La reine des lectrices

BENNETT, ALAN

livre la reine des lectrices
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 08/01/09
LES NOTES :

à partir de
12,15 €
nos libraires ont adoré la reine des lectrices

SYNOPSIS :

Que se passerait-il outre-Manche si, par le plus grand des hasards, Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d'un coup, plus rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux ? C'est à cette drôle de fictions que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les soeurs Brontë, le sulfureux Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'oeil

implacable d'Elizabeth, cependant que le monde empesé et so british de Buckingham Palace s'inquiète : du valet de chambre au prince Philip, d'aucuns grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor. C'est en maître de l'humour décalé qu'Alan Bennett a concocté cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

La reine Elizabeth découvre en promenant ses chiens dans la cour de Windsor, un bibliobus. Sa bienséance l'oblige à emprunter un livre et elle devient finalement "addict" à la littérature. Le protocole est sens dessus-dessous surtout lorsque sa majesté déclare au premier ministre "Les Lettres sont la République". La Littérature mettrait-elle en péril la Monarchie ? Ce livre délicieusement irrespectueux nous rappelle que les livres peuvent changer le monde. God save the Books ! Nathalie (arras)
21 personnes en parlent

Imaginez la reine d'Angleterre en grande lectrice compulsive, du genre à nous ressembler (pour faire simple), et donc victime aussi de cette passion dévorante, car lire lui prend un temps fou, l'enferme dans un univers insoupçonné, lire toujours et encore plus, noter, gribouiller, et trouver à la vie courante un goût de plus en plus amer, voire agaçant... Vous obtenez un roman d'une absolue et irrésistible causticité, taillé dans le roc de la flegme britannique, comprenez ainsi que c'est fin, très fin et d'une grande subtilité. Mais qu'est-ce qu'on s'amuse !L'aventure littéraire de la reine a commencé dans un bibliobus, c'était sans se douter le vertige que la lecture allait lui apporter. La reine va être prise d'une frénésie, aidée par son tabellion personnel, Norman, un ancien employé aux cuisines promu du jour au lendemain bras droit de la monarque. Tout ceci est bien beau, mais trop nouveau dans cette aristocratie guindée et enfermée dans son sacro-saint protocole. En clair, la passion dévorante de la reine n'est pas du tout appréciée, car son altesse néglige de plus en plus ses devoirs royaux. Alors, en douce et bien grossièrement, on tente de faire perdre le goût des livres à la reine. Tous les moyens sont bons (dynamiter le coussin sous lequel un livre avait été glissé, lors d'une procession en carrosse, ou détourner une caisse de livres en partance pour le Canada, cacher les réserves, éloigner Norman et le bibliobus, etc.). Rien n'y fait, la reine est accro !N'attendez plus, découvrez ce livre car la suite des aventures de la royale passion littéraire sème une joyeuse pagaille à Buckingham et se conclue dans un sourire, en forme de croissant de lune. La reine y est décrite de façon sympathique, assez naïve mais perspicace. La lecture lui ouvre un champ de possibilités, elle qui pensait avoir tout vu, en voyageant à travers le monde, découvre un autre globe grâce à la lecture. Cette reine nous ressemble, quoi. Du moins, Alan Bennett nous la rend étonnante, plus humaine et proche de nous. C'est dire le pouvoir des livres !!!

Clarabel
20/02/09
 

Quand la Reine d’Angleterre découvre (par hasard !) le goût et le plaisir de la lecture, le protocole en prend un sacré coup ! Ses tâches habituelles l’ennuient, car elles la détournent de l’essentiel : cette nouvelle soif de littérature découverte sur le tard. Sa ponctualité légendaire va dès lors se transformer en retards non moins légendaires pour cause de récits trop prenants …C’est une farce bien sûr, mais c’est assez amusant ! Peut-on passer son temps à lire quand on est Altesse Royale ? Petit roman distrayant que je trouve néanmoins vite éventé : la substance de l’intrigue est dite en quelques lignes dans les premières pages, et les 170 qui suivent ne me semblent être qu’un délayage citant au passage quelques titres de référence et quelques idées éculées sur « le pouvoir » de la lecture. Le joyeux soufflé retombe un peu vite.Sympathique donc, mais sans plus…

Jdhelene
09/06/09
 

Vous qui commencez à me connaître assez bien, chers lecteurs, savez que je suis tout à fait réceptive à l'humour décalé et aux histoires un peu loufoques ou originales. Pas de surprise donc à la lecture de ce livre dont je me suis bien sûr délectée. L'humour typically british de l'auteur n'y est pas pour rien, certes, mais c'est surtout le personnage de Sa Majesté qui a emporté mon adhésion à cette lecture. Comme cette Reine est accessible, humaine, et comme sa découverte de la lecture m'a semblé proche de la mienne !."Elle découvrait également que chaque livre l'entraînait vers d'autres livres, que les portes ne cessaient de s'ouvrir, quels que soient les chemins empruntés, et que les journées n'étaient pas assez longues pour lire autant qu'elle l'aurait voulu.""Cet attrait pour la lecture, songeait-ellesongeait-elle, tenait au caractère altier et presque indifférent de la littérature. Les livres ne se souciaient pas de leurs lecteurs, ni même de savoir s'ils étaient lus. Tout le monde était égal devant eux, y compris elle. (...) La lecture provoquait un sentiment du même ordre. Il y avait en elle quelque chose d'anonyme, de partagé, de commun. Ayant mené une existence à part, elle se rendait compte à présent qu'elle désirait ardemment éprouver un tel sentiment : elle pouvait parcourir toutes ces pages, l'espace contenu entre les couvertures de tous ces livres, sans qu'on la reconnaisse.".La reine lit, me direz-vous ? La belle affaire ! Eh oui, justement ! Car on ne demande pas à la reine de lire, ni de réfléchir d'ailleurs, on lui demande juste... d'être reine et de faire correctement son travail de reine. Lire, c'est d'une audace !Suite sur Les lectures de LIli Liliba

liliba
21/12/09
 

Lectures de la Reine De l'importance de la lecture...pour ceux dont c'est le métier c'est une évidence, pour les autres il n'est jamais trop tard pour lire et c'est ce que fait la Reine d'Angleterre qui découvre la littérature sur le tard. Mais sa vie va en être bouleversée, et nous qui l'accompagnons de livre en livre et d'auteur en auteur, nous sommes sous le charme... Ce livre se déguste comme une petite douceur en fin de repas, rapidement mais en se léchant les babines. Et en souriant car ce texte est plein d'humour. Lire est un acte subversif, ça fait du bien de le redécouvrir.

La reine d'Angleterre se découvre une passion dévorante pour la lecture et cela fait criser tout Buckingham palace. Un très bon roman qui se lit avec délice. Alan Bennett est un maître de l'humour anglais. Son livre est piquant. La chute est magistrale. mini pouce06

minipouce06
14/12/10
 

Que se passerait-il si subitement la reine d'Angleterre devenait une lectrice invétérée ?Sur cette mince spéculation, Alan Bennett, universitaire sérieux, écrit un court récit jubilatoire, dans lequel la reine abandonne le protocole, perd quelques unes de ses bonnes habitudes, comme la ponctualité, et en vient à tenir des discours décalés à ses interlocuteurs intrigués. La chute est amusante.L'ensemble est plaisant et agréable.

Globx8
01/11/10
 

Voici une courte farce vraiment très drôle ! Alan Bennett donne à voir à son lecteur une reine d'Angleterre humaine, enfermée dans la solitude de son protocole. Au fil de ses lectures et de ses découvertes, elle s'ouvre peu à peu au monde des sentiments et des émotions, regardant ses contemporains d'un autre œil. Mais qu'une reine se rapproche du commun des mortels, ce n'est pas pensable pour ses ministres...Bennett joue ici avec la figure emblématique de la reine d'Angleterre et s'offre le luxe d'imaginer ce que sa vie serait si elle avait le temps d'être une lectrice boulimique. Le ton est à la fois drôle et décalé et les personnages, bien que vite décrits, permettent de se divertir grandement avec cette farce.Ode à la lecture et à ses grandes figures - Proust, Brontë, Genet, Shakespeare... - ce court roman est une petite merveille d'humour ! A la fois léger et subversif, il fait passer un bon moment de lecture à quiconque se plonge dans ses pages.

soukee
31/08/10
 

Imaginez la reine d’Angleterre négligeant ses royaux devoirs pour cause de… lecture ! C’est en tout cas celle qu’imagine Alan Bennett, sujet talentueux de sa Majesté. La découverte inopinée dans la cour de Westminster d’un bibliobus va radicalement changer la vie de la reine Elisabeth. Un premier emprunt de courtoisie va rapidement se révéler être le départ d’une vie de lectrice assidue. Assidue au point d’en arriver en retard aux grands rendez-vous du monde, d’en oublier le protocole du vêtement (jamais porter deux fois la même tenue à quinze jours d’intervalle, grands Dieux !) et d’en faire perdre son latin à tout Buckingham Palace… ainsi qu’au Premier Ministre, décidément peu féru de littérature.Drôle et corrosif, Alan Bennett fait certes la part belle à la littérature mais malmène également les « grands » de ce monde à travers cette fable délicieuse. On ne peut s’empêcher de sourire de ce chef d’état français plutôt inculte, il faut bien l’avouer… et de tous ces proches qui préfèrent voir dans cette nouvelle passion un début de sénilité plutôt qu’une forme d’ouverture. On ne casse pas si facilement les clichés et les carcans, alors l’étiquette !

Lencreuse
22/08/10
 

J’avais été attirée par le résumé de cet ouvrage. L’idée d’une reine qui s’éprend de la lecture au point de délaisser de plus en plus ses obligations protocolaires me faisait sourire.Et en effet, ce livre est souriant.Rien de bien fantastique à l’intérieur, cependant. Durant ma lecture, je me suis dit « ce livre est l’équivalent d’un téléfilm ». Ca se lit (très) vite (2 petites heures pour moi), les pages défilent souplement, l’histoire est plaisante du début à la fin.Je n’ai pas grand-chose à reprocher à cet ouvrage, en fait. Il est plein d’humour, assez léger, facile à lire. La plume de l’auteur est fluide, agréable.

Lalou
18/08/10
 

Une fable distrayante sur le rapport aux livres et à la lecture. Drôle et rafraichissant, un bon moment en perspective ! Un hommage à la littérature mondiale au travers des discussions entre la Reine et son assistant.

SophieC
23/07/10
 

Une farce légère et savoureuse sur le pouvoir et le pouvoir de la lecture. La découverte par la Reine du Bibliobus stationné à proximité de son palais constitue un véritable plaidoyer pour les bibliothèques ! A déguster sans modération ! (été 2009)

Pitchoubinou
12/07/10
 

Lecture compulsive La lecture est un vice impuni. C'est bien ce que ressentent les conseillers de la Reine, quand celle-ci s'y met compulsivement après avoir découvert le bibliobus dans une cour de Buckingham. Où cela la menera-t-elle ? Son flegme, son éducation, le protocole, de tout cela Alan Bennett s'amuse et nous amuse beaucoup. L'érudition du texte passe comme dans une fable...

Un ouvrage porté par une très bonne idée et aussi par une très belle première scène mais l'ensemble a semblé trop lent et assez plat. Nos différents lecteurs attendaient mieux.

Lu à sa sortie et laissé un excellent souvenir. Alain Benett a le sens de l'humour anglais...Cette adulte, reine par dessus le marché, découvre la lecture et cela devient une telle passion qu'elle néglige les affaires de l'état. Pendant un temps, je me suis amusée à dire que j'étais moi aussi optimath (je cite de mémoire!) mais personne ne comprenait! berthe

afbf
06/08/13
 

Une reine qui son but est de lire et non de porter son importance à la royauté Britannique, totalement délirant non? Un bon roman qu'on tient là, on y plonge les yeux grands ouverts! Mandy.

Mandy05
27/09/12
 

Très agréable à lire et si c'était vrai parce que cette découverte de la lecture par la reine pourrait être réelle. voilà un personnage qui n'a pas à être dans l'humour qui est soudain humanisé dans un roman très drôle.Hommage à la lecture qui peut devenir subversive.Un début prometteur, des situations cocasses hélas cela s'enlise plus tard. (FP)

BMJACOU
15/06/12
 

Si je devais noter ce livre juste à la sonorité de mes éclats de rire au cours de ma lecture, sans conteste je lui attribuerais un *****. Malheureusement, l'intrigue ne suit pas et j'en suis toute peinée.La reine d'Angleterre, Élisabeth II, considère sa vie aussi trépidante qu'ennuyeuse, faite de rendez-vous si bien préparés qu'ils en perdent tout intérêt et tout naturel. Au détour d'une scène matinale, elle fait la connaissance de Mr Hutchings, conducteur d'un bibliobus, stationné à un endroit du palais qu'elle ne visite jamais (les cuisines), venu approvisionner un grand lecteur Norman (accessoirement commis en cuisine royale). Intriguée par ce petit manège hebdomadaire, la reine décide de se laisser guidée littérairement (et littéralement) par Norman (fin conseiller littéraire, sensible aux auteurs gays). Cette nouvelle lubie royale ne sera pas au goût de tous, perturbant assez le protocole établi (avec à la clé, une entrée en matière du livre fabuleuse et inratable, des questions déroutantes pour un public habitué à des demandes de géolocalisation ou de durée de trajet). Subsistent des passages à vide (surtout à partir de la seconde partie du livre) mais aussi des moments très drôles (au point d'éveiller la curiosité rare et précieuse de mon A. sur cette lecture fantasque). Le scénario ne tient malheureusement pas totalement la longueur (peu de rebondissements malgré une fin excellente, une langueur certainement proche de celle d'une existence souveraine). A vous de voir.

Cave
08/02/12
 

L'histoire est très originale. Une reine qui commence à se passionner pour la lecture au point de négliger certaines de ses responsabilités et de se rapprocher d'un préposé à la cuisine... Je m'y suis du coup un peu reconnue... Combien de fois m'arrive-t-il de négliger les tâches ménagères ou administratives parce que je préfère me replonger dans mes lectures... d'autres part, la passion de la lecture ne rapproche-t-il pas les gens de différents âges et de différents milieux ? Et comme dans beaucoup de romans qui parlent de livres, quelques références littéraires y sont soulignées comme Nancy Mitford ou autres. Les livres n'engendrent-ils pas d'autres envies de livres indéfiniment ? Ce ne fut pas le coup de coeur auquel je m'attendais mais j'ai bien aimé. Sandrine

Sandrinelou
09/01/12
 

La lecture est un vice impuni. C'est bien ce que ressentent les conseillers de la Reine, quand celle-ci s'y met compulsivement après avoir découvert le bibliobus dans une cour de Buckingham. Où cela la mènera-t-elle ? Son flegme, son éducation, le protocole, de tout cela Alan Bennett s'amuse et nous amuse beaucoup. L'érudition du texte passe comme dans une fable... laurence

laurence
12/12/11
 

J'ai été déçu par ce livre, je m'attendais à quelque chose de drôle, de décalé au lieu de cela, j'ai lu un petit livre pas mal, une fable un peu légère mais faible qui ne m'a pas vraiment convaincue. Oh, certes, il est agréable à lire, parfait pour une petite pause sympa mais guère plus. Je trouve que la fable aurait mérité d'être plus creuser. J'ai été agacés par la retenue empreinte de respect exprimé dans les scènes mettant en jeu la souveraine.Cependant, j'ai véritablement apprécié les réflexions que mène dans ce livre Alain Bennet sur la lecture et le plaisir que l'on peut y trouver. Mais comme cela à déjà été dit, rien ne remplace le véritable sentiments de plénitude que l'on éprouve face à un bon livre...

Lacazavent
13/10/11
 

Si vous avez envie de passer un bon moment de détente, ce livre est idéal. Quelle drôle d'idée la reine a t elle eu de s'enticher de ce nouveau passe temps qu'est la lecture ? Sur le ton de la raillerie, on ne peut s'empêcher de sourire lorsque la reine vaque à ses lectures en plein protocole ou bien lorsqu'elle organise une réception en l'honneur d'auteurs sans parvenir à leur adresser la parole. La reine devient tantôt timide, tantôt acariâtre lorsque que son besoin de lecture n'est pas assouvi. On la croit même victime d'Alzheimer et sa nouvelle sensibilité est associée à un début de sénilité. Tout Buckingham est ébranlé et le palais est encore loin de s'imaginer les nouvelles frasques de cette femme aux multiples facettes.Une comédie caustique, qui ne manque pas de pétillant !

Cyan
07/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.17 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : PIERRE MENARD