La poursuite du bonheur

KENNEDY, DOUGLAS

EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 20/09/01
LES NOTES :

à partir de
11,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Dans l'amérique de l'après-guerre minée par ses contradictions, des années noires du maccarthysme à nos jours, la poursuite du bonheur nous plonge au coeur d'une magnifique histoire d'amour. Manhattan, thanksgiving 1945. artistes, écrivains, musiciens. tout greenwich village se presse à la fête organisée par eric smythe, dandy et dramaturge engagé. ce soir-lâ, sa soeur sara, fraîchement débarquée à new york, croise le regard de jack malone, journaliste de l'armée américaine. amour d'une nuit, passion d'une vie, l'histoire de sara et jack va bouleverser plusieurs générations.
un demi-siècle plus tard, à l'enterrement de sa mère, kate malone remarque une vieille dame qui ne la quitte pas des yeux. Coups de téléphone, lettres incessantes. commence alors un harcèlement de tous les instants. jusqu'au jour oú kate reçoit un album de photos. la jeune femme prend peur : qui est cette inconnue ? que lui veut-elle ? douglas kennedy nous livre ici un roman ambitieux oú, à travers d'inoubliables portraits de femmes, résonnent les thèmes qui lui sont chers : la quête inlassable du bonheur, la responsabilité individuelle, la trahison.
10 personnes en parlent

Deux femmes se partagent la narration de ce roman qui vous prend à la gorge et ne vous lâche plus : Sara et Kate. Deux femmes liées au même homme sans le savoir.Kate introduira et conclura l’histoire dans deux parties relativement courtes et concises.Sara, qui est l’héroïne se taille la plus belle et la plus intense partie du livre.Nous sommes au sortir de la seconde guerre mondiale, à New-York. Sara est jeune, probablement superbe, et a envie de croquer la vie à pleine dent à son idée, selon son idéal. La société New-Yorkaise est plutôt à cheval sur des principes, des valeurs puritaines qu’il convient, au fond, ne pas transgresser ; en apparence tout du moins. Sara l’apprendra à ses dépends, tout au long de sa vie, et se battra contre vents et marées pour ce qu’elle considère sa part de bonheur. Y parviendra t-elle ? Et à quel prix ?Dans ce livre se résument toutes les contradictions d’une Amérique qui dans les années 50 a connu un épisode de chasse aux sorcières sans précédent.Une Amérique qui se veut moderne, mais qui au fond reste profondément attachée à ses valeurs rigoristes, à une morale dépassée que tout le monde ou presque bafoue, mais dont les transgressions peuvent amener celui qui s’y aventure au ban de la société.Une Amérique qui se veut le défenseur de la liberté, mais qui au nom de la peur, des préjugés ne pouvait admettre d’autres manières de penser.J’ai aimé refaire le voyage à New-York, ressentir la ville au travers des mots de Douglas Kennedy, ressentir cette frénésie urbaine déjà si présente dans les années 50.L’auteur fait très bien ressortir l’envie de consommer de cette société américaine, et en même temps son contraire avec l’évocation de la vie beaucoup plus austère qui règne un peu pus au nord du côté de Boston.Ce livre se lit d’une traite ou presque ; l’histoire est prenante, dynamique, sans temps mort. J’ai trouvé l’écriture agréable. Ce n’est pas pour Douglas Kennedy dont je n’ai pas entendu que des éloges, loin s’en faut, que j’ai choisi ce livre, mais pour New-York.Il parait que c’est le meilleur Kennedy ; ce qui fait qu’avec cet auteur, je resterai sur cette note positive et n’en aborderai pas d’autres livres.« Tu ne connais pas encore le principe fondamental de la vie américaine ? Quand tu te sens coupable de lâcheté morale, tu atténues tes remords en allant claquer plein d’argent. »Une affirmation on ne peut plus…. american way of life……..

mimipinson
07/06/11
 

J'ai voulu lire Douglas Kennedy par pure conscience professionnelle et pour savoir pourquoi il était aussi populaire. En plus, je m'étais persuadée que c'était un auteur de romans... disons sentimentaux et en lisant "Cul-de-sac", un de ses romans, j'avais été étonnée de voir qu'en fait, pas du tout. "La poursuite du bonheur" a remis les pendules à l'heure : Douglas Kennedy est bel et bien un auteur de romans sentimentaux !Une histoire de famille, se secret, de mensonge, de trahison, de révélations... sur fond historique : la chasse aux sorcières aux États-Unis après-guerre. Cela dit, je me suis complètement laissée emmenée par l'intrigue et les personnages. Conclusion : un bon roman sentimental, ça fait du bien de temps en temps, surtout en vacances sur un transat ! (août 2008)

Pitchoubinou
29/11/09
 

Ce livre, je l'ai lu une première fois il y a très longtemps, je pense peu de temps après sa sortie en France, donc il y a près d'une quinzaine d'années. Je gardais de ce roman un bon souvenir, et j'ai eu envie de voir comment je l'aborderait avec quelques années de plus au compteur et un autre regard sur mes lectures.Dans l'ensemble, je confirme l'impression générale positive que j'avais conservé. Le roman est réellement intéressant car il nous plonge dans une époque, dans l'atmosphère des Etats-Unis entre 1945 et 1956. On y suit une jeune femme qui tente de s'émanciper et s'éloigner des diktats et conventions de l'époque : la vie de femme mariée dévouée à son mari ? Très peu pour elle. A ses côtés, son frère, Eric, nègre pour un humoriste, mais aussi homosexuel ayant adhéré quelques années au parti communiste. Deux éléments qui pourraient bien lui causer beaucoup de tracas dans un pays puritain à outrance, rongé entre le culte de la liberté et de l'individualisme et le moule social qu'elle impose. Car le portrait que brosse Douglas Kennedy de l'époque ne fait guère envie... Encore un livre qui amène à s'interroger sur la notion de "rêve américain"...En revanche, car il faut bien quelques bémols, j'ai trouvé quelques longueurs dans cette lecture, des passages redondants, des réflexions de Kate ou de Sara ressorties de plusieurs manières à plusieurs moments... A croire que l'auteur voulait vraiment accentuer certains aspects... Et cette faculté qu'a l'être humain à tourner et retourner les choses dans sa tête, à ressasser sans cesse plutôt que d'agir. Miss Alfie

MissAlfie
17/09/15
 

Juste après l'enterrement de sa mère, Kate reçoit la visite de Sara, une femme qui se disait être une amie de ses parents, mais dont elle n'a jamais entendu parler. Sara décide de lui raconter son histoire : celle d'une jeune femme qui tombe amoureuse du mauvais garçon et qui en paiera le prix toute sa vie...Ce bouquin ne me disait pas plus que ça mais l'ayant sous la main et faisant partie du baby challenge contemporain, je ne pouvais que le lire ! De plus, Stellade m'a proposé une LC commune sur ce titre, autant joindre l'utile à l'agréable !Tout d'abord, il faut signaler qu'il s'agit d'un sacré pavé, une petite brique de 770 pages environ en format poche ! Certe c'est un peu lourd à porter, mais vous allez voir, vous tournerez les pages sans vous en rendre compte ! Il m'a fallu à peine 5 jours pour arriver au bout de ce sacré volume !Et quelle histoire ! Le livre se consacre à la vie mouvementée mais passionnante de Sara. Cette jeune femme assez carrieriste, n'en oublie pas moins de tomber amoureuse. Le grand amour oui, mais qui tournera vite court. Même si l'histoire se passe en Amérique, la guerre rode en Europe. C'est d'ailleurs là que l'homme ira travailler en tant que journaliste. Sara garde espoir pendant un temps mais finira par se consacrer à d'autres projets. Jusqu'à ce qu'un jour elle retombe sur LUI ! Bon allez je ne vais pas en dire plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte ! ;)J'ai adoré le contexte : l'évolution de la femme dans la société, l'après-guerre, le contexte du maccarthisme, ... et j'en passe ! On suit la vie de Sara en même temps que l'histoire du pays. C'est intéressant et enrichissant. Pas qu'une banale histoire d'amour, ouf !Arrivé dans les 200 dernières pages, j'ai cru savoir la fin. Et puis je tourne encore quelques pages et bam, l'auteur me prouve que j'ai eu tord. Surprise, j'adore ! Au niveau du style, c'est bien écrit et ça se lit comme ça se déguste ! Vous l'aurez compris, j'ai tout simplement adoré et passé un très bon moment !

lizou59
18/03/14
 

Avec ce livre, je fais d'une pierre quatre coups puisqu'il me permet de participer à quatre challenge en même temps : les baby-challenges contemporain 2013 et 2014 et les baby-challenges drame 2013 et 2014 de Livraddict !Sans surprise, j'ai beaucoup aimé ce roman, mais je l'ai trouvé assez inégal dans sa présentation. Autant les passages avec Sara m'ont passionnés, autant ceux de Kate m'ont ennuyés ferme. Il faut dire aussi que les deux femmes sont très différentes l'une de l'autre : Kate recherche le côté rassurant d'une vie de famille tandis que Sara rêvait d'indépendance à une époque où c'était difficilement possible pour les femmes.De La poursuite du bonheur, ce n'est vraiment que l'histoire de Sara que je retiendrais : elle m'a autant émue qu'horrifiée. J'ai été admirative de son courage qui l'a aidé à continuer d'avancer alors que plus d'un aurait baissé les bras à sa place. Et j'ai été déçue pour elle de voir que, dès que les choses s'amélioraient enfin, le destin semblait s'acharner d'encore plus belle sur elle et ses proches. Honnêtement, je ne sais pas du tout comment j'aurais agit à sa place, surtout envers Jack : ça a beau être impardonnable, on a tout de même envie de lui pardonner...J'ai beaucoup aimé les différentes facettes de ce roman : Douglas Kennedy y parle d'amour, d'homosexualité, de travail, d'indépendance, de voyage... Ça m'a beaucoup plu de découvrir ce petit condensé de vie d'un autre temps ! Par contre, j'ai trouvé le passage sur Dachau un peu creux et faux, ou peut-être est-ce la mentalité américaine sur ce passage qui m'a dérangée, mais il m'a profondément déplu et agacée.J'ai trouvé l'écriture de Douglas Kennedy très agréable. Les chapitres sont assez longs d'autant plus que leur dernière phrase me donnait sans cesse envie de lire le suivant !Par contre, personnellement, je trouve les parties de Kate assez inutiles et bâclées par rapport à celles de Sara. Je pense que j'aurais préféré d'une certaine façon que Kate ne nous raconte que le prologue et éventuellement que Meg nous donne la conclusion...La poursuite du bonheur est une lecture très agréable.

MademoiselleLuna
29/12/13
 

Manhattan, Thanksgiving 1945. Lors d'une fête organisée par Eric Smythe, dandy et dramaturge engagé, sa soeur Sara, fraîchement débarquée à New York, croise le regard de Jack Malone, journaliste de l'armée américaine. Amour d'une nuit, passion d'une vie, l'histoire de Sara et Jack va bouleverser plusieurs générations.Un demi-siècle plus tard, à l'enterrement de sa mère, Kate Malone remarque une vieille dame qui ne la quitte pas des yeux. Coups de téléphone, lettres incessantes... Commence alors un harcèlement de tous les instants. Jusqu'au jour où Kate reçoit un album de photos... La jeune femme prend peur : qui est cette inconnue? Que lui veut-elle ?Voici un beau roman, qui malgré un début qui fut difficile (il faut dire que le personnage de Kate est à gifler), fut un vrai bonheur de lecture. L'histoire de Sara et Jack est à la fois une histoire d'amour, mais aussi une histoire des Etats-Unis de l'après deuxième guerre mondiale, et du début de la guerre froide. Maccarthysme, guerre de Corée etc. La petite histoire, celle de Sara et Jack, rejoint la grande.J'ai été emballée de bout en bout par ce roman aussi haletant qu'un roman à suspense. Pas moyen de lâcher cette histoire d'amour impossible, d'occasions ratées, de choix peu judicieux. Sara est LE personnage de ce roman. Femme forte, moderne, intelligente et incroyablement attachante. C'est pour elle que nous souffrons, avec elle que nous nous réjouissons.

Choupchoup
09/04/13
 

Cette histoire m'a littéralement embarquée, je l'ai dévorée comme un véritable thriller (ce qu'elle n'est assurément pas) à une allure délirante (en gros une soirée, longue certes, mais quand même...)! Et le pire voyez-vous, c'est que moi qui suis la reine de la théorisation et de l'explication du pourquoi du comment, je suis incapable de vous expliquer pourquoi cette histoire m'a fascinée à ce point... J'ai bien quelques éléments de réponse : la peinture du Manhattan de l'après-guerre est incroyablement vivante, la chasse aux sorcières et le mccarthysme atrocement rendus et l'intrigue se déroule entièrement dans un milieu littéraire et intellectuel ce qui n'est pas pour me déplaire, évidemment. Et pourtant, je me suis laissé embarquer par des personnages pas forcément sympathiques (la palme va à Kate, assez pénible dans le rôle de la femme insatisfaite et revancharde) et je voulais tellement savoir ce qu'il allait advenir de Sara, Jack, Meg, Eric et les autres que j'étais dans l'incapacité physique de lâcher ce roman, alors que l'histoire n'est pas d'une originalité délirante. Le style de l'auteur n'est pas non plus ébouriffant, même s'il a un certain talent de dialoguiste. Je crois qu'en fait ce qui fait la grande force du roman, c'est le personnage de Sara, une femme de tête, intelligente et passionnée, pétrie de contradictions, têtue et résolument moderne, en avance sur son temps.

fashiongeronimo
12/08/12
 

Kate a 44 ans, divorcée, un fils de 7 ans. On la rencontre lors de l'enterrement de sa mère. Une mystérieuse vieille dame attire son attention, Sara, et d'elle elle apprendra une incroyable histoire sur ses parents. ça lui fera changer d'optique sur sa façon de mener sa vie future.C'est une belle histoire d'amour, dans l'Amérique Mac Arthurienne. J'ai bien aimé le personnage de Meg, atypique amazone indépendante accro à la bouteille, haute en couleur. Kate est sympathique mais finalement a peu de place dans le livre, alors que l'héroïne principale, Sara, est à mon avis beaucoup trop décousue. Incroyable histoire avec son bref mari et surtout sa belle-mère, avec le thème chouchou de Douglas Kennedy, l'horreur qui va crescendo... C'est malgré tout assez survolé, et dans un style qui c'est vrai, ne laisse pas grande impression.Comment dire.... Ce livre on le lit très vite, il nous prend bien dans ses filets, mais au final on n'est pas fiers de s'être laissés prendre Sylvie Sagnes

SagnesSy
26/07/12
 

J'avais déja ouvert puis vite refermé un livre de Douglas Kennedy (je ne sais plus lequel d'ailleurs,preuve si l'en est qu'il m'avait marquée... ,du moins à l'époque),me disant que ce n'était qu'un phénomène de mode ,sans plus.Tape pas si tu es un fan!! Et puis ,l'autre jour ,en cherchant des livres se passant à New York pour le Challenge en question ,j'ai pris au hasard (il y avait toute une tête de gondole des romans de Douglas Kennedy)ce livre, peut être attirée par le titre...Je commençais à vivre la maladie de ma maman ,et ,en ce début de lecture il était question de l'enterrement d'une vieille dame décédée des suites d'un cancer assez foudroyant ..., le tout raconté à la fois au présent pour ce qui concernait ce jour difficile s'il en est et au passé car il y avait des flashbacks sur les derniers moments, par la fille de la défunte, Kate Malone.Honnêtement je pensais ne pas y arriver mais prise par les mots ressentis de Douglas Kennedy je me suis laissée aller pour comme puiser un réconfort dans les termes choisis et les situations que je commençais à vivre.Sorte de dédoublement...Donc enterrement de cette dame ...et Kate Malone aperçoit une inconnue,plus très jeune ,qui suit le cortège.Son allure ,sa façon, d'être la frappe.Qui est elle? Que veut elle? En effet cette personne ,Sara ,veut tout faire pour entrer en contact avec elle ,la harcèle même ,en arrive à lui faire peur même ,et pour finir lui remet un album plein de photos de son père,d'elle même à des moments différents de sa vie et de son petit garçon....Elle lui dit ces mots qui concluent la première partie:Je ne vais pas vous retenir plus longtemps ce soir Kate.Sachez seulement que votre père a été le grand amour de ma vie Et là nous basculons dans un très long flashback qui raconte de très belle manière une histoire d'amour hors du commun .Pas facile de lâcher le roman tant on veut savoir, d'autant qu'il est documenté sur une époque pour le moins troublée: le Maccarthysme.Tres belle et malheureuse (évidemment ) histoire d'amour donc où la psychologie féminine est, je trouve, très bien analysée par Douglas Kennedy.Très belles histoires d'amour devrais je dire mais vous aurez bien compris que je ne peux en dire plus sans déflorer ce pavé...Analyse très fine des comportements humains en fonction de leur sexe mais aussi de l'époque à laquelle ils vivent.Parallèle entre la vie de couple des parents de Kate et le sien (elle a divorcé du père de son enfant).Comportement de Jack Malone inadmissible aux yeux du lecteur mais il est facile de critiquer quand nous ne sommes pas à la place,au moment de faire un choix.La peur fait avoir des réactions imprévisibles.Tous les personnages ont de l'étoffe,je n'ai pas cherché à juger ,je me suis juste laissée embarquer dans cette histoire d'amour hors du commun avec tout ce qu'il peut y avoir de beau,de grand, d'hypocrite,de mensonge...La vraie vie quoi!

pyrausta
20/01/12
 

Un grand amour contrarié par beaucoup de coups du sort dans l'Amérique de Mc Carthy. Se lit pour le plaisir avec comme bonus un découverte de l'atmosphère d'une période que nous n'avons pas connue en Europe, celle de la chasse aux sorcières entre "bons" et "mauvais" américains PhiL / Délire de Lire - Ciney

DelireDeLire
17/12/10
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.40 cm
  • Poids : 0.73 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : BERNARD COHEN