes. Leur but : explorer une planète qui a les mêmes conditions de vie que sur Terre. Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils se rendent compte que cette planète, qu’ils baptisent Soror, est peuplée par des êtres humains ! Mais autre surprise, les êtres humains sont à l’état sauvage et ce sont les singes qui dominent la planète et sont la race « pensante ». Pierre Boulle s’est inspirée de la théorie de l’évolution de Darwin et part de cette hypothèse : et si ça avait été les singes qui avaient évolué en tant que race dominante et que les êtres humains étaient restés à l’état « sauvage » ?J’ai trouvé le livre extrêmement intéressant et bien pensé. J’ai bien sûr quelques questions qui me trottent encore dans la tête et il y a beaucoup de choses qui ne sont pas réalistes, mais cette question de l’humanité est vraiment bien abordée. On suit donc Ulysse, qui, enfermé dans une cage comme un animal, doit prouver aux singes qu’il sait penser comme eux. Mais comment prouver son intelligence et se distinguer des animaux ? Ce n’est au final pas si facile et il y a de quoi devenir fou. Imaginez qu’un singe se mettait tout à coup à parler et à être capable d’écrire, penseriez-vous que c’est vous qui imaginez des choses ou que ce singe est vraiment intelligent et plus qu’intelligent, qu’il est humain ?Le livre est court mais très intense. La société des singes est bien pensée, on y distingue les chimpanzés, les orangs outans et les gorilles. Chaque espèce a ses propres caractéristiques et sa place dans la société. En même temps, cette société des singes est une race jeune mais que j’ai trouvé déjà bien évoluée.Vous l’aurez compris, j’ai adoré. Ce fut une formidable découverte, une lecture inattendue et un retour à la version originale de cette histoire pourtant si connue par les films !

Latetedansleslivres
23/10/13
 

J’appréhendais beaucoup cette lecture. Pour quelle(s) raison(s) ? Mystère ! Je pense que j’ai toujours un peu peur de me lancer dans des textes classés en Anticipation / Science-fiction, ce qui est, il faut l’avouer, particulièrement stupide, surtout quand on sait que je n’ai jamais été déçue par mes précédentes lectures du genre. Je me suis finalement décidée à ouvrir ce petit livre car il appartient à plusieurs de mes challenges : le Challenge ABC 2010 et le Baby Challenge Science-Fiction. Et finalement ?… Et bien, tenez-vous bien, je fais de cette découverte un gros coup de cœur ! Je comprends maintenant la raison de la notoriété qu’a connue Pierre Boulle grâce à ce titre et c’est, à mon avis, amplement mérité ! Zoom sur mes impressions…Ulysse Mérou - un journaliste - embarque dans un vaisseau au côté du professeur Antelle, de son second Arthur Levain et d’un chimpanzé nommé Hector. Après deux ans de voyage et des milliers d’années lumière parcourues, ils débarquent sur une planète nouvelle. Ils découvrent alors des êtres humains comme eux (notamment une « femelle » que le journaliste baptise « Nova »), à la différence que ces derniers sont de vrais sauvages : ils n’ont pas de langage, vivent nus et n’ont pas l’étincelle de l’âme au fond des yeux… de vrais animaux ! Alors que les drôles d’habitants de la planète font « connaissance » avec les trois explorateurs, tout ce petit monde doit s’enfuir à travers la jungle pour échapper à des coups de feu tirés par des… gorilles habillés ! Ulysse perd ses deux compagnons de voyage de vue dans cette fuite et se fait capturer aux côtés de Nova et de sa tribu. Après un « tri », le voilà enfermé dans une cage dans un laboratoire, comme un cobaye. Il comprend vite que dans ce monde, les singes sont les créatures « sensées » et les hommes les animaux ; tout est inversé ! Ulysse n’a alors plus qu’une idée en tête, faire comprendre à ses geôliers (et notamment à la gentille Zira), qu’il n’est pas un homme ordinaire mais un homme doué de raison, venant d’une autre planète…Le texte est très court (191 pages dans mon édition) et donc très vite lu (à peine quelques heures seulement). Les chapitres sont brefs et sous la forme d’un « journal de bord » donc à la première personne du singulier. On suit donc les pensées d’Ulysse comme si on était dans sa tête, à sa place. On vit et découvre les choses avec lui, en même temps que lui : c’est d’autant plus prenant, d’autant plus intense ! En feuilletant le livre, je me rends compte qu’il y a finalement « peu » de dialogues rapportés. Il y en a - pas de panique ! -, mais les descriptions sont plus nombreuses. Les paragraphes descriptifs restent néanmoins courts, et finalement, l’ensemble est très simple et très agréable à parcourir. C’est, à mon avis, un très bon texte pour ceux qui ont envie de commencer avec l’anticipation / science-fiction.En fait, le texte s’ouvre sur la présentation d’un couple (Jinn et Phyllis) qui voyagent dans l’espace et trouvent un document dans une bouteille. Il s’agit en fait du « journal de bord » rédigé par Ulysse. On découvre donc son histoire lorsque le couple d’amoureux entame sa lecture… Les aventures de ce journal s’étendent sur plusieurs mois, aux alentours de 2500. Le narrateur (Ulysse) est sur une planète à des milliers d’années lumière de la Terre, mais sa planète d’accueil possède les mêmes caractéristiques (à quelques détails près) que sa planète d’origine (qui également la notre, nous autres lecteurs terriens) : composition de l’air pour pouvoir respirer librement, des forêts, de l’eau pure et potable,… Le seul point de différence -et non des moindres - entre la Terre et cette planète réside dans la nature des têtes pensantes. Les choses sont complètement inversées ! Les singes sont à la tête du pays (il existe une hiérarchie entre les races : les orangs-outangs, les chimpanzés et les gorilles) et les hommes sont les souris de laboratoire ! Les théories de l’évolution sont donc, par la même occasion, inversées : le singe serait un lointain descendant de l’homme (la découverte de vestiges archéologiques viennent mettre à mal cette hypothèses)…J’ai aimé cette transposition des choses et la prise de conscience de Ulysse (et donc de l’être humain, du lecteur) de nombreuses choses : notre relation, notre façon d’agir avec les êtres vivants que l’on juge « inférieurs », ici, évidemment, les singes ! C’est le genre d’histoire d’anticipation / science fiction qui me plaît car, même si c’est surprenant, tout reste possible ! Et si une "autre" planète était habitée, non pas par des petits hommes verts, mais par des singes « civilisés » ? Et si, une espèce pouvait copier nos faits et gestes pour ensuite prendre le pouvoir et nous contrôler ? Pourquoi pas, après tout ?!Ulysse est le genre de personnages narrateurs avec lesquels on découvre les choses, avec lesquels on ouvre les yeux et donc, pour qui on se lie d’amitié. Par extension, comme on voit tout à travers ses yeux, on apprécie les protagonistes qu’il apprécie et on a plus de réserves envers ceux dont il se méfie. On retiendra donc les figures de Nova - l’humaine de la planète qui devient la compagne du journaliste -, Zira - la guenon très « humaine », notamment en ce qui concerne ses sentiments - et Cornélius - le fiancé de cette dernière, qui n’apparaît que dans la dernière partie, tout entier à ses recherches scientifiques -. La palette des personnages n’est pas particulièrement importante, mais elle est largement suffisante pour servir les différentes aventures du narrateur.Quant à la fin, aux toutes dernières lignes du texte, je pense qu’on peut s’en douter quelques pages à l’avance, mais ça reste assez fort et surprenant ! J’adore !Il ne me reste donc plus qu’à voir (ou revoir) les différentes adaptations pour comparer tout ça ! Et je commencerai sans doute par revoir le film de Tim Burton (assez peu apprécié des fans du réalisateur) qui trône d’ores et déjà dans ma DVDthèque !

DameMeli
14/10/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Dans la même catégorie