Preuve (la)

KRISTOF, AGOTA

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 18/04/95
LES NOTES :

à partir de
6,50 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Au-delà de la fable, on se livre ici à l'exploration impitoyable d'une mémoire si longtemps divisée, à l'image de l'europe. A travers le destin séparé de lucas et de
claus, les jumeaux du grand cahier, agota kristof nous révèle que, dans l'univers totalitaire, générosité et solidarité sont parfois plus meurtrières que le crime.
4 personnes en parlent

Dans ce volume-ci, nous suivons l'un des jumeaux resté seul en Hongrie dans la maison de la grand-mère décédée alors qu'en fin du premier tome l'autre a passé la frontière vers l'Ouest. La petite ville est zone frontière, elle se meurt. le récit se déroule sur une vingtaine d'années. Le contexte se précise par certains évènements politiques, la toile hongroise se déroule, des noms de personnages apparaissent - pas de pays ni de nationalités ni d'idéologie ( seul " le Parti " sera mentionné ) - des situations d'enfance s'expliquent, des non-dits du Grand Cahier sont plus clairement relatés par les personnages secondaires que l'on croise à nouveau ( le curé, le libraire ) revenant sur l'histoire de celui que l'on appelle Lucas arrivé au village à six ans, que l'on surnomme maintenant l'Idiot tant il reste détaché, tant il vit de façon autarcique, solitaire et " décalé ".La narration est toujours distanciée, sans l'emploi du Je. C'est son histoire d'homme tourmenté, accueillant une femme avec un enfant et c'est son histoire de père. Evidemment, le double thème identitaire ( l'identité hongroise sous régime communiste, la thématique des jumeaux indissociables ) transparaît de façon plus significative. Et pose question.

Marilire
21/10/14
 

Lucas doit désormais apprendre à vivre sans Claus. Depuis que celui-ci a traversé la frontière, son jumeau n’est plus que l’ombre de lui-même. Jusqu’au jour où il recueille sous son toit Yasmine, tout juste âgée de dix-huit ans, et son fils Mathias, qui est infirme de naissance. La vie se poursuit, plus légère, plus facile entre ces trois âmes blessées. Mais le destin, toujours aussi cruel et impitoyable, ne manquera pas de frapper encore…Terminée l’écriture à la première personne du pluriel. En se séparant de son frère, Lucas a également perdu le contrôle de la narration. Celle-ci se fait dorénavant à la troisième personne du singulier, installant une distance nouvelle avec les personnages. Ce deuxième volume de la trilogie des jumeaux m’a paru au début moins intense que le premier, peut-être parce qu’on y quitte l’enfance. Néanmoins, Agota Kristof nous offre une fin surprenante, pleine de révélations qui donne envie de se jeter sur le tome trois !

Mokona
21/04/14
 

Au fil du temps, je me suis attachée aux personnages de cette trilogie, c'est sans doute pourquoi j'ai préféré ce roman au précédent. Ici, il s'agit surtout de Lucas même si on retrouve Claus à la fin du roman, un Lucas qui devient à la fois touchant et inquiétant dans son affection porté à l'enfant d'une autre. C'est devenu un tel plaisir que j'ai ausi écouté le dernier volume dont je ne ferai pas de billet. La surprise de ce roman arrive à la fin. Agota immisce le doute chez son lecteur et m'a enfin fait comprendre pourquoi le premier volume avait une fin que jusqu'alors, j'avais trouvé illogique. Et puis, on se retrouve dans un pays totalitaire où l'on ne peut plus lire qu'en cachette les livres interdits par le pouvoir. Lire peut être dangereux.

cocalight
27/04/12
 

Vous l’aurez compris, je suis en train de dévorer cette trilogie qui réserve un sacré lot de surprises. Qu’attendre d’autre d’une histoire de jumeaux, si ce n’est des rebondissements ?Nous avions quitté les jumeaux et leur grand cahier peu après la mort de leur grand-mère et leur séparation. Nous retrouvons dans La preuve l’un des frères, resté dans le village. Le récit est cette fois raconté par un narrateur extérieur, toujours dans un style épuré et concis. Lucas grandit, seul, sans son frère, et nous assistons à bien des chamboulements dans sa vie d’adolescent trop précoce.Certains événements laissent voir un nouveau Lucas, ambivalent, prêt à noyer un nourrisson pour rendre servir à la mère en difficulté, et à s’attacher à ce bébé et à l’élever comme son fils.Les jumeaux étaient des enfants malmenés par la vie, dénués de sens moral et de sentiments, Lucas est un adolescent qui peut faire preuve de maturité et être responsable. Sa personnalité est réellement troublante, on a du mal à se faire une opinion sur lui, il sort totalement des sentiers battus. Il n’a pas beaucoup voire pas de moralité, mais s’avère capable d’attachement et de générosité. Ce point peut aussi être sujet à débat car la psychologie du personnage reste très complexe et plusieurs interprétations seraient possibles.Fascinant roman qui augure d’un dernier volume tout aussi déroutant. Joie !

un flyer
13/01/10

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition