La reine du silence

NIMIER, MARIE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 20/08/04
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Mon père a trouvé la mort un vendredi soir. Son Aston Martin s'est écrasée contre le parapet d'un pont. Je n'étais pas dans la voiture. J'avais 5 ans. De lui, il me reste peut de souvenirs et quelques trésors : une montre qui sonne les heures, un stylo dont la plume penche à droite et cette carte postale, où il me demandait en lettres capitales : QUE DIT LA REINE DU SILENCE ? Cette phrase posait une énigme
impossible à résoudre pour la petite fille que j'étais, énigme cruelle et envoûtante qui résume toute la difficulté du métier d'enfant. Enigme qui, à l'époque, se formulait ainsi : Que pourrait bien dire la Reine du silence sans y perdre son titre et l'affection de son papa ? Ou encore : comment, à la fois, parler, et ne pas parler. J'étais coincée. Prise au piège de l'intelligence paternelle.
1 personne en parle

Certains se souviennent peut-être de la disparition tragique d’un jeune écrivain tué dans un accident de voiture, Roger Nimier, auteur de Le Hussard bleu ou Les Enfants tristes. Sa fille, Marie, n’avait que cinq ans à la mort de son père. Elle a grandi dans son ombre et gardé de lui que peu de souvenirs. Qui était-il vraiment ? L’un des écrivains le plus doués de sa génération, en compagnie de ses fidèles amis (entre autres Antoine Blondin, Jacques Laurent et Michel Déon) qui formaient le groupe connu des « Hussards », en hommage au roman de Roger Nimier ? Un homme qui s’enfermait dans sa chambre pour écrire ? Pas uniquement. Marie dresse aujourd’hui le portrait d’un homme intelligent, facétieux et charmeur, qui aimait les belles femmes. Mais Marie, est aussi une jeune femme devenue écrivain à son tour, et publiée dans la même maison d’édition que son père.Un témoignage bouleversant, aux phrases percutantes d’amour et d’émotions. Les mots sont simples, parfois innocents, à l’image de la petite fille qu’elle était autrefois. « J’aimerais, écrit-elle, que quelqu’un me raconte ce que c’est d’avoir ses deux parents. Comment ça marche, un père ? De quoi c’est fait ? » Avec les souvenirs des amis de son père, elle butine chaque fleur du passé, transforme ses souvenirs en un nectar de miel. Marie reconstitue petit à petit ce puzzle, commencé de longue date, et qui prend forme au fil des pages. Chaque pièce s’emboîte parfaitement. Roger Nimier, n’était certes pas un père idéal. « Dans la vie, écrivait mon père, je ne vois rien du tout, sinon la sottise de mon existence, passant d’un bureau à une nursery, accablé de travail, de cris d’enfants, tout cela sans espoir ni distraction. » Aux yeux de la petite fille, il devient : « désinvolte, sérieux, menteur, loyal, lent, rapide... ».En ouvrant le tiroir des souvenirs, Marie sort quelques extraits du film de sa vie d’où s’échappent les fantômes d’un passé douloureux. Un chuchotement, une confidence pudique, un murmure soufflé par La Reine du silence qui le brise en libérant une écriture sensible, feutrée, offrant ainsi au lecteur l’envie de découvrir ou de se replonger dans les oeuvres de Nimier père et fille.

carolou
17/07/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.23 kg