La trilogie berlinoise

KERR, PHILIP

EDITEUR : EDITIONS DU MASQUE
DATE DE PARUTION : 05/11/08
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'été de cristal se situe en 1936, alors que l'on “nettoie” berlin en prévision des j.o. bernie gunther, ancien membre de la kripo devenu détective privé n'est pas sans ressembler à philip marlowe, le modèle culte de tous les privés. son enquête (meurtre de la fille d'un industriel et disparition de bijoux) le conduit à se laisser interner au camp de dachau... dans la pâle figure, situé en 1938, il est victime d'un
chantage de heydrich qui veut le contraindre à réintégrer la police. un requiem allemand, le plus noir des trois, commence en 1947 dans berlin en ruine et divisé en secteurs d'occupation. la trilogie berlinoise, tout en respectant les règles du genre policier, offre un portrait glaçant et puissamment évocateur de berlin au quotidien à l'ère nazie. Traduit de l'anglais par gilles berton (traduction entièrement révisée)
16 personnes en parlent

La vie des détectives privés n'est pas toujours facile. S'ils excellent à démasquer les coupables lors d'affaires particulièrement alambiquées, leur vie privée est en revanche bien souvent un désastre. Veufs ou divorcés, ils accusent souvent un net penchant pour la bouteille, vice dont ils abusent entre deux filatures. L'entretien de leur domicile, le choix de leur tenue vestimentaire laissent souvent à désirer. Solitaires, désabusés, ils portent sur la société un regard empreint de cynisme et d'ironie. C'est le cas de Bernhard Gunther, le personnage crée par Philipp Kerr. Le contexte de ses investigations se trouve être l'allemagne nazie entre 1936 et 1947 qui verra l'ascension puis la chute du IIIème Reich. Bernhard Gunther ex filc est devenu détective privé suite à sa démission de la Krip (Kriminalpolizei) au moment où tout fonctionnaire de police se devait d'appartenir au parti national-socialiste. Gunther est en effet allergique à la montée du nazisme et au fanatisme ambiant qui semblent régner sur l'Allemagne de cette époque, sentiment qui ne lui attirera pas que des amis. Trois romans, trois enquêtes se déroulant dans un climat lourd et oppressant qui toucher du doigt au lecteur ce que pouvait être la vie quotidienne sous le IIIème Reich. On y fera la rencontre de personnages devenus tristement célèbres Hermann Goering. Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich, ainsi que Otto Rahn (archéologue). Avec cette trilogie berlinoise Philipp Kerr nous gratifie de trois polars de haute volée dont l'insertion dans un contexte historique et politique "original", la maîtrise de la narration et la complexité des enquêtes en font des chefs-d'oeuvre.

evalea
09/03/14
 

C'est bien ce que je pensais, j'ai oublié de mettre mon message. J'ai lu cette trilogie en 3 étapes.Première histoire : 1936Deuxième histoire : 1938troisième histoire : 1947Trois époques cruciales pour l'Allemagne.Le personnage principal est sympathique, mais il dénonce les dérives auxquelles il est confronté, ainsi que l'Allemagne.le fait d'intégrer les personnages historiques dans les intrigues cela donne une autre dimension aux enquêtes.Les histoires ne finissent pas vraiment bien.C'est une trilogie que je conseille car elle sort du lot. http://ramettes.canalblog

ramettes
27/11/13
 

Sous ce titre sont regroupés trois livres dont le héros est Bernie Gunther ancien commissaire de la police Berlinoise devenu détective privé. Dans le premier opus "l'été de cristal", nous sommes en 1936 a la veille des jeux olympiques de Berlin, Bernie doit retrouver un perceur de coffre qui a disparu en volant des bijoux mais aussi des papiers compromettants. Dans le second " La pâle figure" nous sommes en 1939 le III ème reich est a son apogée, Bernie doit dans un premier temps démêler une histoire de chantage et dans un second, après avoir réincorporer contre son gré la Kripo (police criminelle allemande), il doit attraper un serial killer qui s'en prend aux jeunes fille de type aryen. Dans le dernier "Un requiem allemand" nous sommes en 1947 l'Allemagne vaincue est en ruine, Bernie doit aller en Autriche pour venir en aide a un ancien policier soupçonné de meurtre et qui risque la peine capitale.Ce recueil fait plus de 1000 pages, c'est donc un livre de poche qui risque de les déformer (les poches!). Mais il y a bien sur la possibilité d'acheter chaque titre indépendamment. Pour le fond, c'est dans la grande tradition des romans noirs américains style Dashiell Hammet (et son héros Sam Pade) ou Raymond Chandler mais l'originalité réside dans le fait d'avoir situé l'action dans l'Allemagne Nazi. Le héros est un ancien flic qui avec un humour corrosif et des réparties cinglantes amène une bouffée d'air frais dans une Allemagne violente et policière dont l'atmosphère est étouffante. Le contexte historique est très minutieusement retranscrit avec ses progroms, ses exécutions sommaires et ses rafles. Il permet aussi de remettre en perspective le rôle de l'allemand moyen dans cette guerre où beaucoup ont subis plus qu'ils n'en ont "profités".En résumé : trois bon polars efficaces, très sombres et dont l'intérêt historique est important. Seul bémol, les scènes de sexe assez "hard" .

Zembla
18/10/13
 

Il est impossible de résumer cet ouvrage de plus de mille pages regroupant, comme son titre l’indique, trois romans : L’Eté de cristal, La Pâle Figure et Un requiem allemand, se déroulant dans le Berlin du IIIème Reich de l’été 1936 jusqu’au Berlin occupé par les troupes russes et américaines en 1947. » A notre époque; si vous êtes allemand, vous êtes au Purgatoire bien avant de mourir, et vos souffrances ici-bas valent pour tous les péchés de votre pays restés sans châtiment comme sans repentir… « Le personnage principal, Bernie Gunther, commissaire transfuge de la police devenu détective est comparé par l’éditeur à Philip Marlowe, le privé de Chandler, grand maître du roman noir. D’accord. Et lorsque on aime autant le roman noir, Philip Marlowe et Humphrey Bogart que moi et que l’on s’intéresse à l’Allemagne, son histoire autant qu’à sa culture – raisons toutes personnelles – cette trilogie est un indispensable alors même qu’il s’agit d’une fiction écrite par un auteur britannique.Roman noir, roman historique. Toutes les règles de ces genres sont mis en scène avec brio. Aussi, lorsque je lis le terme de Thriller inscrit sur la couverture par l’éditeur, là, pas d’accord. Le roman noir, s’il est dévorant, s’il génère une véritable tension à la lecture, ne peut être réduit à un page turner. Le roman noir plonge aux racines du genre policier, il déploie sa noirceur sans pudeur et sans concession pour témoigner d’une société, des ombres d’une société; il plante son décor pour en fouiller les recoins sombres, pas pour jouer du suspense.Ces romans tiennent le pari de leur double genre. A travers ce Bernie désabusé, lucide, sans illusion sur l’avenir européen, l’intrigue est aussi sérieusement ficelée que l’information historique est sérieusement précise et développée. Impressionnant comme l’auteur parvient à explorer l’époque tout en créant une atmosphère prégnante dans laquelle se respire l’air vicié de la peste brune qui s’infiltre avec ce ton du polar noir à l’ironie désespérée tout en donnant corps à ces personnages sans négliger les descriptions minutieuses de la ville, l’espace et l’esprit, tout en y insérant des connaissances pointues des organes de la mécanique nazie. » Les discours des responsables du Parti étaient toujours précédés et suivis d’un petit morceau de Beethoven. Comme je dis souvent, plus le tableau est moche, plus le cadre est somptueux. « Ce contexte politico-historique est bien plus qu’un cadre romanesque. Le premier tome se déroule en 1936, le second en 1938, le dernier après la guerre, volume qui m’a le moins retenue par son récit plus proche du roman d’espionnage, bien que très intéressant, même si fictionnel je le répète, sur la chasse aux bourreaux officielle détournée par l’enjeu que deviennent ces gradés nazis dans le nouveau jeu politique Est-Ouest. Quant aux deux autres… Au-delà de l’horreur de la doctrine raciale, de cette bestialité aryenne, j’ai été particulièrement interpellée par une certaine forme de résignation et par – sensibilité toute personnelle - par l’abjecte loi des mâles, par le sort des homosexuels et des femmes, les uns évidemment bannis de la société, condamnés à l’asile, au mieux, les unes réduites au statut de femelles, soit dévouées au clapier du mariage et de la famille soit vouées au repos du guerrier en bordel. » – Si vous voulez mon avis, dis-je, nous sommes tous dans la poche arrière de Hitler. Et il s’apprête à dévaler une montagne sur le cul.Tanker suçota l’embout de sa pipe, puis entreprit de la bourrer. Lorsqu’il eut terminé, il sourit et leva sa bouteille.– Alors, buvons aux rochers cachés sous la neige. «

Marilire
12/10/13
 

La vie de Bernie Gunther, policier Berlinois dans les années trente et jusqu'après la deuxième guerre mondial. Bernie offre la possibilité de découvrir un Berlin "occupé" par les nazis. Les énigmes se succédent et s'enmêlent avec brio, Bernie nous fait vivre la montée du nazisme, et surtout évoque le fait qu'être allemand n'étanit pas forcément une partie de plaisir pour chaque habitant de l'Allemagne.Le suspense s'étale sur les années de régne du 3e Reich, on y rencontre be nombreux personnages tristement historiques mais le personnage de Bernie, son humour, son caractère, son franc parler font de lui un héros auquel on s'attache MurielDMR

Muriel72
01/07/13
 

N’ayez pas peur du nombre de pages composant cet imposant polar car vous allez les tourner à vitesse grand V tant ce texte est extraordinaire. Vous suivrez donc Bernie Gunther, un détective privé qui va louvoyer dans les rouages du IIIe Reich, dans une ambiance glauque, bien noire ; vibrant hommage aux polars de Dashiell Hammett. Le style est brillant, faisant la part belle à de nombreuses métaphores (qu’il faut toutefois parvenir à digérer !) mais l’écriture reste excellente, avec un ton très enlevé, drôle, contrastant avec l’atmosphère sombre du récit liée à la période du régime nazi. Une trilogie grandiose concoctée par un maître du genre !

SophieC
02/11/12
 

L'été de cristal, La Pâle figure et Un requiem allemand sont les trois romans composant cette trilogie berlinoise. Le détective privé Bernie Gunther est sollicité notamment dans des affaires de disparition dans le cadre du Berlin en ruines de l'après-guerre. Désabusé et plutôt cynique, il a l'art de se mettre dans des situations difficiles dont il se sort finalement grâce à sa pugnacité et à son courage. L'humour un peu répétitif et pas toujours fin qui accompagne le récit peut amuser ou finir par crisper, tout comme on se lasse aussi des innombrables références au cadre berlinois, les noms des rues et des lieux finissant par tisser un véritable plan de la ville, un peu encombrant quand on ne connaît pas Berlin ! Mais les intrigues sont menées avec efficacité, l'écriture est alerte (si on excepte la tendance à l'humour facile déjà citée) et le tout met en scène des personnages inattendus, tels Heydrich, Himmler et Göering, de façon finalement assez crédible. Hebelin

hebelin
31/08/12
 

Du polar bien efficace et bien ficelé avec pour toile de fond le IIIème Reich, ou les aventures palpitantes de Bernie Gunther, tantôt commissaire, tantôt détective privé frisant parfois avec le métier d’agent trouble.Les trois romans s’étalent chronologiquement de 1936 à 1947, de l’apogée à la chute du Reich Allemand (vous savez, celui qui devait durer mille ans), et c’est une tornade à laquelle vous assistez, l’auteur ne vous laisse pas de répits, c’est rapide, nerveux et rythmé à souhait, bref du super bon roman policier, sombre et torturé. C’est pesant aussi, on ressent la chape de plomb qui écrasait la société de cette triste période de l’histoire. Le héro Bernie Gunther répond toujours présent pour nous abreuver de son humour noir et de ses répliques tranchantes, et c’est vraiment jouissif.Au final, un policier qui fait bien son boulot, se sont mille pages qui se boivent comme du petit lait, c’est pesant et drôle en même temps, bref, quelque chose de vraiment très plaisant, je ne saurai que vous le conseiller. http://www.testivore.com

lonesloane
18/09/11
 

A lire sans modération : la grande histoire côtoie l'enquête policière, j'avoue que j'ai même lu la suite avec autant de plaisir. bravo à l'auteur . Ne boudons pas notre plaisir

Martha91
03/09/11
 

Ce livre regroupe trois romans : L'Eté de cristal, La Pâle figure et Un requiem allemand. Il s'agit de trois enquêtes du détective allemand Bernhard Gunther. Elles sont très prenantes et bien menées. Je les ai trouvé diversifiées car elles ne touchent pas tout le temps les mêmes catégories socio-professionelles (le monde du cinéma, les millionaires et les industriels dans le premier opus, les prostitués, les militaires, ...) mais également les motivations du coupable. Par ailleurs, la fiction s'ancre bien dans la réalité historique. Il y a des évènements qui se sont réellement passés comme les Jeux Olympiques de Berlin en 1936, la chute du nazisme, ... De plus, l'auteur décrit avec beaucoup de détails la vie quotidienne des berlinois. On se doute qu'il y a un énorme travail de recherches qui rend le roman très intéressant. Deuxièmement, on remarque aussi la présence d'une réalité spatiale. En effet, les lieux où se déroulent les différentes actions sont indiqués précisemment (prendre telle rue par telle avenue...). En outre, Philip Kerr décrit l'architecture de certains batîments. Par conséquent, j'ai vraiment eu l'impression de marcher à côté de Bernie Gunther et de découvrir Berlin. Or, c'est une sensation que j'apprécie tout particulièrement quand je lis un livre.Par ailleurs, j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur. Il est très plaisant et agréable. En effet, au départ, j'avais un peu peur de la longueur mais finalement, je ne voyais pas les pages défiler. Par ailleurs, certains passages sont vraiment durs voire choquants.Je ne parlerai que du personnage principal, Bernhard Gunther car il y a beaucoup de personnages secondaires dont certains ayant réellement existé comme Goering, Himmler et Heydrich, ... Bernie est l'archétype même du détective. Il possède un humour cynique et manie l'ironie avec brio, il n'a plus d'illusions sur le monde qui l'entoure... Cependant, c'est un personnage attachant et avec qui j'ai aimé passer du temps.En conclusion, je dirais que ce fut une agréable découverte, un véritable coup de coeur. Je ne regrette pas du tout d'avoir postulé à ce partenariat. J'ai appris qu'il existait d'autres romans avec ce personnage et je pense que je les lirai.

Avalon
08/06/11
 

Ah mais quel pied ce truc ! Je viens de lire le 4ème volet (la mort entre autre) et moi qui suis passionnée par cette époque je peux confirmer que c'est drôlement fouillé à tous les points de vues : décor, ambiances, références, personnes réelles...Et quel humour ! Un régal. A

Ptipimous
25/04/11
 

J'ai mis plusieurs jours à lire ce gros pavé de plus de mille pages, en effet, ce livre regroupe 3 livres publiés indépendamment dans les années 1989-1991.Ces trois enquêtes indépendantes sont l'occasion de découvrir l'atmosphère inédite de l'Allemagne à plusieurs époques troubles. Les intrigues sont passionnantes et le personnage de Bernie Gunther, détective privé hostile au régime nazi, est vraiment sympathique. Il m'a fait penser à Nestor Burma. Les descriptions sont très réalistes, l'auteur s'est beaucoup documenté sur les faits historiques et j'ai été très intéressée.

Aproposdelivres
06/04/11
 

Tout l'intérêt de ce polar est de nous plonger dans la vie quotidienne berlinoise juste avant-guerre et de nous expliquer les plus petits rouages de la mécanique nazie en marche.Instructif et édifiant. En toile de fond la montée du nazisme, et ensuite la période post 2nde guerre mondiale avec l'occupation de Berlin par les alliées. 3 intrigues, dont le suspens va crescendo. Vraiment c'était bien et on a très vite envie de retrouver notre détective Bernard Gunther. A suivre....

cfons
05/04/11
 

De cette lecture, je conserverai un bon souvenir je crois (et c'est un euphémisme !), car elle m'a permis de combler mon goût pour les romans noirs et policiers, mais j'ai également découvert un monde méconnu. De la seconde guerre mondiale, on connaît tous les mêmes choses : la shoah, les camps de concentration, les bombardements... Mais cette trilogie permet d'élargir le regard sur d'autres aspects plus politiques et stratégiques. Au cours de la lecture, j'ai régulièrement été fouiner sur internet pour compléter mes connaissances et les références du livres, que ce soit en matière d'organisation politique que pour des biographies puisque Philip Kerr n'hésite pas à faire des figures du nazisme des personnages à part entière de ses intrigues. On y croise par exemple Heydrich, Himmler, Muller, ou encore Nebe, tous ces hommes tristement célèbres ayant des rôles plus que centraux dans les aventures de Gunther, conférant à ces histoires un réalisme parfois effrayant. Bref, tout ça pour dire qu'on est pas loin du coup de cœur... Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

Je ne suis pas une bonne lectrice de polars (j'ai toujours tendance à vouloir lire la fin en milieu de récit), mais là, justement, j'ai trouvé ce qu'il me fallait. Car l'ambiance de cette Allemagne pré-nazie, nazie et post-nazie est aussi intéressante que les enquêtes menés par Bernie Gunther. Le personnage de B. Gunther est lui-même l'autre intérêt du livre : détective désabusé, tombeur de ces dames sans le vouloir, insolent, tête brulée et de ce fait souvent dans des situations difficiles parce qu'il n'a pas réussi à se taire. Bref, une sorte d'Humphrey Bogart avant l'heure.

Asiled
25/10/10
 

Quelle fantastique découverte! 1015 pages d’enquêtes, d’ambiance, de rencontres… Allons y sans crainte, ce livre est un vrai coup de coeur!Trois livres distincts composent cette trilogie (haha) que « Le Livre de Poche » a eu la bonne idée de republier récemment. Le fil conducteur est le détective privé Bernhard Gunther, Berlinois d’environ 38ans en 1936 (dans « L’été de Cristal », premier tome). Spécialisé dans les enquêtes sur les disparitions, il ne manque pas de travail dans cette Allemagne à l’apogée du régime nazi.L’écriture de Philip Kerr est extraordinaire. Il fait entrer le lecteur dans le monde étrange du IIIe Reich. Ce livre est très intéressant tant du point de vue littéraire et policier que du point de vue historique. On sent que l’auteur est très bien documenté sur son sujet.Les enquêtes sont complexes comme chaque amateur de policier les aiment. Et les découvertes que Bernie fait sont toujours plus surprenantes....

Lalou
18/08/10
 

Format

  • Hauteur : 23.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.95 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : GILLES BERTON

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition