La seve et la cendre

DUBOS, ALAIN

livre la seve et la cendre
EDITEUR : PRESSES DE LA CITE
DATE DE PARUTION : 20/01/99
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
18,90 €

SYNOPSIS :

" - je vous envie d'être aussi forte, lui dit maylis. Ne prenez pas ce que je vous dis en mauvaise part, mais c'est vrai, je suis vraiment désireuse de vous revoir, dans des circonstances un peu plus calmes, peut-être. je sais ce que vous faites, comment vous vivez. j'aimerais tant vous aider. Madeleine se tourna vers elle, lut l'anxiété dans ses yeux, parvint à sourire. - oh, je ne suis pas si forte que ça, mais j'ai l'habitude de m'en sortir seule, dit-elle d'une voix lasse. Comme vous, je
crois. - non, murmura maylis en la regardant s'éloigner. " tout sépare maylis savayran, héritière en 1923 d'une distillerie de résine en pays landais, de madeleine darribats, métayère et pionnière du syndicalisme paysan. toutes deux passionnées, modernes, se croiseront ou s'affronteront sans haine. Autour d'elles, les restes douloureux de la guerre, les appétits d'argent, de puissance, constituent avec la forêt landaise et son rivage atlantique le décor de ce roman riche en rebondissements.
1 personne en parle

Maylis, héritière d'un grand domaine et d'une usine de distillation, est une orpheline qui ne parvient pas à faire le deuil de ses parents. Alors qu'elle n'était qu'une petite fille, elle a miraculeusement survécu à l'accident qui leur a coûté la vie. Recueillie par son oncle et sa tante, sujette à des accès de mélancolie, elle grandit sans que ses interrogations sur les causes de cet accident reçoivent de réponse. Sa famille s'empresse de la marier à un gros blaireau, amateur de prostituées et de corridas. Lorsque Maylis réalise quel homme abject elle a épousé, elle décide de secouer le joug conjugal et de se réfugier dans sa maison natale. C'est pour elle l'avènement de l'âge adulte : consciente des responsabilités qui lui incombent, la jeune femme prend en main la direction de l'usine, et assume aussi son rôle vis-à-vis de ses métayers. Ces derniers, selon un usage remontant au Moyen Âge et non encore aboli, sont soumis au servage, c'est-à-dire qu'ils doivent s'acquitter de corvées annuelles auprès de leur propriétaire et lui reverser une partie des produits de leur ferme. Maylis décide de délier ces métayers de cette survivance des temps féodaux, ce qui lui vaudra l'inimitié d'autres possédants, aversion renforcée par les mesures sociales qu'elle met en oeuvre au sein de son usine. Cependant, son sens de la justice et l'humanité dont elle fait preuve envers les "petites gens" lui attirent le respect de ces derniers, et l'estime de Madeleine, une paysanne instruite au caractère bien trempé qui milite pour les droits des travailleurs pauvres. Mais, si leurs luittes se rejoignent, une véritable amitié sera-t-elle possible entre ces deux femmes ? La famille de Madeleine serait-elle liée, d'une façon ou d'une autre, au mystère qui entoure la mort de ses parents ?

Schlabaya
17/08/10

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.55 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition