La separation

PRIEST, CHRISTOPHER

EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 21/04/05
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Que s'est-il réellement passé dans la nuit du 10 au 11 mai 1941, cette nuit oú rudolf hess s'est envolé d'allemagne pour négocier la paix avec la grande-bretagne ? son avion a-t-il été abattu par la luftwaffe ? hess a-t-il réussi sa mission sans en informer adolf hitler ? et pourquoi, dans certains documents d'archives, la guerre semble-t-elle s'être prolongée jusqu'en 1945 ? c'est à toutes ces questions que va tenter de répondre l'historien stuart gratton ; notamment
en s'intéressant au destin exceptionnel de deux frères jumeaux, joe et jack sawyer, qui ont rencontré hess en 1936 aux jeux olympiques de berlin. Dominant sans partage un territoire délimité, du côté de la littérature générale, par les vestiges du jour de kazuo ishiguro, et du côté de la science-fiction par le maître du haut château de philip k. dick, la séparation a été récompensé par le british science fiction award et le arthur c. clarke award.
5 personnes en parlent

Plus un roman qu'un récit fantastique, ce livre m'a laissé perplexe pendant toute sa lecture mais une fois fini, en prenant le temps d'y réfléchir, le tout est bien amené et l'ensemble est cohérent, même si on s'en rend compte peut-être qu'à la fin, c'est sans doute le charme du livre et la volonté de l'auteur qui, à l'instar d'un des héros, veut que le lecteur soit perdu, ses repères chamboulés et ne puisse plus vraiment distinguer la réalité de l'alternative temporelle. De ce côté là c'est bien écrit et bien fait. Et surprenant !

fzilbermann
13/01/09
 

J'avais lu la chronique d'AcrO il y a quelques temps, ainsi que quelques autres par-ci par-là. Alors, malgré la référence au Maître du Haut Château qui me faisait un peu peur, je me suis lancé. Et la comparaison avec l'oeuvre de Philip K. Dick est justifié. Malheureusement pour moi, qui en garde quelques réticences.Tout d'abord, il me faut parler de la structure du récit. Tout commence en 1999, avec Stuart Gratton, historien et auteur, qui s'intéresse à un dénommé Sawyer qui aurait eu un impact pendant la seconde guerre mondiale. Le roman comporte deux petites parties avec Stuart Gratton, qui permettent d'introduire et de justifier la présence des autres éléments du récit, qui sont des mémoires et des extraits d'autres livres. C'est très intelligent, car ça donne un véritable liant à l'ensemble. Je ne pense pas que cela fonctionnerait aussi bien sans cela.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
29/10/15
 

Puissante histoire alternative, machiavélique leçon d’écriture, de doute et de dualité des possiblesDésormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/04/16/note-de-lecture-la-separation-christopher-priest/

Charybde2
16/04/14
 

La Séparation est une uchronie sur la Seconde Guerre Mondiale. Jusqu'ici, rien de bien original, c'est un des points de divergence les plus populaires, si ce n'est le plus populaire. Cependant je vous rappelle que l'auteur est Christopher Priest et que sa plume est unique.Au début du roman, un historien enquête sur un mystérieux J. L. Sawyer qui aurait eu un rôle décisif dans la guerre. Cependant certains éléments qu'il découvre sont contradictoires.Nous faisons ensuite la connaissance de Jack et Joe Sawyer, des jumeaux champions d'aviron, partant pour les JO de Berlin. Ils sont très différents et vont vivre ce voyage dans l'Allemagne nazie de façons complètement opposées. Ils en ramèneront le souvenir d'une rencontre avec Rudolf Hess. Ils sauveront aussi Birgit, une jeune juive, en la sortant du pays. Leurs vies vont ensuite se croiser et s'entrecroiser."La guerre simplifie les choses ; elle balaye une multitude de petits problèmes pour les remplacer par de grandes inquiétudes."Lorhkan soulignait dans sa chronique le côté Dickien et onirique de cette uchronie. Je ne peux que plussoyer. La réalité est floue. Vraie vie ou hallucination, vérité ou mensonge, Priest nous balade d'un bout à l'autre de son récit. La proposition de paix de Hess est-elle réelle ? Hitler est-il d'accord ou Hess agit-il de son propre chef ? J'ai adoré ça !Ce qui m'a frappée, c'est que tout ce livre tourne autour du "deux" : le double (les jumeaux, mais aussi... je ne peux pas tout dire !), l'autre, la dualité (questionnement sur la guerre), les oppositions, la guerre et bien sûr la séparation. Il m'est difficile d'évoquer l'histoire sans révéler de points importants. Alors chut, vous me croirez sur parole."Je suis intimement persuadé que la guerre est un mal, si bonne qu'en soit la cause. Je suis également persuadé que si on mène une guerre dans un but honorable, par exemple avec l'intention de forger une société de paix, la guerre provoque par nature tant de morts et de destructions qu'elle rend son propre but inaccessible."Reste une chose qui me chiffonne toujours et m'a empêché de profiter pleinement de cette uchronie : ma méconnaissance de nombreux détails historiques... Je ne peux m'en prendre qu'à moi-même et j'ai eu plusieurs fois envie de consulter une encyclopédie. Quoiqu'il en soit, cela n'a que très peu entamé mon plaisir de lecture.A noter : je trouve la couverture Folio SF très bien fichue !En résumé, dans La Séparation, Priest explore l'âme humaine et questionne la guerre avec brio. Une uchronie qui m'a emballée du début à la fin, un roman marquant. LuneCe n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.

LunePapillon
18/05/13
 

A partir d'un fait réel tiré de l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, -la tentative insensée et vouée à l'échec du dignitaire nazi Rudolph Hess d'aller offrir la paix au Royaume-Uni seul à bord d'un avion volé-, Christopher Priest interroge l'Histoire et notre perception de la réalité: et si nous vivions sans le savoir dans un monde où Hess était parvenu à ses fins ? Une uchronie classique déviderait ici l'écheveau imaginaire d'une réalité alternative à partir de cette bifurcation historique. L'ambition de La Séparation est toute autre: faire se dérouler des évènements contradictoires, mêlant faits historiques et pures fictions au coeur d'une même temporalité, faire naître le doute et l'égarement au sein d'une narration où le réel se dédouble à l'infini et jusqu'au vertige sans jamais que la cohérence du tissu romanesque ne se déchire. Car la grande force de Christopher Priest est d'avoir opté pour une langue classique, presque austère au service d'une structure complexe mais linéaire : son talent est de savoir y combiner plans de réalité multiples au sein d'un récit d'une homogénéité et d'une unité remarquables.Sans recours au surnaturel, La Séparation s'appuie ainsi sur des procédés purement littéraires pour séduire et entraîner le lecteur dans une entreprise de confusion volontaire absolument unique.On s'étonnera d'ailleurs toujours du silence relatif entourant l'oeuvre de Christopher Priest, qui, toute originale qu'elle soit, s'inscrit dans une lignée assez aisément identifiable.On pensera ainsi inévitablement au Philip K. Dick du « Maître du Haut-château », auquel Priest reconnaît devoir une partie de son héritage littéraire, mais le lecteur attentif saura aussi entendre les profondes résonnances borgésiennes omniprésentes dans La Séparation: jeux de miroirs entre langage et réalité, confusion des identités, maniement savant et incessant du paradoxe...Une expérience exigeante, pour tous lecteurs littérairement aventureux.

Maynard
25/06/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.80 cm
  • Poids : 0.46 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition