La reine margot ; la dame de monsoreau ; bouquins

DUMAS, ALEXANDRE

livre la reine margot ; la dame de monsoreau ; bouquins
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 05/11/92
LES NOTES :

à partir de
31,50 €

SYNOPSIS :

L'ambition de dumas est de raconter l'histoire de france dans son ensemble. D'oú le titre drame de la france qu'il a voulu donner à ce qui représente pour lui l'équivalent de la comédie humaine. trois volumes devaient traiter de la renaissance : la reine margot, la dame de monsoreau, les quarante-cinq. le premier s'ouvre sur le massacre des protestants durant la nuit de la saint-barthélemy, le 24 août 1572, et s'achève par la mort de charles ix. le second couvre le règne de henri iii et de ses mignons, le troisième s'achève par la mort
du duc d'anjou. Somptueuse fresque, tapisserie haute en couleur oú évoluent les grands personnages de l'histoire - catherine de médicis, rongée par l'ambition et confite dans sa méchanceté ; marguerite de valois, sa fille, " la reine magot ", l'épouse de henri de navarre, follement amoureuse de hyacinthe de la mole -, ce cycle nous introduit au coeur d'un récit dont les principaux thèmes sont l'amitié, l'ambition et l'amour, mais tels que les vivent les hommes et les femmes d'une époque débordant d'énergie, de vitalité, de passion.
4 personnes en parlent

Le livre classique ! Un coup de coeur ! Je trouve ce passage de l'Histoire très intéressant. La Saint Barthélemy, le pouvoir de Catherine de Médicis, de la cour du Louvre et des découvertes d'Ambroise Paré, une époque riche et tumultueuse. L'ouvrage de Jean Teulé complète assez bien celui d'Alexandre Dumas.

Voilà le premier volume de la trilogie sur les guerres de Religion. Un sacré roman d'intrigue et d'Histoire. Pas de temps mort, des personnages intéressants et une Catherine de Médicis infecte. On adore.Il y a eu plusieurs adaptations ciné dont celle avec Adjani où ils ont inversé : la rousse étant Margot et non son "amie".

choukinette
14/10/14
 

J’ai retrouvé avec plaisir la plume d’Alexandre Dumas ! Bien que ce roman ne soit pas mon préféré de l’auteur, j’ai apprécié ma lecture et j’ai été assez surprise.L’intrigue est très politique. Le roman a pour nom La reine Margot, mais cette reine n’est qu’un pion dans toutes les histoires politiques qui sévissent à la cour. Beaucoup de personnages se côtoient et chacun a ses motivations plus ou moins obscures. Le livre commence quelques jours avant le massacre de la Saint Barthélémy, tristement célèbre pour la façon dont les protestants ont été tués sans hésitations pendant cette nuit. Or, le roi de Navarre est protestant. Dans le livre, Margot va tout faire pour aider son mari et le soutenir, quitte à comploter contre sa propre famille. Les deux époux entretiennent une situation d’alliés. Ils ont chacun leurs amours de leur côté et ne s’en tienne pas rancune.Contre eux, dans le rôle du conspirateur, on retrouve la reine mère Catherine de Médicis. Elle est présentée comme une femme superstitieuse qui ferait tout pour que sa lignée reste sur le trône. Elle a aussi un penchant pour les poisons. Persuadée qu’Henri de Navarre est destiné à régner à la place de ses fils, elle va tout faire pour s’en débarrasser. S’ensuit une série de péripéties et complots auxquels Henri de Navarre va échapper, soit par l’intervention d’amis et d’alliés, soit par hasard. C’était assez plaisant de lire cette succession de coups du sort qui sauvent la vie à Henri de Navarre.Dans ce roman, j’ai trouvé les personnages un peu plus développés que dans les autres Dumas que j’ai pu lire. Par exemple, le roi Charles m’a beaucoup intrigué. On ne comprend pas tout à fait ses motivations, il semble capricieux mais en même temps il est parfois assez juste. Je ne savais pas trop de quel côté il était bien qu’il soit souvent manipulé par sa mère. Le duo de La Mole et Cocoonas m’a aussi beaucoup amusé. La Mole est l’amant de la reine Margot tandis que Cocoonas est celui de la duchesse de Nevers. Ces amours interdits prennent une place assez importante dans l’histoire et par moment, j’étais un peu lassée de ces manières de l’époque qu’ils avaient de se plaindre et de se lamenter sur leur sort – du genre, « est-ce qu’elle m’aime vraiment ? » – à tout bout de champ.L’ensemble du livre est guidé par ces intrigues politiques: Catherine de Médicis cherche à écarter définitivement Henri de Navarre tandis que le camp des protestants cherche à rétablir le roi de Navarre et lui redonner une légitimité.En refermant le livre, je me suis rendue compte que les véritables héros de ce livre était bien La Mole et Cocoonas. La fin m’a d’ailleurs laissé perplexe, je ne m’y attendais pas.J’étais intriguée par l’Histoire de ce couple royal et il apparaît que dans la vraie vie, ce couple a été beaucoup moins heureux que dans le roman. Henri de Navarre finit effectivement par arriver au trône et Marguerite de Valois – la reine Margot – avait beaucoup moins de classe que dans le livre !

Latetedansleslivres
23/10/13
 

Ça fait très longtemps maintenant que j'avais envie de découvrir ce livre. D'autant plus que j'adore Dumas, mais, comme pour tous ses livres, sa taille n'est pas vraiment encourageante... Du coup, le temps à passé et ce n'est que grâce au Baby-challenge Classique et au Challenge ABC de Nanet que j'ai enfin pris le temps de le découvrir. Et puis, comme ça, j'avais ma lecture pour le Challenge Un mot, des titres toute trouvée !Alors, effectivement, il est gros comme livre, mais son histoire est tellement prenante que je n'aurais pas mis longtemps pour en voir la fin !J'ai beaucoup aimé la vision de la royauté que nous offre ce roman : bien sûr, c'est romancé, mais j'aime beaucoup le côté véridique que l'on devine sous toute cette histoire. Je pense notamment au fait que les membres de la famille royale tentent par tous les moyens de maintenir leur image du coup La reine Margot prend un tournant plutôt sombre... J'ai bien aimé également tout le rapport à la sorcellerie et le côté assez obscur de l'histoire : Catherine de Médicis en deviendrait presque une abominable sorcière !Honnêtement, je ne connais pas du tout l'histoire de Marguerite de Valois, du coup, je n'ai absolument aucune idée de la proportion de vérité qu'il y a dans ce roman. Bon, forcément, j'ai senti que certains passages pouvaient difficilement être possible, mais j'ai tout de même eu envie d'y croire. Alexandre Dumas avait une force de persuasion assez fascinante : bien que l'on sait pertinemment que ça ne peut pas être possible, on se prête vraiment au jeu.La narration est vraiment très agréable ! J'ai d'ailleurs été très surprise de découvrir un humour assez marqué dans ce texte. J'ai trouvé ça d'autant plus appréciable que, par le côté classique du livre, je ne m'y attendais vraiment pas.L'autre truc qui m'a beaucoup plus dans ce roman, c'est qu'il a un côté très théâtrale : non pas dans les situations ou dans les dialogues, mais par sa présentation. Les chapitres se finissant quasiment tous sur un suspense et il n'y a en fait que très peu de lieux à l'histoire. C'est étrange mais ça ne m'a pas du tout dérangée.Un Dumas à découvrir. Vraiment. ;)

MademoiselleLuna
11/10/13
 

Format

  • Hauteur : 19.80 cm
  • Largeur : 13.20 cm
  • Poids : 0.85 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition