La promesse des tenebres

CHATTAM, MAXIME

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 06/05/09
LES NOTES :

à partir de
22,30 €
nos libraires ont adoré la promesse des tenebres

SYNOPSIS :

New-York, hiver 2000. La vie de Brady O'Donnel, journaliste indépendant, bascule le jour où il accepte de rencontrer une starlette de films X. Mais la jeune femme se tire une balle en pleine tête devant lui après avoir murmuré d'étranges mots. Brady s'enfuit. Sa femme, Annabel, flic à Brooklyn, se voit confier l'enquête sur ce qui pourrait être un homicide déguisé. Commence alors une course
poursuite vers la vérité, une enquête qui va disséquer l'Homme dans ce qu'il a de plus primitif. Portrait d'un couple confronté à ses démons, plongée dans le milieu du hard et des perversions les plus inattendues, une enquête où crime et sexualité sont indissociablement mêlés (les fans de la Trilogie y trouveront enfin la résolution de l'énigme de la disparition de Brady).
Il est fort ! Très fort !

Maxime Chattam vous mène une fois de plus là où il veut, comme il veut.
Après vous avoir bien promené, il vous plaque face à l'horreur. Impossible de se défaire de cet univers glauque, sombre, presque poisseux.
Esprits torturés, déviants de toutes sortes, l'âme humaine est bien sombre sous sa plume.

A noter que les fans de la Trilogie du Mal trouveront des indices sur la disparition de Brady, mari d'Annabel O'Donnel, l'officier de police apparu dans In Tenebris.

olivier (cambrai)
Il est fort ! Très fort !

Maxime Chattam vous mène une fois de plus là où il veut, comme il veut.
Après vous avoir bien promené, il vous plaque face à l'horreur. Impossible de se défaire de cet univers glauque, sombre, presque poisseux.
Esprits torturés, déviants de toutes sortes, l'âme humaine est bien sombre sous sa plume.

A noter que les fans de la Trilogie du Mal trouveront des indices sur la disparition de Brady, mari d'Annabel O'Donnel, l'officier de police apparu dans In Tenebris.
Olivier ,
Librairie
(Cambrai)
10 personnes en parlent

Lorsque j'ai commencé La Promesse des Ténèbres, j'avais lu auparavant la Trilogie du Mal dans son entier. Je connaissais donc la détective Annabelle O'Donnel et son histoire. Cette jeune femme était marié à un homme qui a disparu du jour au lendemain. C'est l'histoire de sa disparition qui est au cœur de ce thriller. Ce prologue de la Trilogie du Mal n'a rien à lui envier. Ce livre est tout aussi bien écrit. Certaines scènes sont inimaginables, il faut avoir l'estomac et le cœur bien accrochés! C'est l'âme humaine et ce qu'elle a de plus noire qui est ici explorée. Brady O'Donnel, journaliste indépendant, se retrouve confronté à un monde qu'il n'imaginait pas. Débauche, pornographie et déviances sont les termes qui me viennent à l'esprit lorsque je pense à l'histoire Rubis, personnage "responsable de la descente aux enfers du journaliste sans histoire...Je pense qu'il ne faut pas découvrir Maxime Chattam avec ce livre... La violence de certaines scènes peuvent freiner les plus téméraires!Mais aux fans de l'auteur, je le recommande!

seriephile
14/10/11
 

La promesse, voilà le mot qui compte. Il y en a beaucoup dans l'univers que déploit, non sans talent, l'auteur. Mais on reste tout de même sur notre faim (et fin....) avec toutes les possibilités qu'il y avait dans cet univers sombre et captivant. Cela reste tout de même un bon "page turner"

un flyer
10/05/15

Ce titre est la «prequelle» (Une préquelle est une œuvre réalisée après une œuvre de référence, mais dont l'action se déroule précédemment d'un point de vue scénaristique. Source Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9quelle) de la Trilogie du Mal, dont «L'Ame du Mal» fait partie et que j'ai déjà lu (dans ma PAL attendent «In Tenebris» et «Maléfices»). Il permet donc de comprendre le pourquoi de la disparition du mari d'Annabel.On y découvre la «vie» des marginaux dans les souterrains de New York, le X trash, gore, l'exploitation sexuelle des jeunes filles qui veulent réussir dans le métier du porno, à qui on promet beaucoup et qui finissent leur vie dans la misère …La fin du roman me laisse perplexe : qui est vraiment Pierre, l'ami de Brady ? Et le coéquipier d'Annabel a quel rôle réellement dans ce suicide ? Accrobiblio

un flyer
07/08/13

La promesse des ténèbres est un thriller bien ficelé au climat pesant, peut-être trop à mon goût… Maxime Chattam ne nous laisse aucun moment de répit tout au long de l’histoire et on plonge dans les bas-fonds sordides de New York en ayant du mal à lâcher le livre… L’univers très glauques de la pornographie underground est assez effrayant et malheureusement, je pense, assez réaliste. Les sous-sols de la Grande Pomme peuvent même être assimilés à un personnage tant ils sont décrits et sont au centre de l’intrigue.On retrouve dans ce thriller l’enquêtrice Annabel O’Donnel, que l’on avait déjà rencontré dans In Tenebris au côté de Josh Brolin, et on sait enfin ce qui est arrivé à son mari Brady dont elle avait effleuré la disparition dans le deuxième opus de la Trilogie du mal. Brady est même le personnage principal de ce roman qui va l’amener à aller au plus profond de lui-même suite au suicide de Rubis, jeune femme détruite par le monde du porno et qui se met une balle dans la tête devant lui. Son métier de journaliste et sa curiosité à connaître son âme mais aussi l’Humanité vont le mener dans une investigation emplie de ténèbres. Des rebondissements, des enquêtes menées en parallèle font de La promesse des ténèbres un très bon thriller dont la fin en surprendra plus d’un…A lire mais en ayant le coeur bien accroché!

AlteaAitana
08/03/13
 

Mon premier roman de cet auteur. Je n'ai pas été déçue du voyage!Brady est un personnage auquel je ne me suis pas attachée. Son désir d'aller toujours plus loin dans ses recherches au péril de sa vie, de tout cacher à sa femme et surtout dès le départ de prendre la fuite après le suicide de Rubis. Oui, je sais, s'il n'avait pas pris ses jambes à son cou, l'histoire n'aurait pas existé, mais il est trop cruche, pas assez réfléchi, par moments je me suis dit non mais là il fait du grand n'importe quoi! Quel boulet!Le milieu de l'industrie pornographique dérange, cela nous glisse dans une ambiance malsaine qui met fort mal à l'aise. Mais d'après ce que j'ai cru comprendre, c'est la signature de l'auteur de pousser le glauque et le pervers à son summum.On explore également les sous-sols de la ville de New-York avec le peuple taupe qui est vraiment parfaitement décrit : on s'y croirait.On découvre beaucoup de personnages fort peu sympathiques aux allures plus horribles les uns que les autres et aux convictions ignobles.Je trouve que l'on atteint un seuil du gore vraiment très haut.Il s'agit d'un très bon thriller mais le trafic à base de sexe hardcore ce n'est pas pour moi, par contre cela fait réfléchir sur les fantasmes des hommes car oui ce genre de films où les filles sont battues, violées voire même tuées existent ce qui signifie que des gens veulent voir ces images...

bookworm02
28/11/12
 

Maxime Chattam fait parti des auteurs dont je me méfie : non pas qu'il m'a déjà déçue, au contraire, mais plutôt parce que dans tous ses bouquins que j'ai eu l'occasion de lire, il m'a poussé dans mes tous derniers retranchements. Il sait mettre la petite touche de glauque quand il le faut sans que ça devient pour autant un livre d'horreur et ça marche parfaitement sur moi : je suis vraiment impressionnable ! La promesse des ténèbres m'a cependant moins chamboulée que les autres livres de lui que j'ai lu : contrairement à Le cinquième règle, il n'y pas la petite touche de fantastique (ou du moins, de ce qui y ressemble) qui rend encore plus inquiétant ce qui l'est déjà à la base.Cela dit, ce n'est pas pour autant que je ne l'ai pas aimé, au contraire : il fait sans aucun doute parti des meilleurs thrillers que j'ai lu. Je me suis totalement laissée emportée par l'histoire qui, si elle ne m'a pas inquiétée, reste terriblement crédible : d'ailleurs j'ai cru comprendre qu'il y avait beaucoup de vrai dans cette histoire.Mais bon, ça reste glauque : c'est loin d'être le genre de livre que je mettrais dans les mains de n'importe qui. Les scènes d'agressions m'ont vraiment mise mal à l'aise, sans compter les descriptions des films X de Sondra : un tel niveau de perversion fait vraiment très très froid dans le dos. Le personnage de Brady m'a beaucoup plu : c'est la première fois que je croisais un personnage comme lui dans un thriller et c'est vraiment une très bonne surprise. J'ai beaucoup aimé le fait qu'il ne soit pas un personnage conventionnel de ce genre de livre : il est embarqué dans l'enquête presque par hasard, ça devient plus fort que lui et pourtant il reste très crédible. Ça m'a d'ailleurs beaucoup amusée que sa femme soit justement responsable de l'enquête officielle.Annabel, sa femme, m'a beaucoup touchée : ça m'a beaucoup plu d'avoir accès à leur vie familiale. Ça ne les rend que plus humain encore. J'aime beaucoup l'écriture de Maxime Chattam : il est très précis et pour autant son texte n'est pas froid. Bon, ça fait froid dans le dos par les faits mais son écriture est finalement assez chaleureuse. C'est assez troublant...Si vous n'êtes pas impressionnable, n'hésitez pas !

MademoiselleLuna
22/11/12
 

Ce livre fait suite à la trilogie du Mal de Maxime Chattam, composé de L'Âme du Mal, In Tenebris et Maléfices. J'ai lu seulement les deux premiers opus, mais c'est suffisant je pense pour comprendre les tenants ce cette histoire-là.Maxime Chattam excelle dans le thriller. Il est incroyable de vraisemblance, de suspense, de peur, d'horreur, d'ambiances malsaines. Ici, il ne fait pas exception. J'ai vraiment été happée par cette lecture, j'ai eu beaucoup de mal à fermer le livre. L'ambiance générale est franchement dérangeante : viol, pornographie dépravée, pédophilie, jouissance par la violence extrême. J'ai eu une impression de noir, de saleté, de moiteur tout au long de ma lecture. Et puis, cela fait se poser des questions sur les pulsions sexuelles, les instincts primaires des hommes.Les personnages : on suit Brady O'Donnel, le mari d'Annabel (celle-ci est flic à New-York et on la retrouvera plus tard dans In Tenebris). Brady est journaliste. Il a la quarantaine et commence à se'interroger sur son couple, sa routine quotidienne, non sans une certaine culpabilité. Pierre, son ami, lui conseille une jeune actrice de porno pour qu'il voie autre chose et retourne, apaisé, vers Annabel. Ainsi, il va être entraîné dans les bas-fonds new-yorkais avec tout ce que cela suppose de noirceur.L'écriture : toujours quelque chose de simple, avec des phrases courtes qui permettent l'intrigue de se dérouler dynamiquement. Des mots parfois durs, en tout cas en parfaite adéquation avec l'atmosphère qu'il décrit.J'ai donc beaucoup aimé cette lecture, peut-être même un coup de cœur de ce début d'année ! Marylin

marylinm
08/12/11
 

E suis assis à mon poste, au travail, et un bouquin atterrit sur mon bureau. « Lis-le », me lance Eric en me serrant la main pour me saluer. Je lui rétorque que j’ai déjà lu du Chattam et qu’à chaque fois, j’ai trouvé ça moyen, mais il me réponds de le lire, parce qu’il est différent. Il avoue avoir mis quelques jours à s’en remettre tellement c’est glauque. Alors voilà, je l’ai lu et je vous fais part de mon ressenti.Brady est un journaliste indépendant qui vend ses reportages à la presse spécialisée et sérieuse. Mais depuis quelques temps, il est à la recherche de quelque chose de différent. Son ami français lui conseille d’appeler Rubis, une jeune fille travaillant dans la pornographie. Ils se rencontrent, et se suicide d’une balle dans la tête devant lui. Pourquoi ? Pourquoi s’est-elle suicidée, pourquoi l’a-t-elle fait devant lui ? Brady commence son enquête qui va le mener dans les endroits les plus sordides, et le faire rencontrer des gens aux mœurs les plus sombres.Dès les premières pages, vous entrez dans le vif du sujet. L’auteur n’attend pas la moitié du livre pour commencer à vouloir vous surprendre. Et j’avoue avoir été entraîné le premier tiers. Mais il faut admettre que l’histoire se tasse, l’enquête se déroulant relativement facilement, je me suis demandé même avec quelle facilité elle était menée. La dernière partie du livre, quant à elle, reste plus classique. Nous sommes loin des détails répugnants du début, et l’auteur laisse une plus grande ampleur à l’enquête, qui paraît beaucoup plus plausible.Le personnage principal comme Brady, ou les personnages secondaires, sont décrit assez sommairement physiquement et psychologiquement aussi, ne me permettant pas de m’attacher à l’un ou à l’autre, et encore moins de comprendre, approuver ou juger quoique ce soit concernant leur comportement. Brady m’a même paru antipathique, sous cet aspect journalistique, qui se cherche lui-même, qui entreprend une enquête pour se retrouver ne permet pas de justifier jusqu’à quel point il la mène. Mais l’auteur sait manier sa plume de manière magistrale. Vous ne trouverez aucune lourdeur dans le récit et l’écriture reste fluide du début jusqu’à la fin.Quant à l’ambiance du roman, elle est réellement glauque et sombre. C’est répugnant au point d’en être franchement dégoûté. C’est un livre à ne pas mettre entre les mains d’une âme sensible, certains passages sont littéralement à vomir. Mais j’imagine assez facilement que la fiction n’est malheureusement qu’un avant-goût amer de la triste réalité, et je suppose que l’auteur, comme tout bon auteur qui se renseigne sur le sujet avant d’écrire, pourra nous le confirmer.Je remercie Eric pour m’avoir fait découvrir une autre facette de Maxime Chattam, entre des romans moyens et des romans dégueulasses je vous laisse faire votre choix, pour ma part c’est un auteur que je ne compte plus lire d’ici la fin du siècle.

Skritt
19/09/11
 

J’ai ce livre dans ma PAL depuis sa sortie, Chattam faisant partie des auteurs qui ne m’ont encore jamais déçue et sur lesquels je me précipite aveuglément. Paradoxalement, je prends parfois mon temps pour lire des livres pourtant achetés par pulsion !Encore une fois, Chattam nous immerge dans la noirceur de l’âme humaine. On retrouve la détective Annabelle O’Donnel, déjà présente dans la Trilogie du mal, et on découvre comment et pourquoi son mari Brady disparaît.L’auteur a choisi d’explorer une face peu reluisante de l’Homme, lorsque les derniers tabous n’ont plus de raison d’être. Sexe, violence, déviances diverses, l’univers de la pornographie underground n’a que peu de limites. Celles-ci sont définitivement franchies lorsque Brady décide de partir à la découverte de lui-même, pour comprendre ce qu’il est, comprendre l’Homme, mais aussi pour connaître Rubis, et accepter sa mort.Il plonge alors dans une spirale irréversible vers le mensonge, le vice, la violence, mais aussi la misère la plus sordide. On découvre avec lui les souterrains de New york, le peuple-taupe, les SDF qui se terrent à l’abri du jour et des regards de la société.Chattam nous propose un voyage au plus profond du vice et de la misère, la quête d’un homme emporté par ses propres questionnements et inquiétudes.Le destin de Brady O’Donnel est scellé dès le départ, et le dénouement sera à la hauteur de l’ambiance générale du livre, cruel et sans espoir.

un flyer
27/01/11

Dans In Tenebris, Joshua Brolin partait à New-York et faisait la connaissance d'Annabel, flic new-yorkaise marquée par la disparition subite de son mari. Malgré deux livres, l'auteur ne nous a jamais dit ce qu'il arrivé à Brady. La réponse est dans les pages de La promesse des ténèbres.Pour ceux qui ont lu la Trilogie du Mal, ce livre fait l'effet d'une claque. Jusqu'à présent, nous ne connaissions de Brady que ce qu'Annabel, sa femme, savait de lui. Ce roman met les choses en perspective et que dire d'autre que "Ouah!" Brady est loin de l'homme que l'on croyait connaître. Sa vie bascule le jour où une actrice de films X se suicide devant ses yeux. A partir de là, c'est une descente fulgurante aux Enfers, au propre comme au figuré. C'est sans doute le roman le plus dur de Maxime Chattam. Snuff movies, porno, actes barbares, les descriptions s'enchaînent sans laisser le temps de respirer, de plus en plus noirs, de plus en plus violents. Ils donnent la nausée. J'ai eu beaucoup de mal par moment et pourtant, j'étais tellement embarquée que je ne pouvais pas m'arrêter, malgré le malaise que les mots créaient en moi. La fin m'a assommée, je n'en revenais pas. Du grand et du très sombre Chattam.

Ladilae
30/10/10
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.57 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition