Exiles. la saga mendelson, tome 1

COLIN, FABRICE

livre exiles. la saga mendelson, tome 1
EDITEUR : SEUIL JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 16/04/09
LES NOTES :

à partir de
16,50 €

SYNOPSIS :

1895-1929. D'Odessa à Hollywood, en passant par Vienne, les premiers troubles du XXe siècle - la mutinerie du Potemkine puis les pogroms contre les Juifs - contraignent la famille Mendelson à s'enfuir en Autriche. David, le fils, prend des cours aux Beaux-Arts. Lena, sa soeur, côtoie le peintre Egon Schiele. La guerre interrompt cette période faste. David est envoyé sur le front, mais il déserte et s'enfuit aux États-Unis. De là, il écrit
aux siens, les invitant à le rejoindre à New York. Seules Batsheva, la mère, et Lena le rejoindront, Isaac, le père, décédant peu avant. David côtoie Louis B. Mayer, producteur de cinéma, qui lui confiera un travail de peintre de décors à Hollywood. Puis de fil en aiguille... Mais la crise financière de 1929 marque la fin du rêve hollywoodien et celle du premier tome de cette saga. Du même auteur : La Malédiction d'Old Haven.
15 personnes en parlent

Fabrice, un ami de la famille Mendelson, choisit d'écrire toute leur histoire depuis sa récente découverte d'une malle aux trésors, qui avec ses journaux intimes et ses photographies racontent leurs aventures étonnantes. La saga Mendelson peut commencer, à Odessa en 1895. Elle s'ouvre sur le couple Isaac et Batsheva, dans une ville qui sera bientôt balayée par les pogroms, les insurrections et la tristement célèbre affaire du Potemkine. Forcés à l'exil, le couple et ses deux enfants vont se rendre à Vienne. C'est un roman plein de charme qui ouvre cette trilogie historique d'une famille juive plongée dans la tourmente du 20ème siècle. Le rythme est échevelé, l'histoire riche, bien écrite, mélangeant les anecdotes authentiques au souffle romanesque, et le produit en lui-même est très original. C'est en effet une somme de témoignages, d'extraits de journaux intimes, de clichés et de dessins qui composent ce récit, entrecoupé par la voix du narrateur. Cela pourrait commencer ainsi : il était une fois un horloger modeste qui rencontra la femme de sa vie, elle était d'une grande beauté et l'aimait également d'un amour fou et exclusif. Leur monde s'écroule lorsqu'un vent de haine souffle sur l'Europe et, parce qu'ils sont de confession juive, les oblige à s'expatrier toujours plus à l'ouest. D'un seul coup on se retrouve avec une saga palpitante, qui raconte le destin hors du commun d'une famille marquée par les coups du sort, et qui, de plus, se télescopent aux grandes pages de l'Histoire. D'Odessa à Hollywood, en passant par Vienne et New York, cette famille exceptionnelle va connaître une destinée tout aussi époustouflante, nous n'en sommes qu'au début (ce premier tome couvre la période de 1895 à 1929) mais l'histoire ne manque déjà pas de rebondissements (séparations, exils, liaisons amoureuses, pauvreté et richesse). Les personnages ne sont pas encore trop nombreux, ce sont les premiers, donc les plus attachants, ils ont le privilège des rencontres étonnantes, avec un certain Adolf Hitler, alors étudiant recalé de l'Académie des Beaux-Arts, le peintre Egon Schiele, ou le producteur de cinéma, Louis B. Mayer. Sans le vouloir, les Mendelson ont le chic d'être au coeur des événements les plus brûlants et ne semblent pas se contenter d'une existence sage et rangée. Tant mieux ! La suite promet de palpitantes révélations ! A découvrir en novembre 2009 : les insoumis (1930 - 1965) et au printemps 2010 : les fidèles (1965 - 2000).

Clarabel
17/04/09
 

Des histoires dans l’Histoire La saga Mendelson est une trilogie au cours de laquelle nous suivons le parcours et les péripéties des membres d’une famille juive, les Mendelson, véritables témoins de l’Histoire du XXème siècle. Entremêlé de témoignages, coupures de presse, photographies d’époque, le récit avance comme un documentaire. Excellent conteur, Fabrice Colin qui est ici son propre narrateur, a fini par préciser qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre de fiction tant on se prend au jeu des tumultes et autres passions.Les événements historiques qui jalonnent les trois volumes sont relatés de façon très pédagogique.La trilogie s’essouffle un peu au troisième tome où les épisodes se succèdent un peu trop parfaitement, où l’auteur recherche également trop systématiquement la petite histoire dans la Grande.Cette saga n’en demeure pas moins très réussie, parfaite pour les adolescents friands de romans historiques mais elle ne rebutera pas pour autant les autres car on s’attache très vite, comme dans une série télé, aux personnages

Fabrice Colin nous raconte l'histoire d'une famille juive depuis 1895. On suis avec attention les différents évènements de cette histoire dans l'Histoire. Bien que certains passage (ex. la rencontre avec Hitler), semble faire partit plus de la légende familiale, le côté historique est bien respecté. A la fin du volume, on découvre avec délice la naissance d'Hollywood.A lire! mini pouce06

minipouce06
01/12/10
 

La saga Mendelson démarre à Odessa avec Batsheva et Isaac Mendelson. Au printemps 1895, Batsheva donne naissance à David, puis en février 1899 c'est au tour de la petite Léah de voir le jour. Les Mendelson de confession religieuse juive vivent des jours paisibles, le père Isaac est un horloger réputé et ses activités assurent des revenus confortables pour faire vivre sa petite famille.Mais les pogroms du début du Xxe siècle les obligent à s'enfuir précipitamment pour échapper à la violence exercée sur les juifs. Après un voyage difficile ils se réfugient à Vienne et se reconstruisent de nouveau une vie confortable. Puis la première guerre mondiale éclate, David ne pouvant se résoudre à combattre, déserte son poste et s'exil à New York. Isaac décède peu de temps après, Leah et Batsheva vont donc rejoindre David aux Etats Unis. Et c'est reparti pour de nouvelles aventures, David « prend la place de son père » et veille sur sa soeur et sa mère. Rêvant d'écrire des scénarios pour le cinéma, il trouve un emploi et déménage en Californie. La famille Mendelson participe ainsi à la naissance du cinéma sur les collines d'Hollywood. Le deuxième volume retrace les années 1930-1965. Dans ce deuxième tome on découvre que David séparé de sa femme, rentre à New York avec ses deux fils et devient journaliste. Leah et Betsheva restent à Hollywood. Mariés, devenus parents, la vie continuent avec ses lots de bonnes ou mauvaises surprises. La saga Mendelson est une histoire vraie, cette saga d'une famille au destin hors du commun est passionnante et c'est avec plaisir que l'on suit leurs aventures. Fabrice Colin a travaillé comme un journaliste, ami proche d'un membre de la famille, il a interrogé chacun des personnages toujours en vie et a écrit cette trilogie à partir des témoignages ainsi recueillis.

dibou
28/07/10
 

Les exilés Entre 1895 et 1929, l’auteur relate, dans ce premier tome de la saga des Mendelson, la vie d’une famille juive, contrainte à l’exil à Vienne puis en Amérique.Livre original par sa forme (le récit est ponctué de documents et témoignages sous toutes les formes). Les personnages sont directement ancrés dans l’histoire du début du 20ème siècle.

Moi qui ne suis en général pas très attirée par les sagas, je me suis cependant laissée tenter par Lily qui m'a proposé de lire ces livres, et je ne le regrette pas ! J'ai dévoré les deux tomes en un temps record et me suis passionnée pour cette famille assez hors du commun. L'auteur, Fabrice Colin, a rencontré quand il était tout jeune une jeune fille avec laquelle il a sympathisé, qui lui a ensuite présenté plusieurs autres membres de sa famille. Il a été impressionné par les récits du passé qu'on a pu lui faire au fil des rencontres, à tel point qu'il s'est véritablement passionné pour l'histoire de cette famille et qu'il a décidé, avec son accord, d'en retracer l'histoire. C'est donc une histoire vraie que nous avons ici, un récit de faits réels émaillé de témoignages, documents et photos.Et c'est passionnant de bout en bout ! L'histoire débute au début du siècle et nous croisons bon nombre de personnages célèbres que les différents membres de la famille ont rencontré de près ou de loin. Nous sommes donc en même temps plongés dans l'Histoire de l'Europe, puis dans celle des Etats-Unis quand la famille émigre, et dans les destins des uns et des autres, qui ne sont pas des destins courants, loin s'en faut. Un livre à lire, donc !Je suis juste un peu étonnée que ce livre soit classé en jeunesse, car je pense qu'il faut avoir au moins une quinzaine d'année et un peu de culture historique pour en saisir tout l'intérêt et arriver à se passionner pour cette famille et les différents contextes historiques dans lesquels elle évolue. Liliba

liliba
29/06/10
 

Pour reconstituer l’arbre généalogique des Mendelsson, et pour disposer des sources documentaires et des détails sur la vie quotidienne de la famille, Fabrice Colin et Doris Mendelsson ont analysé les témoignages de Leah, la mère de Doris, enregistrés de son vivant et le journal intime de David, le frère de Leah.Les deux enfants d’Isaac l’horloger et de Batsheva –Leah et David – vivaient heureux avec leurs parents à Odessa jusqu’en 1905, l’année des hostilités antisémites. Le pogrom obligera la famille à fuir à travers la Russie, la Pologne, la Roumanie et la Hongrie et à s’installer à Vienne pour y commencer une nouvelle vie.Grâce aux relations de David qui avait fait des études d’art, Leah côtoie de nombreux artistes. Mais la guerre éclate et David est mobilisé : il devient peintre militaire. En 1916, avec quelques compagnons, il déserte et part pour New York où sa mère et sa sœur le rejoignent (Isaac est mort). Tous les trois s’installent à Hollywood. David et Leah fondent leurs propres familles…Une chronique familiale en 3 volumes conditionnée par l’histoire, la tradition et la religion.

Bogusia
18/03/10
 

« Nous ne sommes pas venus au monde pour être heureux, Nous sommes venus au monde pour vivre et c'est ce que nous avons fait, et c'est ce que je m'acharne à faire encore aujourd'hui, farshtaist* ? »*compris ? « Ce livre relate le destin d'une famille : les Mendelson, dont l'histoire, cinq générations durant, s'est confondue avec celle du vingtième siècle ». Aucun autre résumé ne peut égaler celui de Doris Mendelson.Une lecture qui nous plonge dans l'histoire incroyable de cette famille durant les années 1895 à 1929. Incroyable au sens propre car si un tel roman existait, autant vous dire que l'on accuserait son auteur d'en faire des tonnes. Peut-être est-ce pour cette raison que Fabrice Colin a choisi de raconter les évènements à la manière d'un documentaire ce qui m'a passablement déboussolée dès les premières pages. Une fois ce fait compris, j'ai été complètement happée et malgré la dureté du contenu, les pages se sont tournées sans que je m'en aperçoive.J'ai été émue, impressionnée, triste, en colère, fascinée, empatique. J'ai découvert un autre regard sur l'Histoire et les pages que j'ai le plus cornées sont étrangement celles qui m'ont parfois dérangées parce qu'elles interrompaient le récit qui me captivait. L'interview de Leah Mendelson, une femme dont j'envie presque Fabrice Colin d'avoir connu, est pourtant le fil conducteur.J'ai apprécié les documents dosés avec intelligence comme par exemple les extraits du journal intime de David Mendelson ou encore la photo de la première Cérémonie des Oscars dont la durée fut de 15 minutes. De nombreux passages nous interrogent, particulièrement ceux qui relatent l'improbable et impossible amitié entre Adolf Hitler et David dont ce dernier écrira le 14 juin 1910: « Je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi volontaire. Le problème, c'est qu'il ne sait pas encore très bien quoi faire de cette volonté ».Une trilogie qui représente 10 ans de travail et qui devraient être sur vos étagères. Non pas par devoir de mémoire mais parce qu'elle nous décrit avec humilité la destinée d'une famille exceptionnelle et tout simplement ... parce qu'elle le vaut bien.

Theoma
01/12/09
 

Des histoires dans l’Histoire La saga Mendelson est une trilogie au cours de laquelle nous suivons le parcours et les péripéties des membres d’une famille juive, les Mendelson, véritables témoins de l’Histoire du XXème siècle. Entremêlé de témoignages, coupures de presse, photographies d’époque, le récit avance comme un documentaire. Excellent conteur, Fabrice Colin qui est ici son propre narrateur, a fini par préciser qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre de fiction tant on se prend au jeu des tumultes et autres passions.Les événements historiques qui jalonnent les trois volumes sont relatés de façon très pédagogique.La trilogie s’essouffle un peu au troisième tome où les épisodes se succèdent un peu trop parfaitement, où l’auteur recherche également trop systématiquement la petite histoire dans la Grande.Cette saga n’en demeure pas moins très réussie, parfaite pour les adolescents friands de romans historiques mais elle ne rebutera pas pour autant les autres car on s’attache très vite, comme dans une série télé, aux personnages

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Premier tome de la trilogie des Mendelson, cette épisode nous retrace la vie d'une famille juive de 1895 a 1929. On fait connaissance avec eux a Odessa où le père horloger permet a sa famille de mener une vie paisible. Mais en 1905 des progroms visant les juifs font basculer leur existence dans la crainte, leur père décide que lui et sa famille doivent fuir et se réfugier a Vienne en Autriche. Commence pour cette famille une vie et un destin étonnant qui vont se heurter a l'Histoire tumultueuse de cette période.C'est un livre construit comme une enquête qui raconte une vie supposée réelle d'une famille juive, ce qui m'a un peu déstabilisé car j'avais beau savoir que ce livre est un roman, la construction comme un témoignage m'a fait me demander plusieurs fois ce qui pouvait être vrai et ce qui a été inventé. Ce livre adressé a des adolescents n'avertit pas assez clairement qu'il est une fiction et ce qui m'a fait tiqué (un peu) c'est le passage où l'auteur nous parle d'Hitler pendant sa jeunesse et en fait un ami d'un des membres de la famille ce qui peut faire penser au jeune lecteur que ces faits se sont réellement passés. Ces quelques petits griefs émis, il n'en reste pas moins que ce premier tome est très intéressant et nous plonge parfaitement dans le quotidien d'une famille juive pendant cette période troublée. Bien écrit et doté d'une intrigue parfaitement rythmé, ce premier tome se lit d'une seule traite et avec beaucoup de plaisir. Et cerise sur le gâteau, en plus d'être parfaitement documenté, ce livre nous propose un côté didactique bien venu qui permet aux jeunes lecteurs de bien comprendre le contexte historique.Un premier épisode qui donne envie de lire la suite. http://desgoutsetdeslivres.over-blog.com/

Zembla
27/11/13
 

L'auteur prétend avoir réuni (c'est en fait une fiction) les archives et recueilli les témoignages de quelques membres d'une famille juive pour dessiner la "saga Mendelson" entre 1895 et 2000.Dans ce premier opus, nous suivons Isaac Mendelson - horloger talentueux et reconnu - sa femme et leurs deux enfants David et Leah. Ils vivent d'abord en Russie, à Odessa. Les pogroms les contraignent rapidement à fuir, et après un interminable voyage à travers les montagnes où ils braveront le froid, la faim, les loups, ils parviendront enfin à Vienne. Ils ne s'arrêteront pas là pour échapper à l'antisémitisme ambiant et déjà terriblement menaçant...La richesse et la diversité des documents présentés (extraits de journaux intimes, photos, interviews...) rendent cette saga passionnante et très agréable à lire. Le rappel des contextes économiques et politiques, les anecdotes autour de quelques personnages célèbres (Hitler, Egon Schiele, etc.) ajoutent un intérêt historique à la découverte de cette famille attachante, au destin hors du commun.Il s'agit d'une série pour adolescents. Vu les connaissances historiques requises - même si elles sont bien rappelées - je ne conseillerais pas cette trilogie avant quinze ans. Canel

Canel
11/11/13
 

"Ce livre relate le destin d'une famille: Les Mendelson, dont l'histoire, cinq générations durant, s'est confondue avec celle du vingtième siècle." Le tome 1 de cette saga est intitulé "les exilés" car la première génération, l'horloger Isaac, sa femme Basheva et leurs enfants , David et Leah devront successivement fuir Odessa puis Vienne avant de se réfugier aux Etats-Unis où certains d'entre eux participeront aux premiers pas du cinéma, art encore balbutiant.Ils sont exceptionnels les Mendelson, tant par leur propension à affronter avec énergie les tourments de l'Histoire que par leur capacité à rebondir, aussi bien dans leur vie privée que dans leur vie professionnelle. La variété des documents (photos, fac-similés de lettres) ajoute encore au plaisir de lecture en renforçant l'impression de réel . Les entrevues que le narrateur a eues avec certains des Mendelson permet également d' "aérer" le récit qui, fait rare dans un roman historique, parvient à établir un juste équilibre entre les informations nécessaires à la compréhension du contexte, et la narration proprement dite. Trop souvent en effet, le lecteur, dans ce type de roman se trouve saturé de détails qui entravent son plaisir.Ce n'est pas le cas ici, la fiction étant dotée d'une structure souple , sans être lâche, qui laisse la part belle à l'imagination .Le lecteur est ainsi happé par un récit qui ne ménage pas les rebondissements , tout en brossant le portrait d'individus aux personnalités fortes et variées. On croise également au passage un certain peintre raté dont le prénom est Adolf ou ,plus plaisant, Louis B. Mayer , grand producteur de cinéma.J'ai pris un plaisir fou à dévorer ce roman et pourtant la partie n'était pas gagnée d'avance: seul le nom de Fabrice Colin* m'avait décidée car je n'éprouve pas de goût particulier, loin s'en faut , ni pour les sagas, ni pour les romans historiques d'ailleurs. Je me suis d'ailleurs surprise à différer la lecture de la fin de premier volume , pour mieux la savourer et attend déjà avec impatience la sortie du 2 ème volume en novembre 2009 ! cathulu

cathulu
24/12/12
 

Le style est original et journalistique : Fabrice Colin se présente comme un ami de la famille qui a voulu, « narrateur objectif », raconter son histoire, à partir de journaux intimes, de lettres, cartes postales et photographies, mais aussi de témoignages, d’interviews et de recherches sur le terrain. S’ensuit un récit chronologique morcelé en différents types narratifs, qui crée un puissant effet de réalisme documentaire. Même rendus de façon externe, les personnages sont fouillés, à la fois volontaires et torturés, poussés, comme beaucoup d’émigrés, par une soif de vie impressionnante. A lire d’urgence, pour le plaisir de la lecture ! Un troisième tome de cette incroyable et formidable saga est en préparation.

Un premier tome d'une saga familiale de juifs exilés aux USA avec la première Guerre Mondiale. Une très belle découverte avec des faits historiques véridiques ou plus fictifs mais toujours bien décrits! Les personnages sont bien campés et Fabrice Colin nous fait entrer dans des univers particuliers et changeants. Tome 2 & 3 à lire!

deedoux
02/01/12
 

A partir d'archives personnelles et d'interview, Fabrice Colin nous fait découvrir en 3 volumes l'histoire d'une famille juive tout au long du XXème siècle. Témoins des grands évènements historiques, nous découvrons tour à tour les membres de ce clan atypique. Mêlant anecdotes familiales et faits historiques, nous plongeons au coeur de leur vie. Totalement embarquée dans le premier volume (plus romancé), la succession des interviews et des évènements m'a peu à peu lassée dans le troisième volume. Une saga à faire découvrir aux grands ados !

floaimelesmots
17/08/11
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.38 kg

Dans la même catégorie