La societe des jeunes pianistes

BJORNSTAD-K

livre la societe des jeunes pianistes
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 27/02/08
LES NOTES :

à partir de
7,10 €

SYNOPSIS :

la société des jeunes pianistes, c'est le nom que s'est donné un groupe d'adolescents passionnés, à oslo, à la fin des années 1960. a la fois amis et rivaux, ils ont en commun l'amour de la musique ; pourtant, un seul remportera
le concours du " jeune maestro ". tous vont subir une terrible pression de leur entourage, mais surtout d'eux-mêmes. la société des jeunes pianistes est un roman initiatique, grave et subtil, qui évoque le désir, la vie, la mort.
6 personnes en parlent

"Qui suis-je ? Un cornichon ignorant et perturbé qui essaie de se faire une place dans ce monde, qui n'a pas encore fait un seul choix décisif pour son avenir. Aucun de nous ne sait avec certitude ce que nous allons devenir, ce dans quoi nous sommes bons." Cette citation représente pour moi vraiment l'impression que j'ai eue tout au long de ma lecture... Bien loin de ce que laisse espérer la présentation de l'éditeur, ce roman m'a paru long et plutôt insipide. Le style est pourtant agréable à lire et l'histoire me tentait beaucoup : la musique, le piano, des jeunes qui cherchent leur voie, une passion commune... Mais le héros de l'histoire est vraiment peu attirant. Même si l'on comprend parfaitement qu'il puisse avoir du mal à trouver sa voie après le décès de sa maman et du fait d'un environnement familial pesant, qu'il peut être excusé parce qu'il est en pleine adolescence et qu'à cet âge-là, eh bien ce n'est pas qu'on soit vraiment ni très malin ni très bien dans ses baskets, je l'ai trouvé désagréable, amer, lâche, sans volonté profonde... bref une personnalité peu intéressante à laquelle on n'a pas très envie de s'intéresser... Dommage...Un détail : jamais dans un livre je n'ai vu un héros vomir autant ! Je ne sais pas si c'est habituel aux adolescents norvégiens, mais Aksel semble vomir toutes les deux pages... Peu ragoûtant ! Liliba

liliba
08/03/10
 

Ce livre a des accents mélancoliques. Il traite d'une jeunesse à contre courant, loin des stéréotypes de celle des années 70, période à laquelle se passe le roman.IL est question d'amours adolescentes, de sentiments évaporés, d'anoréxisme, de sacrifice de soi, de rapport entre jeunes adultes et leurs mentors, de sexualité, le tout sur fond de Chopin et de Munch.A trop vouloir en dire , l'auteur oublie certains de ses personnages qu'il laisse sur le côté alors qu'on voudrait en savoir plus sur eux.On sort de ce livre avec une impression étrange d'avoir un peu perdu son temps, peut être dûe à la lenteur, voulue, qui se dégage du texte..... JudithM

JudithM
20/10/12
 

Ce livre est un véritable coup de coeur ; je l'ai lu sur une journée.C'est froid, sans mélo, sans empathie particulière pour les personnages, et on sent le drame couver. J'ai été scotchée dès le début par cette écriture qui vous attrape par le col et vous guide au fil des pages sans même que vous vous rendiez compte de quoi que ce soit. Ensuite, il y a l'histoire fascinante de ce milieu bien particulier et impitoyable. J'ai été marquée par le décalage existant entre la vie « réelle » d'Aksel et sa vie de jeune pianiste prometteur. D'un côté il nage dans les difficultés, d'un autre il sent son cœur battre plus fort quand il pense aux possibilités de gagner sa vie grâce à sa passion. J'ai beaucoup aimé cette bouffée d'air pur, le plaisir de jouer, au milieu de cette atmosphère si angoissante. Les relations entre les jeunes pianistes sont également rafraîchissantes. Ils ont beau être rivaux, ils n'en restent pas moins des jeunes habités par la même passion et les mêmes ambitions qui se comprennent et s'épaulent. Cette fraternité est vraiment belle sans pour autant être idéalisée.J'ai quand même été un peu agacée par l'amour aveugle et inconditionnel d'Aksel pour Anja, personnage par ailleurs même pas sympathique.Ce roman est, d'une certaine façon, un roman d'apprentissage et il est vraiment intéressant de voir comment ces jeunes évoluent, comment ils deviennent des adultes dans le bon sens du terme, c'est-à-dire en prenant leurs vies en main sans pour autant se flétrir et renoncer à la part de rêve que devrait contenir toute vie...

mycupoftea
05/09/12
 

Oslo, fin des années 60. La famille Vinding se disloque après la mort tragique de la mère. Cette femme fantasque et perpétuellement insatisfaite, qui passait son temps à boire et à se disputer avec son mari, avait pourtant transmis à son fils Aksel sa passion pour la musique. Seul et perturbé, l'adolescent décide d'arrêter le lycée pour se consacrer au piano et à la préparation d'un concours de jeunes talents. Mais la concurrence est rude. Ils sont quelques uns à vouloir sortir vainqueur de ce concours. Aksel se sait doué mais est-il le meilleur? Et saura-t-il garder son sang froid lorsqu'il découvrira qu'Anja Skoog, la fille qu'il convoite en secret, est elle aussi une des participantes?Ambiance étrange et froide pour ce roman qui nous entraîne dans le monde des jeunes concertistes qui pensent, rêvent et vivent pour le piano. Leur quotidien c'est Beethoven, Vivaldi ou Ravel. Leurs idoles sont Arrau ou Rubinstein. Leur monde tourne autour de la musique, des grands compositeurs, des sublimes interprètes, des professeurs de renom. Tels les grands sportifs, ils s'entraînent et progressent dans la douleur. La musique devient une compétition où le moindre faux pas est fatal. Ils vivent leur passion au point de s'en rendre malade. Ce sont des adolescents, presque des enfants encore, et déjà ils ont des préoccupations d'adultes, doivent faire des choix cruciaux pour leur avenir et cela ne se passe pas sans drames.Chronique douce-amère, mélancolique et langoureuse, La société des jeunes pianistes se laisse lire avec lenteur et pourquoi pas un adagio de Bach en fond sonore...

un flyer
12/07/12

Le narrateur Aksel est un jeune pianiste de 16 ans, c'est sa mère qui lui a donné la passion de la musique et du piano. Le livre commence par le récit d'un drame : la mort de la mère du narrateur, lors d’une sortie familiale, elle se noie emportée dans le courant d'une rivière.Après ce décès, Aksel décide d'interrompre ses études scolaires pour s'adonner tout entier à sa passion, le piano. Il se réfugie dans la musique et prépare avec obstination le concours Jeune Maestro du Piano. Il espère ainsi pouvoir réussir dans la musique, commencer une carrière de pianiste professionnel. Autour de lui, Anja Skoog, Rebecca Frost, Margrethe Irene, Ferdinand sont également candidats puis finalistes ce même concours. Ils existent entre eux une compétition mais aussi du respect, leur amour commun pour la musique les réunissent et ensemble ils forment « La Société des Jeunes Pianistes ». Ils se soutiennent et s'encouragent. Ces adolescents sont également en train de devenir des adultes. Ils ont beaucoup de préoccupations : ils doivent réussir un concours, ils sont soumis à la pression de leur entourage famille ou professeurs, ils sont également confrontés à l'échec, Aksel doit vivre avec le deuil, il découvre l'amour, la passion amoureuse...Un très beau roman sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte. Sans être mélomane ou pianiste, j'ai lu avec beaucoup de plaisir l'histoire d'Aksel et ses amis.

Aproposdelivres
23/09/11
 

Personnellement j'ai un avis plutôt mitigé sur ce roman d'apprentissage, j' y ai trouvé du bon et du moins bon.Écrit à la première personne du singulier, ce ''je'' parfois assez agréable à lire devient sur d'autres passages plutôt lourd etpesant. Régulièrement je me suis retrouvée éloigné du roman, un peu comme si le narrateur ne voulait pas vraiment de moi. Je trouve également que certaines scènes auraient pu gagner en compréhension et en intensité si un narrateur autre avait fait son apparition. Après le décès de sa mère Aksel Vinding se réfugie dans la passion qu' il partageait tout deux, la musique. Il se consacrera tout entier, abandonnant ses études, à un seul but celui de devenir pianiste et de faire ses débuts sur la scène.C'est un merveilleux hommage rendu à la musique classique, l'auteur lui-même musicien et compositeur, nous fait partagé avec beaucoup d'émotion et de passion son univers. Les références sont nombreuses et je me suis souvent arrêtée de lire, juste pour écouter ou réécouter les morceaux cités. Rien que pour cet hommage, ce livre vaudrait le coup d'être lu.Ce livre n'a pas vraiment de fin, on ne sais pas vraiment ce que vont devenir Aksel et ses amis même si on peut parfois glaner de-ci de-là une idée ou deux.

Lacazavent
02/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.21 kg
  • Langage original : NORVEGIEN

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition