livre la tempete
EDITEUR : MERCURE DE FRANCE
DATE DE PARUTION : 01/10/74
LES NOTES :

à partir de
2,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

William shakespeare la tempête caliban sois sans crainte ! l'île est pleine de bruits, de sons et d'airs mélodieux, qui enchantent et ne font pas de mal. C'est quelquefois comme mille instruments qui retentissent ou simplement bourdonnent à mes oreilles. Et d'autres fois ce
sont des voix qui, fussé-je alors a m'éveiller après un long sommeil, m'endorment à nouveau ; -et dans mon rêve je crois que le ciel s'ouvre ; que ses richesses vont se répandre sur moi... a mon réveil, j'ai bien souvent pleuré, voulant rêver encore. (acte iii scène 2)
3 personnes en parlent

Dans cette tragi-comédie, Prospero, duc de Milan en exil sur une île en compagnie de sa fille Miranda, maître des éléments grâce à la magie, provoque le naufrage d'un navire qui compte à son bord Alonso, roi de Naples, son fils Ferdinand ainsi qu'Antonio, propre frère de Prospero et responsable de sa mise à l'écart...Cette pièce au ton mystérieux met en scène une histoire de réconciliation, de lutte contre les passions, au nom du bien et de l'équilibre.Il s'agit également d'une réflexion sur le pouvoir, la monarchie, le rôle du chef mais aussi sur la place du peuple asservi, son absence de liberté (notamment souligné avec le personnage de Caliban).L'île sur laquelle se situe l'action est comme un lieu en suspension, scène permettant l'expression et l'exposition des idées du dramaturge, endroit magique propice à la confrontation des passions humaines et à leur résolution. Maltese

Maltese
10/09/09
 

Acte 1 :Sc.1 : « Une tempête, le fracas du tonnerre, des éclairs ». La scène se passe à bord d’un navire, entrent le capitaine et le maître d’équipage qui luttent contre les éléments déchaînés, et sont importunés par les interventions du roi et de sa suite. Le navire commence à sombrer.Sc.2 : Sur une île, Prospero apprend à sa fille son passé : Duc de Milan et passionné de sciences, il avait confié le pouvoir à son frère, qui, allié au roi de Naples, fait un coup d’état. Prospero et Miranda sont abandonnés sur un radeau (Gonzalo leur amènera clandestinement vivres et lecture) et échouent sur une île déserte. Prospero y délivre un esprit, Ariel, fait prisonnier par l’ancienne maîtresse des lieux, la défunte sorcière Sycorax. Ariel devenu l’esclave de Prospero, espère que celui-ci lui rendra sa liberté après sa dernière mission, comme promit. Caliban, fils de Sycorax, vit également sur l’île et, malgré les efforts de Prospero pour l’éduquer, ne parle que pour maudire. Ferdinand, isolé et pensant être le seul rescapé du naufrage, est guidé par Ariel (sur l’ordre de Prospero) jusqu’à Miranda, dont il tombe amoureux. Mais Prospero ôte toute force au jeune homme et en fait son esclave. Acte 2 :Sc.1 : Dans une autre partie de l’île entrent le roi, sa suite, et d’autres naufragés. L’esprit Ariel les endort, seuls Sébastien et Antonio restent éveillés, ce qui leur donne l’idée de tuer le souverain, qui reprend ses esprits in-extremis grâce à Ariel.Sc.2 : Caliban, seul, peine à l’ouvrage et maudit Prospéro tandis que l’orage gronde quand survient un naufragé, Trinculo. Effrayé, le monstre s’allonge sur le sable et reste immobile tandis que l’homme, cherchant un abri, se glisse sous lui. Entre Stéphano, ivre et chantant à tue-tête : en découvrant les deux assoupis, il croit voir un monstre à quatre pattes, et qui parle sa langue. L’ivrogne projette de porter secours au monstre afin d’en faire cadeau au roi quand, entendant deux voix, il croit être en présence du diable. Les deux ivrognes finissent enfin par se reconnaître et racontent comment ils sont arrivés ici. Ils donnent du vin au monstre, qui se propose de leur faire visiter l’île. Trinculo le fait s’agenouiller et lui jurer fidélité, il se moque de lui et Caliban rétorque par des injures. L’idée du colonialisme est introduite par cette réplique de Stéphano, croyant le roi et son équipée morts : « C’est nous qui héritons de ces lieux ». Caliban est heureux de quitter Prospero et rêve de sa liberté. Acte 3 :Sc.1 : Devant la hutte de Prospero, Ferdinand peine à l’ouvrage quand Miranda, désobéissant de son père, le rejoint. Le jeune homme lui avoue être prince quand Prospero fait son apparition : Il les espionne afin de mettre à l’épreuve les jeunes gens, qu’il à pour dessein d’unir.Sc.2 : Caliban parle à ses deux nouveaux maîtres de Prospero, qu’Ariel, devenu invisible, défend, ce qui irrite le monstre. Celui-ci demande à Stéphano de le venger en prenant possession de l’île. Trinculo, ivre, est malmené par Stéphano qui croit que c’est lui qui parle. Caliban pense que Prospero n’est rien sans ses livres et complote de les lui voler, il promet Miranda à Stéphano en récompense. Mais Ariel rapporte ses projets à Prospero, qui lui demande de guider les traîtres jusqu’à lui.Sc.3 : Les naufragés déplorent la mort de Ferdinand tandis que Sébastien et Antonio reportent leur meurtre au soir même. Des esprits, dont Ariel, invitent le roi et sa suite à un banquet. Mais Ariel fait disparaître les mets et reprochent aux convives leur traîtrise, il leur apprend qu’ils sont sur l’île de Prospero et que celui-ci les maudits. Prospero, plus tard, félicite Ariel de la réussite de sa mission. Acte 4 :Sc.1 : Devant la hutte de Prospero, entrent Ferdinand et Miranda : Le vieillard promet sa fille au jeune homme, lui confiant qu’il l’avait mis en esclavage dans le seul but de tester son amour. Prospero demande à Ariel de rassembler tous les naufragés, pour lesquels quelques nymphes et déesses (dont Iris, Cérès ou Junon) font un ballet et donnent leurs bénédictions aux fiancés. Puis, après un bruit étrange, toute l’illusion s’évanouit. Prospero, se rappelant le complot ourdi contre lui par Caliban et les deux ivrognes, se rend invisible. Les trois traîtres font leur entrer et s’émerveillent devant les atours et les richesses du maître de l’île, qu’ils décident de voler. A ce moment, Prospero et Ariel font apparaître des chiens de chasse qu’ils excitent contre les voleurs, qui prennent la fuite. Acte 5 :Sc.1 : Devant la grotte, entre Prospero vêtu de son costume de magicien, accompagné d’Ariel. Prospero décide de vaincre sa colère et renonce à sa vengeance : il ordonne à Ariel d’éveiller les naufragés. Alonzo fait ses excuses à Prospero, qui remercie Gonzalo de sa fidélité. S’ensuit une émouvante scène de reconnaissance entre Alonzo et son fils. Ariel, à la demande de Prospero, délivre Caliban et ses acolytes, après avoir remis le navire en état. Prospero convie tout le monde à dormir chez lui, afin de leurs raconter ses aventures. Il rend sa liberté à Ariel qui prend son envol (âme) et renvoie Caliban dans sa grotte (métaphore de la mort du corps), puis projette de rentrer à Naples. La pièce se clôt par un épilogue de Prospero.

sovane
16/04/15
 

Ayant vu la pièce deux fois et l’ayant adoré, il me fallait absolument la lire. La préface m’a refroidie. La lecture de la pièce elle-même n’a pas non plus été aussi idyllique que je l’espérais. J’ai apprécié la langue de Shakespeare mais l’histoire en elle-même m’a plutôt barbée. Je préfère ses tragédies. La mort donne plus de force à l’intrigue. "La tempête" est une pièce tragi-comique. Sur scène, l’aspect comique ressortait très bien et j’avais comme souvenir une pièce drôle et enlevée avec, néanmoins, un aspect légèrement sombre en arrière-plan. A la lecture, ce n’est ni tragique, ni comique, juste plat. Reste, comme je le précisais, l’écriture, la beauté de certaines formules, l’humour parfois (mais certaines tragédies sont plus drôles que cette pièce !). Cette lecture est typiquement le genre d’expérience que l’on ne souhaite pas vivre car elle a abîmé un souvenir.

mycupoftea
08/09/12
  • Auteur : SHAKESPEARE, WILLIAM
  • Éditeur : MERCURE DE FRANCE
  • ISBN : 9782715207271
  • Date de parution : 01/10/74

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.90 cm
  • Poids : 0.21 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : ANDRE DU BOUCHET

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition