Tragedie du centre

BOURLANGES JEAN-LOUI

livre tragedie du centre
EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : NC
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
19,00 €

SYNOPSIS :

La formidable percée de François Bayrou a marqué la campagne présidentielle de 2007. Pourtant, ce qui avait commencé comme une campagne d'Italie, s'est transformé en Bérézina. Malgré ses sept millions de suffrages, il n'a pas empêché le candidat de l'UMP de capter à son profit le désir de rupture. Il n'a su ni imposer son arbitrage entre les deux tours ni éviter l'exode de ses députés vers d'autres cieux, ni installer à l'Assemblée Nationale une représentation parlementaire digne de ce nom. Pire, il a assisté à la métamorphose de son rival, Nicolas Sarkozy, menant tambour battant l'ouverture politique voulue par le président de l'UDF et jetant les bases d'un dialogue social rénové. Ce renversement de fortune n'est pas l'effet du hasard ni celui de la faiblesse des hommes. François Bayrou a transformé une entreprise audacieuse en pari téméraire, en commettant trois séries d'erreurs : il a coupé les ponts avec la droite sans se ménager une alliance de rechange du côté de la gauche ; il a été incapable d'offrir aux Français une vraie perspective de rénovation du système politique, en se contentant de proposer, à travers une UDF élargie, la domination d'un nouveau parti
du Président ; enfin, il n'a pu combler le fossé entre les besoins de la société française et les fondamentaux de sa pensée. Le candidat centriste a incarné la tentation de la résistance au changement. Vice-président de l'UDF, ami et conseiller de François Bayrou, Jean-Louis Bourlanges avait mis en garde celui-ci contre l'impasse stratégique dans lequel s'est inexorablement enfermé le Parti centriste. Il ne se contente pas ici de dresser le bilan, inévitablement sévère d'une aventure électorale exaltante mais suicidaire. Il replace l'examen d'un moment privilégié de notre vie publique dans le cadre d'une réflexion sur une famille politique, le Centre, écartelée entre trois vocations distinctes : celle de simple trait d'union entre la droite et la gauche, celle de porte-parole d'un projet différent de ceux de la droite et de la gauche, celle enfin d'offrir à un peuple d'exclus ou de mécontents la dénonciation véhémente de la gauche et de la droite. C'est cette dernière voie, celle de la contestation, qu'a choisie François Bayrou, en se voulant le porte-parole d'un « centrisme révolutionnaire ». La tragédie du centre, c'est l'histoire de cette dérive tribunicienne.
0 personne en parle

Format

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition