La treve

LEVI, PRIMO

livre la treve
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 18/04/02
LES NOTES :

à partir de
9,15 €

SYNOPSIS :

Dans { la Trêve }(1963), des prisonniers italiens libérés par les Russes entament une marche de plusieurs mois pour rejoindre leur pays. Une réjouissante pagaille où se retrouvent
pêle-mêle héros et traîtres, savants et nomades, paysans et voleurs, qui redécouvrent, émerveillés, la vie, la forêt, les filles. Un récit picaresque, et authentique.
3 personnes en parlent

Dans "La Trêve", Primo Levi relate son retour en Italie, à sa sortie des camps de concentration. Avec d’autres déportés, libérés puis "accompagnés" par l’Armée Rouge, ils traverseront l’Europe meurtrie par le nazisme. Ce voyage, depuis la Pologne jusqu’à Turin, effectué à pieds ou entassés dans des trains, durera d’avril à octobre 1945.L’auteur raconte ses aventures souvent picaresques, ses rencontres avec des compagnons hauts en couleur.C’est un récit qui peut faire penser aux "Grandes vacances" de Francis Ambrière, mais là, il s’agit réellement d’une œuvre littéraire. Est-ce un texte autobiographique fondé sur ses souvenirs (ce récit a été écrit plus de 20 ans après son retour) ou un roman historique basé sur des faits ? Les deux sans doute.Le titre du livre nous fait réfléchir : la guerre n'est pas finie pour Primo Levi lorsqu’il rentre chez lui. Il ne pourra pas oublier ses réflexes pris en camp de concentration : "L'habitude de marcher le regard au sol comme pour chercher quelque chose à manger ou à vite l’empocher pour l'échanger contre du pain".Ces six mois de liberté à la sortie d'Auschwitz n'étaient en fait qu'une trêve dans l'horreur et l’angoisse qui resteront à jamais gravées dans sa mémoire et qui reviendront inexorablement dans ses cauchemars.

Ludeca
28/09/11
 

Si c'est un homme racontait son expérience concentrationnaire à Auschwitz ; La trêve narre le retour de Primo Levi en Italie à la fin de la seconde guerre mondiale. C'est un retour épique, fait de rencontres hallucinantes et irréelles : soldats russes farfelus, compagnons de détention aux personnalités originales, figures perdues puis recroisées au hasard du périple... La sortie des camps se fait tantôt dans la douleur, tantôt dans une certaine douceur de vivre : toujours parqués dans des camps de transit, Primo Levi et ses compagnons vivent tant bien que mal l'après-camp entre rencontres insolites et batailles pour la survie. Ils peuvent néanmoins compter sur la générosité humaine après la déshumanisation qu'ils ont eu à subir dans les camps. Le voyage est semé d'embûches entre allers-retours incessants, à rebours ou train immobilisé pendant plusieurs jours. L'auteur traverse, entouré de 1400 compatriotes italiens, une partie de l'Europe de l'Est et rend ainsi compte des stigmates visibles du conflit dans chaque pays. Ces deux livres se font donc suite et pourtant, le lecteur pressent, dès la fin de La trêve, l'impossibilité pour l'auteur de vivre l'après-Auschwitz (ce qui le poussera au suicide en 1987) : « C'est un rêve à l'intérieur d'un autre rêve [...] je suis à nouveau dans le Camp, et rien n'était vrai que le Camp. Le reste, la famille, la nature, le foyer n'était qu'une brève vacance, une illusion des sens, un rêve. Le rêve intérieur, le rêve de paix, est fini [...] ». La lecture de ce livre est à compléter par le visionnage du documentaire Le voyage de Primo Levi du réalisateur italien Davide Ferrario, qui retrace, soixante ans plus tard, ce singulier voyage dans une Europe post-communiste, s'ouvrant au capitalisme.

SophieC
16/02/11
 

Primo Levi a mis trois ans pour retourner en Italie après avoir été libéré des camps. Ce récit est surprenant. On suit avec plaisir les péripéties de l'auteur qui se retrouve tout d'abord en Russie...A découvrir! mini pouce06

minipouce06
08/12/10
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.23 kg
  • Langage original : ITALIEN

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition