La servante insoumise

HARRIS, JANE

livre la servante insoumise
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 12/02/09
LES NOTES :

à partir de
23,30 €

SYNOPSIS :

Ecosse, 1863. Fuyant une mère indigne et un passé sordide, la toute jeune bessy buckley trouve dans un manoir aussi isolé que délabré, une place de servante auprès de la ravissante lady arabella reid, jeune femme hypersensible - obsédée par la mort de nora, son ancienne employée - et excentrique : elle demande à bessy de noter dans un carnet ses pensées les plus intimes. tandis que ces deux êtres esseulés vont nouer une relation tendre et complexe, bessy découvre les sombres secrets d'arabella, qui perd peu à peu la tête. Dès lors les rôles s'inversent. la jeune fille devient la mère qui veille sur sa maîtresse
comme sur une enfant fragile. décrivant tour à tour les bas-fonds des grandes villes et les moeurs étriquées ou débauchées des notables écossais, dans un style alerte et avec une gouaille inimitable, cette zazie au grand coeur nous livre un petit chef-d'oeuvre d'humour et de suspense. a l'instar de son héroïne, jane harris est née en irlande, a grandi à glasgow en écosse et a poursuivi ses études à l'université d'east anglia. Elle est l'auteure de courts-métrages et de nouvelles abondamment publiées. son premier roman, la servante insoumise, a été accueilli par une critique anglo-saxonne enthousiaste.
3 personnes en parlent

Wouuu ! J'ai terminé ce livre "hier soir" et je voulais vraiment faire une critique alors que j'avais encore un souvenir précis et frais de ce roman.Je dois dire que j'ai été surprise car je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire et finalement, je dois avouer que je n'ai pas du tout été déçue. Bien au contraire, ce livre a été une bonne surprise.Petit info très importante : Ne vous fiez pas au titre, il n'est absolument pas représentatif du livre. Le titre anglais : The Observations est bien plus représentatif de l'histoire qui compose ce roman.Je dois dire que j'ai, dans un premier temps, été un peu surprise par l'écriture du livre. J'ai plutôt l'habitude de lire des livres bien écrits avec de belles phrases alors qu'ici, l'héroïne écrit comme elle parle. Elle s'en excuse d'ailleurs à plusieurs reprises car il arrive qu'elle s'adresse directement à son lecteur. Cela m'a un peu désarçonné au début et finalement, je m'y suis habituée. De plus, son langage s'améliore peu à peu, en même temps qu'elle évolue elle-même dans le livre. Le langage est parfois crû car elle n'évoque pas toujours des choses faciles mais en soi, ce n'est en rien choquant car cela rend les choses plus tristes mais surtout plus réelles et permettent d'une certaine façon, de mieux ressentir ce qu'elle-même a dû éprouver dans ces moments-là.Je dois également avouer qu'au début du lire, ce livre m'a totalement étonnée, l'héroïne est spéciale, peut-être un peu exaspérante car pas comme les héros et héroïnes de d'habitude. Sa vie n'a pas été rose, elle n'est pas sans reproche, parfaite ou quoique ce soit. Elle est simplement humaine mais fait parfois preuve d'une maturité qui démentit son âge. Elle est également très humaine et au fur et à mesure du récit, de plus en plus attachante et émouvante. J'ai également apprécié le fait qu'elle « grandisse ». Elle travaille sur elle-même afin de s'améliorer.Si la plupart de l'action se passe dans le manoir où elle a été engagée comme servante, il n'en reste pas moins, qu'elle parle également de sa propre vie, de son passé à elle et enfin, du présent, de ce qu'elle est devenue à l'heure où elle écrit ce récit. L'histoire est dotée d'un bon rythme, l'auteure jongle assez facilement entre l'histoire principale et le récit du passé de l'héroïne.Les personnages sont variés mais seuls les personnages principaux marquent notre esprit, nous ne sommes pas embrouillés de cette façon et ça rend l'histoire d'autant plus facile à comprendre. Après tout, elle ne tourne vraiment qu'autour de 2 personnages : Bessy (l'héroïne principale et la narratrice de cette histoire) et Arabella (sa maitresse).J'aime beaucoup l'évolution du livre. Des indices sont semés par-ci, par-là, des choses suspectes se sont passées. Arabella est étrange. Parfois gentille, parfois méchante. Elle est très versatile et l'on se demande parfois pourquoi. Néanmoins, ces comportements trouvent ensuite une explication logique. Et si on peut, à certains moments, la trouver inhumaine, méchante; elle se révèle, à la fin, être un personnage bien plus complexe et plus humain que l'on pouvait l'imaginer. J'ai énormément apprécié cette lecture et je vous la conseille vraiment. Je pense malgré tout qu'elle ne s'adresse pas à un public jeune car elle traite de sujets difficiles. Néanmoins, c'est une histoire humaine et touchante. Les personnages dans toute leur complexité sont tendres à leur façon. De plus, on ne tombe pas dans la niaiserie ou dans le conte de fée. Les personnages ont souffert, ils restent des marques. Finalement, c'est un récit très réaliste que nous livre cette auteure. Vous l'aurez compris, j'ai vraiment passé un très bon moment ! C'est une très bonne découverte, je suis vraiment contente d'avoir pu le lire car ça faisait un bon bout de temps qu'il m'intriguait !

Lynne
06/06/12
 

Rédigé comme le journal de la jeune Bessy, ce roman est une lecture plaisante et forte à la fois. On suit avec intérêt la relation étrange entre cette servante, au ton si franc et incorrect, et sa maîtresse, belle et gracieuse dame aux mystérieuses habitudes. Menée tambour battant, cette histoire tiendra les lecteurs en haleine.

Après en avoir lu et entendu beaucoup de bien, j'ai eu envie de me procurer ce premier roman de Jane Harris qui paraissait rassembler une partie des ingrédients de ces récits à l'ambiance toute victorienne qui me plaisent tant. Une excellente acquisition parce que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et le récit de Bessy et de sa vie de servante au manoir, raconté avec franchise et naïveté, a été un vrai plaisir du début à la fin.Les premières pages s'ouvrent donc sur Bessy, jeune irlandaise et narratrice des évènements qui surviennent, désoeuvrée, seule et ne possèdant en tout et pour tout que les vêtements qu'elle porte. Qui est-elle, d'où vient-elle ? On l'ignore et les quelques détails de son passé qu'elle relate bien à contre-coeur nous permettent seulement d'imaginer le calvaire qui fut le sien dans le passé, auprès d'une mère immorale qui l'a poussé à accepter la pire des situations. Elle erre sur les routes d'Ecosse à la recherche d'un emploi et tombe sur le manoir de Castle Haivers où Lady Reid la prend à son service. Les choses semblent s'améliorer pour elle puisqu'elle trouve cette place de domestique, et bien que le domaine semble un peu à l'abandon dans cette région désolée de l'Ecosse où les puits miniers prolifèrent, sa nouvelle condition lui convient. D'ailleurs, sa "maîtresse", comme elle se plaît à l'appeler, lui montre beaucoup de sympathie et n'hésite pas à lui fournir tout ce qui lui manque. Pourtant, très vite, la jeune fille va se rendre compte que Lady Reid est une personne étrange, instable, lunatique, certains jours adorable et portée aux confidences, d'autres jours exécrable, la soumettant à ses lubies, l'obligeant à exécuter toutes sortes de tâches qui n'ont pas le moindre sens. Son comportement va devenir de plus en plus obscur et incompréhensible à Bessy. Arabella est de plus, obsédée par sa précédente servante, Nora, dont le décès semble toujours la bouleverser. Malgré tout, la jeune servante se plie à toutes les exigences de sa maîtresse, sans en comprendre réellement les motifs, allant jusqu'à rédiger un journal sur la demande de celle-ci afin d'y consigner ses pensées et ses activités de la journée.Bessy déroule le fil de sa vie depuis sa rencontre avec Lady Reid au manoir de Castle Haivers. Elle parle de son emploi de servante sur le domaine et de l'incroyable tendresse qui va la lier jusqu'au bout à Arabella Reid, malgré la personnalité inquiétante de celle-ci. Peu à peu, elle lève le voile sur son propre passé et révèle les mystères qui entourent la mort prématurée de Nora, servante avant elle au domaine de Castle Haivers. Les personnages rencontrés sur les terres du domaine, dans les ruelles de la ville proche et au fond des gargotes où s'attroupent les mineurs, apportent une touche très colorée. Les caractères les plus divers se croisent autour d'une Bessy de plus en plus curieuse de connaître les évènements qui ont eu lieu avant son arrivée.http://tranchesdelivres.blogspot.com/2011/05/la-servante-insoumise-jane-harris.html

un flyer
22/05/11

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.60 cm
  • Poids : 0.53 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : GEORGES-MICHEL SAROTTE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition