La traversee (la saga des emigrants, tome 2)

MOBERG-V

livre la traversee (la saga des emigrants, tome 2)
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 22/01/03
LES NOTES :

à partir de
7,10 €

SYNOPSIS :

Sur les quais de Karlshamn, la Charlotta s'apprête à appareiller. Karl Oskar est soucieux. Le navire censé assurer leur émigration vers les états-Unis d'Amérique est en bien piteux état. Quant à Robert, son rêve de grande aventure s'en trouve un peu ébréché. Même Kristina ne tarde pas à partager ces pensées. Il fut un temps où la Charlotta était un noble navire de commerce et non un vulgaire transporteur d'émigrants, cette engeance qui s'entasse dans l'entrepont et n'a décidément jamais le pied marin. La vie à
bord n'est que tourments : la promiscuité, la saleté, les poux, le scorbut et le mal de mer s'acharnent sur les passagers. Le capitaine Lorentz, vieux loup de mer aigri et solitaire, le sait bien, lui qui prévoit un boisseau de terre de Suède en vue de simuler des funérailles qui se termineront inéluctablement au fond de l'eau. Après Au pays, La Traversée est le récit d'un voyage qui ne devait durer que quelques semaines. Un voyage au bout de soi, une douloureuse épreuve dans la fabuleuse destinée de ces émigrants
1 personne en parle

Ce deuxième tome de « La saga des émigrants » retrace, comme son nom l’indique, le voyage entrepris de la Suède jusqu’aux Etats-Unis par des paysans sur le navire la Charlotta. Après avoir dépeint la situation « au pays » dans le premier tome, présenté les personnages et expliqué leurs motivations à l’émigration, l’auteur nous fait vivre les nombreuses semaines de traversée endurées par ces gens de la terre. Dans son style sobre, Moberg nous fait prendre conscience des dangers et des peurs vécus par ces pionniers et sait nous les rendre attachants. Ils sont en transit entre un pays qui ne les satisfaisait pas et le Nouveau Monde en qui ils placent tous les espoirs. Dans cette coquille de noix ils prennent conscience de la fragilité de leur statut : ils ne sont de nulle part pendant ces mois de navigation. Et l’océan les effraie par sa profondeur et son rôle de cimetière puisqu’on y jette les morts. Les conditions de vie épouvantables, les angoisses face à l’inconnu et la mort qui rôde dans l’entrepont surpeuplé : tout est très bien rendu. J’y ai trouvé cependant quelques longueurs et de nombreuses répétitions qui font que j’ai d’autant plus ressenti l’ennui des passagers (ces paysans habitués à une intense activité se retrouvaient déboussolé par cette inactivité subie). Peut-être était-ce voulu … Quand enfin le port de New York se dessine, l’histoire redevient palpitante et l’on est aussi excité que ces émigrants apercevant enfin la terre.

mycupoftea
05/09/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie