La saga des ombres t.1 ; la strategie de l'ombre

SCOTT CARD, ORSON

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 10/01/07
LES NOTES :

à partir de
8,50 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Pour Bean, l'existence se résume à un seul mot : survivre. Sa fuite, à l'âge d'un an, de la clinique clandestine où il a été conçu artificiellement le conduit droit dans l'enfer des bas-quartiers de Rotterdam, où la violence, la drogue et la prostitution deviennent son quotidien. Grâce à son incroyable intelligence, il s'attire cependant l'attention
des pontes de la Flotte Intergalactique, qui voient en lui un nouvel Ender Wiggin. Ender Wiggin, le légendaire gamin surdoué chargé d'orchestrer la contre-attaque contre les formiques. Ender Wiggin, le dernier espoir de l'humanité. Enfin, jusqu'à maintenant, car Bean n'a pas choisi d'intégrer, l'école de guerre pour faire de la figuration.
1 personne en parle

J'avais déjà lu il y a quelques mois la stratégie Ender, du même auteur. J'avais beaucoup aimé bien que ça c'était révélé lourd par moments. Du coup j'appréhendais un peu de lire ce roman-ci, où l'auteur précisait qu'il complétait le premier sous un angle différent. Certes, j'ai eu des difficultés à le lire, mais le charme a finalement opéré et j'ai apprécié la saga des ombres, bien différent de ce que j'ai pu lire jusque là. L'histoire m'a posé problème à certains moments. On découvre d'abord Bean dans les rues de Rotterdam ainsi que son passé avant de le voir arriver à l'école de guerre. Il se passe donc environ 200-300 pages avant que je ne réussisse à m'accrocher à l'histoire et qu'elle capte mon attention. Non pas qu'elle soit inintéressante ! Je n'arrivais tout simplement pas à lire longtemps. L'écriture, tout comme avec la stratégie Ender, était par moments lourde et j'avais du mal à suivre Bean qui, rappelons-le, est un génie. Ma lecture était donc un peu indigeste. Cependant, passé ce premier cap, l'histoire est devenue de plus en plus prenante et ce souci d'attention a disparu. Tout au long de ma lecture, j'ai éprouvé de drôles de sentiments : Bean et Ende sont tous les deux des surdoués, mais très différents l'un de l'autre, comme si tout les opposaient. Alors que Ender donne sans calculer, Bean réfléchit à toutes ses actions et à ce qui va en résulter, il ne donne pas si cela n'a pas d'intérêt pour lui. Ce comportement m'a un peu mis mal à l'aise, mais on assiste du coup à un tout autre mode de pensée et il est très intéressant à lire également. Au fur et à mesure que le récit avance, Bean devient plus mature et change peu à peu de comportement : il devient plus sociable et on découvre de nouvelles facettes de sa personnalité. Malgré son apparente froideur, c'est un personnage qui m'a beaucoup tenu à cœur et que je n'oublierai pas de sitôt. En parallèle, à chaque début de chapitre, nous suivons soit le colonel Graff ou bien encore sœur Carlotta. Je n'ai pas réussi à complètement cerner ces deux personnages, l'un complètement récalcitrant à la cause de Bean et l'autre qui lui est complètement dévouée. Grâce à elle, on en apprend plus sur le mystère des origines de Bean. Cela soulève d'autres questions auxquelles, j'espère, l'auteur répond dans les tomes suivants : comment va se passer l'évolution de Bean à l'avenir ? Grâce aux actions de soeur Carlotta, Bean finit par retrouver sa famille dont, par le plus grand des hasards, il connaissait déjà un membre... J'ai bien aimé cette fin, elle tranche avec le reste du roman et est plus douce. Au contraire de la stratégie Ender, nous découvrons ici l'école de guerre plus en profondeur et un emploi du temps différent. C'est à peine si j'ai reconnu l'univers ! Bean porte une vision plus sphérique sur ce qui l'entoure. On découvre de nouvelles choses et l'auteur revient également su des choses déjà évoquées dans son premier roman, comme les frère et sœur d'Ender, Bonzo... L'écriture d'Orson Scott Card, entre son premier roman sur cet univers et celui-là, s'est affirmée. J'avais déjà beaucoup de plaisir à la lire et cette seconde lecture m'a confirmé le talent de l'auteur. Cependant, comme je l'ai déjà dit, je n'arrivais parfois pas à me replonger dans l'histoire tellement elle était pesante. Le fait qu'il change à certains moments de narrateurs, passant dans les pensées d'un personnage à la première personne puis revenant à la troisième m'a beaucoup déstabilisé et j'ai trouvé ça assez étrange. Bien que j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans cet univers, j'ai aimé le fait qu'il soit approfondi, qu'on découvre une nouvelle approche et des choses qui nous avaient échappé. Une belle lecture donc, que je ne regrette aucunement. Ninon !

nilale
22/06/14
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition